Keep cool, Mélenchon a raison.


L’affaire Air France n’en finit pas de faire des dégats.

Résumons.

Le mépris de classe devant un énième plan social désespérant au sens littéral du terme a provoqué un accès de fièvre d’une groupe de salariés qui brutalisèrent le DRH de l’entreprise.

Je déteste la violence de groupe, qu’elle qu’en soit les raisons. Je n’arrive pourtant pas à en vouloir à ses salariés dont l’employeur vient de briser la vie professionnelle. Condamner les actes mais comprendre les auteurs est une position impossible à faire comprendre en 140 caractères sur les réseaux sociaux.

Au petit matin, passés les émois surjoués ou sincères des leaders UMP, PS et patronaux, la police alla interpeler les suspects comme s’ils projetaient un attentat contre la République. La démarche était absurde, indigne et contreproductive.

Puis il a suffit d’une réaction de Mélenchon sur ces arrestations pour qu’on tombe à nouveau dans le n’importe quoi.

Contrairement à quelques caricatures, Mélenchon est resté lucide sur BFM mardi 13 octobre. Apprenant l’interpellation au petit matin, Melenchon a lâché en direct à la TV:

« C’est une honte. C’est une honte. Qu’est-ce qu’ils ont fait ces gens? […] Qu’est-ce que vous voulez à la fin ? Qu’est-ce que vous voulez?Que les gens viennent et disent : ‘pardon notre bon maître, pardon notre seigneur, jamais nous ne recommencerons.’ Moi je leur dis: recommencez. Pensez à ces cinq là. »

Puis il a ajouté ceci, rapidement oublié par le Figaro et consorts

« Ces gens ont fait ce qu’il y a de normal dans une situation choquante. Cela ne veut pas dire que j’approuve. »

Voilà.

78 réflexions sur “ Keep cool, Mélenchon a raison. ”

  1. Toi qui est un esprit logique , peux tu coller ces deux phrases de Melenchon : ’ Moi je leur dis: recommencez(..) Cela ne veut pas dire que j’approuve. » . Voilà ce que j’appelle raconter n’importe quoi : il justifie la violence mais n’approuve pas : faut savoir !
    Moi chômeur avec minima sociaux et a peine 1,5 repas par jour en comptant le petit dej:
    – avec des huissiers au cul : je peux mettre un coup de poing et dire que j’ai raison ?
    – j’ai pas de boulot, mais avec des potes dans les palais de la république: je peux mettre un coup de poing et dire que j’ai raison ?

    NON: on ne se fait pas justice soit même, et la violence on sait où ça commence mais jamais comment ça finit…. A moins d’être partisan d’une insurrection et dans ce cas on le dit franchement. Et à ceux là je leur dit « passez devant, on vous regarde ».

      1. « il a le groove, pas la technique » /vu par hasard, candidat éliminé de Danse avec les stars,
        ..le contexte, et son paramètre (acceptable) se dissocie du moyen (méthode) l’un étant excusable, l’autre moins

    1. Salut politeeks, oui, c’est malheureusement ce vers quoi la F-RANCE/€ S’ACHE-MIN€…cf »Dirigent(e)s »è LA CON DEPUIS PLUS DE 2 Siècles,1958,au moins

    1. Partageux : je suis inscris au référendum depuis 3 jours mais je ne reçois rien, c’est normal ? Pourtant ils ont mon adresse mail car ils m’ont répondu que j’étais inscrit mais depuis silence radio…

      1. Ça va viendre. Je suis inscrit depuis le jour de l’ouverture du site et j’ai reçu mon bulletin de vote… ce vendredi à 8 heures, c’st à dire il y’a quarante minutes.

    2. quiz/sondage: les salariés.. c’est sûr, (et) paque l’ironie ou l’humour en marotte ni dupe de son efficacité.. Cabu, qui connaissait son sujet: « depuis le temps qu’on se moque (tape) sur les cons.. »

      « Il n’y a pas de comique en dehors de ce qui est proprement humain », H Bergson, ‘Essai sur la signification du comique’,

      « l’humour n’est pas une entité abstraite détachée de tout code social » Denis Colombi, sociologue, blogueur,

      complexe donc/ l’humour une barrière ? permettrait de définir les limites de ce que l’on accepte ou pas.. on rirait de ce qui nous fait peur, de ce qui n’est pas la norme.. pour mieux la rejeter (..)
      un xénophobe par ex. rira plus volontiers à une blague raciste, qu’une personne qui a réfléchi à sa peur de l’Autre et la trouve non fondée.. on peut donc ‘choisir’ de quoi on rit, pourquoi de ça /pas de ci, et en s’observant soi même.
      Faire rire; le rire est un pouvoir, l’apanage des puissants: il n’y a pas si longtemps, il était dicté par le Roi.. il place les normes, définit les limites de ce qui est acceptable ou pas.
      Bizarrement, ceux qui en manquent remettent en cause l’ordre établi,

      le Drh, les cadres n’ont pas été frappé, violenté, les salariés, syndicalistes voulaient ‘juste’ et des explications /dialogue n’est pas soliloque.. pas de les dessaper !
      c’est eux, les dirigeants qui se sont dérobés ..

      1. TOUT à FAIT, ‘ti Suisse, c’E/€ST TOUT LES Problèmes des »élites »en F-RANCE/€…,F.Hollande a, normalement le dossier sur le logement social à Nice,PAREIL pour $arko.N., »résultat » : TRIPL€ Zéro(PRESQU€ ABSOLU), €T MOINS PLUSIEURS MILLIARDS POUR LES Français(es),Européen(ne)s & AUTRES…!

  2. La violence!? sans elle je me demande ce qu’il serait advenue de la Révolution française. C’est bien grâce à elle qu’il existe la déclaration des Droistd de l’Homme!? Dans unne société où le moindre mal est traité à coups de PROZAC afin de vivre dans un monde où tout le monde il est beau tout le monde il est gentils, une chemise arraché fait tâche. Le gros délire. Si l’on ne peut même plus mettre un « pain » à son petit chef, sans que cela choque le Tribunal… OUVANOU!? M’enfin pour revenir sur le cas Air France, cela fait des années que cette société semble ignorée qu’elle n’est plus une entreprise nationale. Air France n’a aucune mission de service public, c’est une entreprise à caractère industriel et commercial à ce titre elle est soumise à la loi du marché et c’est bien heureux car depuis l’ouverture à la concurrence au moins on le petit peuple peut prendre l’avion, d’aucun diront ouhlala l’empreinte carbonne en attendant, Les pris sont bien plus abordables maintenant que du temps du monopole de cette entreprise qui se croyait intouchable. Que des gesn défendent leur appartenance à un groupe social soit mais bon je ne vais pas pleuré sur le sort d’Air France. Pour finir ce petit commentaire, sur du basique bien gras « Que demande le peuple!? Rien ah bon et bien il aura son ddu c’est à dire rien… a ce tarif là donc cela peut durer longtemps.

    1. BIEN VU VODA; c’est le moment de mettre les pieds dans le plat de caviar. Il fallait une étincelle et les garde chiourme Socialistes aux ordres de la finance ont osé emboîter le pas aux patrons voyous d’Air France. Il ne manquait que çà pour que les colères contenues se libèrent, et maintenant ils s’aperçoivent qu’ils n’auraient surtout pas dû et font du rétropédalage, mais c’est trop tard. Que la fête commence !

    2. Salut Voda, oui, c’est vrai. D’ailleurs, les Français(es) méconnaissent les derniers articles de la constitution de l’AN I de juin 1793. Toutefois, je préfère développer l’intérêt général du vote blanc massif afin d’interdire tout accès au pouvoir avant d’@VOIR 1 VIème R.F.² sous contrôle des citoyen(ne)s via internet, entre autres : mandat unique avec bilans intermédiaires, voici de quoi responsabiliser tout(e) élu(e), ou me tromperai-je ? De +, cette démocratie participative directe pourrait NOUS éviter des dérapages. Que pensez-vous des chiffres en P.A.C.A…? Avons-nous été consulté(e)s pour le redécoupage des régions…? €TC…, Serions-nous plus con(ne)s que des Estonien(ne)s ?

  3. J’ai souvent pensé qu’en cas de pépin financier ou/et commercial, je pouvais me trouver en sale posture face aux salariés qui me côtoient.

    Dans une PME, un dirigeant est au milieu des équipes, pas dans un siège social quelque part loin de tous ; des colères, des tensions naissent chaque jour pour des petits riens, pour des salaires qui n’évoluent plus, pour des « non reconnaissances » de ci, de ça…etc….

    ces derniers jours, je me suis vraiment demandé où habitaient les valls et nombre de politiques qui se sont exprimés sur la chemise, mais aussi les différents journalistes et autres rombiers qui peuvent croire que des charrettes continuelles de personnel pouvaient se régler à coup de politesses, de ronds de jambe et de remerciements empressés….

    il faut sérieusement être dans la toute puissance et évoluer dans des sphères dorées pour croire que la plèbe continuera à se faire matraquer socialement sans broncher, quand dans le même temps, la moindre parcelle d’info annonce tranquillement que les bénéfices des groupes repartent, qu’ils sont optimisés, que les boss se prennent des millions en restant quelques mois dans une boutique y compris en l’ayant mis mal que le pognon dégouline sur les marchés financiers….etc….

    aujourd’hui les cadres, diplômés, jeunes, vieux, valsent un peu partout sans distinction, et il n’y a guère plus que les statuts protégés et les retraités pour être sûr de garder leurs boulots à vie…

    j’ai écouté Mélenchon. c’est tout de même étonnant qu’il aie pu susciter des réactions à ce qui est du simple bon sens. Il n’y a pas à soutenir ou comprendre la violence, ni à s’en indigner….elle fait partie de ce monde quand ça va mal …point barre..

  4. ce n’est pas trop compliqué à comprendre non plus,

    il suffit de virer tous les travailleurs en leur laissant de quoi vivre sous les cocotiers à partir de l’âge de 25 ans sans plus jamais bosser de leurs vie, et ils vont vous embrasser…

    tiens un indigné qui hait les voyous comme valls, il a laissé evry dans un état financier plus que lamentable, et pourtant il est premier ministre à donner des leçons de gestion au pays…

    sarko qui a coulé son assoss (20 à 30 millions de CA) est conférencier international à 100 000 balles pièce…

    faites le tour et vous trouverez un paquet de pépites du même tonneau..

    ça aide à la « chemiseindignation non ? »

    1. Dans ce palmarès le « pauvre » Balkany qui a tout même sérieusement plombé grave Levallois paraît en « légère » difficulté. On se demande s’il ne s’agirait pas d’une intrigue politique. Pensez donc, un homme honnête.

  5. Semaine dernière un salarié d’une entreprise sous-traitante est venu me voir pour me demander si je pouvais l’aider dans un litige qu’il avait avec son employeur qui venait de lui infliger une sanction pécuniaire, interdite par la loi.
    J’étais déjà intervenue il y a quelques années pour un même type de litige et avec l’accord de ma hiérarchie nous avions convenu de faire annuler la sanction. Le salarié fut rétabli dans ses droits.
    Depuis, la direction a changé, les moeurs managériales quelque peu aussi. Et l’on brandit des valeurs de respect des collaborateurs ou de probité qu’on se garde bien d’appliquer et l’on ne s’en cache même pas.
    Les valeurs c’est bien joli, plus on en parle moins on les met en oeuvre.
    Ce qui déstabilise les collaborateurs qui voit l’entreprise dire une chose et en faire une autre toute à fait contradictoire.
    Déstabilisés, ils se démotivent, démotivés, ils sont moins efficaces, moins efficaces, ils plombent la rentabilité de l’entreprise et l’actionnaire grogne.
    Qui comprendra les hommes ? (y inclus les femmes)

  6. Il est évident que la menace de se trouver au chômage peut excuser des gestes. Mais la brutalité amène-t-elle l ‘apaisement? Pourquoi le personnel sol, qui surnomme les pilotes TPMG ( tout pour ma gueule) n ‘a pas arraché la chemise d ‘ un pilote quand il ont quittés la table de négociation, tout le monde est conscient que la non discussion est improductive.
    C ‘est la menace de 300 licenciements de pilotes qui les ramènent à la discussion. Les syndicats sont bien avertis de la situation des finances d ‘air france. Ils savent combien leurs grèves successives impact la renommée de la société et détourne les clients.
    Devant la menace de licenciement, ces personnes, sensées représenter le personnel ont comme réflexe de décréter la grève!!!
    Affligeante habitude. Ils ne demandent pas de suite à en discuter, ils proclament la grève. Devant la colère , ils se défaussent, nous avons essayés de les calmer, avant de déclarer vouloir revenir aux négociations.
    Mis à part les entreprises subventionnées par l ‘état, en connaissez vous capable de supporter ces grèves, connaissez vous des investisseurs mettant leur fric dans des entreprises rebelles à toute discussion. Air France est l ‘exemple même d ‘entreprise incapable de vivre en évoluant. Les compagnies concurrentes sont nombreuses et il est nécessaire de peser le pour et le contre en essayant au maximum de prévoir l ‘avenir. Il faut se moderniser ou sauter, c ‘est la triste réalité.

    1. Gouverner c’est prévoir, mais les pilotes, quasi cogestionnaires d’Air France avec une direction timorée soutenue dans son immobilisme par l’Etat actionnaire défaillant comme trop souvent depuis fort longtemps, n’ont rien voulu changer de leurs habitudes durant des années y compris lorsque le transport aérien à bas prix s’est imposé comme modèle dans les vols courts et moyens courriers.
      Quand on leur a demandé des efforts de productivité, comme aux autres catégories, ils en ont fait le moins, n’atteignant que 50 % des objectifs fixés.
      Puis la direction sans doute trop sûre de sa force, les a poussé dans leurs retranchements, en essayant de leur imposer de travailler près de 20 % de temps en plus en échange de… rien. Proposition inacceptable, on ne travaille pas pour rien, même si par ailleurs on est déjà bien payé.
      Comme prévisible, les pilotes ont dit donc non, et la direction les a jeté en pâture à l’opinion et leur a mis la responsabilité de l’échec des négociation et des milliers de licenciements à venir sur le râble devant les autres syndicats en se défendant hypocritement de dresser les catégories de personnel les unes contre les autres.
      Tout était en place pour l’explosion. Boum, la CGT, comme d’habitude, pouh que c’est lassant, y est allée bille en tête, fière de défendre ses salariés face aux nantis que sont les pilotes et la direction.
      Et maintenant ?
      Ben rien, on attend la casse sociale qu’on aurait pu éviter en négociant régulièrement, et au pire aménager en plan de réduction d’effectif sur la base de départ en retraite, après tout ils sont près de 10.000 à avoir déjà quitté le groupe ainsi, ou volontaires, primes négociées à l’appui.
      Mais c’est tellement mieux de vivre comme si rien ne changeait jamais.
      La CGT en chevalier blanc, la direction ourdissant de noirs projets pour augmenter les dividences, les retraites chapeaux, golden hello ou parachute, l’Etat en actionnaire rapace, les pilotes en TPMG, ce qui est probablement juste.
      Mais voilà, la réalité vient rattraper tout le monde.

      1. Le plus important est oublié, la survit de la Cie. Le cirque médiatique du ils avaient raison, ils avaient tort … n ‘amène rien.
        Ils n ‘auraient pas du frapper, ou arracher la chemise.
        Ils ont eu tort de quitter la table de négociations
        Ils ont eu tort de venir arrêter ces gens chez eux
        Ils ont eu tort… et ensuite ?
        On ne pleure pas sur le lait répandue, on évite de faire déborder la casserole .
        Quand à dresser le personnel naviguant contre le personnel sol, i y a longtemps qu’il y a division .

      2. on peut dire routine ? façon ‘déjà vu’.. reste(rait) une p’tite place pour ‘blasé’, tiens la chansonnette: marre-à bout, de ficelle, selle de cheval, cheval de ferme, ferme ta gueule..

        ps, air de France, humm.. parait que ça se vend, en boite; de conserve.. oup’s, je m’égare, je voulais dire la compagnie, AF, je ne sais pas vous, mais perso avant de prendre l’avion (‘je dois aller là-bas’) je regarde les horaires /disponibilité, le prix, alors Air Thonon les Bains ou Rio de Janeiro vont bien,
        ..comme vous, la CB, passeport, et attacher sa ceinture

  7. Mélenchon a rétabli l’équilibre…l’abus d’indignation de nos politiques à droite comme à gauche a condamné sans appel les salariés d’air France….alors que leurs actes ont été dictés par le mépris des « sans chemises »….

  8. Mélenchon a simplement continué son commerce . Qui pouvait douter du contraire? Si valls avait donné raison aux cogneurs, ( il aurait été plus intelligent de ne faire aucun commentaire) mélenchon aurait braillé le contraire .
    Est-il dans la fonction du premier ministre de discourir sur un événement tel que celui là. N’ y a t il pas un ministre chargé des entreprises ou de l ‘ intérieur.

    1. Il est vrai que les salariés accablés attendent encore dame Lepen qui, paraît-il, aurait récupéré le monde ouvrier et le tracas social qui va avec. Elle était surement prise avec ses nouvelles affaires…

        1. @Aramis
          Il faut reconnaitre au FN une pratique procédurière hors du commun . Déposer un requête en suspision légitime envers un magistrat comme Van Ruynbecke qui poursuit aussi bien les gus de droite que de gauche, faut le faire . Maintenant, vu que ladite reqête ne suspend pas l’enquête en cours, p’être que Marion Anne Perrine devrait préparer sa brosse à dents, en attendant la visite des flics à 6h du mat’ ..?
          Mais faut pas rêver

  9. Patrick Balkany vient d’être mis en examen pour fraude fiscale . En attendant, il est toujours maire de Levallois, toujours député, même si son immunité parlementaire est levée . Les cinq déchireurs de chemise sont, eux, mis à pied, en attendant de passer presto au tribunal .
    Vous avez dis deux poids, deux mesures..?

    1. Mis à pied, sans solde, bien sûr , en attendant le licenciement ;. Pour Air France, ils sont condamnés avant d’être jugés .
      En plus de la lacération de limace, il faudrait, aussi, remettre au gout du jour le lancer de godasse, cher à GW Busch junior .

        1. Ca se voit que ce n ‘est pas toi qui t ‘es trouvé devant les CRS.
          Je te certifie que les matraques font mal.
          Qu’avons nous gagné en 68? Qu’ avons nous perdu?
          Pour Balkany il faut un jugement pour le destituer.
          Une mise à pieds est naturellement sans solde. Pour le licenciement il faudra un bon motif, mais ils risquent d ‘ être dans la charrette des premiers départs. Il est important de savoir si il y avait grève pendant ‘agression. Si l ‘état de grève n ‘était pas déclaré, c ‘est une agression.
          Dame le pen mis en cause dans blabla, heureusement que les autres zozos des autres partis ne sont jamais mis en cause. Leur honnêteté proverbiale laisse pourtant à désirer . On voit la paille, jamais la poutre .

          1. @Gi joe
            La levée de l’immunité parlementaire de Balkany permet au juge de le coller en préventive, comme n’importe quel justiciable . C’est arrivé, avec retard il est vrai, à Carignon par exemple . Quand à sa fonction de maire, il peut la perdre par un vote de défiance du conseil municipal . C’est sûr, quand on connait le mic-mac Levalloisien, il est peu probable que ça lui arrive . Quoique lorsque le bateau coule..!
            Quand à Marion Anne Perrine, il me semble me rappeler du slogan « tête haute, mains propres  »
            Une dernière chose : je sais très bien qu’une mise à pied entraine une suspension des émoluments mais saches que, devant les prudhommes, une mise à pied peut être annulée et la rémunération rétablie à la date de la sanction . Air France ne s’en tireras peut-être pas si facilement

          2. En 68 j’y étais figure-toi. Pas à Paris mais à Rouen et c’était tout aussi insurrectionnel. J’avais 17 ans et je bossais en usine depuis 3 ans. Mon père et ses copains dockers avaient mis des rames de wagons en travers de la route pour bloquer les CRS et nous jouions du pavé su le Campus universitaire (pas loin du lycée où le petit Hollande et ses copains classieux allaient sagement au lycée) et nous avons eu droit ) notre séjour à l’hosto (perso : poignet cassé et traumatisme crânien), à la mise en cellule, puis au tribunal avant d’être relâché sous la pression populaire en extérieur. C’était à ROUEN le 15 mai 1968… http://www.archivesenligne.fr/chronologie/item/1968-mai-68

    2. Évident. La justice multi vitesses est toujours en cours et ce N’est pas Taubira qui y changera quelque chose… Sans la 6e république, la Constituante et des citoyens vigilants en soutien, çà ne changea jamais.

        1. Le chiffre de 100 000 SIGNATURES atteint récemment Et vous, toujours en réunion avec le MDC en milieu restreint ? Au fait, les réunions vont devenir difficiles avec la disparition totale desdites cabines… En caravane ?

  10. Allez, histoire de rigoler …Marion Maréchal- Le Pen et Collard un déposé un amendement a l’article 10 de la dotation générale de fonctionnement des collectivités territoriales, laquel dotation est fixée, pour 2016, à 33,1 milliards d’euros, considérant « qu’il serait suicidaire d’amputer de 3,67 milliards » ladite DGF . On ne peut, à priori, qu’être d’accord avec ça . Sauf que ces deux députés ne maitrisent pas bien les techniques parlementaires : leur amendement oublie que l’articleL1613-1 du CG des collectivités territoriales stipule que le montant de la DGF est fixé chaque année par la loi de finance et que si leur amendement était voté, en 2016 la DGF serait de …zéro euros
    Et la petite Marion qui se verrait bien présidente de région …!

    1. ha……la pauvrette ne maîtrise pas encore l’étiquette républiconne et administrative
      ça viendra , l’ami, ça viendra
      ou alors , parvenue au pouvoir , elle sabrera là dedans avec délectation
      ce sera un beau spectacle que toutes ces circulaires inutiles dont n fera un feu de joie

  11. En fait, ce qu’illustre ce propos de Mélenchon, c’est son incapacité à s’exprimer clairement depuis qu’il ne sait plus à qui il s’adresse : d’abord  » Recommencez ! », puis, pour ceux que cela choque  » C’était de l’humour », et synthèse finale parfaitement incompréhensible et absurde : « Ces gens ont fait ce qu’il y a de normal dans une situation choquante. Cela ne veut pas dire que j’approuve. » (sans dire « je désapprouve »), et comment ne pas approuver un acte qu’on vient de qualifier de « normal » ? C’est pourquoi Mélenchon est devenu parfaitement inaudible pour tout le monde.

    1. Imaginons un instant Mélenchon dire de conserve avecle PS et LR qu’il condamne les salariés d’Air France…!

      1. Très juste ! C’est sans doute là où ils l’attendaient. D’ailleurs, ces messieurs ne sont en reste de double langage mais çà, herr doctor ne le voit pas. Quand je pense qu’il nous a dit avoir voté MELENCHON. Il n’est pas à une contradiction près non plus le toubib. Finalement il est au moins aussi inaudible que ceux qu’il prétend dénoncer.

      1. « on a reçu le coup de pied au derrière, mais que-c’est pas parce que vous renversez la table que vous descendez de voiture que vous vous abstenez de choisir le chauffeur »
        Johnny ? Cantona ? J Claude Van Damme ?
        (Nadine M ? nan cé une fille..) : notre ex Prèz !
        ..dire que certains ont zappé une grasse mat pour voter pour lui, et prêt à recommencer !
        /qql concurrence..? pas le même registre, ni micros, meeting ou conf’

  12. Une chemise déchirée , il paraitrait que c’est un cassage de gueule .
    Alors que dire des cinq suicides parmi les licenciés de Continental .
    Continental qui a été condamné parce que son plan de licenciement était illégal . Mais les mecs sont morts , non ?
    Est-ce que les dirigeants de Continental ont été mis en garde à vue ?
    Ont-ils été inquiété ?
    Mais non , eux , ils sont du bon côté , et surtout , ils ont TOUS les médias derrière eux .
    Les intouchables .
    On vomit où ?

    1. Sans parler des autres suicides dont on ne parle jamais….et qu’on met sur le compte de « problèmes personnels », comme si, en prime, la violence du chômage ne provoquait pas de pb personnels et financiers…..combien de salariés bossent comme des dingues pour faire tourner leur boîte et se retrouvent virés comme des malpropres Puis considérés comme d’éventuels fraudeurs aux indemnités chômage….
      Sans compter qu’après avoir retrouvé du travail, la confiance est largement diminuée et le rapport à l’argent changé ..

      1. Port de Rouen 1988/1989/1992: trois charrettes de 500 dockers (1500/2000) sous Etat dit socialiste. Nous avons recensé après plusieurs réunions d’anciens : 194 suicides, 247 divorces, 273 saisies et expulsions, 298 morts de maladie, de chômage, de mal de vivre avant 1995, 62 SDF. Et pas une chemise de patron déchirée connue…

  13. Il est vrai qu ‘envoyer un vigile à l ‘ hosto dans le coma était une simple caresse appliquée un peu fort. En plus devant les caméras, le nier est idiot.
    Je vais le répéter à jobards( avec un s) que l ‘ on soit pour ou contre les chemises déchirées et les coups portés, si l ‘état de grève était en cours, le contrat de travail était suspendu, c’est à la justice de statuer s ‘il y a agression ou non. De toutes manières, le  » frappeur » reconnu sera visé .Si la grève n ‘était pas déclarée, c ‘est une agression sur les lieux de travail, l employeur est en droit de prendre des sanctions et de porter l ‘affaire devant la justice. C’est un motif de licenciement.
    Après, comparer cette affaire avec les balkany, les le pen ou d’autres ne mène à rien. Essayer d ‘expliquer et d ‘excuser un fait n ‘en excuse pas d ‘autres ni ne les justifient. C’est pas moi m ‘sieu, l ‘autre l ‘a bien fait…. enfantin.

    1. @Gi Joe
      Commences par apprendre la signification du mot  » jobard » . Tu verras qu’elle s’applique parfaitement à toi . Et, surtout, évites de venir sur le terrain du syndicalisme.!

      1. Mais il est une autre information reprise en boucle par les médias français – et par Biraben donc : parmi les sept blessés suite aux échauffourées, on compte un vigile dans le coma ou – version light – « brièvement dans le coma ». Selon BFMTV qui citait lundi un porte-parole de la direction, le vigile a été hospitalisé après avoir été dans le coma (tout en précisant qu’il s’en était sorti). Ce même porte-parole précisait que « les cinq autres blessés sont tous des salariés d’Air France, dont le DRH Xavier Broseta, Pierre Plissonnier, responsable de l’activité long courrier à Air France, et trois autres membres de la direction ». Le coma du vigile – et sa sortie du coma – ont été confirmés le jour-même par le PDG d’Air France Frédéric Gagey interrogé là encore sur BFMTV.
        Une information reprise en boucle, c’est-à-dire dans tous les sujets presse et télé évoquant la crise d’Air France. Ce refrain a agacé le journaliste du Monde Laurent Borredon. Sur twitter, ce dernier assure que « «tomber brièvement dans le coma» répété par des confrères est médicalement absurde ». Et de renvoyer vers le site de l’Inserm qui explique que « le coma est la forme la plus sévère d’altération de la conscience. Il s’agit en général d’un état transitoire, durant au maximum quelques semaines ». Médicalement absurde ? Sur twitter également, le journaliste du site BuzzFeed David Perrotin estime de son côté que le vigile en question n’est pas tombé dans le coma. A l’appui de ses propos : un article publié sur le site d’Europe 1. On découvre ainsi que, selon un policier, le vigile est « en réalité «tombé dans les pommes» » et précise que « la victime a eu ce malaise après avoir été étranglé dans la bousculade. Il a pu rentrer chez lui dans l’après-midi. » D’ailleurs, le parquet de Bobigny, interrogé par BuzzFeed, « assure qu’«aucun vigile n’est tombé dans le coma» et ajoute : «Nous n’avons pas non plus connaissance d’un vigile qui aurait été étranglé lors de l’altercation avec les salariés ou qui serait tombé dans les pommes» ».
        Des chemises arrachées, un vigile dans le coma… n’en jetez plus. D’ailleurs, six salariés d’Air France ont été placés hier en garde à vue après une interpellation dès six heures du matin pour quatre d’entre eux. Pour autant, parmi les blessés de ces échauffourées, on compte également un pilote et une hôtesse de l’air. Des blessés passés totalement inaperçus si ce n’est dans la matinale d’Europe 1 du 6 octobre dernier à travers les mots de Philippe Evain, président du SNPL Air France, le syndicat des pilotes. Interrogé par Thomas Sotto, Evain condamne les violences et assure que « toute son amitié va à ce directeur des ressources humaines, à ce commandant de bord matraqué et à cette hôtesse de l’air qui a reçu des gaz lacrymogènes ». Des blessures portées par les forces de l’ordre donc mais qui n’ont pas intéressé les médias.

        1. jobards ( avec un s ) La caméra a filmée le coup porté derrière la nuque du vigile. On le voit déséquilibré et faire tomber le pdg en chemise arrachée et le deuxième vigile. Alors, il y a des limites à la mauvaise foi. J’ai été délégué pendant quelques années. Au 2 iè collège, si tu sais ce que cela veut dire. Membre du CHSCT, avec des stages de formation de l ‘assurance maladie. Membre du CCE.
          J’ai vu beaucoup de délégués arriver en réunion plus ou moins crasseux, et fier de l ‘ être. Perso j ‘avais un copain qui pour chaque réunion se lavait et s ‘ habillait proprement. Il me disait le patron est en cravate, je suis aussi fier que lui. Cela m ‘a appris. Je discutais sans brailler ni m ‘agiter et les délégués du personnel me faisait confiance car j ‘ étais sur le tas avec eux.
          Raconte ce que tu veux, mais un coup porté dans l ‘ enceinte du lieu de travail est un motif de licenciement, coma ou pas . Pour mémoire, le vigile frappé est un ouvrier aussi et gagne moins, sinon autant que le moins payé d ‘air france. Je tiens aussi à dire que pour être un bon délégué, il faut l ‘ être pendant une période limitée. Le temps passant le dirlo et le drh t ’embobinent en te traitant en camarade. Nombre de types se laissent avoir en étant mutés à une bonne place, à coups de petits avantages et augmentations, et surtout sur le nombre d ‘heures de délégation que tu prends en restant chez toi. Certains prennent même des heures les jours de grève.

          1. Donc »arrêt sur image » serait de mauvaise foi » parce qu’il ne reprend pas les coups d bourre des médias spécialistes du spectaculaire et de l’anti social… « Voir » un coup « porté » grâce aux gros plans de caméras, çà demande à être autrement vérifier qu’un simple coup d’œil et çà ne justifie absolument pas de l’hystérie des journaleux aux ordres du patronat et du gouvernement en place.

            1. Piqué sur le site : « EXRREMITE » :

              Le « coma imaginaire » et les tartuffes d’ #AirFrance …
              13
              Mardi
              oct 2015
              Posted by Extimités(…) in 2015, Chômage, Désintox, France, Justice, Médias, Medef, Morale, Société ≈ 8 Commentaires
              1024px-Le_Malade_imaginairePrenons un exemple (voire deux) de la littérature pour commenter l’actualité. Aujourd’hui, «Le Tartuffe ou l’Imposteur» et «Le malade imaginaire» de Molière.

              Deux comédies en plusieurs actes rejouées récemment lors du comité d’entreprise de Air France dans le cadre des «négociations avant licenciement». Dans cette séquence sociale, on a eu droit à des tirades enflammées dans la presse, «Le vigile est tombé dans le coma!», comme on peut encore le lire dans Le Figaro.

              Vil dans le coma Air France
              Un « vigile dans le coma » suite aux agissements de employés de la Compagnie AirFrance? un facteur aggravant. On sait aujourd’hui que cette info a été considérablement exagérée par les éditorialistes. En fait (là, je pompe honteusement un passage de Wikipédia que j’adapte), ceux qui n’étaient pas présents à la Cour Air France ont critiqué le libertinage des mœurs des syndicalistes outragés par le « plan B » de la Direction de AirFrance, nous proposant un spectacle dans lequel les dévots de l’emploi sont présentés soit comme de ridicules voyous (Orgon) soit comme des hypocrites (Tartuffe). Et la presse a obtenu l’approbation de la justice avec des interpellations au petit matin comme de vulgaires terroristes, sous les applaudissements de la Cour libérale et les rires de l’aristocratie du Medef. Le «discours de vérité» est le suivant: la police a déboutonné cette pièce maitresse de l’indignation sélective, le vigile est en réalité « tombé dans les pommes », une réalité tout aussi «fâcheuse» certes, mais à faible effet amplificateur..

              Sarkofrance(SOURCE: SARKOFRANCE
              Donc, «Coma imaginaire» dans la presse, c’est Molière qui va être content. La violence n’est pas acceptable, n’empêche, la république française est née d’une violence, celle de 1789. Avis perso: faire, c’est défaire, puis reconstruire, nouveau cycle de Schumpeter appliqué à la société. Pour cela, il faut -peut être bien-, … tomber la chemise…

  14. Te casses pas la tête jobards( avec un s ) Ils ont tous plus ou moins les mains dans le pot de confiture. La différence est que eux se soutiennent, trempant dans les mêmes combines. Ce sont les mêmes pour qui le bon peuple vote et revote oubliant rapidement les détournements de ces véreux. C ‘est aussi cela qui fait leur force.

  15. Toujours aussi cons ces cocos. La CGT ne sera pas présente.
    Comme dans beaucoup de réunion, ces gens pensent que l ‘absence les met en valeur.
    Ils discutent avec un patron et ils s’imaginent qu’ il va dire oui instantanément à toutes leurs questions. Devant sa résistance, ils quittent la table et déclarent que le patron ne veut pas discuter.
    et si par miracle ils discutent ,ils ne signeront pas l ‘accord. C’est ce que fait de mieux la CGT. En cas de succès, ils se vanteront, en cas d ‘échec c ‘es le faute de l ‘autre qui a signé .

    1. Toujours aussi subtiles les lepeineux. En 68, lesdits patrons ont arrêté leurs conneries (qui duraient depuis 1967 en rejetant systématiquement le revendications salariales) de refuser d’augmenter le SIMG de 3% en prétendant faire valoir une concurrence étrangère (déjà), du coup, les étudiant rentre dans al danse et dépassent les syndicats par la gauche. Après 3 semaines de « chienlit » (que de Gaulle croyait mâter) et un risque de guerre civile, les patrons sont venus la peur au ventre, avec Chirac (secrétaire d’État au ministère du travail) qui était venu avec un 6.35 dans la poche, au cas ou. Résultat : SMIG + 33% plus d’autres avancée sociales. Il a raison le syndicaliste des Conti : en France il faut se faire entendre sinon : que dalle…

  16. Toute la France était en grève. Tous les syndicats étaient présent. A la porte de ma boîte quand le drapeau de l ‘URSS a été mis( par la CGT) ils ont manqué d ‘être lynché. Mais la CGT a prétendu avoir tout fait.
    Comme tout bon coco tu oublies de dire que les événements ont commencés par l ‘ entrée des flics à la sorbonne pour l ‘évacuer. Sorbonne occupée suite à l ‘arrestation d ‘étudiants .
    Les étudiants n ‘ ont pas dépassé les syndicats, c ‘est tout le contraire.
    Le smig qui était à 2.15 francs en 1967 est passé à 3,08
    Arrêtes de tirer les couvertures

  17. Tu me fais marrer. Tes fameux accords de grenelle n ‘ ont jamais été signé par les syndicats. Tes augmentations du smig ont été bouffées en 1969 par la dévaluation du franc. Le résultat de 68 est » néant », non, perte de salaire pour les ouvriers. Perso, nous avons obtenu plus en continuant la grève 10 jours de plus.
    Si tu relis bien l ‘ histoire tu constatera que mai 68 était prévisible depuis la grève des mineurs en 63. La confiance des ouvriers au grand charles s ‘ évaporait. Il était notre champion en politique extérieure, mais pour l ‘ intérieur, rien.
    Si ma mémoire est bonne, j ‘étais conseiller de Staline en 68. J’envoyais ses ordres au PCF, les bons petits toutous. De temps en temps un petit chèque et ça rampait, s’en était un bonheur.
    J’espère que pour toi ça vient encore hum?

Les commentaires sont fermés.