Le jour où j’ai tweeté à 57 000 personnes.


Ce tweet m’a fait penser qu’il fallait régler quelques curseurs.

Les conversations politiques sur le Web dont nous avons l’habitude depuis bientôt une décennie (pour les plus ancien(ne)s d’entre nous) peuvent aujourd’hui se classer en trois couches.

1. L’écrit 2.0 d’antan, c’est-à-dire le blog politique, est certainement le moins puissant en termes de « reach » (= couverture). L’internet d’aujourd’hui est passé au format court et surtout video. Le blog est seul et isolé, déconnecté de toute logique « sociale » (au sens de la socialisation informatique, c’est-à-dire le partage démultiplié de ce que l’on écrit). Si vous écrivez pour faire savoir, arrêtez-vous.

2. Les plates-formes sociales telles que Twitter et Facebook sont une caisse de résonance plus grande. La raison en est simple: les développeurs de ces plates-formes ont mis au point toutes sortes d’algorithmes pour favoriser l’échange et le « reach« .

Par exemple, votre serviteur, pourtant modestement actif sur Twitter, a une couverture d’environ 57.000 personnes sur Twitter. Vu de ma chapelle, cela me paraît démesuré. En fait, c’est mécanique. Cela dépend du reach de vos propres followers sur Twitter. Inutile de préciser que cette couverture est inatteignable pour un blog politique.

3. Plus puissante encore, la video sur Youtube. Elle est devenue le support-roi de la communication 2.0. Et qu’y faisons-nous, nous pauvres blogueurs ? Rien. On n’est pas outillé pour cela. On écrit, à peine.

Pourquoi préciser/rappeler cela ? C’est comme une note de service. Que nos aimables contradicteurs qui pensent qu’on écrit pour la notoriété se rassurent. On écrit d’abord pour nos lecteurs et pour soi-même.

Point barre.

 

16 réflexions sur “ Le jour où j’ai tweeté à 57 000 personnes. ”

  1. d’où ….enfin tu verras, Juan.
    Statistique : 48seconde en moyenne pour la lecture des articles sur un site. C’est long et court à la fois. Il faut puncher, capter ce qu’il reste d’attention et même sur Youtube, c’est court qu’il faut faire. Comment alors développer un brin de réflexion ?

    Bref, vivement le 4.0😀

    1. Alain S. , sur You Tube, développe ses 2 neurones de réflexion en plusieurs heures parfois … il parait qu’il est TRES suivi …:/ mais comment peut- on tenir plusieurs heures à regarder/écouter un crétin pareil !

      1. Parce qu’il réussit simplement à capter l’attention sur les premières minutes par un message raccoleur répondant à des attentes de personnes paumées, perdues, ayant une haine … et puis aussi parce qu’on parle de lui. Ah le panurgisme !

  2. Si tu crois que les Narcisse qui se regardent dans le reflet de YouTube ne le font pas d’abord pour eux – mêmes … « Que tu te goures, fillette, fillette « …

  3. En 140 caractères ( Twitter) on ne peut rien dire : quel intérêt d’être écouté par 57 000 personnes lorsqu’on n’a rien à dire ? Je préfère un article de blog qui pourra exceptionnellement grimper jusqu’à 40 000 personnes, mais tourne habituellement autour de 5 000 personnes – mais en fera réfléchir une dizaine; et encore davantage un bouquin , qui dépasse rarement les 3 000 exemplaires , mais qui fera réfléchir 3 ou 4 personnes…

    En résumé : plus c’est long , moins ça touche de monde, plus ça peut en faire réfléchir .

  4. Twitter, c’est la pulsion, ce n’est pas réfléchi . You Tube, c’est le besoin d’exister pour celui qui y importe ses images .
    Le blog -et, surtout le blogueur- c’est celui qui pose son analyse, qui exprime, avec des détails, son ressenti . Pour les lecteurs-commentateurs, c’est plus enrichissant, ça nourri leur propre réflexion, et ça autorise de vrais échanges, quand bien même ceux-ci sont parfois…rugueux .

  5. 57 0000 followers. Envoie leurs un Twitt dans le genre « Je suis aux chiottes » tu verras s’ils te suivent vraiment. la solitude d’un blogger au milieu des ses milliers de followers dans le virtuel c’est comme dans le réel en vérité t’es un individu seul dans la foule. ca change pas vraiment. Les relations humaines via la machine au travers des écrans, voilà tout ce qui nous reste. On dirait le début de la fin d’un genre d’humanité. C’est peut-être les « Pink Floyd » qui avaient raison.
    « Welcome to the Machine » Quelle vilaine!

    1. c’est exactement le sens de mon (court) billet. Ces statistiques ne servent pas à grand chose.
      @Elie: d’accord avec vous également

  6. Est ce que la politique présente encore un intérêt pour les gens ?
    Je ne crois pas, ils sentent que quelle que soit leur opinion, ils ne sont pas maître du jeu.

    Alors effectivement, tenir un blog relève d’une envie de communiquer avec des habitués, et si le blogueur se lasse, chacun le comprendra.

    Twitter n’a rien de comparable, c’est un outil pour s’amuser.
    Un bon mot, une phrase chic et choc entre plusieurs twittos, relèvent plus d’une partie de tennis à 20 joueurs qu’à un espace d’information.

    Facebook n’a d’intérêt pour moi que parce qu’il regroupe des commerçants qui sortent des centrales d’achat lyophilisées.
    Je me fiche complètement de savoir si mes vrais amis sont facebookés ou non. Le téléphone ça marche encore.
    Les plus jeune y trouvent un espace pour communiquer rapidement avec d’autres et c’est tant mieux, cela d’autant qu’on les envoie à travers toute la planète pour le travail.

    Enfin, les sites de quelque intérêt que ce soit, représentent une attractivité indéniable, parce que l’espace permet beaucoup plus de choses, et que les sujet sont beaucoup plus ciblés et approfondis.

    Alors chacun a sa place, à lui de trouver la meilleure🙂

  7. vu comme ça évidemment ça change tout. …
    Au collège j’ai fait 80% de mes cours d’anglais dans le couloir.et je n’ai pas vu l’informatique assez tôt…ou plutôt elle a été plus vite que moi………j’ai quelque peine à suivre les follo…trucs… touit….etc..

    j’écris ça, au cas où il y ait des gens qui sont dans le même cas que moi, pour leur transmettre ce message… : « Confucius n’a pas connu l’informatique, et ça n’empêche pas qu’il est encore cité très couramment au XXI eme siècle. » rien n’est perdu

  8. La majorité des gens ayant un compte Twitter consacrent la moitié de leur temps à y poster et y lire des messages, et l’autre moitié à expliquer à quel point Twitter, c’est nul et sans intérêt .
    Encore un miracle de l’informatique.

  9. Les gens ayant un compte Twitter consacrent la moitié de leur temps à y poster et à y lire des messages, et l’autre moitié à expliquer à quel point Twitter, c’est nul et sans intérêt.
    Encore un miracle de l’informatique.

  10. comme disait Confucius justement « à l’école ils nous apprennent le passé simple, ils feraient mieux de nous apprendre le futur compliqué »

    1. Euh, l’anonyme c’était moi, pardon j’avais oublié de remplir les cases des coordonnées.

Les commentaires sont fermés.