Adieu 2015, et sans regret


L’année a commencé dans le sang, elle s’est terminée dans le sang, et la peur plus grande encore.

2015 est une année particulière pour la France. Une année comme une autre pour bien d’autres pays: Gaza, Mossoul, Kobané, Baltimore, le Kurdistan ou le Nigéria, pour ne citer que quelques exemples. 2015 fut la dernière année politique normale, puisque 2016 sera vraisemblablement encore davantage polluée par le Grand Scrutin.

En 2015, j’ai cessé de m’intéresser à l’excitation des réseaux sociaux, aux raccourcis de la pensée raccourcie en 140 caractères, aux ayatollahs de la pensée unique de droite ou de gauche. La violence des situations auxquelles nous avons été confrontées m’a retiré l’envie de m’énerver contre les contradicteurs d’un jour ou de toujours.

Revenir sur une année est désormais chose facile, techniquement s’entend. Les réseaux sociaux y vont chacun de leur « rewind » / « rétrospective » / « bilan » / « année en revue ».

Le bilan le plus déplacé est certainement celui de YouTube. Le plus proche est celui de Facebook. Le plus glaçant, celui de ViceNews.

Enjoy.

 

 

 

 

 

 

5 réflexions sur “ Adieu 2015, et sans regret ”

  1. En cette fin d’année, je me pose cette question : pourquoi, est que je m’évertue à donner mon avis, à m’interroger sur des situations qui ne sont pas de mon fait, et surtout sur lesquelles je n’ai ni pouvoir, ni solution ? J’y laisse, moi aussi mes nerfs et ma santé.
    Mon futur est assurément bien plus court que mon passé. Aussi, il va falloir je décroche de toute cette technique moderne et envahissante à l’excès : réseaux sociaux, médias, et que je m’éclipse quotidiennement dans la campagne, mon plus doux et plus efficace des médicaments.

  2. Et une année chasserait donc les emmerdes de la précédente comme par effet de baguette magique ? Mais non cher Juan. Comme les comptes bancaires déficitaires en suspend, la note reste en suspend, bien entendu… On commence quand, à devenir sérieux ?

  3. J’ai cessé aussi d’utiliser l’oiseau bleu et ces réseaux qui gardent tous nos historiques pour aussi nous les rebalancer à la figure. Je conserve encore G+, mais surtout DIaspora, le réseau décentralisé et libre, accessible par exemple par framasphere (https://framasphere.org/i/eef4806f6118) . Après, chacun y trouvera un intérêt ou pas, la population étant très militante, avec ses bons et ses mauvais cotés.

    Pour la violence des propos, pas besoin d’aller très loin, les commentaires des blogs suffisent. La pensée raciste se libère aujourd’hui partout et ça n’en est que le reflet. A la violence terroriste de 2015 va succéder d’autres violences, plus sournoises parfois, qu’on a contribué à installer. Elle sera bien encore sociale, malgré tous les beaux discours hypocrites. Face à cela, informer, discuter, partager, éduquer restent des armes, pardonnez moi l’expression. Je ne suis guère optimiste mais … bonne année quand même.

  4. DidierA La France est un pays un peu bizarre. Le français est grande gueule, frondeur, mais généreux.
    Si des politicards et mille associations ne tentaient pas de lui enlever le droit à la parole libre, le droit de penser par lui même et librement, le droit de disposer de ses us et coutumes, le français seraient accueillant et conciliant. Des siècles de connaissances, de sacrifices, de travail, ont forgé une nation. En 35 ans, des voyous ont détruit le ciment que le sang de millions d ‘ hommes avait solidifié.
    Non didier le français n ‘est pas raciste, loin s ‘en faut.
    Vous venez dans ce beau pays pour fuir les misères, tortures, les famines, les tyrans, les massacres et esclavage que certaine religion impose, et vous essayez de changer ce beau pays en sosie de ce que vous fuyez. Là, le français se rebelle, là, la colère gronde, long à bouger, le français sommeille, gare si le français se réveille, il sera méchant, teigneux, rien ne l ‘arrêtera, même pas la peur de verser son sang .

  5. En numérologie, nous sommes en année 9 (fin de cycle) et par rapport à la constitution de la 5 e république, nous passons en année 1 (début de cycle) à compter de 2016. De là à penser que l’avènement de la 6e République puisse être pour 2016, il n’y a qu’un pas que je franchi allègrement… Vive la 6 e république et vive notre beau pays qui ne mérite pas ce qu’il subi.

    http://melenchon.fr/2016/01/01/meditation-transannuelle/

Les commentaires sont fermés.