Qu’est-ce qu’être de gauche ?


Moi aussi je m’accroche, n’en déplaise aux un(e)s et aux autres, à cette notion de gauche. Mais je ne cherche pas/plus à délivrer des cartons de gauchitude aux unes et aux autres. Je sais bien, comme vous, que certains élus « par » la gauche ne gouvernent pas « à gauche« . L’important n’est plus  forcément là.

On se dispute la « gauchitude » pour une raison plus simple – le soutien de l’électorat dit de gauche, son soutien aux prochaines élections. Manuel Valls tente ainsi une OPA sur le gros du contingent PS, les militants, ses sympathisants. Il veut les convaincre qu’il faut aller dans sa direction au motif qu’elle est « moderne ». J’ai quelque mal à penser que ce qui me semblait ringard quand j’avais 20 ans serait moderne quand j’en ai 44.

—-

On peut être de gauche et discuter avec des gens de droite. Et même gouverner avec des gens de droite. Assumer des désaccords mais avancer ensemble car il faut parfois de l’unité nationale. La situation actuelle nous fait croire qu’il est impossible de se parler; c’est faux. Ce sont toujours les virulents qui parlent le plus fort, en premier, et le plus longtemps. En politique, dans les médias, et … dans les réseaux sociaux.

Bref…

Dans Politis, l’hebdo de ma jeunesse (campagne Juquin 1988, hein ?), Denis Sieffert se livre à l’exercice.

52 réflexions sur “ Qu’est-ce qu’être de gauche ? ”

  1. Dans cet édito Denis Sieffert vient de donner quelques raisons évidentes d’être de gauche , ou pas .
    Et pour résumer , suite à deux drames récents , pour moi être de gauche c’est se sentir plus proche d’un Remi Fraisse que d’un Christophe de Marjerie .
    Ce n’est à priori pas le cas de cette clique blairiste qui se trouve être aux commandes de la France aujourd’hui .

  2. Ma définition personnelle de la gauche est toute simple. La gauche, c’est toujours se soucier d’abord, d’abord, d’abord des plus pauvres, des plus faibles, des plus délaissés, des plus oubliés, des plus méprisés.

    On peut discuter de tout, avoir des désaccords sur tel ou tel point et je suis tout prêt à débattre de tout. Mais la boussole qui indique la gauche, c’est toujours le plus petit. Le fou, le malade, le vieux, l’enfant, le fragile.

  3. le gouvernement Valls est en train de nous convaincre que le « progrès » serait l’acceptation d’un libéralisme sans limite… je serais donc contre le progrès et définitivement plus du tout socialiste …. ou alors…. ?

  4. La gauche, c’est au moins trois choses :
    – le respect de la démocratie, servie par un système informatif pluraliste apaisé et non par une hystérisation médiatique et sondagière permanente qui la tue à petit feu ;
    – une économie au service de l’homme ( égalité des chances, protection sociale collective) et non pas l’inverse ;
    – le respect des libertés publiques fondamentales, telles qu’elles figurent dans la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789.

  5. Etre de gauche comme Hollande ou Valls c’est être père ou frère comme chez les Borgia. La gauche n’est pas un effet de mode et il faut se replonger aux origines des pauvres du Thiers Etat pour bien comprendre ce que c’est de se revendiquer de gauche. Défendre les plus humbles dans ses postures et ses dires, quand ce n’est pas dans ses actions. Le meilleur exemple est, évidemment , le parcours de Jaurès, parti de chez les bourgeois pour être devenu fondamentalement de gauche au point de gêner certains « tenants » du titre qui s’embourgeoisaient au gré des années… On ne se prétend pas de gauche, on l’est et çà doit émerger tout naturellement de votre personne. Pour le coup, Hollande et Valls ont bien du mal on le faire croire une fois aux manettes… Ils n’ont jamais été de gauche. ARAMIS

    1. « On ne se prétend pas de gauche, on l’est et çà doit émerger tout naturellement de votre personne. »

      Comme l’aura des saints, en quelque sorte !

      Vous avez de la chance que le ridicule ne tue plus…

  6. Non camarade on ne peut et ne devons pas gouverner avec la droite . Il suffit de voir ce qu’on donné les différentes coalitions : des Fours. Aucune n’a fonctionné . Et, quand une coalition fonctionne ce n’est plus une coalition mais un gouvernement de droite et point . Et quand on dit  » de gauche  » on ne parle que pour ceux qui le sont vraiment ,de gauche . Pas ,par exemple, les gouvernants actuels ,hein ?

  7. afin de ne pas se tromper il faut se poser cette question:
    quel est l’électeur le plus important pour un homme politique?
    – le soutien -gorge, en effet, il soutient la gauche, il soutient la droite et empêche le ballottage…
    ————————————————————————————————
    ne pas confondre être de gauche et être gauche comme beaucoup de responsables politiques anciens, actuels et futurs

  8. pour en rajouter une petite histoire de droite:

    C’est un jeune homme qui fait de l’auto-stop sur la Nationale 7. Une
    Mercedes 500 sel s’arrête. Le conducteur est en smoking, avec des lunettes
    noires et il fume un gros Havane. « Avant que vous ne montiez dans ma
    voiture, » lui dit-il, « il faut que vous me disiez si vous êtes de droite
    ou de gauche en politique » Le jeune auto-stoppeur un peu naïf répond: « Je
    suis de gauche » Et le type à la Mercedes lui répond « Dommage pour vous »
    en fermant la porte et en mettant les bouts.

    Quelques minutes plus tard, une BMW 820i s’arrête et il se passe
    exactement la même chose: le conducteur demande au jeune auto-stoppeur de quel bord
    politique il est, et le jeune gars répond qu’il est de gauche. Comme pour
    la première fois, le type à la BMW redémarre en laissant l’auto-stoppeur
    sur le bord de la route.

    « C’est débile », se dit l’auto-stoppeur. La prochaine bagnole qui
    s’arrête, je dirai que je suis de droite et basta!

    Quelques minutes après cette réflexion, une Porsche 911 s’arrête. Le
    conducteur est une conductrice, c’est même une blonde splendide, encore
    mieux carrossée que sa voiture. La blonde lui demande de quel bord
    politique il est. Cette fois, l’auto-stoppeur laisse sa naïveté de côté
    et répond qu’il est de droite. La fille lui dit: « Alors, c’est OK. Vous
    pouvez monter. »

    Le gars monte et remarque que la fille porte une minijupe ultra courte,
    et qu’au moindre passage de vitesse, à la moindre accélération, la jupe
    remonte, remonte… L’auto-stoppeur a le regard fixé sur les cuisses et
    de la petite culotte de sa bienfaitrice. Finalement, il n’y tient plus et il
    dit à la fille: « C’est marrant la politique; Je ne suis de droite que
    depuis dix minutes, et j’ai déjà envie de baiser quelqu’un! »

  9. juan il y a aussi des articles d’arié du nobs et autres journaux intéressants sur le sujet

  10. La gauche, ce sont les députés que voit le Président de l’Assemblée Nationale ( ou du Sénat ) lorsqu’il regarde à sa gauche, cette gauche qui est à droite lorsque vous êtes spectateur et que vous faites face au Président de ladite Assemblée

    1. Plus sérieusement, être de gauche, c’est avoir des valeurs de solidarité, d’égalité, de respect de l’autre, quel que soit sa couleur ou sa religion, de sens de la démocratie ( la vraie ), de respect des engagments électoraux, bref tout ce que n’ont pas les dirigeants actuels, de quelque nationalité qu’ils soient .

      1. Être de Gauche c’est… comment dire… c’est comme quand avant on… …enfin je veux dire c’est pour… ou non, c’est justement parce c’est… …mais surtout c’est… enfin bref être de Gauche c’est tout de même le… …c’est voir comment on peut…

        …Oh et pis merde !

        Être de Gauche de nos jours c’est finalement se poser beaucoup (trop) de questions.

    1. Extimités(…)

      Trop facile d’asséner sa vérité ! Allez hop hop hop ! Tu as deux heures pour développer !

      #NanMais

      ;-=

  11. Le centre du problème est que :
    Quand tu penses à gauche tu t’prends une droite, et quand tu es de droite tu planques à gauche.

    Alors être ou ne pas être, je suis perdue…

    ***

  12. être de gauche, c’est pouvoir poser un diagnostic sur les dérives de la finance et des multinationales parasites

    c’est pouvoir considérer simplement que l’intérêt général prime avant tout, donc supprimer les pantoufles de tous ces fonctionnaires qui se font payer leurs études par l’emploi pour se faire embaucher dans le privé….

    c’est ausculter la ligne recette du budget qui tourne de l’œil depuis 20 ans, grâce aux lois accomodantes pour les multinationales

    être de gauche, c’est boucler la grande gueule d’un fils à papa comme Gattaz et le MEDEF, organisation parasite dont la plupart des membres ont la tâche principale d’organiser la fuite de leurs bénéfices…

    être de gauche, c’est remettre en œuvre un plan stratégique industriel sur moyen terme, pour rapatrier les productions importantes et stratégiques qui nous échappent pour cause de » compétitivité »

    être de gauche, c’est considérer le secteur de l’énergie, des transports collectifs et des infrastructures comme stratégiques qui deviennent en période d’austérité des possibilités de relance et d’emploi.

    être de gauche, c’est laisser les multinationales, destructrices nettes d’emploi, se démerder avec leur bénéfice au lieu de les arroser, et renforcer les petites boites qui créent du lien social et de l’emploi local…

    être de gauche, c’est rapatrier nos outils de pouvoir de bruxelles et envoyer chier l’UE qui s’empresserait alors de renégocier…..

    être de gauche, c’est difficile à décrire parce que ça n’existe plus….être de gauche c’est faire un choix de société plus solidaire, redessiner les contours des actions de l’état dans un monde chamboulé, pour redonner confiance à tous ces gens qui sont au tas ou qui vont l’être sans aucune possibilité d’espoir, ou de confiance en l’avenir…

    autant dire, que ce n’est pas demain la veille qu’on va voir s’exprimer des mecs de gauche au pouvoir…..

  13. gauche.. alors mal’adroit
    gauche.. alors spatial
    gauche.. alors tutti color’s, toutes les différences
    gauche.. alors pas seul à bord
    gauche.. tribord toute !

    gauche.. pas comme ma mémé, paysanne, pauvre, soumise et en adoration de ses Seigneurs (le terrestre et l’Autre)
    raciste et sans cœur (si, mais boche)
    gauche.. car pas à genoux
    gauche.. car je suce mais je n’avale pas

    GAUche.. car j’écris de la main droite
    GAUche.. car je suis gaucher/de naissance
    GAUche.. car il ne fallait pas me faire chier

    GAUCHE.. car camarade
    GAUCHE.. car j’aime ce qui n’est pas droit
    GAUCHE.. car c’est mon DROIT

    même mes devoirs sont à GAUCHE

    GAUCHE juste pour faire chier Jésus, enfin pas lui-lui, chacun sa croix, hein bonhomme,

    GAUCHE.. car j’aime les autres
    (à droite ça l’fait pas)

    GAUCHE.. car gamin, avec mes copains, on savait le pot qu’on avait et tellement à offrir à ceux qui ne le savait pas..

    GAUCHE, car mon hémisphère (nord) se lève à l’est (sur ma droite) et qu’il va naturellement à..

    GAUCHE.. je me fous des prolos /j’en suis un; besoin de personne, ma bite et mon couteau

    GAUCHE.. pas de race, pas de serviteurs
    no esclaves

    GAUCHE.. des partenaires; on est si bien servi par soi même

    GAUCHE
    option: que ça plaise ou pas,
    mes oignons.

    ps, t’as un truc sur la résistance ?

  14. Je vais tenter de résumer l’ensemble des commentaires :

    Être de gauche c’est se contempler longuement dans le miroir et s’adresser un sourire éperdu de reconnaissance, tellement on se trouve beau, généreux, attentif, solidaire et parfumé sous les bras.

    1. Bien tenté, mais c’est encore raté. Play again.
      Attention, votre dernier joker se trouve coincé entre l’imparfait et le subjectif, utilisez de préférence la virgule pour humer votre score.
      Bonne chance !

      ***

    2. DIDIER GOUX : ETRE DE DROITE C’EST EXACTEMENT LE CONTRAIRE. Vous voilà habillé pour l’hiver. On vérifie ? Être de droite (comme vous) c’est donc se cacher derrière le miroir en faisant la gueule, pour avoir acquis la certitude d’être moche, égoïste, jean-foutre et mesquin, tout en refoulant du goulot.

      Les oiseaux se cachent pour mourir, les affreux de droite évitent de se contempler en critiquant les actions chevaleresques qu’ils qualifient de surannées, au comble de la jalousie, pour se donner une excuse. Pour eux, être vicelard c’est moderne, être généreux c’est ringard .
      C’est d’ailleurs pour çà qu’aucun grand homme ou femme cité en exemple depuis la Révolution, n’est de droite… On cite plus facilement, Hugo, Jaurès ou Louise Michel que le général De Gaulle qui n’avait de social que l’engagement qu’il tenu plus ou moins avec le Conseil National de la Résistance. Ceci dit il n’avait rien du loufiat Hollande qui est plus serviteur de la haute finance que ne le fut ledit général. Rendons-lui çà. ARAMIS

      1. Mon pauvre ami… Vous êtes décidément une merveilleuse « synthèse », pour parler comme Audiard (encore un homme « de droite », tiens).

        Quant à vos grands hommes, tous de gauche, c’est simplement le résultat de votre hémiplégie, qui vous fait oublier Chateaubriand, Balzac, Flaubert, Guizot, Tocqueville, Thiers et quelques autres.

        1. Thiers un grand homme ? Le massacreur de Communard. Et Flaubert était moins de droite que ne le fut son émule normand (je suis rouennais comme Flaubert et Corneille) Maupassant, qui ne savait d’ailleurs pas toujours de quel bord il était et qui finit ses jours à Charenton. Vous ce n’est pas de’hémiplégie dont vous souffrez, mais de dyscalculie spatiale aiguë. Vous devez avoir un gyrus en rade ou le cerveau monté à l’envers. PDR ARAMIS

          1. Relisez donc la correspondance de Flaubert, notamment ce qu’il dit de la liberté de la presse et… des communards, justement. Quant à Thiers, il fut un véritable homme d’État, ce qui n’implique pas obligatoirement que l’on approuve toutes ses actions.

            (Mais bon : pour ces brutes avinées, violentes et destructrices que furent les communards, il fallait bien que quelqu’un s’en charge ! Vous noterez du reste qu’un écrivain « de gauche » comme Zola se montre très réticent (c’est une litote) envers eux, dans La Débâcle.)

            1. Flaubert, Audiard étaient avant tout des anarchistes, classés à droite, certes, mais arnarcho avant tout, des bourgeois anti conformistes de leur temps) que je préfère à des politicards dit de « gauche » comme ces solfériniens qui passent leur temps à se renier en se prétendant de gauche. Il m’arrive d’être aussi classé à droite par certains, quand je dis que je suis pour la Nation et les frontières et contre le vote des étrangers. Pourtant je suis bel et bien de vraie gauche, de celle qui vise avant tout au bien être du bas peuple français. ARAMIS

              1. Le « bas peuple » ? Voilà bien une expression qu’un méchant homme de droite comme moi n’a jamais employée et n’emploiera jamais. comme quoi…

                Pour Flaubert, je crois que vous vous exagérez beaucoup son côté « anarchiste » : être antibourgeois à son époque était, pour un bourgeois se voulant artiste, le plus solide des conformisme. Et lorsqu’il écrit, dans sa correspondance : « J’irais jusqu’à Paris sur les genoux pour baiser le cul de l’empereur, s’il avait la bonne idée de supprimer la liberté de la presse », je ne vois guère d’anarchisme là-dedans.

                Enfin, libre à vous de le croire, si ça vous arrange.

                1. Je dis bas peuple parce que j’en suis et que je ne trouve çà pas plus péjoratif que France d’en bas. Nous savons bien que ce système excluant nous place tout en bas de l’échelle sociale en espérant nous y maintenir au plus bas. si j’avais mis le peuple vous m’auriez objecté que le peuple est divers et aussi bien de droite et du centre, alors… En suivant votre raisonnement Hugo avait été monarchiste, puis pour l’empereur Napoléon III Avant de la traité de « petit », Zola et Jaurès avaient été d’abord anti Dreyfusars avant d’oeuvre pour la reconnaissance de son innocence, ils étaient donc de droite… On n’en fini plus. Ce qui compte, c’est l’ensemble de leur vie et la fin de celle-ci. ARAMIS

                  1. Zola publie La Débâcle en 1892, il a 52 ans : on ne peut pas dire qu’il s’agisse d’une erreur de jeunesse…

                    Pour en venir à Hugo, c’est en effet une girouette se prenant pour Prométhée. Je ne comprends toujours pas comment on peut prendre au sérieux ses pontifiants aphorismes (du genre : « Ouvrir une école c’est fermer une prison », etc.) Politiquement, je crois que Hugo est l’ancêtre des blogueurs de gauche.

                    Quant au peuple, ce n’est pas parce que vous le qualifiez de « bas » dans une fraction de lui-même que cette fraction cesse d’être divers : il y a un « bas » peuple de gauche, certes, mais il y en a un de droite… et désormais un d’extrême droite, de plus en plus important numériquement, pour des raisons évidentes que l’on se refuse à voir en ces parages…

                    1. Vous pinaillez, là, DG. je parle du peuple réel qui souffre, mais qui sait néanmoins qu’il devrait y avoir un meilleur partage et qui s’y emploi en évitant d’être maso et grégaires comme leurs alter ego qui votent à droite ou à son extrême. ARAMIS

                    2. Mais j’avais bien compris votre « vision » : il y a un « bon » peuple, celui qui vote selon vos goûts, voire vos injonctions ; et un « mauvais » peuple composé d’abrutis conditionnés qui refusent d’applaudir à vos prêches et de vous remercier pour votre sollicitude à leur égard.

  15. GOUX

    le miroir ok, mais que le côté gauche ……….faut pas confondre le narcisse et la rose…

  16. juan finalement pour la question désolé je n’ ai pas la réponse.
    seulement une citation de bedos dans la situation actuelle
    « c’est dur d’être de gauche surtout quand on n’est pas de droite »

  17. tiens, puisque nous en parlons, je vais aller poser quelques chrysanthèmes sur la tombe du PS aujourd’hui…

  18. jésus était il de gauche ?,

    certains textes originaux le laisse penser, en particulier celui-ci qui fut exhumé d’un site de production du ppffff siècle « jésus vit notre travail et il en fut satisfait, puis il vit notre salaire, se retourna et pleura amèrement »…

    ce qui prouve bien la difficulté d’un syndicaliste renommé à s’imposer face au capital. Ce qui a été moins bien traduit, c’est qu’à l’issue de cette tristesse face à la fiche de paie, jésus s’est mis à multiplier les pains…

    première manifestation de la lutte ouvrière.. ?

      1. de nulle part, c’est une vieille blague de bureau bien connue, remixée et réadaptée ce matin au gré de ma bonne humeur….

        peut être l’effet des vapeurs de mon parfum sous les bras……

        1. Tiens , pour le plaisir , une belle phrase de Jésus sur la tolérance : « Il y a beaucoup de demeures dans la maison de mon père » ( Jean 14,2)

  19. oui, une bien belle journée, alors vous aussi..
    tiens, en profiter pour aérer..
    être de droite n’est pas un péché hein (hein)
    ni un délit (j’rajoute rien, pas envie d’aggraver son cas; le mien ? trop tard)

  20. La gauche c’est le « coeur »

    Définition de coeur (source wiktionnaire)
    6. (figuré) Organe considéré comme le siège de la sensibilité morale, des sentiments et des passions.
    9. (figuré) Centre de l’affectivité par opposition à la raison, à l’esprit.

    Donc la droite par opposition c’est la raison.

    Et paradoxalement, pour bien voir avec le coeur, il faut être de droite.

Les commentaires sont fermés.