Le ciel d’un jour #45

  

Publicités

Crash d’avion et rancoeurs

Le crash d’un avion de la Germanwings mardi 24 mars 2015, en fin de matinée, a secoué les rédactions des chaînes et radios d’information. Même France Info, que la grève d’une dizaine de pourcent des salariés empêchait d’émettre, a repris du coup ses émissions.

Le citoyen pouvait d’abord être choqué par l’insistance journalistique à émettre toutes sortes d’élucubrations sur les origines du drame. Ce fut pour certains presque un exploit. Les enquêteurs ne cessaient pourtant de répéter combien il fallait être prudent. Qu’importe ! Sur France info, Europe et quelques autres, on voyait la même scène à répétition: un journaliste insister, insister, insister.

2. Le second moment pénible de cette séquence dramatique fut la diffusion de premières photos des proches des victimes, pour l’instant floutées, ou de dos. On attend le pire, quand une presse people captera ces moments de détresse pour vendre un peu de papier.

Un peu de retenue, svp.

Changer ?

Changer ? Pas forcément. Sans doute pas. Hollande ne changera pas, il ne changera rien. Peut-être réalisera-t-il, trop tard, quelque part à l’automne 2016, combien son quinquennat ne s’est pas déroulé comme il aurait du.

Pour l’heure, ce scrutin départemental sonne comme une raclée pour la gauche, et la sienne en premier lieu.

On a le droit de ses opinions

J’ai donc voté encore une fois Front de Gauche. Localement, je connais l’une des candidates, c’est une voisine. Et puis EELV est alliée avec le Parti Radical de Gauche contre le PS local. Les histoires locales déroutent parfois. Pour ce scrutin départemental, la dimension locale doit compter un peu.

A fur et à mesure des mois qui nous éloignent de ce mois de mai 2012, une libération d’après Sarkofrance, il a fallu tenir un cap assez difficile. Comme d’autres, j’ai compris que la politique était devenue caricaturale. Donc les voix discordantes se prendraient quelques coups, quelques désaveux, quelques ennemis involontaires.

Je vote FDG mais Mélenchon m’exaspère. Je déteste la politique de Hollande mais j’apprécie l’homme. Je votais écologiste mais le vote utile est au FDG. Je déteste qu’on désigne les socialistes comme « fauxsocialistes« , mais les socialistes de gouvernement sont stupéfiants.  L’expression « fauxsiaciste » est aussi intransigeante et Mélenchon est « pragmatique » qu’il en appelle à taire nos oppositions droit-de-lhommistes à l’encontre de Poutine ou de Bachar el-Assad pour sauver la paix. La récente séquence qui a suivi les attentats de Paris a ajouté quelques divisions. Je déteste les religions, pas ceux qui les pratiquent. L’islam trop pratiquant ajoute la déchéance des femmes à l’énervement laïcard. Qu’une gauche ait cru bon de minorer les attentats de Paris et d’où ils viennent est stupéfiant. Bref, la liste est longue, trop longue de ces choses qui « ne rentrent pas dans les clichés » qu’on nous impose, ou qu’on voudrait nous imposer.

La vie politique est une affaire de nuances que la période exècre.

Ce n’est pas grave.

2212113692

Chanson du dimanche: « filles en feu »

Le ciel dun jour #44