Mais que se passe-t-il en Corse ?


On devait oublier quelques instants les délirants débats sur la déchéance de nationalité, les éléments de langage du PS et autres divagations post-républicaines.

En Corse, une manifestation vendredi, puis une seconde samedi ont gravement dérapé jusqu’à se transformer en ratonnades. Comment appeler autrement le saccage d’un lieu de culte musulman, les menaces parfois de mort et l’agression physique contre des résidents qui  n’avaient pour seul tort que d’être musulmans ?

Il n’y a donc pas de trêve de Noël, en Corse ?

Le plus surprenant est que donc que l’état d’urgence n’est visiblement pas pratiqué en Corse qu’en métropole. En Corse, des huluberlus  peuvent manifester à deux reprises avant que le préfet ne se décide à interdire les attroupements.

« Vendredi en fin de journée, plusieurs centaines de personnes s’étaient rassemblées dans une cité populaire d’Ajaccio, où, la nuit précédente, deux pompiers et un policier avaient été blessés dans des échauffourées. Scandant pour certaines «Arabi fora (les Arabes dehors, ndlr)!» ou «On est chez nous!», selon une correspondante de l’AFP, elles ont, dans une ambiance tendue et encadrés par des policiers déployés pour tenter de maintenir de calme, essayé d’identifier et de retrouver les auteurs de l’agression de la veille. » (lire la suite)

 

17 réflexions sur “ Mais que se passe-t-il en Corse ? ”

  1. humm la Corse.. je sais que mon beau père (âgé, de gauche) est plutôt remonté, alors d’aligner une liste d’apanages,
    (et) moi de lui rappeler toutes ses années de pompier bénévole, aussi musicales (tsoin-tsoin)
    Moralité ? un beau pays mais mal habité ? (ainsi la Suisse, disait mon papounet, autres raisons je suppose)
    ..corse.. du sang & du sol: un beau métier !
    en visite chez eux, taquin (?) j’aime leur dire: « libérez la France ! » mais c’est un autre sujet, ..n’est-ce pas,

  2. Mais qui a commencé, avec les « ratonnades » ? Qui s’est mis à attirer les pompiers dans un piège pour mieux les tabasser, en braillant « On est chez nous, sales Corses dehors ! » ?

    Cela dit, je conçois votre stupéfaction : des gens qui se rebiffent et rendent coup pour coup, ce n’est pas dans la gentille France continentale qu’on verrait ça !

    Il serait intéressant (si les chiffres n’étaient pas soigneusement camouflés par le ministère de l’Intérieur), de comparer, après la « traditionnelle » nuit du 31, le nombre de voitures brûlées à Ajaccio et dans d’autres villes françaises d’importance comparable…

      1. Depuis quelques jours, je ne serais pas peu fier de l’être, en effet… même si, dans ce cas, je serais resté tranquillement chez moi, au lieu d’aller saccager je ne sais quel gourbi.

        1. Quant aux milices et autres groupes d’autodéfense, ne vous leurrez pas : ils ne peuvent aller qu’en se multipliant. Au moins jusqu’à ce qu’un gouvernement décide de s’en prendre très fermement aux véritables fauteurs de violence ; ce qui ne semble pas pour demain matin.

  3. Il est frappant – mais pas étonnant- de voir à quel point ces ratonneurs font exactement ce que l’ Etat Islamique attend d’eux : s’en prendre aux musulmans, de façon à créer un climat de guerre civile en France entre les 6 millions de musulmans et le reste des Français, car les premiers vont évidemment aller en se radicalisant s’ils sont attaqués pour le simple fait d’être musulmans.
    Il est permis de se demander si ces ratonneurs ne sont pas animés et financés par l’ EI, tant ils servent sa stratégie – car il est difficile d’imaginer qu’on puisse être bête à ce point.

    1. Il n’y a pas que l’EI qui attend une guerre civile en France et dans le fonds nous ne connaissons pas ces « fameux » manifestants, car si il y a des suiveurs, il y a aussi des meneurs …..

    2.  » car il est difficile d’imaginer qu’on puisse être bête à ce point »
      Hihi…mais pas faux ( que mes qq ancêtres corses me pardonnent ou pas ! )

  4. Comment se fait-il, comme le fait remarquer si justement Juan, que le Préfet a laissé pourrir la situation avant de déclarer « l’interdiction des manifestations » ? Encore un coup gouvernemental ?

    1. @ aurore
      En France on a le choix…ne boudons pas notre plaisir !
      Tantôt la banlieue….tantôt la Corse….ça dépend du contexte et de la disponibilité de chacun….je plaisante bien sur…quoique !!!

  5. Cacher sa lâcheté en accusant les autres, chacun milite comme il peut.
    2 jeunes arrêtés 2 jours après les faits, je retiens que les destructions faites par les Roms pour sortir des voyous de prison n ‘ ont toujours pas amené d ‘arrestation.
    Ce que D Goux décrit était la tactique préférée du FLN, Ce qu’il a fait à Sétiff, à Oran, Alger etc. ce qu’il a tenté de faire aussi à Paris.
    Les corses veulent défendre leur identité, de quel droit les blamer.

  6. Il faut rappeler les faits et ne pas raconter n ‘ importe quoi.
    Des  » gens » d ‘ un quartier d ‘ Ajaccio ont allumé un feu. Cet incendie s ‘est révélé être une embuscade pour les pompiers et la police. Attaqué par des caillassages, à coup de barre de fer, même une bouteille d ‘acide, les secouristes n ‘ ont dû leur salut qu’à la fuite.
    Les corses n’ ont organisé les manifs qu’ après ces événements, et c ‘est là qu’ ils ont saccagé un lieu de prière .
    Le boubaker devrait se renseigner et accuser les vrais coupables, mais ce serait mettre en cause des musulmans.
    Encore une cité de non droit que l ‘ état laisse prospérer, mais là; c ‘est en corse et eux ne se laisseront pas piétiner.

    1. Personne ne sait qui sont les agresseurs des pompiers. Personne ne sait s’ils sont Musulmans, ou athées, ou jemenfoutistes. La manifestation était parfaitement justifiée : on a eu raison de protester contre l’agression des pompiers (chose beaucoup trop fréquente sur le continent, très rare en Corse, d’où sans doute l’émotion) ; on a eu raison d’aller manifester dans la cité en question, pour réaffirmer qu c’est aussi un territoire de la République, et pas une zone de non-droit. Mais on aurait tort de minimiser l’action les groupuscules (il ne s’agit pas de tous les manifestants) qui s’en sont pris à des gens parfaitement innocents, ou dont le culpabilité, à tout le moins, n’avait pas été établie, en leur faisant porter le poids d’une culpabilité collective, ce qui n’est rien d’autre que du racisme (parfaitement illustré par les Arabi fora).

      1. Il est évident et connu que les corses caillassent les pompiers corses.
        Par contre dans nos banlieues tout le monde sait que pompiers et policiers sont reçu à bras ouvert.

  7. Petit rappel : les nationalistes (?) corses ne se sont jamais genés pour dynamiter les villas des continentaux résidents . De plus, il y a déjà un moment que ces mêmes nationalistes pratiquent le racisme vis à vis des maghrébins . Pour finir, les soubresauts en Corses datent de 1969 et de l’affaire de la ferme d’Aléria, suite à des bisbilles entre les Corses et les rapatriés fraichement installés dans l’ile de beauté . Comme me le disait un ami cent pour cent Corse, maire de son village dans le sud de l’ile : « Ce ne sont pas des nationalistes mais, pour la plupart, des mafieux » qui seraient les premiers enquiquinés si la République leur filait l’indépendance . Ils préfèrent l’autonomie car ça permet de continuer à percevoir les dotations  » .

Les commentaires sont fermés.