Le ciel d’un jour #41

IMG_2111

Publicités

Islamofolie ?

J’oscille en fonction des journées entre deux attitudes. L’après-choc des attentats de Charlie Hebdo rend insupportable quelques prosélytismes visibles, et, à l’inverse, nous pouvons être stupéfaits devant les délires sécuritaires qui emportent le pays et les amalgames faciles.

Heureux sont les esprits simples qui peuvent hurler facilement, exclusivement, confortablement dans l’une ou l’autre de ces deux positions .

Depuis les attentats, je le reconnais bien volontiers, j’ai envie de gentiment baffer ceux qui minimisent ce que nous avons vécu. J’ai envie de baffer ceux qui ont moqué la solidarité à l’encontre des morts de Charlie Hebdo et de l’HyperCacher. Ces attentats nous ont ramené à terre, par terre, sur un terrain de combat et de guerre que l’on ne soupçonnait pas ou peu. On peut le regretter, s’en émouvoir, craindre les dérapages qui ont suivi et qui vont suivre, mais cela ne change pas où nous sommes.

J’ai bien aimé le clip gouvernemental. J’attends forcément quelques critiques. Etre opposant mais applaudir à un clip de cette équipe amène forcément quelques nouvelles excommunications. Mais ce clip reste bien fait.

 

Depuis les attentats, la montée de l’intolérance contre l’Islam en général est une réalité qui fait peur.  Cela n’excuse pas les conneries des gamins qui croient drôle ou digne de crier Allah Akbar en plein hommage à des victimes qui ont été tué par des terroristes qu’on aimerait bien différencier du simple musulman. Ces réactions débiles alimentent les amalgames et c’est bien pour cela qu’il faut les fustiger. Que des esprits purs ne comprennent pas cette évidence est toujours tristes, ou drôles si l’on n’accorde pas trop d’importance aux cris d’orfraie.

Notre responsabilité est aussi et bien sûr de pointer les abus de la police, mais aussi d’expliquer leurs erreurs d’appréciation à ces jeunes crétins.

Je reste poli.

Depuis les attentats, il y a des bévues, des bourdes et pire encore. L’audition par le police d’un gamin de 8 ans est ridicule. Elle est même terrifiante si l’on pense qu’elle illustre désormais le niveau de tolérance-zéro et d’intelligence démocratique minimale à laquelle certains parmi nos officiels publics semblent désormais réduits.

Mais j’aimerai une plus forte indignation encore à l’égard du sort réservé au blogueur saoudien Raif. J’attends toujours les billets éloquents, les tweets passionnés, la solidarité visible des Alkanz et autres oumma.com.

J’attends.

Nous sommes le 2 février 2015, et j’attends.

Chanson du dimanche

J’ai pensé à Yalla, mais c’est en fait autre chose.

Très coloré.

Très tonique.

Bon dimanche.

 

 

Et la version chorégraphiée par le jeune Medhi Kerkouche