Chanson du dimanche: « le bon moment »

Son dernier album vient de sortir, et c’est un régal.

Merci Celine Pina

Cette conseillère régionale socialiste d’Ile-de-France s’est pris les foudres de quelques pontes locales pour s’être indignée contre la tenue d’un « Salon de la femme musulmane » dans son département, avec présence de prédicateurs salafistes et conseil en muselage de la gente féminine.

Des copines et copains blogueuses/rs l’ont accueilli à la Comète, ce même bistrot où ils ont reçu DSK voici trois semaines.

Faites gaffe les gars, il y aura bientôt Mélenchon et Hollande.

Pour revenir à Pina, je ne saurai trop qu’applaudir. Céline Pina a elle même applaudi la présence spectaculaire des Femens. Je ne suis pas très grand fan des démonstrations fémEnistes. Mais pour le coup, ce salon, s’il s’était tenu dans ma proche banlieue parisienne, m’aurait révulsé.

Il m’aurait révulsé comme la tenue d’un salon de la femme catholique. Avec l’image des Talibans, de Daech et de cette femme en burqa intégral que je croise le weekend en allant au Monoprix.

 » Je voudrais ici témoigner de ma reconnaissance aux Femen d’avoir mis l’événement en perspective et à Céline Pina qui a si bien posé l’anomalie au bon sens qu’était ce salon de la musulmane à Pontoise. Oui, il est bien de votre devoir de nous lancer le défi de l’égalité homme-femme mais aussi celui de la lutte contre l’homophobie, l’antisémitisme et autres contre-valeurs universelles issues des sous-bassements de l’ancien monde.  » Lire la suite

Les organisateurs de cette manifestation ne réalisent pas le mal qu’il font à l’islam. A moins qu’ils s’en fichent. Et donc que nous soyons en guerre. Non pas en croisade (votre serviteur est athée). Mais simplement en guerre pour défendre l’intelligence laïque et l’égalité homme/femme.

« La troisième édition du Salon musulman du Val d’Oise, consacré cette année à «la femme musulmane» et organisé le week-end des 12 et 13 septembre à Pontoise par la Société IslaEvents, aurait pu passer inaperçue dans les médias nationaux, à l’instar des deux éditions précédentes. Les activistes féministes des Femen en ont décidé autrement quand deux d’entre elles ont fait irruption, le dimanche, dans le salon, interrompant l’un des débats en cours entre deux imams, avant d’être violemment expulsées par le service d’ordre du salon et emmenées par la police. Cette intervention des Femen était destinée, à côté d’autres manifestations, notamment le rassemblement organisé devant le salon par l’Observatoire de la laïcité du Val d’Oise, à mettre en évidence le caractère sexiste de la programmation et des propos d’un certain nombre d’intervenants. » Lire la suite (Laurent Bouvet)

Merci Emmanuel Macron

Il m’a suffit de lire l’un de ses articles hors normes et essentiels du Monde, un article au long cours, une pleine page, une véritable narration, sur votre intervention dimanche lors d’un colloque organisé par Le Monde.

On se vouvoie puisque vous êtes autant de gauche – socialiste; communiste ou que sais-je – que moi croyant.

Bref, merci Emmanuel.

Je vous avais croisé dans l’une des réunions au QG de Hollande en 2012, lors de ces « points presse/blogueurs » avec les porte-paroles de la campagne (Najat, Bernard et Bernard).

Votre intervention a le mérite de la franchise. Vous défendez la protection des plus faibles comme moi les religions, c’est-à-dire pas. Vous êtes convaincu qu’assouplir les conditions du travail enrichira le plus grand nombre. C’est l’exact propos, jamais vérifié dans l’Histoire, des plus libéraux d’entre nous.

Je n’ai jamais pensé qu’il fallait excommunier ni crucifier nos centristes de droite – hey ! la campagne de Ségolène Royal en 2007 portait aussi sur une véritable alliance avec Bayrou !

Mais vous avez décidé, parce que ce sont vos convictions, qu’il fallait partager quelques idées simples auprès du « peuple de gauche » (j’imagine que celui « de droite » est convaincu et que l’autre, majoritaire, s’en fiche):

« Le travail du dimanche, c’est plus de liberté et la liberté, c’est une valeur de gauche » (RTL, 11 décembre 2014)

« Si j’étais chômeur, je n’attendrais pas tout de l’autre, j’essaierai de me battre d’abord » (BFM-TV, 18 février 2015).

« Il y a dans le processus démocratique et dans son fonctionnement un absent. Dans la politique française, cet absent est la figure du roi, dont je pense fondamentalement que le peuple français n’a pas voulu la mort » (Le Point, 8 juillet 2015).

Ces trois citations sont issues de Regards.

Macron est si fatigué dans ses références qu’il confond libéralisme et liberté.

Franchement.

Allo, quoi ?

Le Pen plutot que Staline ?

C’est le genre de dérapage auquel l’échauffement des commentaires quelque part sur ce blog un billet a déclenché ces dernières heures.

Que voulez comprendre à l’affaire ?

Opposer Cesar à Attila, Staline à Hitler (grand jeu des néo-lib version années 80), Louis XIV contre Henri IV. Revisiter l’histoire de France sans craindre l’anachronisme, le saut temporel à vous donner tournis et vomi, ces comparaisons trans-historiques n’ont que peu de sens.

Marine Le Pen me fait penser au serpent Kha de ma tendre enfance, un discours sur la défense d’une France agressée qui cache (mal) un programme agressif, discriminatoire, excluant, dégradant, infamant pour la république. Le FN n’a qu’un programme, quelque soit les thèmes, l’exclusion de certains.

Le Pen plutôt que Staline ?

Je préfère la bière au surf sur Facebook.

A chacun ses préférences ineptes.