Un prix Nobel de l’Economie si libéral


Franchement, je ne connaissais pas les écrits ni les recherches du nouveau prix Nobel de l’Economie – « prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d’Alfred Nobel  » -, de surcroît français, un certain Jean Tirole. A en croire les rapports professionnels et amateurs qui ont été faits sur l’impétrant, il est plutôt/franchement/vraiment néolibéral.

Le plus curieux, comme d’habitude, est que l’homme n’a visiblement jamais été salarié d’une entreprise privée. Vivre de l’argent public, pour fustiger les dépenses publiques, est-ce un métier ? Curieux. Jean Tirole a fondé en 2007 la « Toulouse School of Economics » (TSE). TSE, rappelle le Monde, est une fondation de droit privée « regroupant des établissements publics, dont les membres fondateurs sont l’Université Toulouse 1 Capitole, l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et l’Institut national de la recherche agronomique (INRA), mais dont une bonne partie des financements est apportée par des entreprises privées. »

Sans blague.

Quelques aimables confrères s’agacent qu’on fustige trop vite le récemment promus par la Banque de Suède au nom d’Albert Nobel. Pourtant, le sujet est un peu différent.

Au moment même où nous apprenions collectivement la récompense (et l’existence) de Jean Tirole, il s’est trouvé nombre de médias bien influents pour répéter sur les ondes combien, de surcroît, il avait raison de penser ce qu’il pensait puisqu’il était désormais prix Nobel.

Nous étouffons.

 

81 réflexions sur “ Un prix Nobel de l’Economie si libéral ”

  1. Nous sommes actuellement dans les derniers soubresauts des galvaudages en tous genres, alors, laissons les enfants s’amuser encore un peu en s’auto congratulant. Quelle était la valeur morale supposée ou espérée d’un prix Nobel au début de cette distinction ? Et quelle est telle actuellement où tout est devenu dérisoire ? Bof ! ARAMIS

    1. Salut camarade,
      il faut signaler que Stiglitz a ouvert les yeux depuis quelques années…ces textes nombreux ne font que mettre en garde sur ce qui se passe…

      n’oublions pas non plus Allais qui parlait des dérives et des aberrations du système actuel…

      1. Tiens pour le plaisir , une citation d’alphonse ( trouvée sur le net )
        « il faut demander plus à l’impôt et moins aux contribuables  »
        On n’est pas loin du prix Nobel…

        1. oui, on est d’autant moins loin que cette équation fort simple n’a jamais été développée dans une théorie.

          On en reste à la courbe de Laffer, véritable parabole pour libéral forcené dont on sait qu’elle a été pensée sur un coin de table et qu’elle ne se vérifie pas dans la réalité des décennies qui ont suivi…

          1. Allez, je ne résiste pas à une dernière citation ( sérieuse, tirée d’un éditorial d’une revue connue ):
            « il en va finalement des chiffres de l’économie comme de la musique : déchiffrer une partition,ce n’est pas l’interpréter. »

            1. coin de table/ aussi je pense à Cornelis ‘Mauk’ Escher, et pendant que je suis là (hello camarades) le bout de phrase de Mélenchon, à la fin de la vidéo dans « qui la gauche ? ».. « y a plus d’espace public, le seul espace public, agora, c’est le réseau social »
              alors une bonne nouvelle ?

      2. Stiglitz, Allais et Krugman sont toujours restés des économistes libéraux – tout comme l’était Keynes ; il n’y a pas qu’ une seule forme de libéralisme .

  2. Les prix Nobel d’économie sont attribués sur la base de travaux théoriques .( dans le cas de Tirole, je lis que c’est pour ses travaux sur  » la méthodologie de la théorie des jeux et de la théorie de l’information. »), pas sur celle de prises de position économiques ou politiques .

    1. Ah si l’économie était une science, qu’est ce que cela simplifierait les choses…
      Même HAYEK, le gourou du libéralisme, dans son discours de réception du prix Nobel d »économie,en 1974, dit clairement le contraire (devant parait il un parterre médusé de confrères)…
      Ouf on va pouvoir continuer à choisir et à se tromper…

      1. L’économie est comme toutes les sciences humaines – comme l’ histoire, par exemple : elle cherche à interpréter les événements avec des méthodes scientifiques et mathématiques d’observation et de mesures, mais est incapable de faire des prévisions .

        1. Plutôt d’accord avec cette approche,il suffit de voir le nombre de bouquins qui nous ont expliqué la dernière crise…mais combien l’avait prévue ? Je citerai néanmoins l’auteur d’un excellent article ( des dangers du scientisme en économie ): « pourtant derrière l’objectivité de façade, on retrouve bien souvent des partis pris idéologiques qui font que la lecture du nom de l’auteur en dit souvent plus long que celle des développements mathématiques sur sa conclusion »

          1. les préjugés ont/auraient la dent dure et longue, c’est ça.. (Castor, ‘derrière l’objectivité de façade..’)
            dommage que cela ne soit pas un concours (une compète) alors y abandonner qql chauvinisme..
            vive la gauche !
            ..je surfaçais un papier (Obs) phrase du jour: Ségo nous offre le péage le we.. déballement de touites, des allégories (railleries) à la pelle, je ne peux rajouter « etc. » il n’y avait aucun argument (ça viendra)

            et lisais, ‘Courrier Int’.. Le New York Times évoque l’un des piliers du French bashing : le système social français. « Au moment où la France essaie de réformer son modèle social malgré une résistance farouche au changement, certains ont rappelé que ce prix [d’économie] dévoile la stratification persistante du système entre une petite élite superéduquée, et le reste du pays »

            du rab.. un avis que partage Peter Gumbel, journaliste britannique et auteur d’un ouvrage sur l’élitisme français, « qui dit que même si ces prix ont valeur de validation nationale, ces deux hommes ne reflètent pas le pays dans son ensemble »
            en ironie (?) il rajoute « les Français sont eux-mêmes les plus grands adeptes de l’autodénigrement »
            moralité ? aucune idée, oui je trouve (pas que moi) l’époque triste.. mais bon appétit et soirée

            1. Il y a une belle phrase de Cyrulnik ( que j’ai citée chez Arié): « tout choix théorique est un AVEU AUTOBIOGRAPHIQUE » ( révèle la manière dont nous pensons le monde ), je crois qu’elle s’applique parfaitement à l’économie..Ce que je retiens , c’est que c’est une distinction internationale ,avec Modiano , ça fait du bien à l’égo national…

              1. oup’s j’avais pas vu ton 18:37.. oui quand même, un peu de fierté avant que ce soit condamnable.. nan j’exagère, et suis une bille en maths ça tombe bien (ouvert le lien de Stan, celui de midi, refermé aussi sec !)
                ah oui podium, alors pas seul.. (Boris C, un des auteurs de mon chevet)

    2. Elie ,
      Pourquoi ergoter , il a le Nobel d’Économie sans autre distinction , point barre ! et , en économie , c’est un ultra libéral . C’est significatif de sa position politique . Claudecarron à raison , c’est de la pure déliquescence méprisable déshonorant le peuple d’en bas . Les prétendus élites restent dans leur pré carré en s’auto décernant des colifichets dérisoires comme la légion d’horreur ( d’honneur ? ) crée par napoléon le dictateur assassin des peuples faisant ainsi marcher la troupe et les crédules . Vision réductrice me direz-vous ? mais peut-être réaliste et , ne serait-il pas temps d’ouvrir les yeux sur les manipulations que l’on nous sert ? : https://www.google.com/url?q=http://www.slate.fr/story/66769/legion-honneur-tardi-decorations&sa=U&ei=2gM9VILqGI-cygTf94DABA&ved=0CAcQFjAB&client=internal-uds-cse&usg=AFQjCNGdz-JIodJ5-3tnr_x1LpsdOHlEFQ . Obama , prix Nobel de la paix , on croit rêver , Des valeurs pourries ! : https://www.google.com/url?q=http://www.alternatives-economiques.fr/le—prix-nobel-d-economie—–une-habile-mystification_fr_art_191_21809.html&sa=U&ei=Nwg9VMemAo6pyASBsYCICA&ved=0CAcQFjAB&client=internal-uds-cse&usg=AFQjCNHS8KYFXJ-CgESBnCJ_G_AzQEb5fg

      1.  » en économie , c’est un ultra libéral  »

        N’étant pas (contrairement à vous, en apparence ) en mesure de comprendre ses travaux d’économie, je me garderais bien de porter un jugement de ce type…d’autant que j’ignore le sens du mot « ultralibéral » : pouvez-vous m’expliquer ce que vous entendez par là, en allant un peu au-delà de votre « point barre » ?

        1. Ne faites pas l’âne pour me faire braire , vous savez très bien de quoi il s’agit : ultralibéral = partisan acharné de la dérégulation des marchés financiers et bancaires considérés comme s’autorégulant miraculeusement : extrait de l’entretien de Jean Tirole avec Xavier De La Véga  » La concurrence ne doit pas être une religion  » , je cite sa pensée : <> . L’école de Chicago remarquablement décrite et justement vilipendée dans l’ouvrage de Naomie Klein  » La stratégie du choc  » , s’en référer me suffit à considérer qu’il en est partisan quelles que soient sa prose ses figures de style et ses prudences langagières . D’autre part , je n’ai aucune compétence dans ce domaine mais j’ai un ami économiste qui m’a expliqué de long en large les tenants et aboutissants de cette  » science  » que vous rangez abusivement dans les sciences humaines alors qu’elle est aussi inhumaine que les maths peuvent l’être , dixit mon ami . Une science véritablement humaine vise la sentience par nature .  » Science sans conscience n’est que ruine de l’âme  » . S’il vous plait de le lire , voici un essai paru en 2010 intitulé  » Crise et suicide du libéralisme  » dans l’édition Mon Petit Éditeur , auteur André-jean Locussol-Mascardi .

          1. Oups ! encore ces foutus guillemets . Je reprend à  » je cite sa pensée :  » Jean Tirole est un défenseur obstiné du marché. Introduire de la concurrence dans les secteurs administrés par des monopoles publics, instituer des marchés nouveaux pour traiter les problèmes environnementaux (le marché des « droits à polluer » ou « droits d’émission négociables »), renforcer la liberté de licenciement, quitte à faire payer les entreprises qui licencient, tels ont été quelques-uns des chevaux de bataille de l’économiste au cours des vingt dernières années.
            Cela fait-il pour autant de lui un ultralibéral, qui ne jurerait que par l’autorégulation du marché ? Certes pas. S’il partage avec les tenants de l’école de Chicago, de Milton Friedman à Gary Becker, les mêmes prémisses méthodologiques (celles de la théorie néoclassique),  » et poursuivre par  » L’école de Chicago etc… « 

          2. Ce que vous développez, c’est le sens de libéral ; le marché régulé par l’ Etat, c’est déjà un peu moins libéral ; mais ultralibéral ???

  3. Le problème avec les économistes, c’est qu’ils s’expriment dans le théorique et dans l’abstrait . Les satitistiques, c’est bien joli mais outre qu’on fait dire ce que l’on veut aux chiffres, ça n’a qu’un lointain rapport avec le quotidien des salariés . Quand, en plus, ces économistes bossent dans le public ou dans les EPIC et qu’ils dégomment le Code du Travail, seul rempart des salariés du privé, là, on touche le fond .
    Petite précision : quelle que soit l’analyse menée par les économistes, par exemple Lordon pour le ressenti de gauche ou Tirole – puisque c’est lui le sujet du billet – pour le ressenti de droite, je ne les différencie pas sur le fond, pour les raisons exprimées ci-dessus .

    1. Alain bobards

      je différencie quelque peu Lordon de beaucoup d’autres en ce sens qu’il raisonne l’économie sur des bases philosophiques, la plupart des économistes des dernières décennies raisonnent sur la base quasi exclusive de la mathématique… (même pensée émue à E Todd, qui prend la base démographique, ethnologique pour poser ses observations…

      et on ne fait pas un monde économique peuplé d’individus avec de logiques formules et théorèmes…..

      par contre, c’est vrai, les algorithmes abondent dans les bécanes des financiers qui vont chercher le dollar dans n’importe quel pari. pendant qu’ils dorment

  4. http://www.michelsanti.fr/pauvres-banques-centrales/

    petit cadeau pour ARIE le penseur de l’économie qui a vu des relances keynésiennes ces dernières années….

    C’est un texte simplet à comprendre, d’un homme qui a un peu étudié et qui a un passé professionnel dans la finance..

    je crains malheureusement que ça ne serve à rien, mais personne ne pourra me dire que je n’aurai pas essayer d’éveiller une brebis égarée parmi d’autres dans la tourmente libérale et figaresque…

  5. je croyais que c’était pour son « analyse de la puissance du marché et de la régulation»….

    1. Il est vrai que certains disent que Tirole n’est absolument pas néolibéral , puisqu’il s’est aussi intéressé, justement , aux moyens de réguler le marché .
      Ces classifications politiciennes et simplettes à la Stanislas des travaux scientifiques et théoriques sont très lassantes. (  » Je ne comprends rien à ses travaux théoriques, mais s’il est libéral, c’est un mauvais ; s’il est antilibéral, c’est un bon  » )

      1. On en revient toujours au même point : les économistes évoluent dans le théorique et l’abstrait, lesquels, transposés dans la pratique, ne fonctionnent jamais dans les conditions énoncées par iceux .
        Je serais, en partie, d’accord avec Elie sur les classifications politiciennes, à ceci près que les politicards ont tendance à vouloir appliquer la théorie, même si les faits sont en contradiction avec celle-ci

      2. ARIE
         » Ces classifications politiciennes et simplettes à la Stanislas des travaux scientifiques et théoriques sont très lassantes. ( » Je ne comprends rien à ses travaux théoriques, mais s’il est libéral, c’est un mauvais ; s’il est antilibéral, c’est un bon » )…….

        quel est le rapport avec le texte que je t’envoie, c’est une formation personnelle suite au texte de ton blog où tu prétendais avoir vu des relances keynésiennes ces dernières années…

        quant aux classifications politiciennes, tu dois confondre avec un certain ARIE qui se sert de l’économie pour ridiculiser un politicien…..ce que je ne fais pas, puisque je défends l’idée depuis longtemps qu’il n’y a plus de classification en politique….
        de la même manière je n’ai jamais évoqué Tirole depuis qu’il a eu ce titre parce que je ne le connais pas et je ne l’ai jamais lu….

        tu devrais surveiller tes réactions épidermiques à mon égard, car tu es dans le mensonge, l’affabulation, l’imposture dans les pensées que tu me prêtes……..rien à dire, tu le fais d’ailleurs très bien, on dirait que tu en as l’habitude…

  6. On pourrait, d’ailleurs, étendre le débat aux sociologues et à la sociologie, les mêmes causes produisant les mêmes effets .

      1. Sylvie 75…

        aie, aie…vous allez choquer des yeux sensibles……effectivement Gadrey développe des hypothèses alternatives qui méritent l’attention..

        et il sait faire des compliments…

      2. Voilà ce que ça donne lorsque, comme Stanislas, on n’a qu’une seule source d’information, une seule bible, le très manichéen et simpliste « Alternatives Économiques » , et qu’ on copie-colle son catéchisme pour toute opinion…

        Un peu plus sérieux :

        http://www.franceinfo.fr/emission/le-decryptage-eco/2014-2015/le-decryptage-eco-du-14-10-2014-14-10-2014-08-10

        « N’en déplaise à ceux qui ont la manie des étiquettes et l’ont rangé à tort parmi les « néolibéraux », Jean Tirole n’est pas un apologue de la puissance des marchés (…) Tirole n’est pas l’ennemi de l’Etat, mais au contraire, le partisan d’un Etat efficace, toujours garant de l’intérêt général « 

        1. arrête de me faire rire ARIE…tu balances du figaro à longueur d’année………tu ignores tout de mes opinions puisque tu m’as successivement assimilé à l’extrème droite, puis à l’extrème gauche et tu fais gémir ton clavier à chaque fois que je refile de la vraie info chez JUAN ici et sur M2…..et quand ce n’est pas le figaro c’est France info….quand refiles tu du TF1 ?

          pendant que tu fais la toupie, je suis parfaitement en ligne avec mes idées et en phase avec celles de JUAN, que je suis depuis des années……

          franchement je suis toujours prêt à recevoir des leçons mais de quelqu’un de plus équilibré…..

          au fait, ma leçon sur la relance keynésienne…c’est bon, as tu intégré cette fois ?

          j’oublie volontairement le fait que tes textes sur ton blog sont le plus souvent des copié collé ou des pensées récupérées….je ne veux pas être vexant comme toi….

          mais il m’arrive d’être en accord avec toi…surtout le dimanche avec ta gonzesse à poil….à part la mère tatcher d’un dimanche précédent;…

          1. Oui, mes photos du dimanche de jolies filles sont les seuls articles de mon blog à ta portée .

  7.  » A en croire les rapports professionnels et amateurs qui ont été faits sur l’impétrant, il est plutôt/franchement/vraiment néolibéral………..

    pas de doute JUAN, vous avez le nez fin si je puis me permettre…et surtout vous vous êtes bien informé..

  8. bon je me casse, j’ai vexé l’ancien en voulant le former, maintenant il va me coller au cul toute la soirée en me prêtant tout un tas de saloperies dégradantes sur ma pensée…..

    j’ai vu comment il avait traité Mélenchon, un type que je ne soutiens pas mais c’est la méthode qui m’horripile même au figaro il ne font pas ça..

    au figaro, ils omettent ce qui gêne…..

  9. je conseille le livre de Steve Keen pour ceux qui en ont marre comme moi des discours formatés et des lunes du libéralisme financier…

    je ne suis pas assez avancé dans la lecture mais il est accessible si j’en juge par des relevés ici et là…….pas de mathématiques qu’il a eu le bon genre de laisser sur des renvois internet pour ceux qui veulent creuser…

    et surtout il va certainement vous étonner sur l’ampleur du plat de couleuvres journalières que les médias nous font ingurgiter, en dehors d’alternatives qui fait aussi des analyses fouillées et qui a le mérite d’être indépendant, d’être une SCOP et de vivre des abonnements des lecteurs…

    pas comme le figaro qui appartient à un capitaliste fonctionnaire, qui bouffe de la subvention d’état pour émettre qu’il faut moins d’état….

    1. Et chasser le vilain « assisté ». Le Figaro, comme aurait Coluche : « Dire qu’il suffisait qu’ils ne l’achètent plus pour que çà ne vende plus » Bien vu Stan, tu l’as bien jaugé le Cardio… césin. ARAMIS

  10. il s’agissait de Gael Giraud mais je ne sais pas comment il faut faire pour le passer ici….tant pis..

  11. Quand Stanislas et Claude Carron ne savent pas quoi dire (c’est-à-dire tout le temps) ils sortent les étiquettes :  » ça vient du Figaro, de TF1, etc. ; Juan est d’accord avec moi ( pauvre Juan !)  »

    Ça doit être bien reposant, une vie où on s’abstient de penser par soi-même …

  12. Est-il obligé d’avoir un Prix Nobel de l’Economie ? Pourquoi lui plus qu’un autre ? parce qu’il se sert des fonds publics pour créer des Instituts privés ?

  13.  » ils sortent les étiquettes : » ça vient du Figaro, de TF1, etc. …………
    à 20 h 30

    ARIE, je me demande si tu te rends compte de ce que tu écris parfois…… je cite…

     » Voilà ce que ça donne lorsque, comme Stanislas, on n’a qu’une seule source d’information, une seule bible, le très manichéen et simpliste « Alternatives Économiques » , ………………….à 18h04….

    ça a à peine 3 heures………..faut consulter….moi ça me fait rire mais je ne devrais peut être pas finalement……

  14. « Depuis sa nomination, tout le monde essaye de mettre des étiquettes sur cet économiste. Certains y voient un libéral, d’autres un théoricien d’une nouvelle politique de gauche. La situation est plus compliquée
    que cela.

    Il est difficile de voir en Jean Tirole un néo-libéral pur et dur puisque toute sa réflexion est tournée vers la façon dont l’État doit réglementer, en ayant en vue le bien-être collectif, certaines entreprises ou les marchés où elles sont en très petit nombre. Tirole est de ce point de vue interventionniste, à l’opposé de l’idéal libéral – qui est que l’État ne se mêle pas de ce qui se passe dans les marchés .

    En même temps, il est comme la plupart des économistes imprégné de l’idée que si les marchés n’étaient pas affectés par des « imperfections » comme les monopoles, au sens large, alors ils conduisent « naturellement » à une affectation efficiente des ressources. »

    Bernard Guerrien
    Chercheur en économie

    1. Il dit aussi ceci « les économistes traitent d’un objet d’une extrême complexité, les sociétés humaines, quasiment irréductibles aux mathématiques…toute « loi » qui pourrait être décelée à un moment risque fort d’avoir disparu ou être profondément modifiée entre le moment où elle a été découverte et celui où on lui remet son Nobel pour cela »
      PS : Si Krugman et Stiglitz sont des libéraux (cf votre post) , Alter Eco est un mensuel libéral, puisqu’il se déclare néo-keynésien…
      Alors pourquoi s’écharper?

      1.  » Alter Eco est un mensuel libéral, puisqu’il se déclare néo-keynésien… »

        Chuuut, ne dites pas ça à Stanislas., il croit que les keynésien et les néokeynésiens sont socialistes et antilibéraux…

        1. ARIE

          tu ne sais pas ce qu’est un keynesien, tu l’as prouvé tout seul il y a quelques mois sur ton blog. Autrement dit, je n’ai fait que te lire…. alors ne fais pas de la gonflette intellectuelle à ce sujet. Apprend déjà ce que cela veut dire;…

          tu ne comprends même pas ce qu’a pu écrire CASTOR parce que si tu avais compris, ou simplement essayé de comprendre (et de lire) tu saurais que je prends bien soin de parler de notre époque en l’évoquant « libérale financière »…….
          mais t’expliquer ces détails prendrait trop de temps…………..

           » Chuuut, ne dites pas ça à Stanislas., il croit que les keynésien et les néokeynésiens sont socialistes et antilibéraux… »

          voila la manip vicieuse dont tu es le spécialiste pour discréditer l’adversaire en arrangeant tes propres pensées, et en les prêtant aux autres pour les rendre ridicules

      2. CASTOR

        ARIE me poursuit de ses assiduités au seul but de me discréditer et de me dégrader par tous les moyens vicieux mais sa méthode ne repose que sur le seul fait qu’il faille lui prêter d’office une culture multi sectorielle sans faille, proportionnelle à son CV, sa notoriété et à son carnet d’adresse….

        bref, il faut rester devant les pensées de Monsieur comme un enfant qui croit au père Noël…..

        J’ai compris qu’il ne faut pas essayer de lui expliquer qu’il a des manques sur un sujet, parce qu’ensuite, il vaut mieux avoir une confiance en soi en bêton avec un loustic pareil……

        alors il part dans tous les sens…..sa réponse ci dessous parle d’elle même…

        1. J’ai effectivement du mal à saisir le pourquoi de cette « vindicte », d’autant que la majorité des spécialistes s’accorde sur l’extraordinaire relativité des « théories  » économiques et sur la tout aussi extraordinaire complexité de la réalité qu’elles prétendent saisir.Il y a même un américain qui dit clairement que l’économie relève de la théorie du chaos ( l’effet papillon).. Alors tout cela devrait rendre modeste et ouvert à de vraies discussions …

  15.  » » Alter Eco est un mensuel libéral, puisqu’il se déclare néo-keynésien… »

    Chuuut, ne dites pas ça à Stanislas., il croit que les keynésien et les néokeynésiens sont socialistes et antilibéraux… »

    je fais allusion à cette réponse …..

    mais bon aller se mettre en face d’un boulet accroché au bout d’un engin d’une entreprise de démolition est assez suicidaire…….

  16. Il y a deux théories qui marchent à fond depuis le début de la crise…. la « décomplexitude (pronée par l’UMP et suivie par le PS) et la « complexitude » brandie par les adorateurs du système économique …. ces deux « tueuses de tabou » marchent main dans la main pour bien nous faire nous prosterner devant ce système libéral non limit…..

  17. Les économistes de tous bords s’escriment à faire cadrer la théorie avec leurs croyances et n’analysent pas, ensuite, les effets pratiques, pour la bonne et simple raison que, si la réalité dément la théorie, c’est la réalité qui a tort parce qu’elle remet en cause leurs croyances .
    C’est vachement pensé, pas vrai Elie ?

    1. Est-ce propre aux économistes ? Toutes les sciences humaines – histoire, sociologie, psychologie, etc. – ne sont-elles pas basées sur certains postulats non démontrables (qu’on peut appeler « croyances » )de ceux qui s’y adonnent ? Cela les empêche-t-il pour autant de produire des travaux qui apportent vraiment quelque chose ?

      C’est même vrai pour les sciences « dures » : la géométrie euclidienne, fondée sur un postulat (par définition non démontrable) a quand même rendu quelques services…

      Question pour question : si Tirole avait été un économiste marxiste , ne croyez-vous pas que, sur ce fil de discussion, tous ceux qui (comme moi ) sont dans l’incapacité de se faire une opinion sur ses travaux, trouveraient son prix Nobel bien mérité ? Mais , par contre, parmi les commentateurs du Figaro , tout aussi incompétents…

  18. Pour la sociologie et la psychologie, d’accord Pour la psychiatrie, il est passé, sur France 3 lundi soir ( après 22h30, hélas ) un sujet sur les soldats de 14/18 victimes de ce qu’on appelle de nos jours le syndrôme post-traumatique . Les traitements appliqués par les neurologues de l’époque, dont certains furent renommés, tels Clovis Duval et Gustave Roussy, faisaient dresser les cheveux sur la tête . Ces gars là en étaient arrivés à prendre les victimes pour des lâches et des simulateurs parce qu’ils ne comprenaient pas les effets et, surtout, parce que ça remettait en cause leurs certitudes . Il en est de même pour les professions citées au début, auquelles on rajoutera l’économie .
    Pour l’histoire, je ne suis pas d’accord : il s’agit d’évenements ayant eut lieu, de faits connus et de personnages ayant eut une influence sur les évènements . Les analyses en sont moins abstraites même si l’orientation de l’historien peut les orienter .

    1. La psychiatrie et la médecine ne sont pas des sciences exactes, pas plus que l’ histoire ou l’économie . .

      L’histoire, comme l’économie, cherche à expliquer des événements a posteriori, en utilisant des méthodes scientifiques ( recueil de faits , mesures, corrélations statistiques) , mais aucune des deux n’est capable d’effectuer des prévisions .

      1. L’histoire n’a pas vocation à effectuer des prévisions . Par contre, elle permet d’analyser les évènements actuels ( voir, par exemple, les accords Sykes/Picot de 1916 et l’actuelle situation au Moyen-Orient )
        L’économie indique plutôt une direction ( bonne ou mauvaise, c’est la pratique qui se charge de le démontrer ) . Le problème, c’est que certains, politiciens en tête, veulent faire cadrer la théorie au détriment de la pratique . Si on prend les décisions de ces 10 dernières années, résultant d’une théorie, on constate que les résultats ne sont pas là . Mais qu’importe, à l’instar des psychiatres de 14/18, on continue parce que changer, ce serait remettre en cause des certitudes, fussent-elles erronnées .

        1. Non, ce n’est pas ça.

          Les psy et les médecins de 14/18 avaient à faire à des symptômes inconnus jusque là; ni décrits, ni interprétés : ils tentaient de les résoudre avec ce qu’ils savaient à l’époque .

          L’économie, c’est différent : le prix Nobel vient récompenser des études théoriques très pointues , comme l’application de la théorie des jeux ou bien le rôle de la distorsion de l’information sur les mécanismes de marché : ces études sont « politiquement neutres  » .

          Les préconisations politiques des économistes , que ce soient celles de Friedman, de Krugman ou de Tirole, ne sont pas prises en compte . Et les décisions économiques des politiques, c’est tout à fait hors sujet .

          1. Lorque Clovis Duval a demandé à être muter au front, en 1917, au motif qu’il préférait  » combattre les boches de l’avant plutôt que les boches de l’arrière « , c’est dire à quel point il avait la certitude que les soldats victimes du syndrôme post-traumatique étaient soit des laches, soit des simulateurs, soit les deux . Et il ne s’est jamais remis en cause .
            Quand à dire que les prises de décisions des politiques sont hors sujet, alors on se demande pourquoi Elie Cohen est un conseiller ( très écouté, à ce que l’on dit), d’Hollande et pourquoi Friedman et l’école de Chicago sont considérés par les néo-cons au pouvoir dans de nombreux pays occidentaux comme la quintescence de ce qu’il convient de faire en matière d’économie et qu’ils mettent en pratique, contre vents et marées, avec les résultats ( où plutôt leur absence ) que l’on constate dans ces mêmes pays occidentaux .

            1. Il ne faut pas tout mélanger :

              1-les politiques sont libres de suivre ou non les conseils des économistes et autres experts; il est exceptionnel qu’ils les suivent tous ; et ils ont habituellement des conseillers et experts d’avis divergents ;

              2- les conseils que donnent les économistes aux politiques sont les applications qu’ils tirent eux-mêmes de leurs travaux théoriques – mais d’autres peuvent tirer d’autres applications des mêmes travaux .- mais aussi des travaux d’autres économistes .

  19. En ce qui concerne le Nobel, son ( ses) attribution sont, par définition, subjectives . Que le récipiendaire soit marxiste ou néo-libéral serait la conséquence de cette subjectivité . En foi de quoi, le « mérite  » est secondaire .

    1. C’est comme pour le pape be be 16 : son passé aux jeunesses hitlériennes n’a pas gêné sa carrière, par contre, s’il avait été aux jeunesses communistes, c’était raté : excommunié d’office ! Comme quoi, église et patronat même candidat… La crois chrsitique devait mieux s’aclimater avec la croix gamée quavec la faucille et le marteau ARAMIS

  20. @ yotopolo et @ Aurore , réponse à des commentaires parus sur le fil  » Qui est de gauche? », sur lequel je n’arrive plus à les poster :

    Vous êtes sympas, mais je ne vous ai pas attendu pour m’en prendre publiquement

    -ni aux dépassements d’honoraires

    http://www.marianne.net/Les-specialistes-depassent-les-bornes-et-les-honoraires_a206064.html

    ou encore

    http://www.marianne.net/Medecine-les-depassements-d-honoraire-explosent_a193312.html

    ou encore

    http://mrc53.over-blog.com/article-5426531.html

    -ni aux profits des labos lorsqu’ils sont excessifs :

    http://www.pharmaceutiques.com/phq/rdp/art/9097

    Mais il est absurde de dire que l’industrie pharmaceutique ne s’intéresse qu’au court terme : les nouveaux produits anticancéreux, s’attaquant à la structure génétique des tumeurs , sont le fruit d’une bonne vingtaine d’années de recherche sur ces structures, et il en sera de même lorsqu’ arriveront sur le marché les médicaments utilisant les nanotechnologies .

  21. LE PRIX NOBEL DE LA PAIE :

    La lettre d’Attac – Face à l’impasse néolibérale, la riposte s’organise !
    Attac France 12:49 Conserver ce message en haut de votre boîte de réception Bulletins, Groupes
    À : infos@list.attac.org
    attacfr@attac.org
    Cet email ne s’affiche pas correctement ? Voir ce communiqué dans votre navigateur..

    Lettre d’information 15 octobre 2014

    « Cocorico » clament les éditocrates : un français « prix Nobel » de l’économie ! Peu importe que les travaux de Jean Tirole aient servi de caution à la dérégulation financière qui a débouché sur la crise de 2008, dont nous payons encore le prix. Le gouvernement français de Manuel Valls mériterait lui aussi un prix Nobel : celui de l’austérité, avec un budget 2015 qui va sabrer dans les dépenses publiques tout en garantissant des cadeaux fiscaux sans précédents aux grandes entreprises.

    Face à cette surenchère inacceptable, la riposte s’organise. Des manifestations se sont tenues partout en France et en Europe le 11 octobre contre les multinationales et leur monde, et contre le Traité transatlantique – dont le président Hollande s’est présenté comme un ardent promoteur. D’autres initiatives suivront bientôt. Nous préparons aussi les grandes mobilisations internationales pour le climat dans le cadre de la conférence de l’ONU qui se tiendra à Paris en 2015. Bref, c’est le moment de se retrousser les manches… et comme toutes les énergies sont nécessaires et bienvenues, n’hésitez à nous rejoindre !

  22. les théories, fumeuses or not, aussi le dogme (disons les orientations politiques) me laissent indifférents, car manquant de compétences je suppose, quand il me faut estimer le travail, la valeur, la qualité et du bonhomme.. rien d’extra, on est nbx (n’est-ce pas, j’espère) nourrissant qql carence dans le préjugé

    mon gouffre, abîme et précipice, mathématique étant incalculable -ça m’arrange: libère de la place à d’autre opération, sentimentale par ex- alors me pencher sur qql initiative, perspicacité (opportun) nécessité (?!) me font penser à M Yunus, le seul économiste ‘qui me cause’

    j’ai jeté un œil sur Wiki, je savais qu’il avait eu un Nobel, mais pas que le comité avait hésité entre Eco et Paix.. il ‘gagna’ ce dernier, et utilisa la ‘prime’ pour un hosto (ophtalmo) une usine de traitement d’eau et avec Danone (..) une société agroalimentaire

    Ela Bhatt aussi, instigatrice du micro crédit, fondatrice de Sewa, self employed women’s association.
    Membre du Elder’s club, fondé par Nelson M.. paix, droits de l’homme, sida, climat, pauvreté.. vaste programme, celui ci (entre autres) filant de l’urticaire aux sectaires (autre sujet)

    le micro crédit, la Grameen (village) Bank a un succès immédiat, aujourd’hui c’est 300 millions d’utilisateurs (ds la page web, il est écrit ‘bénéficiaires’.. j’entends: lucratif, rentable, bref)

    ‘tite interrogation.. ‘libéral’ signifie aussi: riche, blindé.. dès que t’as le Nobel tu le deviens hein.. remarque, avec 1 million de patates maintenant t’as plus rien..

    ‘ti ps, hello Stan, zen.. enfin fais comme tu veux, surtout plaisir.. Elie, comme disent Aurore, Castor: ‘s’entendre écrire’ et devrait ‘rendre ouvert et modeste’..
    sinon, je ne vois ni toc ni posture (ouf, no pathologie; mais ne suis pas spécialiste) plutôt un hobby, tel un réflexe..
    ne me rappelle plus trop de son accueil, premier propos à mon endroit (peu susceptible, no rancune, cf. gain d’énergie) mais drôle, surprenant ! mignon même, genre « moi Dieu toi sujet » le grand papa barbu, lui non cité, enfin tu vois, aussi je lui devais qql ‘merci’.. ah oui, pour la tranche de rire !

Les commentaires sont fermés.