La fin du débat français. Ou pas.


Samedi dernier, Libé s’est interrogé sur notre incapacité à débattre en France. Il était temps. Cela fait déjà quelques lustres que nous constatons les ravages de l’hystérisation du débat politique en France.

On se dispute jusqu’à la haine sur des sujets qui il y a 8 ou 10 ans ne suscitaient au mieux que quelques haussements de ton passionnés. En réécoutant quelques déclarations de Ségolène Royal pendant sa campagne de 2007, ou en relisant quelques billets de Sarkofrance, je réalise combien la période est devenue crispée.

1. La libération de l’expression individuelle (blogs, réseaux sociaux) a contribué au bordel ambiant. Mais c’est tant mieux, le débat est sans filtre. Les médias n’ont plus la place privilégiée d’antan d’émetteur principal. Certains, plus que d’autres, l’ont réalisé il y a quelques temps déjà.

2. Le traitement 24h/24 de l’actualité est un second facteur qui nuit plutôt au débat. Le débat se perd dans l’actu chaude alors qu’il ne peut exister qu’avec recul et réflexion.

3. La crise est un facteur que l’on sous-estime. Cela fait 8 ans que nous sommes en crise. Les moments de crise sont propices à l’expression de la rage au détriment de la réflexion.

4. La déception des citoyens à l’encontre de l’action politique est souvent occultée. Libé, dans son propre « bilan » samedi dernier, ne l’évoque même pas. Pourquoi débattre quand les conditions politiques du débat ouvertes par le régime de la Vème république ne permettent rien ?

Libération a commis cette étrange bévue que de reprendre l’exact même titre que Valeurs Actuelles en 2010, quand l’hebdo de la droite furibarde s’indignait à l’époque qu’on s’indigne du « lâché de cons » racistes et xénophobes provoqué par le débat sur l’identité nationale.

Le débat s’est crispé, bloqué, fermé, à cause du « lâché de cons » racistes et xénophobes. Ce n’est pas la seule raison, mais elle XXXXX.

Désolé. Je manque d’inspiration pour la suite.

22 réflexions sur “ La fin du débat français. Ou pas. ”

  1. Pour le 1, c’est regrettable (mais c’est comme ça). Par contre les dommages collatéraux sont terribles. En 2007 (et jusqu’en 2010 ou 2011), on faisait de l’information dans nos blogs, certes militante et orientée, mais cela s’est perdu. Et les cons dans Twitter font en 140 caractères ce que l’on faisait en 2000 signes.

    1. Moi, je suis pour le flicage et la censure des carambars. On y trouve parait-il, au revers de l’emballage, des blagues affreusement racistes et sexistes. Cela s’appelle des blagues sur les blondes.

  2. Je crois que c’est surtout lié à la 5eme république… le camp qui emporte l’élection, même si il est minoritaire, se retrouve avec tous les pouvoirs. Du coup, il n’y a pas à trouver de majorité, faire des compromis, discuter… On a aucune culture du débat.
    Vous assistez à un conseil municipal, vous avez tout compris, et là, pas de twitter, de blog … le maire décide d’un truc, sa majorité le suit sans rien comprendre au sujet, l’opposition vote contre par principe, sous les railleries de la majorité qui lui fait bien comprendre qu’elle s’en fout et que l’élection lui a donné la légitimité de faire ce qu’elle veut.

    Vous prenez les JO, si j’en crois les réseaux sociaux, ça ne semble pas très apprécié, et pourtant le grand nabab a décidé tout seul dans son coin, que ça serait formidable, donc nous voilà candidat à un truc qui va couter les yeux de la tête. La mairie de Paris n’en voulait visiblement pas, zou, on s’en fout, on postule sans rien demander à personne ou presque.

  3. En plus des travers de la Veme, il y a aussi la vacuité des grands médias, obnubliés par le scoop brut de décoffrage, ce qui ne facilite ni l’analyse, ni le débat . Sans compter que ces mêmes médias sont entre les mains de gens pour lesquels la qualité de l’information n ‘est pas le souci dominant .

    1. Et puis, il y a tout de même les sondages….toujours prêts à dégainer pour appuyer toutes les décisions parce que les « français ont bien compris que…. ».
      Sauf que le « français qui a bien compris que…. » n’a jamais le choix (sauf une fois tous les cinq ans…choix qu’il regrette les cinq ans qui suivent)….et de toute façon ne fait jamais partie du fameux échantillon représentatif.

  4. « Le débat s’est crispé, bloqué, fermé, à cause du « lâché de cons » racistes et xénophobes ».

    Mais oui, bien sûr. Tandis que le fait que des père la morale, belles âmes et nouveaux petits curés, taxent à tour de bras de « racistes et xénophobes » tous ceux qui ne partagent pas leurs délires migratoires et leur aveuglement suicidaire face à l’islam, est, en revanche, tout à fait de nature à fluidifier et à améliorer la qualité du débat.

  5. qu’on se mette sur le nez.. de tous temps,
    chic ! à nuancer bien sûr,
    la (les) dérive: celle qui nous obligerait (!) à nous taire,
    pas glop ! rien à négocier,
    une qui me chiffonne: l’humour en résistance..
    pas certain que cela soit son rôle,

    la (les) religion.. ma femme à pouffé l’autre soir, je disais: « les monothéistes nous rendent plus con »
    oui-oui c’était mieux avant
    je zappe l’impérialisme (et les romains)
    ..culpabilité (?) reconnaissance /gratification #punition, le bon le méchant (choisis ton camp ?!)

    ben oui Anton: cé les autres..
    j’ai pas dit « cé pas eux » ..sauf que n’ayant pas la vocation Robinson Crusoé.. enfin tu vois, sans les autres je suis rien.
    « ya-ka trier » ..ça y est je déconne

    mais non le plan B ! genre y a d’autres vocations, avec du taf et du boulot ! son nom: le-politique.
    En plein boom, tjs.. ne connais pas/jamais en crise.

    Suffirait de virer Dieu (et les bigots) cé pas gagné..
    (enfin) émancipé on y verra plus clair
    /celle là je vais la ressortir (varie de « vive le sport »)

  6.  » ou en relisant quelques billets de Sarkofrance, je réalise combien la période est devenue crispée…………

    c’est vrai qu’il y a eu des moments où les mollards volaient bas sur M2 à propos de sarko mais je trouve qu’il y a eu aussi des fendages de gueule qu’on ne retrouve plus…

    si la période est crispée, c’est parce que nous avons à faire avec un vent dominant qui vient du sud, ce souffle agit directement sur le foie qui est l’organe de la colère…

  7. le débat politique peut rester serein sans problème il suffit de faire comme ses représentants et les médias,
    tiens par exemple, le figaro annonce une reprise économique, le lendemain les chiffres du chômage sont encore en hausse et Rebsamen annonce une amélioration à la fin de l’année et pour 2016……

    ça sert à rien de s’énerver, on peut dire les choses calmement non ……

    ça me rappelle coluche « je fais le régime pour perdre du poids…si si, mais ça ne se voit pas encore, je commence demain »…

    1. Il y avait aussi : « Expliquez-nous ce don vous avez besoin, nous vous expliquerons comment vous en passez » et là les branquignoles de pépère 1er sont au top « 

      1. encore quelques mois comme ça et j’imagine bien Rebsamen, très concentré dire devant les caméras « le chômage est la solution au problème qu’est le travail »

        ou encore « l’excès de manque de travail est en baisse, ce qui est rassurant pour l’avenir »

        si le débat des citoyens est crispé c’est parce que l’imagination des politique se détend…

  8. la solution je leur donne en exclusivité sur le blog de JUAN :

    – ajouter les prestations chômages au PIB de la France,
    – diminuer le taux d’inflation de la connerie politique..

    …..et la croissance à deux chiffres c’est maintenant……

  9. je vais vous faire une confidence. Je soupçonne Rebsamen de tourner au blanc de bourgogne, et pas qu’un peu.

    tous les joueurs de clairon et de pipeau vous le diront, c’est un remède pour éviter les lèvres sèches….

  10. La raideur des débats résulte d’une part, de l’exaspération à ne pas être entendu quand on souffre et de la surdité congénitale des possédants à ne rien vouloir entendre, de l’autre. Qui donc alimente ces puits sans fond ? Les faux socialistes, qui se prétendent autre chose que ce qu’ils ne sont…

Les commentaires sont fermés.