1280px-Apocalypse_vasnetsov

La gauche, lundi, en Grèce


La parlement grec doit saisir la balle au bond, ce lundi 29 décembre.

L’élection au suffrage indirect du nouveau président de la république grecque est si difficile qu’elle a eu cette conséquence improbable: l’actuel premier ministre conservateur a proposé aux députés des élections législatives anticipées de 6 mois.  Et si le président n’est pas élu au troisième tour de scrutin – ce qui est fort probable, l’Assemblée sera dissoute.

Les sondages promettent une victoire à Syriza. La route vers le pouvoir est pourtant semée d’embûches, rappelle BASTA. La Grèce est un pays ravagé. Devant la perspective d’une victoire de Syriza, on évoque désormais le pire, la catastrophe économique, la sortie de la Grèce de la zone euro et même une faillite bancaire générale.

L’actuel gouvernement cherche aussi à bloquer 11 milliards d’euros de reliquat du prêt accordée à la Grèce pour la recapitalisation des ses banques.

Sans rire.

Les prédictions apocalyptiques ne sont pas l’apanage des politiciens grecs. A l’étranger aussi, on s’y livre avec délice.

Les déclarations récentes de Klaus Regling, directeur général du Mécanisme Européen de Stabilité (MES), sont surréalistes pour qui croit encore à la politique:  dans une interview au quotidien grec Kathimerini, ce dernier a estimé « normal que les marchés soient inquiets quand l’opposition a des points de vue radicalement différents sur l’avenir du pays. En Espagne, au Portugal et en Irlande, les gouvernements ont changé mais les programmes de réformes n’ont pas été interrompus. En Grèce, il semble y avoir plus d’incertitudes« .

Plus terrifiant encore, le ministre conservateur des finances Wolfgang Schäuble a expliqué: « Nous allons continuer à aider la Grèce sur le chemin des réformes dures ».

43 réflexions sur “ La gauche, lundi, en Grèce ”

      1. La grande messe appartient au XXème siècle. ça bouge sur internet. Tiens regarde bientôt la démocratie directe sur internet avec une chambre parlementaire constitué d’internaute!?

        1. Excellent Voda ! Merci. Citoyen actif, responsable assos et militant de la démocratie participative directe. je suis preneur à 100 % ce qui me fait marrer c’est que quand nous, (dockers de Rouen), nous sommes fait virer du port pour être devenus « obsolètes » aux yeux de nos patrons après avoir contribué à enrichir, nous sommes sur maintenant internet à trouver obsolètes nos « décideurs sans âmes et leurs larbins de cadres qui leur donnaient raison. La roue tourne et les premiers seront bientôt les derniers, comme le disait la Bible, il y a 2000 ans. Vive le progrès quand il profite aux partageux ! ARAMIS

            1. Chevènement était un tantinet plus dans le vrai que Bayrou qui voyait l’Euro contrer le dollar. Le Franc accroché au Mark a bel et bien continuer d’y être soumis en se fondant dans l’Euro (allemand) comme le voyait Chévènement. C’est bien une Europe anti sociale sous domination allemande que nous avons et dont il faut sortir au plus vite avant de ne plus pouvoir y mettre son grain de sel. ARAMIS

  1. Selon la règle le troisième tour ne demande plus que 180 votes sur 300 (les deux premiers c’était 200) pour faire réelire Dimas.
    Premier tour 160 sur 300,
    Deuxième 168 dont deux Aube Dorée et un député socialo modéré mais hors Pasok (équivalent du PS canal Hollande) dénonce une tentative de corruption sur lui par un des sbires de Samaras (Nouvelle Démocratie équivalent UMP) qu’il a même enregistré. Plainte pas recevable.
    Junker menace du chaos, et l’agent spécial Moscovici vient répéter l’ordre impérial: votez bien ou pan-pan tutu.

    Lundi on saura donc si l’UMPS locale a réussi à « convaincre  » 12 autres députés des petits partis, mais vous ne saurez pas combien ça a couté.

    Je soujaite évidement une victoire de Siriza, doute ou pas doutes. Car la rue à Athènes poussera ; les Grecs n’ont plus rien à perdre après 6 ans d’austérité destructive (PIB – 25 %, chomage 26 %, salaires en baisses jusqu’à 50 %, etc..).
    Et la rue peut être violente à Athènes.

    On ne vous en a pas trop parlé, mais les dernières manifs ultra violentes, emportées par les anarchistes (300 arrestations = 300 passages à tabac) pour sauver un jeune gréviste de la faim ont gagné,

    Le gouvernement Samaras a plié.

    Et Tsipras sait qu’il aura le peuple dans la rue avec lui contre la Troïka… ou contre lui s’il se soumet à Bruxelles.

  2. il faudra bien un jour se poser des vrais questions et porter sous le feu des projecteurs la faune d’illuminés qui composent la commission de l’UE,

    la grèce ne décide plus de rien depuis des mois, les comptes sont directement pris en main par les rats de la troïka, l’élection qui se prépare n’est qu’un écran de fumée momentané…..

    n’oubliez pas 2005 et 2008 chez nous, à propos de l’Europe, n’oubliez pas le passage au pouvoir de monti jamais élu par le suffrage en Italie et gardez bien en vue l’épisode de chypre…

    et j’en oublie certainement, …sauf à rajouter la présidence de la crapule juncker à la tête de la commission . (mais celle là, je la fais souvent)…

  3. Grosse déception en perspective pour les Grecs en cas de victoire de Syriza.

    Ce que promettent les dirigeants de Syriza, c’est »Une négociation européenne avec un gouvernement SYRIZA »
    Autrement dit : pas de sortie de l’ UE et de l’ euro ( comme le permet l’article 50 du traité de Lisbonne).

    Autrement dit : il n’y aura aucune négociation , puisque l’ Allemagne leur dira: » Il n’y a rien à négocier, c’est à ces conditions-là que nous vous prêtons de l’argent, point final ; si vous n’êtes pas contents , libre à vous de quitter l’ UE : on n’en a rien à cirer, vous ne représentez que 4 % de son PIB »…et Syriza a déjà bien précisé qu’en aucun cas, elle ne quitterait l’ UE et l’ euro (il ne faut quand même pas prendre ses dirigeants pour des cons !).

    1. Pas si simpliste,
      si c’était vrai on pourriat ce demander pourquoi le crise grecque a mis le feu à la zone euro il y a 6 ans ? pourquoi ce beau et ferme discours n’a pas déjà été tenu ?
      il y a une file d’attente sur toute la façade Sud pour sortir de l’euro voir de l’UE, il y a un Royaume Uni (enfin pas trop) qui conteste la doxa Merkel. Qu’il n’y ait aucune solution à base de relance des dépenses, ne fait que renforcer l’obligation de trouver, battir un autre modéle.

      Ceci étant valable d’ailleurs aussi pour les USA en faillite frauduleuse. Ce n’est pas quelque chose que vous pouvez imaginer, je sais, mais à un moment la réalité s’impose et le prochain crac, si la date n’en est pas encore connue, reste une certitude.

      Il y a 25 ans j’avis un peu surpris des amis en leur disant que l’Europe avait beaucoup à apprendre de la Grèce.

      C’est tout à fait d’actualité d’aujourd’hui.

    2. Dites donc herr doctor : sont aps très proprets vos têtes de gondoles greques : « C’est le député grec Pavlos Chaïkalis, membre du parti des Grecs indépendants, qui a vendu la mèche : 700 000 euros en liquide, plus le remboursement d’un de ses prêts bancaires et des contrats publicitaires (soit environ 2-3 millions d’euros au total), c’est ce qui lui aurait été proposé en douce pour voter « correctement » à la présidentielle grecque. »

      1. Je vous l’avait signalé plus haut. Amusant car il a enregistré les alléchantes propositions. Preuves non acceptées.
        Bon c’est en route pour des législatives le 25 Janvier,

        Tsipras est Grec (un compliment au courage, intelligence et astuce de ce grand peuple de résistants) , il sera donc dans le discours modéré pour gagner les élections.

        Faites sauter la banque !

  4. Suite à la crise financière de 2007 (subprimes, emprunts toxiques) ce n’était pas la Grèce qu’il fallait sauvé mais l’€uro.

    Il n’y avait pas besoin de cette monnaie. Nous aurions tous pu garder notre souveraineté monétaire. Il existait l’E.C.U. European Currency Unit pour évaluer la santé économique de l’UE.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/European_Currency_Unit

    Et au lieu d’investir des centaines de milliards d’€uros que les contribuables européens payent surtout dans les pays dits contributeurs nets dont les principaux sont depuis l’origine de la construction européenne (Allemagne, Royaume Uni, France) et bien la Grèce auraient pu faire faire fonctionner sa planche à billets… Cela auraient dévaluer leur monnaie et eu une légère incidence sur la zone UE, point.

    S’ils avaient conserver leurs drachmes même dévalués, cela n’aurait pas eu toutes les conséquences que l’on voit aujourd’hui… La Grèce aurait tiré son épingle du jeu grâce au tourisme… Un drachme au niveau des pâquerettes cela donne envie d’aller visiter le berceau de notre civilisation. Mais avec le niveau de l’euro? même en étant français, la Grèce coûte chère…

    Tous les gens qui avaient réfléchit sur le problème savaient ce qui allait se passer… mais c’était une minorité de vilains souverainistes.

    Voici un extrait de ce que nous a laissé Maurice Alllais (Prix Nobel d’économie en 1988) comme testament:
    « Les grands dirigeants de la planète montrent une nouvelle fois leur ignorance de l’économie qui les conduit à confondre deux sortes de protectionnismes : il en existe certains de néfastes, tandis que d’autres sont entièrement justifiés. Dans la première catégorie se trouve le protectionnisme entre pays à salaires comparables, qui n’est pas souhaitable en général. Par contre, le protectionnisme entre pays de niveaux de vie très différents est non seulement justifié, mais absolument nécessaire. »

    http://www.marianne.net/Le-testament-de-Maurice-Allais_a198475.html

    1. E.C.U. European Currency Unit
      Valeur déterminée par le panier de monnaies

      La valeur de l’ECU était déterminée par un panier de monnaie, comprenant tout ou partie des monnaies des pays membres de l’Union européenne.

      « Chaque monnaie avait un poids différent. »

  5. d’une manière générale, il faut se rendre à l’évidence, l’UE, la grèce et tous les sujets concernant l’économie et la présence de voyous pour guider nos destins ne doit pas intéresser grand monde….

    Je lisais sur marianne les articles les plus lus de l’année, on aurait tort de se faire de la bile pour notre avenir…

    – le suivi en direct de l’évolution de la couille gauche du père forateur

    – les états d’âme de valérie T, esseulée d’une star du show biz politique

    – le suivi de la carrière d’aboyeurs de foire et de provocateurs compulsifs

    – le bulletin de santé journalier d’un narcisse quèteur et couleur d’assoss

    bref, la grèce c’est pour les diététiciens

    1. Marianne m’a blacklisté et je ne suis pas le seul ; Que reste-il surMarianne pour animer la foire ? Elie Arié ? Oui, bon, je ne perd rien quoi . Par contre sur le Net, on peut refiler des liens faisant état de Syriza et de Podemos, comme le blogue de notre ami Gauche de combat. ARAMIS

      1. L’Immonde mais plus personne ne lit ce truc, pas plus que Libé, Nobs et sa filiale ruebobo.
        Sur l’Ukraine ils ont réussi à être pires que le Washington Post et le Wall Shit Journal.

    1. Syriza a clairement annoncé que , s’il parvenait au pouvoir, la Grèce ne quitterait ni la zone euro ni l’ Union Européenne, et que ses prêts seraient remboursés ; quant à Podemos, il n’a toujours pas de programme politique.

      Comme avec ta pétition pour la 6 ème République, dont plus personne ne parle, tu t’achemines irrémédiablement vers de nouvelles déceptions : mais il faut croire que tu aimes ça…

      1. On se tutoie hein mon pote EA ?
        Ton ignorance sur la politique grecque et les Grecs n’a d’égal que ta compétence sur les suppositoires de l’Union Liberale Européenne.

        Qu’est-ce que les Grecs ont à perdre qu’ils n’aient pas déjà perdu ? Ces fils de XXXX de l’UE savaient ce qu’était la Grèce pré-UE, pré-Euro, ils connaissaient les pots de vins distribués pour les contrats d’armement, pour les infrastructures.
        Le jeu de ces glaireux étaient de compenser la désertion du Danemark (pourtant éligible, + le refus de Tony Blair le criminel de guerre) et de faire le pont avec la Turquie pour que le calque UE/ OTAN soit raccord.

        La Grèce pays béni des Dieux, les Grecs ont pompé la vache à lait au max, qu’ils en soient remercié. Maintenant ou bien Syriza et Tzipras les affranchissent ou bien le demos hellinico (peuple grec) s’affranchira et il y aura un nouveau OXI day (le jour où ils ont dit Non à Mussolini, qui leur à couter 600.000 morts , 10 % de la population).

        Stupide europe, égoïste et avare Allemagne, crétins de Bruxelles.

        La ligne de front anti-UE est en Grèce, le conflit ne fera que s’étendre des Balkans (et c’est commencé) à Lisbonne.

        Mais rassures-toi, tes potes libéraux vont faire sauter la banque, les Grecs vont juste sortir du casino, fauchés mais libres.

      2. Cher doctor . apparemment j’ai fait mouche. Le pire pour vous c’est que ce n’est absolument pas une propagande. Le onde de que vous chérissez s’effondre sur lui-même pour notre plus grand bonheur. Le fait qu' »on » ne parle pas de la démarche citoyenne française ou qu' »on » fasse tout pour essayer de trouver une porte de sortie à ce qui nous apparaît comme la disparition inéluctable du capitalisme, dans la droite ligne de ce qu’à subie le faux communisme, ne nous surprend pas vraiment et indique bien le niveau de peur de votre système taillé en meringue. Nous sommes sereins et déterminés. Nous sommes partie intégrante du peuple réel. La 6e républkique française est non seulement en poupe, mais également son équivalence au niveau européen. ARAMIS

        1. @ Charles Michael et @ claude carron

          Je ne « soutiens » nullement cette Europe libérale, je constate qu’elle est malheureusement là ,alors qu’on aurait pu l’éviter ( mais, à l’époque, les chevènementistes , dont j’étais, et les séguinistes étaient bien isolés…) ; mais, en ce qui concerne la Grèce, je souhaite vivement la victoire de Syriza, : vous verrez qu’elle sera aussi efficace que votre pétition pour la 6 ème République.
          Inutile de répondre, l’avenir proche nous départagera .

          1. Elie Arié, si nous sommes d’accord sur Syriza allors gardez un peu l’espoir que l’exemple grec aide à infléchir la course des choses.

            Bien sur que certains doutes existent sur la marge de maneuvre et même sur la détermination de Tsipras; la situation, si Syriza gagne les élections, ou pas, risque de déraper sérieusement en Grèce: les Grecs n’ont plus aucun espoir, leur reste que casser le moule.

  6. espoir pour vous prouvez que j’ai raison de boire que champagne:
    Étrange ….. Les médecins n’en parlent pas ?

    De quoi les faire bondir avec tous ces effets bénéfiques, ce devrait être remboursé par la Sécurité sociale ! On limiterait peut être le
    gouffre !

    Ce vin est exceptionnellement riche en sels minéraux :
    sodium, calcium, magnésium, et surtout en bi-tartrate de potassium (30 à 100mg/l).
    Ce composé minéral a la propriété de favoriser la tonicité et la contraction des fibres musculaires lisses et striées.
    Il renforce la systole cardiaque.
    Riche en phosphore, aliment du système nerveux, il est un euphorisant naturel. Bactéricide, surtout intestinal. Il a une action tonique sur l’estomac.
    Par son acidité naturelle, il combat le colibacille qui se développe en milieu alcalin.
    Par son action désintoxiquant, il nettoie les vaisseaux les dépôts calcaires et les parois vasculaires, et fait obstacle à la sénescence et aux rhumatismes.
    Il agit contre l’aérophagie et l’estomac paresseux.
    On dit de lui qu’il est le « lait du vieillard »
    On l’utilise contre les affections coronariennes et aide ceux qui relèvent d’un infarctus.
    Également contre l’arthrose et la goutte.
    je comprends mieux pourquoi les toubibs n’en parle pas!!! ils perdraient des clients

  7. que les dirigeants de l’UE et les rats à la tête de la troïka soient nerveux, cela s’entend.
    Pas tant du fait de l’élection d’un parti criant sa détestation de la finance (on peut parier que la nuisance de la propagande sera maximum pour faire peur aux votants)…mais plutôt parce qu’il y a un mouvement de fond perceptible qui fait que la masse critique de prise de conscience d’une entourloupe gigantesque monte progressivement ici et là,…

    A court terme, il ne se passera probablement pas grand chose, d’ailleurs se serait l’idéal que la moindre sortie de l’euro se fasse d’une manière réfléchie, y compris en Grèce..

    admettons quand même que les grecs soient suffisant en souffrance pour mettre au pouvoir un vrai gouvernement de rupture à la politique de l’UE…quelques hypothèses peuvent se produire, car il ne faut jamais oublier que » les marchés  » sont cons et surtout moutonniers ce qui revient au même du point de vue de la psychologie de foule), jusqu’au point de se détruire tous seuls ……

    1° la préparation de sa sortie éventuelle de l’euro pourrait déclencher une spéculation effrénée sur la monnaie euro qui frapperait de plein fouet tous les autres pays de la zone, avec élévation du taux d’intérêt qui alourdirait immédiatement la dette, il faudrait alors couper encore plus sauvagement dans les dépenses publiques (qui n’est pas ou plus le problème)…ou mettre de nouvelles taxes en place

    2° les grecs sont décidés à aller au bout de leur « libération monétaire » et la renégociation de la dette actuelle n’aura pas lieu dans les prochains mois..
    alors la grèce sort brutalement de la zone euro, refuse de payer la dette comme les islandais, dévalue en monnaie locale …et se met à redevenir compétitive ou à retrouver le dynamisme perdu sous les fourches caudines de l’euro et de l’allemagne…..

    qui aurait l’air con définitivement après avoir chanté « c’est l’euro pour le bien de tous…ou le retour aux ténèbres et au moyen âge ?

    parce que nous sommes bien dans un jeu d’esbroufe de grande envergure…

    la cata ne viendra pas des citoyens, elle arrivera directement du système financier, les crânes d’œuf qui fixent les états et les citoyens tout en se demandant comment les tenir en laisse et leur serrer progressivement le quiqui, vont se faire niquer grave par le système financier qu’ils protègent et engraissent…….comme en 2007….

    comment croyez vous que tous ces mecs qui tiennent leurs fromages, vont ils pouvoir continuer à le protéger, fut ce à continuer de laisser crever socialement des dizaines et des dizaines millions de personnes ?

    les éléments d’une future oppression par tous les moyens sont déjà en place., et les dirigeants « ordinaires » feront le boulot demandé par les vrais maîtres dans les coulisses….

    nous cherchons des extrémismes à la papa en prenant référence sur l’histoire, mais si l’histoire bégaie, elle ne représente jamais les plats de la même manière…

    je dis ça mais je dis rien……..j’ai rien d’autre à faire momentanément

    1. Je suis assez d’accord avec l’ensemble de ton post Stan. Une révolution ( calme et déterminée) citoyenne et intelligente est bien en marche en Europe et la partie visible démarre en Grèce. Ce sont les contre révolutionnaires (finance et fascisme) qui risquent de provoquer le chaos pour court-circuiter ce grand mouvement enveloppant sur l’Europe. Je pense (et j’espère) que les peuples verront et sauront quoi faire. ARAMIS

    1. très intéressant, merci Voda. C’est le coup de donne-moi ta montre je te donnerai l’hure (si je veux) amplifié. L’Europe du fric pour les friqués devient un véritable cancer mestastasant le corps social de l’Europe. Ni les Saignées ni les lavements et autre fumigations ne pourront évidemment suffire à étancher « les dettes » puisque c’est le moteur même de cette arnaque gigantesque destinée à enchaîner les peuples au non de la mondialisation du moins disant social. Jetons un oeil sur cet extrait bien parlant :

      « D’autres détails qui interpellent…

      En outre, l’enquête menée par Attac a mis en lumière plusieurs points qui interpellent dans le prétendu « plan de sauvetage de la Grèce » :

      À plusieurs reprises, l’UE et le FMI sont revenus sur leurs déclarations et ont suspendu les versements promis pendant des semaines voire des mois pour faire pression sur la démocratie grecque : à l’automne 2011 pour empêcher la tenue d’un referendum sur la politique d’austérité ; en mai-juin 2012 pour augmenter les chances des partis amis de la Troïka lors des élections législatives. En suspendant les fonds promis, la Troïka contraint le gouvernement grec à émettre des obligations à court terme pour éviter la faillite imminente. Ces « bons du Trésor », arrivant à échéance en quelques semaines ou quelques mois, revêtent un taux d’intérêt plus élevé, ce qui augmente de fait la dette publique grecque. Une preuve de plus que la réduction de la dette n’est pas la principale préoccupation de la Troïka mais plutôt un prétexte pour poursuivre la destruction de l’État providence et des droits des travailleurs »

    2. VODA

      effectivement, mais sans surprise. Les choses vont sans dire mais elles vont mieux en les disant…

      si ma mémoire est bonne, lordon avait déjà fait état en son temps des négociations sur la dette grecque où il faisait état de ce fameux transfert de la dette privée délestée sur le domaine public..

      le principe de la privatisation des bénéfices et de la mutualisation des pertes ne date pas d’aujourd’hui, mais il faut admettre que l’exercice devient insoutenable.
      Nous ne sommes plus dans l’épreuve de force, mais effectivement la rente et la finance a gagné le combat par jet de l’éponge des états…

      filoche avait écrit quand l’état arrosait le système financier qu’il revenait à croire que jeter des carcasses de boeuf à la mer allait éloigner les requins; »

      1. « Privatisation des profits et nationalisations des pertes » sur le sacro-saint du « Too Big Too Fail ». C’est qui perd gagne, quoi! La finance joue au casino et même qaund elle perd c’est la banque qui gagne. C’est écoeurant!

        Dès lors que l’on aborde c’est ignominie de la finance internationale. Ce qui est encore plus dégueulasse, c’est la scène politique française. Le sujet est tellement tabou qu’il laisse le flambeau aux extrêmistes et celui qui fait le plus entendre sa voix c’est le FN. Problème, donc alors pour ne pas se faire taxer de « faciste » voir de « Troll ».On ferme sa gueule quoi!

        Lordon a eu le mérite de proposer une solution très simple. Il suffisait de laisser les banques s’écroulées pour les racheter au nom de l’Etat pour l »Euro symbolique. Je schématise mais c’était un peu la démarche. Seul bémol, c’est que l’activité bancaire n’est pas une activité pour une nature « administrative ». Malheureusement, seul un esprit de « marché » ou « commercial » est à même de savoir quand il faut financer tel ou tel projet (particuliers ou entreprises)… Il y a une part de risque à prendre qui ne correspond pas à l’esprit fonctionnaire, c’est comme ça. Mais j’aime bien Lordon quand même. Sa démarche intellectuelle est pure car elle est désintéressée. C’est un vrai scientifique.

        1. Ce n’est pas tant le FN qui fait entendre sa voix, que les médias qui la répercute .
          Les libéraux ont fait leur choix : plutôt Marion Anne Perrine que le FdeG !

  8. Au sud de l’Europe, ce sont les partis de la Gauche radicale qui ont le vent en poupe ( Espagne, Grèce, Portugal ) . Au nord, ce sont ceux d’extrême-droite .
    Cette UE du fric va, semble-t-il, vers des lendemains qui déchantent . Et nous, pauvres citoyens, nous pourrions bien en prendre plein la figure . Mais on est habitué .

Les commentaires sont fermés.