Livres politiques: la nausée


C’était un choc, samedi dans une FNAC francilienne. L’un des présentoirs figurant les « nouveautés » du mois avait de quoi donner le vertige. Je cherchais le livre de Philippe Cohen et Lauréline Dupont. C’était trop tôt.

Je suis tombé ailleurs.

J’ai tenté d’en lire.

Celui de Laurent Mauduit, trop de rage compréhensible, trop de haine incompréhensible. J’ai lu Edwy Plenel, plus inspiré. J’ai refusé les autres. La situation « littéraire » politique est à l’image du pays.

#nausée

5 réflexions sur “ Livres politiques: la nausée ”

  1. scusi Juan, ch’uis pas du genre conseilleur (no radin, plutôt économe; no gaspi) alors une plongée dans la vieille (façon marmite) bibliothèque de la casa..
    trouvé un bouquin qui s’était échappé
    /rien de personnel
    « 342 hrs dans les Grandes Jorasses » Demaison, 71

    ok maintenant on va vite.. histoire-de gagner du temps (c’est ça..) les contraintes inchangées sont en dur; minérales aussi parfois,

    « .. ils sont à 300 m du sommet, 2 jours de vivre, 3 broches à glace. Et il neige tjs.
    Serge Gousseault montre les premiers signes de faiblesse (il ne reviendra pas) mais impossible de redescendre. Une seule solution: monter, monter, sortir au plus vite de la paroi, l’un tirant l’autre.. »

    de saison ? tout est politique ? (des fois je déconne) d’autres camarades, marins, traversent l’Atlantique (en solo) pour une bouteille de Rhum (a-qua pour les autres..)

    mon affection pour l’Homme est inaltérable (ni prescription) et qql allégorie,
    ne descendons nous pas du singe.. en promotion (on dit tête de gondole ?)

Les commentaires sont fermés.