« On l’a bien cherché »

Je ne l’imaginais pas comme cela, cette France d’après. Ni pour moi, ni pour mes enfants.

Pourtant, il y avait quelques indices, depuis quelques décennies.

 

 

Il parait que « nous l’avons bien cherché« . Nous aurions « mérité » ces attentats de janvier, contre un journal qui s’amusait trop de l’islam, puis contre des Juifs forcément coupables de collusion avec l’Etat d’Israël; puis les attentats de novembre contre des civils puisque la France en Syrie faisait la guerre contre Daech…

Quels arguments… quelle horreur… quelle soumission…

« nous l’avons bien cherché »

Vous l’avez entendu, cette accusation ? Je l’ai entendu.

Du côté du FN ou d’une droite furibarde et souvent sarkozyste, cette accusation prend la forme xénophobe évidente: la France aurait accueilli trop de réfugiés, elle aurait abandonné le sinistre mais stable Bachar el Assad .

Bien sûr, il faut s’interroger sur les conséquences de nos actes. Comme hier nous le faisions à l’encontre de Bush senior puis Bush junior. Ces deux-là ont contribué à détruire le Moyen Orient. Contre Bachar el Assad, nous avons aidé sans faire attention des mouvements rebelles dont certains sont aussi « libres » que Daech est « laïc ». Des émirats ont financé Daech, puis blanchi son pétrole. Des émirats que notre premier des ministres venait encore de visiter le mois dernier pour choper quelques contrats.

Le bilan politique est simple: Etats-Unis, France et quelques autres ont créé un monstre. Il n’y a que les bas du front frontistes et leurs correligionnaires d la droite furibarde pour penser que le problème est à chercher chez les réfugiés, ou qu’il suffira de fermer les frontières. Que Sarkozy s’interroge donc sur ses soutiens qatari. Que Hollande questionne sa « Saoud-mania ».

Oui, Daech est « l’enfant terrible des interventions militaires successives qui ont détruit l’Etat irakien, ont frappé la Libye, la Syrie », comme l’explique le Parti de Gauche dans un édito de Danielle Simonet et Eric Coquerel. En 2003, juste après la victoire des alliés en Irak et la destitution de Saddam Hussein, les autorités américaines ont fait licencier 200 à 300.000 soldats irakiens, pour l’essentiel sunnites.  Dix ans plus tard, on constate les ravages de cette guerre islamo-musulmanes entre Chiites (Iran/Yémen/Irak) et Sunnites (Daech/Arabie Saoudite/Qatar).

« nous l’avons bien cherché »

Le PG réclame la paix au Moyen Orient. Moi aussi, mais en attendant, comme d’autres, je pense que ne pas riposter contre Daech aujourd’hui serait une faute politique inédite et historique.

« nous l’avons bien cherché »

Ce n’est plus vraiment la question. Car c’est trop tard.

Publicités

L’état d’urgence et ses premières bavures

Bravo les gars.

Il ne fallait pas attendre plus de quatre jours après la prolongation d’un état d’urgence que voici les premières bavures…

Je n’ai rien contre le fait que les autorités se démènent pour débusquer les complices de cette racaille qui ont frappé le pays.

Mais vous allez vite en besogne, chers policiers.

Et le devoir de vigilance, nous l’avons répété, est plus que jamais nécessaire.

L’excellent blog du Monde, les Décodeurs, surveille les récents dérapages.

« Ibrahim Maalouf, trompettiste français renommé, qui a rendu un hommage aux victimes des attentats sur le plateau du « Grand Journal » de Canal+ le 16 novembre, a raconté au site spécialisé Clique avoir été retenu plusieurs heures par des policiers, gare du Nord à Paris, avant de monter dans un train Eurostar pour Londres. »

ou encore:

 

« A Quévrechain, dans le Nord, Fatima et sa fille ont subi une brusque perquisition de nuit au motif qu’un homme, que les autorités suspectaient de détenir des armes de guerre, avait habité dans la maison par le passé. »

Ou encore:

« A Nice (Alpes-Maritimes), une petite fille de 6 ans a été blessée par des éclats au cou, lors d’une perquisition jeudi. »

Où va-t-on ?

 

 

Eviter les postures – #attentats

Les seuls dont les postures épousent malheureusement avec exactitude et cohérence la période que nous traversons sont les xénophobes. car il est facile de stigmatiser l’Etranger, le Musulman et même le Réfugié. Nos terroristes du 13 novembre ont des noms et prénoms aux consonances suffisamment marquées pour que les réac et autres ligards se livrent à merveille à tous les amalgames.

L’une des pires réactions est sans doute aucun de s’enfermer dans des postures qui nient la réalité.

Quelques exemples ?

J’ai entendu ce matin un écolo organisateur des manifestations interdites de la COP21 brailler sur France info que le gouvernement ne « voulait pas que les gens s’expriment sur les dangers climatiques« . Mon dieu… 130 morts civils et innocents dans Paris il y a 10 jours… Je pense que le gouvernement et pas mal de gens de tous bords ont surtout envie d’éviter de prendre des risques d’attentats.

Un autre exemple ? J’ai mentionné qu’un des terroristes s’était fait passé pour un réfugié, avec faux passeport et demande d’asile. L’info émanait du respectable Mediapart. Un aimable Twittos m’a rapidement confié son agacement de pointer ainsi les réfugiés du doigt. Je ne pointe rien. Je précise un fait : il y a 2 des terroristes du 13 novembre qui se sont fait passer pour des réfugiés pour venir en Europe puis en France. Le nier est une posture ridicule. Est-ce que cela change mon envie d’accueil des réfugiés syriens ? Non.

Un autre exemple ? Nos réactions collectives sur l’état d’urgence. L’expression ne veut rien dire si l’on ne regarde pas précisemment de quoi on parle. Je suis allé sur le site de la Quadrature du Net, le plus en pointe pour critiquer le texte. Je ne suis d’accord avec  presque aucun de leur propos. Oui, il faut accélérer et faciliter la traque des terroristes. non, mes libertés ne sont pas limitées par cela sauf si j’ai envie de dire publiquement, sur mon blog, que Daech est formidable.

J’aurai préféré que mes camarades vigilants réfléchissent autrement, réagissent différemment. Qu’ils restent les premiers à dénoncer les abus de ces restrictions contre les libertés publiques; mais qu’ils comprennent que nous sommes dans une situation gravissime; qu’ils réclament plus de moyens policiers et de renseignements.  Très franchement, nous avons dénoncé la réduction des effectifs des forces de l’ordre pendant les 5 années du détestable mandat de Nicolas Sarkozy. On en paye aussi le prix aujourd’hui (destruction de la police de proximité, suppression des RG, etc). Pourquoi oublier cela aujourd’hui ? Cette ultra-droite a réduit les moyens de surveillance car la peur fait son affaire.

Nous sommes les premiers à demander des restrictions à l’encontre du libre exercice des activités économiques, au nom de l’égalité et de la protection sociale des plus faibles. Nous appelons cela  de la « régulation« . Nous avons créé en France le délit de racisme et de xénophobie. Ce n’est pas le cas en Amérique où le KKK est libre de parole. Ces incohérences dans nos postures de défense de la liberté  deviennent criantes dans des cas d’extrême urgence comme celui que nous vivons.

Sortons des postures, s’il vous plait.

Et pour l’instant, souvenir et émotion pour les victimes de Bamako.

 

Chanson du Dimanche: le premier jour du reste de ma vie…

Une suggestion de l’ami @Croisepattes

« Rester debout mais à quel prix ? »

Calme-toi, et prends un FAMAS

Une pétition, ou un appel, de plus. Il émane de la Quadrature du Net, une association qui se méfie autant des Etats et de la moindre régulation que des organisations les plus terroristes.

Bref.

Lisez leur texte et faites vous votre opinion.

Je suis resté « scotché » sur le paragraphe de conclusion:

« Face à la déclaration de l’état d’urgence et aux annonces faites au cours de cette semaine, La Quadrature du Net demande aux responsables politiques de prendre le temps de la réflexion et de s’engager dans un examen minutieux, critique et transparent des engagements internationaux, diplomatiques, militaires, géostratégiques ou commerciaux de la France ; de réfléchir aux stratégies des services de renseignement, d’effectuer un véritable audit des actions menées en la matière ; de ne pas laisser la rhétorique guerrière nous entraîner sur le double terrain des « guerres de civilisation » et d’un affrontement civil interne à nos sociétés ; de s’interroger aussi sur les maux qui accablent la société française, les tensions identitaires attisées par une partie des élites politiques et médiatiques, les responsabilités collectives dans le phénomène encore trop mal compris de la radicalisation, la dissolution des perspectives de progrès social. »

Oui, que certains prennent le temps, je n’ai rien contre, bien au contraire. Réfléchissez et proposez. Mais si en parallèle nous pouvions aussi réagir rapidement, fortement, efficacement contre Daech… ce serait bien.

Attentats: 9 chocs à J+7

Voici mes 9 constats, 9 chocs personnels à J+7.

1. Trop-plein

Difficile de sortir de cette actualité historique. Les tranches d’information sont gorgées de faits relatifs aux attentats du 13 novembre. On n’a aucune chance d’y échapper. Je n’en peux plus. Et pourtant, je veux comprendre.

2. Emotionnalisme

J’en ai marre de « l’émotionnalisme« , je n’ai pas trouvé mieux pour désigner cet théâtralisation persistente de l’émotion 5 ou 6 jours après les attentats par nos médias. Je ne dit pas cela pour les hommages aux victimes. Il a fallu 3 jours pour identifier les 129 morts. Mais il faut reprendre la vie, les spectacles, l’humour, et le reste. Avoir en tête que ce terrorisme fait partie de notre vie mais continuer à vivre normalement.

3. L’homme-loup

Il faut comprendre qui sont les auteurs de ces crimes. D’où ils viennent, quel a été leur parcours. Cela efface les clichés, ou les renforcent chez certains. Mais c’est important, plus essentiel que de lire des rumeurs. Mediapart ou Le Monde s’attachent à réaliser des portraits complets, et détaillés.  Bravo à eux. Leurs explications sont terrifiantes.

4. Les réfugiés

C’est un autre choc, prévisible. Un terroriste aurait utilisé un faux-passeport pour se cacher parmi les réfugiés syriens. « Si son identité réelle demeure inconnue, le passeport a cependant permis de retracer l’itinéraire d’Ahmad al-Mohammad. Il serait passé par la Turquie puis la Grèce, sur l’île de Leros, au mois d’octobre dernier. Le quotidien grec Protothema a ainsi retrouvé le ticket de ferry à son nom tandis que la BBC a, elle, retrouvé le relevé d’empreintes digitales effectué à son arrivée sur le sol grec. Il aurait ensuite déposé une demande d’asile en Serbie avant d’être transféré au camp d’Opatovac en Croatie puis vers la Hongrie. » (source: Mediapart). Si j’ai trouvé indigne la réaction européenne à l’encontre des réfugiés ces derniers mois, nier que des terroristes se glissent dans ce flux là est une aberration. Mais il faut rappeler que nos frontières, même en France, et comme partout dans le monde, ne sont pas infaillibles.

5. La Racaille

C’est une confirmation, plus vraiment un choc. Je retiens des descriptions récentes que les terroristes de ces attentats, comme les auteurs des attentats de janvier, viennent principalement de la délinquance ou du banditisme. J’espère que ça interroge quelques (mauvaises) âmes islamistes là-bas chez Daesch:  leurs « meilleures » recrues étaient des petites racailles avant d’être de grands criminels. Bravo les gars.

6. Daesch

La confusion des appellations reprend. Je préfère évoquer Daesch que l’Etat islamique. La seconde appellation, rapidement adoptée à droite jusqu’à Nicolas Sarkozy lui-même ces derniers jours, n’a qu’une utilité: marteler nos inconscients de cette équivalence fausse et trompeuse Islam=terrorisme. Les faibles d’esprits stigmatiseront les musulmans. C’est facile, ça remplit l’esprit à peu de frais. Surtout, c’est la meilleure façon de renvoyer quelques cohortes vers la radicalité. Et c’est oublier que Daesch a tué davantage de musulmans que de chrétiens ou d’athées. Et oui.

7. Etat d’urgence

L’état d’urgence, tel qu’il est défini en France par une réglementation issue de 1955, permet la perquisition sans juge (j’accepte), l’internement de longue durée sans procès (je refuse), des interdictions de séjour (j’accepte), le contrôle des médias (je refuse). Faite votre propre tri. Et interrogez vous: ce commando d’une quinzaine de terroristes qui a frappé la France, à l’aveugle et dans la plus sombre des barbaries ce 13 novembre, aurait-il été empêché ou gêné avec les mesures d’état d’urgence ? Non. Un autre le serait-il ? Non, je ne le crois pas.

8. Déchéance

Hollande a commis une faute politique majeure, cette affair de déchéance de nationalité. Nous laisser en tête à tête avec les racailles frontistes « souchiennes » ? Quelle horreur… Pire, la faute est politique. Elle accrédite l’idée Daeschienne que nous Français sommes « différents« .

9. Israël

Israël, dont je réprouve l’actuel gouvernement, est sans doute la seule démocratie qui vit un état de guerre permanent. Ne cherchez pas: Israel est une démocratie, on y vote librement même si le choix des électeurs se porte sur des politiques qui mènent des politiques effroyables pour les règles de droit. J’ai pensé que les Israéliens savent vivre avec l’insécurité que les évènements nous promettent.