Débranchez-moi.


La semaine dernière, François Hollande promet de réformer le droit de fin de vie. Sans aller jusqu’à promouvoir la légalisation de l’euthanasie, il a proposé que l’Assemblée créé un nouveau droit, à la sédation continue, c’est-à-dire, le « traitement conduisant à une altération profonde et continue de la vigilance jusqu’au décès, associé à l’arrêt des dispositifs de maintien en vie. »

Je ne suis pas médecin, si spécialiste de ces choses-là. Je comprend de cette proposition qu’elle ressemble à un accompagnement vers le décès.

Les présidents aiment fixer quelques caps sociétaux. De Gaulle avait raté le coche, Pompidou également. VGE put compter sur le soutien de la gauche pour l’avortement ou l’abaissement de la majorité à 18 ans. Mitterrand a légalisé  l’homosexualité (si, si), et abroger la peine de mort. Chirac n’a rien fait, Sarkozy fut un recul. Hollande a légalisé le mariage pour tous.

Hollande ajoute la fin de vie.

Le Nouvel Obs a publié récemment le témoignage d’une médecin, catholique, qui était initialement opposée à la légalisation de l’euthanasie dans son pays, la Belgique, en 2002. Ce témoignage est précieux, il faut le lire.

Le sujet est délicat pour quiconque a perdu des proches.

Pour les miens, plus tard, je vous rassure et vous préviens: débranchez-moi.

 

32 réflexions sur “ Débranchez-moi. ”

  1. Nous sommes un peu hypocrites sur le sujet. Ca n’a pas trop évolué depuis que le Pr Schwarzenberg avait été suspendu 2 ans parce qu’il avait dit qu’il avait aidé ses malades en cancérologie en phase terminale

  2. Pas facile de légiférer… il y a qq années j’aurais été plus sûre de ma décision….

    1. Et laquelle aurait-elle été ? Pour ma part j’ai trop vu souffrir les derniers jours mon père (il y a 45 ans les soins palliatifs n’existaient pas en France tout du moins) pour que ma décision a été : pas d’acharnement thérapeutique et pour l’euthanasie assistée

      1. elle aurait été « débranchez moi »…. mais je me sens plus proche actuellement de la position de dr Mimoun « la mort peut attendre » (ce n’est qu’une opinion personnelle)….

        çà ne veut pas dire que je ne suis pas d’accord avec la position des proches de V Lambert complètement démunis face à une loi qui leur refuse de l’aider à mourir….

        mais que je m’interroge sur d’autres cas, sur la situation de la prise en charge de la souffrance physique et morale, de l’accompagnement de la fin de vie du malade et de sa famille….dans une société qui se déshumanise où on dérembourse de plus en plus de médicaments que l’on considère de « confort »…
        alors parlons de la fin de vie mais dans toute sa dimension….

        Pourtant je suis totalement d’accord sur la liberté de choix…. je ne fais que m’interroger sur la difficulté de légiférer….à tort peut-être

        1. Non votre façon d’appréhender est compréhensible car c’est une terrible décision à prendre. Mes enfants ont été catégoriques lorsque mon mari a été gravement malade (décédé de deux cancers foudroyants en 2 mois), ils ne voulaient pas voir leur père (et également moi) devenir complètement dépendant…. Heureusement il n’en a pas eu le temps car lui-même n’aurait pas supporté.
          C’est pour cela que j’ai adhéré à l’ADMD

    1. @ Extimités ++++

      ceci étant….s’il arrive, en douceur, à nous faire passer l’arme à « gauche » ….. oups (comme dirait Ervé)

  3. Alors il faut adhérer à l’ADMD – association pour mourir dans la dignité – et vous aurez quelques chances que votre volonté soit respectée !
    Je précise que je ne suis pas rétribuée pour leur faire de la pub…

  4. j’ai eu une triste expérience avec mon père qui a souffert le martyre sans soins palliatifs évidemment ; il avait je pense à l’époque un cancer de l’estomac , je me suis occupé de lui 2 mois ; c’était pour moi comme un calvaire il souffrait terriblement et rien ne pouvait réduire ses douleurs, il m’a demandé un moment de le tuer, je n’ai pas eu ce courage et je m’en veux encore de n’avoir rien pu faire.
    j’ai donné mes ordres afin que ça ne se reproduise pas ainsi pour moi; de toute façon nous sommes tous biologiquement éternels.
    en vous écrivant j’ai les larmes aux yeux

  5. Le problème, en France, n’est pas celui de  » débranchez-moi » (acharnement thérapeutique) , ni celui de l’administration de doses de médicaments contre la douleur suffisantes pour tuer : tous deux sont légaux et codifiés , dans le cadre de la loi Léonetti, trop mal connue .

    Le problème, c’est celui du droit de choisir les limites au delà desquelles on n’aura pas envie de vivre , même sans souffrances particulières :

    http://blogs.mediapart.fr/blog/daniel-carre/121211/sante-des-personnes-agees-le-risque-et-le-raisonnable-selon-claude-got

      1. Vous n’avez pas compris l’article , vos enfants n’ont rien à voir avec ça.
        Il s’agit du « suicide ou mort assistée à la demande du patient  » (ce n’est qu’ensuite que Claude Got traite du cas particulier de « qui décide en cas de perte de compétence ? » – mais l’essentiel n’est pas dans ce cas particulier.)

        Il s’agit donc de la possibilité pour quelqu’un , ayant dépassé un âge raisonnable ( 75 ans ? 80 ans ? 85 ans? au législateur de voir) de dire  » Ma vie ne m’intéresse plus , je demande qu’on me donne les moyens de mourir » ( l’intervention d(‘un médecin, dont ce n’est pas le métier , n’est pas nécessaire; on peut très bien fournir à la personne un kit de produits à avaler, ceux que les médecins savent se composer pour eux-mêmes) ; et de le dire sans avoir à se justifier ( « je souffre trop » ,etc.) , au nom de sa liberté – qui devrait être un argument suffisant .

        Débat tabou dans les sociétés judéo-chrétiennes .

        1. Ô grand éclairé merci mais comme je l’avais souligné je galégeais…. Enfin bref. Cela étant c’est très dangereux car une personne âgée qui a des tendances suicidaires peut se diriger sur ce dispositif.
          Sans être « judeo-chrétienne » .
          Je suis plus encline à l’accepter dans les cas de maladies incurables

  6. La fin de vie est un sujet que je n’aborde que le soir du reveillons, a table, pour mettre de l’ambiance.

  7. « En fait dans « Débranchez-moi » ce sont ceux de la famille qui sont anéantis, sinon c’est une délivrance pour le malade »

    Et voilà, comme prévu, on en revient à l’inusable et comique « le plus dur c’est pour ceux qui restent ».

    Bandes d’hypocrites, va !

  8. j’arrive sur le blog , esprit « petites fleurs » « brise dans les feuillages » « soleil bienfaisant » et paf, ça cause de la mort……..heu de la fin de vie…

    faut être clair sur le sujet,

    toutes nos chiennes de vie on nous apprend qu’il faut baisser la dépense publique, c’est à dire, la médecine, les médicaments, les retraites, l’assistanat, les salaires et tout le bordel……. bref, que d’exister à vouloir un boulot, un salaire pour bouffer fait de nous un coût pour la société…

    toutes nos chiennes de vie, on nous apprend qu’il faut combattre un ennemi (il y a toujours un ennemi quelque part), l’industrie des armements est un des derniers secteurs florissants…..bref, que pour l’autre, souvent on est le noir, le rouge, le jaune, le………….qui emmerde par sa seule présence…..

    toutes nos chiennes de vie, on nous apprend que la propriété privée c’est la seule et unique conception ici bas qui fait de nous des hommes consommateurs et des jouisseurs libres, et la liberté c’est aussi de pouvoir planquer en paix les bénéfices, bénéfices que les pékins de base qui réclament toujours plus de fric, empêchent de tourner en rond………….il y aurait de la place pour tout le monde, si on acceptait le don de nos vies actives à la grande cause de la « compétitivité »

    et voilà qu’au moment où on pourrait débarrasser nos carcasses, pour cause de souffrances, de ce monde terrestre qui rêve que de nous voir travailler pour peau de balle et consommer sans coûter, nous reproche d’exister dès qu’on ne sert plus à rien ….., voilà donc qu’un paquet d’hypocrites met la bouche en cul de poule et parle de morale, d’éthique, de scrupules de ceci ou de cela , et patati et patata …;

    qui a dit « l’état ne peut pas tout « ?

    c’est tout ce que j’ai à dire sur ce sujet…j’espère pouvoir consommer ma fin de vie tout seul si ça tourne vilain pour moi, bordel….

    de toute façon, j’ai fait le compte, il y aura très exactement 7 personnes pour verser une larme sur mon sort d’évaporé……(je compte pas les copains d’apéro qui trouveront toujours un remplaçant)..

    bon allez, je retourne à mon esprit « petites fleurs dans la prairie », « musique de la pluie sur la tôle de ma voiture »  » travail dans la joie et la bonne humeur » (si un concurrent ne me fait pas chier) …..

Les commentaires sont fermés.