La novlangue de Sarkofrance


IMG_0938.JPG

Le Monde poursuit une chronique épuisante, désespérante, mais bien écrite. Une enquête sur le mal politique qui nous saisit tous, et dont nous observons chaque jour les signaux faibles qui finissent par devenir collectivement assourdissants.

La politique française s’étouffe ainsi avec un vocabulaire devenu inaudible. Plus personne ne le comprend. Ou plutôt, on y devine vite la langue de bois, le masque, le mensonge.

La novlangue des temps modernes nous a envahi, certain(e)s ne le réalisent plus.

Nous nous sommes ici énervés récemment contre les « tabous« , expression à la mode largement utilisée à « gauche » comme à droite pour ringardiser celles et ceux qui pensent que la solidarité est encore une nécessité.

 

 

11 réflexions sur “ La novlangue de Sarkofrance ”

  1. « TOTEM ET TABOU » titre de S. Freud. La politique est entrée en psychanalyse…alors forcément ça fait mal et ça fait pleurer.

    comme dit le proverbe polonais « la vie est comme un oignon, plus on l’épluche et plus on pleure, et quand on a fini de l’éplucher, il ne reste que des larmes. »

    proverbe que vous pouvez retrouver dans l’excellent film de Schoendoerffer : « Dien Bien Phu »….et en plus sa musique me fait trembler…..

  2. Les définitions du dictionnaire de la novlangue mis en lien me paraissent fâcheusement teintées par les névroses de l’extrême-droite (voir les définitions de « bouc-émissaire », « africain », etc.), et peu compatibles avec la ligne que vous défendez cher Juan… Erreur de citation ?

      1. Merci ! Il me semblait bien qu’en matière de novlangue la gauche a déjà fait un boulot plus que sérieux (Bourdieu, Lepage…).

  3. En politique ce sont surtout les totems qui sont à bout, en ce moment. Des coups à ce que pépère se s’ringue la tronche au pudding, histoire de foutre en l’air sa ligne haricot vert et de faire péter quelques boutons de sa superbe roupane à cinq SMIC… Sale temps pour les faisans. L’UMP est en quête d’un nouveau fourre tout et le PS fini en eau de boudin. Ils sont coquets les aficionados de la langue de bois. Jette-moi donc tout ce fatras de vieilles badernes embourgeoisées et vive la 6e République. ARAMIS

  4. Pour moi c’est de la manipulation….et une fois qu’on a bien répété 20 fois la même chose relayée par certains medias aux ordres….il s’en suit toujours « les français sont prêts pour….. » ….et certains de dire….s’ils le disent c’est que çà doit être vrai !!!!

    1. Les décideurs et les faiseurs d’opinion pensent qu’ils pouvoir encore longtemps penser, parler et vivre à notre place. Leur argot d’arriviste a eu sa petite période ed « glire » entre adeptes du prêt à penser et peuple réel qui ne souhaitait aps vraiment savoir ce que ce charabias pourvait vouloir prétendre dire ou sembler dire. la corde est usée et les vrais gens en ont plus que marre alors c’est le déclin de cette clique de prétentieux se croyant marioles. ARAMIS

  5. ahh l’horizon… oui on dit moins ‘à la vertical’
    x mot clés: la vérité, lumière, brillant, éclairé,
    aussi des chiffres, heureusement des virgules !

    un jeune voulant faire produire son one man show, réponse « niet, tu ne fais pas assez banlieue »

    du temps de Fernand Raynaud (ouais, désolé) on s’épluchait moins l’oignon (remarque ça ne l’a pas empêché d’être interdit de séjour à Genève; comme le frère du Shah d’Iran, pas les mêmes raisons, ou un marmot de Kadhaf’)
    le web (se) régale « gros naze, fume c’est du belge, bientôt le Nobel » rien de vindicte ? en tous cas de victorieux

    j’aime bien aussi « pas considéré comme une menace » (on peut farter les skis mais faudrait pas déneiger la piste)

    n’oublions pas, cé sam’di (pour tous..) qu’un blog (forum) alors s’autoriser un peu de dilettantisme /l’important n’est pas de savoir mais de comprendre (: Beez, lien par yoyo)

  6. Sur ce sujet :

    Alain Bihr –  » La novlangue néolibérale : La rhétorique du fétichisme capitaliste  » – Editions Page Deux

Les commentaires sont fermés.