Éloge de la méchanceté


/home/wpcom/public_html/wp-content/blogs.dir/ff8/1307707/files/2014/12/img_1781-0.jpg Les trolls existent depuis longtemps. Ce livre offert à Noël sur quelques grandes méchancetés de l’histoire tombe à propos. La situation politique actuelle mérite quelques commentaires méchants. Pire, nous avons tous pris l’habitude de vanner plus ou moins durement. L’internet a rendu possible le commentaire de chacun et l’interpellation collective permanente via les réseaux sociaux.

39 réflexions sur “ Éloge de la méchanceté ”

  1. voila un sujet bien vaste à traiter, la vacherie écrite sur un blog ou un réseau « social » n’est jamais qu’un transfert de pensée privée sur un lieu public….c’est son seul problème. Vanner en famille ou entre potes dans le salon de sa petite maison de campagne, n’a d’effet que….dans le salon…

    si depuis la nuit des temps, la terre avait dû garder dans son atmosphère toutes les méchancetés de l’humain ordinaire, il y a belle lurette que l’air ici bas serait devenu irrespirable, ne nous plaignons donc pas, que ce ne soit que le CO2 qui nous empuantisse…

    j’ai bien dit « méchanceté de l’humain ordinaire », parce que, comme tout écart, la méchanceté est une partie intégrante de la lutte des classes et la nuisance est parfois bien proportionnelle à la capacité sonnante et trébuchante ou à la position sociale pour emmerder un lot plus ou moins conséquent de terriens en même temps…

    la méchanceté n’est jamais que de la souffrance intériorisée, (envie, comparaison, performance, manque, fierté, désir d’accumulation….)

    outre la manière, la méchanceté est elle toujours néfaste ? faut voir…
    la sagesse orientale nous enseigne que si une semence de blé ne grandissait que sous le soleil, il y aurait fort à parier que les épis seraient vides, le blé a besoin de la pluie, du vent et des orages pour se renforcer…

    ne dit on pas également qu’on ne secoue que les arbres à fruits pour les faire tomber ?

    la méchanceté perçue par les uns, peut être du bienfait pour les autres..

    par exemple juncker qui a signé l’évaporation de centaine de milliards de bénéfices au détriment de la zone euro (500 millions d’habitants), à une époque où il était quand même un chef d’état, a fait du bien au luxembourgeois (500 mille habitants) aux banquiers et aux actionnaires de multinationales non ? n’a t’il pas été récompensé pour cela en devenant chef de la commission de l’UE ?

    tiens valls qui dit « les français vont souffrir encore quelques années », ça peut sembler une vacherie et pourtant c’est l’annonce de bonheur garanti pour une frange minimale de la population la plus riche …

    prenons garde de ne plus regretter la méchanceté individuelle si bienfaisante, l’homme est en train de transférer ses vices aux robots et à l’intelligence artificielle…

    par exemple, un PC qui fait des milliers d’opérations de trading haute fréquence sans aucun contrôle, y compris sur les produits de première consommation ; Tout le monde croit que la spéculation est une vacherie faite à l’humain…pas du tout, c’est aussi un bienfait pour le rentier qui peut améliorer sa condition bancaire sur cette terre de pénurie…

    à l’inverse, on met un robot dans une usine et on fout dehors le mec qui faisait le boulot. Tout le monde croit que c’est un bienfait pour l’humanité…alors que finalement n’en découlent que des méchancetés.

    – le reproche au chômeur qui ne trouve plus de boulot d’être un feignasse et de coûter
    – l’impossibilité pour la machine de tomber malade ou de prendre des congés
    – les dividendes supplémentaires, générés par le robot, qui s’évaporent à la vue et au su des états (donc les citoyens, consommateurs, travailleurs) , pendant que ces derniers réparent eux même la casse sociale…..

    alors, entre nous, le clavier sur un réseau social, ne distribue que de la petite vacherie entre frères….

    Confucius à dit après avoir vu évoluer un boxeur sur un ring  » il reçoit peut être des coups, mais il voit d’où ils viennent  »

    il a dit aussi « je ne comprends pas qu’on puisse fêter dans la joie chaque année son arrivée dans un monde de souffrance  »

    nous étions prévenus non ?.

    hé hé hé……..sans forcer, à jeun et en vacances…

    je vous aime tous………………….bonne année 2015.

    1. Vous avez peut-être eu tort de vous vanter d’être à jeun : l’alcool aurait été la seule excuse recevable pour cette tartine sans queue ni tête.

      1. didiergoux

        je reconnais ne pas avoir votre sens du trollage, ni votre capacité à accommoder les mots pour arriver parfois à pas grand chose non plus…

        et, in fine, n’avoir pas votre sens de la vacherie désinvolte……

        vous ne faites que l’inventaire de nos différences à votre avantage…

          1. claudecarron

            vois tu, au moment où j’écrivais, je me disais qu’il y avait au même moment des milliards de milliards de mots qui se couchaient sur des blogs un peu partoutdans le monde.

            et voilà que j’ai le grand honneur d’avoir un homme comme didier goux qui prête attention à mon texte, quelconque, sans style et sans prétention non plus, je l’avoue, et qui me le fait savoir…

            que du bonheur que d’être lu par un écrivain

            1. Mon cher, à défaut d’être un troll de génie, je suis un troll consciencieux : je lis régulièrement tous les commentaires que les uns et les autres laissent sous les billets du maître de céans ; sauf ceux du pseudonommé Ti Suisse, tout de même, car je tiens au peu de santé mentale qui me reste, et parce que je souffre réellement quand on massacre à ce point ma langue sous mes yeux horrifiés et impuissants.

              1. didiergoux

                mon cher je devine votre agacement à l’étalage de ma syntaxe plus qu’approximative , je ne demande personnellement qu’à apprendre, c’est d’ailleurs la raison pour laquelle je vais étudier la rédaction en français chez vous, entre autres ; mais je viens de loin, et le temps qui me reste dans l’année, en dehors de mes obligations professionnelles passe trop vite…

                à vous lire, j’arrive à me faire une idée sur le loustic que vous êtes..

                ceci étant, je n’interviens qu’ici, personne ne pourra donc dire que je pourris les réseaux sociaux.

                je remercie régulièrement JUAN de me laisser m’exprimer et de fermer les yeux sur mes excès…

                  1. ARIE

                    compte tenu de ce que j’ai pu lire sur ton blog à propos de certains de tes sujets, tes réflexions me font carrément marrer….ta chance est que ta carte de visite te sert de cerveau…..

                    finalement tu n’es pas méchant, tu te trimballes simplement un melon qui doit te rendre difficile le port du chapeau…..à voir ta photo, il te reste des cheveux…rien de préoccupant donc…

                    allez mon grand, va soulager ta vésicule vers d’autres cibles, je ne te suffirai pas…

                    1. Qui ne se trimballerait pas un melon en se comparant à toi (surtout quand tu rames pour faire de l’humour…) ?

  2. Sarkozy lors d’un salon de l’agriculture, à voix haute:
    Casses toi….Pôv’con…
    Pensées profondes de Sarkozy serrant des mains lors d’un meeting:
    { Bande d’abrutis je vais vous « laiser » (avec un grand B)… )
    C’est seulement un petit exemple ..d’autres sont encore plus méchant..

  3. bonsoir, (/2 hr du mat Stan; je te préférai en tête..) me fait penser à un billet édité chez Extrémités (politiques) il y a qqls jours: « la théorie sur les cons appliquée sur les réseaux sociaux » tout un (new) programme, tendance même..
    des cousins ? ça y ressemble,
    d’abord l’aspect gnl.. ah-bon, y en aurait-il d’autres ? un singulier, un particulier,
    sans être un-solitaire (la vergogne ou l’intimité l’indiffère) pas non plus grégaire, le méchant ne s’embarrasse guère de considération (justement!) le ‘pragmatisme’ de sa démarche lui échappe (il s’en tape !)
    oui, la méchanceté: à la portée de tous !

    ya-ka se baisser ? mais non, là au bout du nez ! dans la main, elle ne tache pas (cf. vergogne)
    elle occupe et ne coûte pas un rond !
    elle s’applique.. sans effort, comme ça, youppie ! dans certains cas, tous? un reflexe, une banalité, failli dire: un équilibre (?!) disons une nature, certain aura le vin chaud l’autre le méchant

    elle rapporte ! oui, car jouissive, satisfaisante, souvent accompagnée du rictus de contentement, la pique comble et assouvie.. la vache (image; sa peau donc) pourrie le voisin ou n’importe qui, viser n’est pas jouer, la cible jamais raté..
    ne croyez pas à qql exercice: débutant, le vipérin n’use pas d’entrainement, la patine vient avec le temps, rien ne sert de courir, il sera confirmé rapidement; patenté sans suer

    est-ce une pratique, une mécanique de protection, défensive ? nenni, juste un automatisme, un comportement, un don (?!) une catégorie, espèce, type, variété..
    pas commode ! dit-on du fils de Marc Aurèle, qui en connaissait un rayon; cruel en option

    hélas non, pas en voie de disparition, le chameau, la teigne, charogne, poison chipie, suit la disparité, les inégalités, sa façon de s’en distinguer et carrément les favorise ! de la division il crée et produit la crainte (/torture) alors son harmonie

    cool Stan ta dernière phrase, les presque derniers mots.. j’y pense et j’y sais, mais jamais osé (rien à voir d’avec le courage, son manque, enfin tu vois) des bises

  4. Clemenceau, à propos de Lyautey, qui était à voile et à vapeur :  » C’est le seul de nos généraux qui ait des couilles au cul ; malheureusement, ce ne sont pas les siennes » .

    1. ARIE

      tu es hors sujet : ce n’est plus une méchanceté dès lors qu’on reste dans l’observation…

    2. Lorsque Clémenceau est devenu ministre de l’Intérieur, il a souhaité faire un tour des bureaux du Ministère : premier bureau, personne.. !Second bureau, personne..! Troisième bureau, un agent…en train de roupiller . Le chef de cabinet s’apprête à réveiller le dormeur . Alors, Clémenceau :  » ne le réveillez pas, il s’en irait  » .
      Ce n’était pas de la méchanceté, c’était aussi, un constat , tout comme  » il y a deux choses inutiles dans la vie : la prostate et la Présidence de la République  » . Encore que, comme cela visait Poincaré, le doute, dans ce cas, est permis

            1. Ben voui ! L’absence de faute à un nom propre, on apprend ça en cours élémentaire à la communale .
              Bon, pour certains, c’est loin, mais quand même !

              1. C’est simplement que vous n’avez pas bien assimilé votre cours élémentaire, mon cher ! Quand on dit que « les noms propres n’ont pas d’orthographe », on veut simplement dire qu’ils n’obéissent pas à des règles orthographiques. Ainsi mon voisin de droite pourra-t-il s’appeler DuponT tandis que celui de gauche sera DuponD. Mais vous ne pourrez pas interchanger les terminaisons de ces deux braves hommes. Autre exemple : la France compte un écrivain du nom de Chateaubriand et un autre qui s’appelait Châteaubriant, mais vous ne pouvez pas intervertir leurs deux orthographes.

                Par conséquent, à l’avenir, vous me ferez le plaisir d’écrire Clemenceau sans accent.

                1. Je peux intervertir les deux orthographes, mais pas les deux écrivains .
                  Et puis, tient, j’ai bien envie d’écrire Didier Gout . Ce peut être une faute de goût, mais certes pas d’orthographe .
                  Et j’aime bien mettre un accent à Clémenceau, ne serait-ce que pour faire réagir le distingué linguiste que vous semnlez être .

                  1. Vous pouvez naturellement écrire Didier Gout ou Clémenceau tant qu’il vous plaira (si c’est à cette aune puérile que vous mesurez votre libre-arbitre), mais il s’agira alors de deux personnes différentes de Didier Goux et Clemenceau.

  5. ARIE

     » Qui ne se trimballerait pas un melon en se comparant à toi ……….. »

    alors là, je suis ennuyé que tu sois obligé d’en arriver à cette auto enflure dès que tu me lis…..tu n’es pas obligé de te comparer, mais bon c’est toi qui vois……

    allez, tu vas y arriver tout seul….courage

  6. je m’associe camarade Stan, et les autres.. ‘mon’ instinct de propriété lui aussi en jachère.. au plaisir de ce 1/4 hre du méchant, offert par le taulier.

    Qu’importe ma nature (…) je sais ! faire un-effort; d’ailleurs (héhé) rien à forcer, car tel l’innocent aux mains pleines (aïe, là j’attige) je peine, atterre et afflige par hasard /la somme de mes incompétences.
    Dommage: j’ai viré la culpa, qqls années déjà, aussi la douleur d’autrui ne me tire aucune joie.
    Mauvais méchant, disons médiocre, bon mécréant mais pas médisant (ni matérialiste) je taquine plutôt, du suce nommé au néologisme. Scélérat, une espèce animal ?
    J’aurais pensé, l’économie de qql paradoxe /qué y savoir sans y’ouvrir ? ça ne me regarde pas.

    Fromage de tête aux peptides asthéniques, sauf mon Babélisme résistant, tant pis tant mieux si Easy Jet tua le sabir (Romand ou celui de papounet?) et exposa l’isthme entre les hommes.. nomadisme, syncrétisme et schisme, tourisme et terrorisme.. manouche: si je veux

    ..derniers égarements de l’année.. je ne m’inquiète pas, tutto l’égout carrément natural, bonnard il survivra,

    merci Juan, bien amusé (cé pas péché ?) même si mauvais juge, Eric le Z atterrit sur le podium 014 du bilieux et du sans cœur ..y Copé etc.? vite des strapontins !

    ça boom les biquets.. Buena proxima nuevo Año !

  7. Et l’éloge de la gentillesse….. en expliquant les bienfaits que cela procure…. ce doux sentiment qui ne vous donne que de bons souvenirs…. et qui vous fait imaginer que les « méchants » sont bien malheureux !!
    bon réveillon à tous.

Les commentaires sont fermés.