23 réflexions sur “ Chanson du dimanche: Paris, par ZAZ ”

  1. Moi j’aime bien Zaz. Dommage qu’elle se soit un peu fourvoyée dans cette interview où elle a parlé de la » légèreté de Paris pendant l’occupation! Elle devrait refaire un peu de lecture de cette période, les documentations sur le sujet ne manquent pas …

    1. Dommage, en effet. La critique à l’encontre du passé de notre pays est facile quand on a les tenants et les aboutissants. Encore plus, quand on a la liberté d’expression. Et cette liberté, ce sont ceux qui se sont battus pour que la France reste la France qui nous l’ont donnée. Luttons pour la garder.

  2. Je me lève péniblement, tout est gris, il pleut.
    Je jette un œil à ma blogroll et tombe sur ce billet, cette chanson du dimanche…
    …Où c’est qu’j’ai mis mon flingue ?

  3. Peut-être, sur ce coup elle s’est égarée (j’espère)…. mais elle interprète bien…. j’aime entendre cette chanson !

    1. @Sylvie75 Ah oui!!!!!! J’ai toute la collection et j’ai eu la chance d’aller à leur dernier concert à Wembley en 86 car la maladie de Freddy prenait du terrain. Et évidemment le dernier cd.

      1. auroremathe.
        Je peux vous assurer que je vous envie d’avoir en souvenir un tel concert !
        un magnifique hommage lui avait rendu par Béjart….

  4. je l’aime bien, aussi sa voix, son timbre, et façon pétillante, mine malicieuse.. mais suis juste un provincial, elle n’a pas l’air dangereuse ?

    oui, p’tit concert sur le toit de l’Europe, public en nbr représentatif, ad hoc (probablement) Zaz, sa bande, alors l’ascension, le sommet et avec la contre basse, sympa non..

  5. Z’êtes dur avec cette petite boule d’énergie. Peux pas dire que j’adore, mais aimer ou pas n’empêche pas de reconnaître le talent ou pas. Et je trouve qu’elle en a beaucoup du talent.

    Pour le reste, sais pas si vous vous rappelez toutes les conneries que vous avez dites à son âge, mais moi oui et je ne m’en sens pas coupable, cela fait partie des erreurs de la vie. A une époque où l’on ne faisait pas le buzz sur quelques mots de travers, comme si c’était la chose la plus importante du monde. Que de choses sont plus choquantes.

    Ceci dit, le coup du CD Paris, ce doit être plutôt un coup de son label🙂 On a eu droit à Brubru parisien, on a droit à Zaz parisienne, attendons le prochain.

  6. je viens de voir (Obs) le buzz à Zaz et à vapeur..
    désinvolture, apesanteur, insouciance, imprudent ? sacré parigot..
    d’ailleurs à Londres, même époque, sous les bombardements, ils faisaient la teuf (oui mais eux sont anglais)

    « légèreté » .. quel toupet, elle est culotté,
    taquin: y a t-il encore des gens qui n’ont pas leur doctorat de français ? tiens, le rendre obligatoire.. mieux! faire une loi; ça n’empêchera pas les débordements, mais au moins un-cadre (restriction, punition)

    1. C’est vrai les anglais (surtout l’armée) faisait la fête sous les bombardements mais ils n’avaient pas les allemands chez eux. C’est navrant que ces jeunes ne connaissent pas l’Histoire de leur pays

      1. oui et suis d’accord auromathe, aussi des 2 bouts de phrases de Zaz, rien lu de péremptoire ni de négatif, plutôt rondes sur une mer calme..
        un peu agité par Libé: « légèreté ne convient pas pour évoquer l’époque des juifs traqués et climat de délation »
        vu comme ça hein
        rien à penser ni à rajouter (pas intérêt ? en tous cas pas né) pas certain que le parisien de l’époque sache le 1/3 des propos de Libé, bref,
        j’ose une p’tite taquinerie d’avant lundi..
        – si les artistes s’autorisent (droit) d’exprimer autre chose que leur (notre) réconfortant régime minceur, lieu de soleil et repos, homme femme de leur vie, et l’of course promo.. j’te l’dis: on va dans le mur😉

Les commentaires sont fermés.