Valls, coincé par Taubira


Il n’a pas supporté le tweet de son ex-Garde des Sceaux. Les communicants élyséens s’étaient pourtant déjà répandu dans les rédactions, avec un message clair: taubira est partie heureuse, après un entretien « chaleureux » à l’Elysée.

Pourtant, son message de départ, sur un fameux réseau social, résumait mieux que d’autres l’attitude de quelques millions d’anciens électeurs de François Hollande en 2012.

« Parfois résister c’est rester, parfois résister c’est partir. Par fidélité à soi, à nous. Pour le dernier mot à l’éthique et au droit. ChT »

Jeudi 28 janvier, Valls réplique donc, aussi agité qu’un ancien monarque que nous connaissons bien. Valls aurait du se taire. Sa simple réaction explique tout.

« Résister, c’est résister au cours des choses pour trouver sa voie. Résister aujourd’hui, ce n’est pas proclamer, ce n’est pas faire des discours, c’est se confronter à la réalité du pays »

Merci Manuel. Ta déclamation illustre le sens de tous les renoncements face au réel.

« Jusqu’au bout, Christiane Taubira restera une cible, la proie de n’importe quelle attaque d’une droite désemparée qui cherche sa voie. » écrivions-nous en 2013, quelques mois avant que Manuel Valls n’emporte les commandes d’une équipe remaniée pour le tournant inavoué du quinquennat.

Cette conclusion reste valable aujourd’hui, la droite politique est simplement grossie de quelques contingents.

28 réflexions sur “ Valls, coincé par Taubira ”

  1. 5/5! Où est la France? Partout et nulle part. Nulle part et partout. On a eu une France, qui craignait la lumière, maintenant nous avons sur le bras, une France, qui craint les Lumières.
    Gauche-Droite, Droite-Gauche: c’est blanc bonnet, bonnet blanc. Il n’y a, que le FN et Marine Lepen pour remettre la France dans la voie des Nations, qui ne caignent ni la lumière ni les Lumières.

    Maintenant, que Taubira, la tête d’affiche, est partie; il n’y a que de politiciens-crétins et de politiciens-analphabètes dans le gouvernement dirigé par le primus inter pares: EV, qui rogne déjà le siège de Macron.

    Hollande? C’est qui sur l’échiquier international? On l’a vu face à Rouhani comme un chiot, qui fretille de la queue à la vue de son maître!

    Hollande et la France en Syrie, c’est l’allégorie de la mouche dans la fable de La Fontaine « Le coche et la mouche »: qui ne l’a pas vu baver devant Rouhani, qui lui avait dit « Fiston, Bachir et la Syrie: c’est la cour des Grands; il n’y a pas de place pour les politiciens-nabots. »

    Ecouter de Funès dans le coche et la mouche, si vous êtes des Saint Thomas: https://www.youtube.com/watch?v=BGRm_v1ooKk. Mordiou, La France en Syrie? C’est la grenouille, qui veut se faire ausii grosse que le boeuf, et si vous êtes encore incrédule, le même ee Funès, dans la grenouille…: https://www.youtube.com/watch?v=ZJVZqi6Kk8o.

    1. oh ça va non ?
      pas la peine de tirer sur l’ambulance !

      Eh non, il n’y a pas que Marine le Pen qui puisse « remettre la France sur la voie des nations ». Il y a aussi le cours de l’histoire.

      Qui peut dire demain si les nations ne vont pas retrouver leur souveraineté et que cette « Europe » ne sera pas dans les trente sixième dessous.

      La « mondialisation » est en bien mauvaise posture dès lors que leurs principaux leaders (Chine, US) sont en pleine politique de protectionnisme.

      1. Je ne crois pas – et le déplore – que les nations puissent retrouver leur souveraineté ; en tout cas, pas nos nations (il en viendra peut-être d’autres, nul ne peut le savoir ni même le prédire) : lorsque l’agonie est commencée, il n’est plus de retour à la santé possible. Nous survivons dans un monde qui meurt, guettés par un autre qui, forcément, va naître dans la douleur.

        1. Alors, en deux mots, pour retrouver une souveraineté, il faut retrouver une certaine puissance.

          Et je vais vous étonner, mais je suis très satisfaite de l’action de Hollande et le Drian, qui travaillent à redonner à l’armée française l’importance qu’elle avait. Tout commence là.

          Pour le reste (la politique économique), on va continuer à avaler les couleuvres de l’Europe, jusqu’à en vomir, mais nous n’avons que peu de marges de manoeuvres.
          Et là, je pense que nous ne les utilisons pas. C’est nul.

          1. « redonner à l’armée française l’importance qu’elle avait. Tout commence là. »

            Je vais vous répondre en me contentant d’aligner trois titres d’œuvres de la grande Flannery O’Connor :

            – Pourquoi ces nations en tumulte ?

            – Mon mal vient de plus loin

            – Et ce sont les violents qui l’emportent

        2. @ Didier Goux

          On va citer (de mémoire) , une fois de plus, Gramsci  » La crise, c’est quand l’ancien est mort et que le nouveau n’arrive pas à naître », en le corrigeant aussitôt : si l’ancien est mort, le nouveau naît forcément, mais il n’est pas évident de savoir à quoi il ressemblera : c’est l’accouchement avant l’ère de l’échographie.

    2. Marine Le Pen? Vous débloquez. Pas de place pour les fachos. Le Fn est un parti haineux et crétin dans son programme, ses idées et ceux qui les portent. Passez votre chemin.

      1. Question toute simple, qu’est un facho? celui qui aime son pays et ne veut pas le voir disparaître, celui qui ne veut pas que ses petits enfants portent le voile, celui qui est pour la liberté du culte et la laïcité, celui qui déclare que son pays est en danger devant un afflux d ‘étrangers sans affinité ni avec son mode de vie, ses coutumes et traditions, sa religion….. Il y a actuellement plus de 7 millions de fachos en France et le nombre va encore grandir .

        1. wikipedia en donne une explication que je trouve complète :

          Le fascisme est un système politique autoritaire qui associe populisme, nationalisme et totalitarisme au nom d’un idéal collectif suprême. À la fois révolutionnaire et conservateur, il s’oppose frontalement à la démocratie parlementaire et à l’État libéral garant des droits individuels. Issu de diverses composantes de la philosophie européenne du xixe siècle, le fascisme a trouvé dans les circonstances économiques et historiques de l’après-première guerre mondiale le contexte qui lui a permis d’accéder au pouvoir, d’abord en Italie dans les années 1920 avec Mussolini, puis sous une variante accentuée, militariste et terroriste, en Allemagne dans les années 1930 avec le nazisme et Hitler.

          Niant l’individu et la démocratie au nom de la masse incarnée dans un chef providentiel, le fascisme embrigade les groupes sociaux (jeunesse, milices) et justifie la violence d’État menée contre les opposants assimilés à des ennemis intérieurs, l’unité de la nation devant dépasser et résoudre les antagonismes des classes sociales dans un parti unique. Dans le domaine économique, l’état conduit une politique dirigiste mais maintient la propriété privée et capitaliste. En même temps il rejette la notion d’égalité au nom d’un ordre hiérarchique naturel : il définit un « homme nouveau », un idéal de pureté nationale et raciale qui nourrit en particulier l’antisémitisme, l’homophobie, l’exclusion des personnes atteintes d’un handicap et exalte les corps régénérés ainsi que les vertus de la terre, du sang et de la tradition, tout comme il affirme une hiérarchie entre les peuples forts et les peuples faibles qui doivent être soumis. De façon générale le fascisme exalte la force et s’appuie sur les valeurs traditionnelles de la masculinité, reléguant les femmes dans leur rôle maternel. Il célèbre dans cet esprit la vitesse, la technologie et les vertus guerrières en développant une esthétique héroïque et grandiose.

          Révélateur d’une crise de la modernité et luttant contre le sentiment de décadence de la civilisation, le fascisme s’appuie aussi sur la mystique romantique du passé et sur l’émotion collective qu’il met en scène dans la théâtralité dynamique d’une religion civile (culte du chef, uniformes, rassemblements, propagande) et suscite ainsi une fascination idéologique et esthétique avérée.

          Dans son acception la plus large, le terme est employé pour disqualifier l’ennemi politique (par exemple par les Soviétiques durant la Guerre froide ou certains partis politiques sur l’échiquier politique dans les démocraties libérales), cependant, le fascisme est encore revendiqué par certaines mouvances d’extrême droite (les néofascistes).

  2. Valls, qui se flatte de ses qualités de communicants, perd de plus en plus les pédales .
    Entre la droite et sa guerre des chefs et le PS plus libéral que social, ça sent la fin de régime . Mais qui ramassera les morceaux ?

  3. Ce n’est pas Valls qui est coincé par Taubira, c’est Hollande.
    Avec cette démission, il voit ses capacités à « rassembler à gauche » pour 2017 et ses chances de franchir le premier tour encore amoindries.
    Par contre, Valls voit sa ligne politique confirmée; quant à la présidentielle de 2017, ce n’est pas son problème : lui, il vise 2022.

    1. Autrement dit :
      -le PS étant définitivement blairisé,
      -les frondeurs, mélenchonistes et autres Taubira étant définitivement hors course,
      -c’est maintenant un combat entre Valls et Macron qui dominera les luttes internes dans ce qui sera l’opposition à partir de 2017.

      1. « -c’est maintenant un combat entre Valls et Macron qui dominera les luttes internes dans ce qui sera l’opposition à partir de 2017 »

        c’est bien vlai ça🙂

        … et le reste aussi d’ailleurs

        1. Vous n’en avez pas marre de la lutte d’ego de personnages dont le souci devrait être l’intêret général et non pas d’être calife à la place du calife ?
          Perso, le fonctionnement de la Veme me sort par les yeux et je suis loin d’être le seul, Pascal Durand ( EELV) dit sensiblement la même chose.

          1. La 5ème ne correspond ni à la situation de notre pays ni aux hommes politiques actuels.

            Mais je préfère vous prévenir : elle les arrange bien et ils ne sont pas prêt d’en changer.

          2. @ alain bobards

            Sur ce point-là, c’est pareil dans tous les régimes (présidentiels, parlementaires ou dictatoriaux) : la défense de l’intérêt général n’exclut pas la lutte pour être le chef de l’exécutif .

            1. Pas d’accord avec vous: la Corée du Nord est plus souveraine, que tous les pays-membres de l’Otan, qui bombardent, massacrent, boycottent (et occupent) tout pays, qui contrarie les intérêts états-uniens.
              Intérêt général égal Intérêt états-unien. Tout pays inclus tous les Etats-membres de l’UE sont au service des intérêts états-uniens.
              Depuis quand est-ce que l’intérêt général de la France est défendu par un parti socialiste en déliquescence? Elle est déjà le 3e parti de France, malgrè les manipulations des enquêtes.

            2. @Elie
              Sauf qu’en France, sous la Veme, le carrièrisme est poussé très loin . Tellement loin que ça grippe les institutions .

  4. Comme l’écrit sur son blog la députée chevènementiste Marie-Françoise Bechtel :

    « Je m’étonne par ailleurs de certains commentaires qui tendent à accréditer l’idée que Christiane Taubira était la dernière caution de gauche du gouvernement. Je n’ai pas eu le sentiment que la Garde des Sceaux ait été porteuse d’une alternative économique et sociale : ce n’était pas sa mission. Mais elle ne s’est guère non plus montrée critique envers nos engagements européens pourtant si attentatoires à une souveraineté populaire dont elle était à beaucoup d’égards la gardienne.  »

    http://www.mfbechtel.fr/Un-principe-republicain-un-ministre-demissionne-lorsqu-il-n-est-pas-d-accord_a582.html

    1. Bechtel: culture générale limitée, rudimentaire: le miroir de la classe politique française.

      La Bechtel devrait plus tôt revoir son cours de géographie politique pour voir, que la France n’est pas européenne, elle est aussi antillaise, sudaméricaine, océanienne et africaine. Les droits des minorités – des Français originaires de la France d’Outre-Mer, sont les plus sacrés des droits humains. En officialisant les mariages lesbo-gay et les adoptions par les couples lesbo-gay, la France a ignoré les droits naturels de ces concitoyens au nom de l’Europe, sans se démettre du titre de « Fille aînée de l’Eglise catholique ».
      Une démission n’est pas seulement une affaire des Républiques, dans les empires, royaumes, principautés, ducanats etc, il y a de démissions: même dans la plus bananière des Républiques.

  5. Taubira, taubira et encore taubira! En définitive, qu’ a- elle- fait d ‘utile pour la France? Que peut-on lui créditer après 3,5 ans de ministre de la Justice? moins de crimes, d ‘attentats, de cambriolages, plus d ‘ indépendance de la justice, plus d ‘ ordre dans des banlieues et cités?

  6. Il parait que hollande a renforcé l ‘armée? Dés son élection il a continué de la détruire, de supprimer des effectifs et de réduire les crédits
    Même l ‘ attentat contre charlie n’ a rien changé. L ‘ envoi de troupe dans plusieurs pays sur son ordre n ‘a rien changé. La mobilisation de plus de 10000 hommes de troupe pour faire croire que la sécurité des français était importante l a obligé à faire marcha arrière.
    Le Drian lui, a fait correctement son boulot

Les commentaires sont fermés.