La trouille et la joie qu’inspirent Juppé à gauche


La situation est cocasse, sans doute inédite.

A fur et à mesure que Nicolas Sarkozy s’effondre dans les sondages et qu’Alain Juppé progresse, il y a comme une trouille et une joie qui s’installent à gauche.

Pour les uns, Juppé devient un adversaire crédible mais surtout un rival dangereux qui va braconner très utilement le centre-droit sur lequel Hollande a bâti l’essentiel de son quinquennat et, surtout, sa candidature à la réélection. Le meilleur rival de Hollande s’appelle Sarkozy: d’abord parce qu’il a un mauvais bilan, qui est encore récent; ensuite parce qu’il mobilise facilement contre lui une très fraction de l’électorat. L’antisarkozysme est une valeur sûre de la Hollandie.

Pour les autres, la victoire de Juppé sur Sarkozy aux primaires de droit éclaircirait le paysage politique. Le candidat prétendant incarner la gauche et les écologistes serait en effet obligé de tenir compte de toutes ses composantes pour mobiliser largement sur sa gauche puisque le centre-droit serait largement capté par le candidat Juppé.

 

ps: il y a bien sûr quelques supporteurs actifs du président sortant qui font mine de ne pas comprendre cette dualité des réactions face aux progrès de la candidature Juppé.

//platform.twitter.com/widgets.js

A bon entendeur…

18 réflexions sur “ La trouille et la joie qu’inspirent Juppé à gauche ”

  1. Ni trouille ni joie , juste une totale indifférence : Hollande , Juppé ou Sarko , c’est in fine la même politique économique et les mêmes néo-cons toujours prêts à suivre l’Oncle Sam dans ses expéditions guerrières dont on connait les conséquences .
    Avec Juppé , Hollande n’aurait évidemment aucune chance d’accéder au second tour , et ce serait donc un bonus pour une recomposition éventuelle d’une autre gauche que la Vallsiste .
    Mais de là à voter pour lui , faut pas pousser .

      1. Monsieur ARIE

        comparer un pays de 9 millions d’habitants et un de 67 millions est aussi ridicule que de comparer la structure et l’organisation d’une PME de 20 personnes et une de 500..

        c’est le jeu favori et régulier des journalistes qui veulent à tout prix faire du benchmarking économique..

        et ça ne date pas d’hier

        la seule chose intéressante et à peu près juste dans ce récit, c’est l’effet de la maitrise du taux de change d’une monnaie nationale.

        même la flexibilité et la formation est un tissu d’à peu près qui ignore les dernières réformes et surtout la réalité du terrain. mais bon, vouloir considérer la France et les français plus rigides que ses voisins tient aujourd’hui plus du fantasme que du réel…et tant que ça marche.

        d’ailleurs sur les derniers développement de la formation il y a de quoi se marrer quand j’entends le président parler de son action sur le chômage grâce à la formation et à l’apprentissage,
        il habite sur pluton ou ses conseillers ne lisent pas les nouvelles réformes ?

        de la même manière l’opération « territoire 0 chômeur de longue durée » je suis surpris qu’une organisation comme ADT quart monde ait pu rédigé un pareil rapport, c’est tout à fait bizarre…

        1. L’argument démographique me laisse dubitatif. Il me semble pertinent en ce qui concerne l’organisation de la démocratie (possibilité de démocratie directe, par exemple, avec une population point trop importante), bien moins en ce qui concerne politique économique et sociale, où joue l’effet d’échelle, et où les freins tiennent plus de l’inertie de sociétés peu enclines aux changements, quelles qu’en soient les raisons.

          Je suis d’accord pour dire que la maîtrise de sa monnaie nationale est la seule chose vraiment intéressante de l’article. J’ai du mal à voir en quoi la réduction des fonctionnaires et de la dette publique influe bénéfiquement sur le taux de chômage : en quoi passer de 100 000 à 50 000 fonctionnaires réduit-il le chômage ? En quoi réduire les dépenses publiques pour diminuer la dette a-t-il un effet positif sur le chômage ?

          1. Si la dette publique existe, c’est bien parce que l’Etat vit au-dessus de ses moyens donc il emprunte pour assurer son train de vie au détriment des générations à venir et non seulement la dette publique augmente inexorablement mais les politiques de privatisations ont-elles aussi été menées pour financer le train de vie de l’Etat.

            Redéfinir le rôle de l’Etat et les missions qui lui incombent semble être la base de toute réflexion économique. En France, l’Etat se mêle trop de ce qui ne lui regarde pas. Il y a la possibilité d’externaliser un grand nombre de services au niveau des collectivités territoriales parce que rationalisés donc plus productifs et moins coûteux pour la solidarité (impôt).

            Malheureusement, les choses ne changeront pas car en France nous avons un noyau de 5 à 6 millions de fonctionnaires et assimilés que l’on retrouvent comme partisans du Parti Socialiste qui squattent le dynamisme de la France et le travail des français du secteur privé à tel point que les classes populaires n’ont plus de travail dans l’industrie (volatilisée) quand elles sont mal payées et/ou assénées d’impôts pour payer nos gentils fonctionnaires.

            L’Etat doit revenir à ses missions régaliennes avec un rôle prédominant dans la santé et l’éducation.

            Le reste n’est pas de son ressort et relève bien souvent de missions à caractère commercial ou industriel donc concurrentielle.

            1. VODA

              1) il faudra un jour à nouveau penser qu’un budget comporte deux colonnes – une dépense dont tout le monde parle et une recette dont personne ne fait état alors que c’est le problème..

              il est prouvé que les dépenses sont contenues depuis des décennies alors que les recettes ont été en constante diminution pendant de le même temps.
              – Que personne ne puisse rien faire sur les recettes, OK puisque même notre gouvernement fait tout pour éviter de voter une disposition pour une compta par pays des groupes internationaux,
              – que vous soyez en phase avec cette politique de dilution des états, OK c’est le jeu et ça vous regarde, même si vous n’êtes pas du bon côté du manche…

              2)  » Il y a la possibilité d’externaliser un grand nombre de services au niveau des collectivités territoriales parce que rationalisés ……

              en lisant ça un peu partout, je me demande combien il faudra d’exemples qui démontrent que les externalisations ou la sous traitance au privé coûte bien plus cher…..entendons nous bien, il faut regarder le domaine dans son ensemble (investissement, entretien, coût
              vous pouvez fouiller, prouvez moi un seul exemple qui justifie l’externalisation (eau, énergie, pôle emploi, PPP, autoroutes, …..)

              même le CICE et le pacte réunis vont donner un emploi à 150 000 euros pièce….faîtes le calcul je veux bien qu’on me les donne…

              3°  » tel point que les classes populaires n’ont plus de travail dans l’industrie (volatilisée) quand elles sont mal payées et/ou assénées d’impôts pour payer nos gentils fonctionnaires………….

              si on commençait par penser au coût du NON travail, la démonstration commencerait à faire bouger les lignes ?
              quand on commencera à penser qu’un salaire de base, quel qu’il soit, repart intégralement dans l’économie (en prestation, en impot et en consommation), on commencerait par penser que le radotage médiatique enfume et que les conseilleurs ne sont pas les payeurs..

              Bon admettons que l’état commence à foutre dehors du fonctionnaire, dites moi un peu ce que vous faites des futurs virés en l’état actuel de l’économie dans une politique de l’offre ou c’est la DEMANDE qui crée l’emploi.
              Vous l’aurez peut être remarqué mais toutes les solutions qui consistent à arroser là où est le fric ne fait absolument rien ruisseler vers le bas.

              vous ne l’avez pas remarqué parce que tout le monde se tait, mais s’il n’y a plus d’industrie c’est aussi parce que depuis des années nous avons eu un euro surévalué et non compétitif qui a accéléré les délocalisations. L’état balance 45 milliards d’euros aux groupes au titre de la compétitivité depuis l’euro à 1.40 dollar alors qu’il est à 1.10 dollar, ce fric qui sert à payer les dividendes serait bien uitile ailleurs……….pour l’emploi…

              il n’y a pas de doute, l’enfumage de décennies de libéralisme financier, mais surtout depuis la crise fait bien son effet…

              1. il ne s’agit pas de nostalgie du temps d’avant, mais de calculs simplets,

                Puisque nous vivons de théories simplettes venues de grands cerveaux, et bien qu’aucune de ces théories n’aient montré leur efficacité, à quel titre un pékin de base comme moi, n’aurait il pas droit d’être aussi simplet que l’élite dans une démonstration alternative….

                quelques bricoles encore et je me barre :
                – aux USA, il y a peu, l’état n’a pas pu payer ses fonctionnaires pour cause de budget, ils ont tous été renvoyé une quinzaine de jours de mémoire…..ça a été un beau bordel et ça a coûté une véritable fortune …

                – quand on vit dans un monde qui commence à évoquer l’utilité économique ou non d’un individu, ce monde là ne peut rien donner de bon……
                parce qu’un journaliste, ça sert à quoi, une caissière ça sert à quoi (on les fait automatique) , un ouvrier ça sert à quoi quand on peut mettre un robot, nettoyer les bords de route ça sert à quoi etc…etc…

                qui paie une grande partie des journaux, qui paie un paysan, qui paie une partie des charges sociales au multinationales….qui paie la fortune de Dassault…..etc…et ça ne dérange personne bizarre non ?

                etc finalement…

                – quand on accepte que trois centaine de milliers de travailleurs sous contrat de travail du pays d’origine dans le bâtiment, viennent concurrencer injustement ceux du pays où ont lieu ces chantiers, il ne faut pas s’étonner non plus qu’il y ait distorsion d’emploi…..

                des exemples complètement abrutis comme ceux là, j’en ai à la pelle, il faut regarder, s’intéresser, mettre le raisonnement sous la critique permanente et synthétiser. C’est à ce prix qu’on commence éventuellement à se rendre compte de l’énorme foutage de gueule en cours..

                1. Simpliste?

                  Je t’épargne la définition de « regalien » fonction à laquelle devrait se borner le rôle de l’Etat que je consens à élargir dans une politique d’éducation et de santé comme il se doit dans un pays civilisé.

                  Pour le reste, je suis pour la mise en place d’un « revenu de base » et la libéralisation du marché de l’emploi de tout ce qui ne relève pas des fonctions régaliennes, de santé et d’éducation. C’est plutôt claire.

                  Ainsi, il sera évidemment plus facile d’alléger et de libérer les forces de ce qui veulent vraiment travailler. L’idée même de réduire l’individu à une fonction sous tutélaire d’une idéologie égalitariste nous réduit tous à une vie amorphe.

                  Très peu pour moi.

    1. Faudra pousser drolement fort, le Juppé est parti faire la manche à Wall Street et neocons associés pour financer sa campagne.
      L’engouement de gauche pour le déplumé psycho-rigide me rappelle feu le Balladur.

      Pour le duel premier tour Hollandreou préférerait Sakotron; on va se régaler de la Primitive UMP; hélas faut tenir jusqu’à Novembre, et compter les échanges d’amabilités. Chic c’est guignol.

      Pour LaMarine L’Hollande est son fromage préféré.

  2. @ Juan :

     » L’antisarkozysme est une valeur sûre de la Hollandie. »

    Ne pas prendre ses désirs pour des réalités :

    « Les Français préfèrent toujours Jean-Jacques Goldman. Le chanteur est une nouvelle fois la personnalité préférée des Français selon le le Top 50 des personnalités du Journal du Dimanche. Un seul homme politique figure dans ce classement, Nicolas Sarkozy, à la 50e et dernière place. »

    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/01/03/97001-20160103FILWWW00013-goldman-personnalite-preferee-des-francais.php

  3.  » Pour les uns, Juppé devient un adversaire crédible mais surtout un rival dangereux qui va braconner très utilement le centre-droit ………

    si ,peu qu’il braconne aussi le centre gauche et il va finir par nous faire du bayrou-morin ce juppé…..

    il va de soi qu’il appliquera une politique économique de centre bruxellois, ce qui nous garantie d’excellents années 2017 à 2022

    enfin un esprit nouveau va s’imposer au pays…le voila le candidat spontané que la France attend depuis 1995…

    sans compter que ceux qui vont aller voter par devoir pour lui, risquent bien de mettre un ex condamné au pouvoir…

    bref normal quoi quand on aime la politique faut pas trop regarder de près..

  4. Juppé revient…ok…il a des idées de droite. Je le préfère à Sarkozy, non pour ses idées mais pour le personnage.
    Mais à gauche…qui pour s’opposer avec de réelles convictions de gauche…

  5. Voilà à quoi sert le Quinquennat, une campagne électorale permanente, des politiciens aux ordres des sondages de peur de bouger le petit doigt si leur cote descend… Voilà l’année 2016, une année de commentaires en attendant l’effervescence de l’élection présidentielle de 2017. En matière de pronostics, une seul base pour le second tour Marine Le Pen celui qui sera en face bénéficiera de la dynamique du pseudo Front Républicain et deviendra Président par défaut encore une fois.

  6. la finance et les groupes privés ont réussi à faire des états leurs sous traitants, les arrangeurs de leurs saloperies, ils ont fait des états, donc de NOUS, des assureurs en dernier recours de leurs pertes, de toutes leurs facéties, de leurs erreurs, en fonction de quoi, les richesses créees par les travailleurs-consommateurs-épargnants sont gentiment évaporées de la place où ils sévissent…..

    et tout ce qu’on nous demande, c’est de nous serrer la ceinture encore plus, notre propre existence commence à être un fardeau pour ces ordures…même au boulot. La preuve, pour eux, nous ne sommes que des charges et des coûts..

    sous les applaudissements d’une grande partie du public……

  7. Chacun y va e sa petite démonstration.
    Pourquoi il n ‘ y a plus d ‘ industrie , pourquoi les grosses boites ont quitté le pays, pourquoi le chômage augmente.
    Le réflexe simplet est de dire que la main d ‘ oeuvre est trop chère.
    Oui, le coût de la main d ‘oeuvre est trop élevé, c ‘est certain.
    Pourquoi: Un état gourmand en taxes et impôts pour assurer son train de vie, de l ‘argent distribué largement pour assurer la paix sociale, l ‘achat des médias, l achat des syndicats, l ‘achat de centaines d ‘associations n ‘ayant pas de but bien définis mais pouvant être utile plus tard, les subventions énormes distribuées aux partis politiques, les  » salaires et retraites payes aux députés et sénateurs’ sans oublier les nombreux avantages et autres passe droit),
    Je n ‘ oublierai pas le statut de fonctionnaire assuré d ‘ un emploi à vie, même les plus fainéants reconnus sont assuré de leurs avenir.
    Le régime de retraite des fonctionnaires n ‘ existe pas, ce qui oblige l ‘état à voter des sommes énormes ( jamais sous le vrai motif) pour assurer les retraites. (Plus de 30 milliards).
    Malgré cela , l ‘état a voté le détournement de milliards des caisses de la sécu et de retraite complémentaire avec la compensation, puis la sur compensation entre régimes de retraites.
    Les fonctionnaires en retraite sont maintenant affilié au régime de la sécu, mais jamais le coût n ‘est compensé, idem le régime des complémentaires. L’état fait payé ses lois de la CMU par la sécu
    En résumé: les services de la sécurité sociale servent de banque à l ‘ état, sans payer ni intérets ni obligation de remboursement.
    Ses cadeaux généreux d ‘ exonération de charges sociales pour les entreprises sont en réalité payé par l ‘ affilié à la sécu.
    Et après tout cela, l ‘ état se donne le droit d ‘ affirmer que la sécu est en déficit, que l ‘ on ne peut augmenter les retraites ( celles du privé) qu’il faudra travailler plus longtemps etc.

  8. Juppé n’a pas gagné les primaires, Sarkozy est rusé et à la tête du parti, rien n’est joué, on n’a pas fini d’en parler, moi je ne pose pas de questions en attendant ce sera au premier tour ni droite, ni centre, ni PS, ni FN, le reste est de la littérature.

  9. Il serait mal venu de parler de la condamnation de juppé.
    Si l ‘on se référait aux condamnations prononcées envers des ministres, députés, sénateurs, ou envers des proches parents, les palais seraient presque vides. Si les peines méritées seraient appliqué, les prisons déborderaient un peu plus .
    Et tout ce beau monde se pavane, conseille, détourne l ‘argent public, se vote des avantages, se gargarise de belles paroles ne voulant rien dire, et béatement vous écoutez!!
    Juppé se découvre ‘ un coup français, déclare aimer la France, et se déclare gaulliste.. une veine pour lui,( et pour ceux se disant gaullistes) le général est mort.

Les commentaires sont fermés.