Les trolls hollandistes


Moi aussi, comme d’autres, j’aurai pu/du les traiter de pauvres types, de salopards, ou de traitres, à en suivre les revirements de leur mentor. Il n’en fut rien, et pour quelques raisons simples. Pourtant la tentation est grande.

 

Comparer le Front de gauche au FN, l’attaque émane habituellement de Nicolas Sarkozy. L’ancien monarque l’a répété de nombreuses fois. Cette fois-ci, et ce n’était pas la première fois, la grossièreté venait d’ailleurs.

ted

J’aurai pu, j’aurai du fustiger ces anciens camarades de campagne plus fortement. Le désaccord n’explique pas tout. Je me souviens des mêmes comportements chez quelques trolls vrauchistes dont la motivation militante faisait déraper l’esprit pendant la campagne de 2012. Ils avaient une rage que je peut comprendre aujourd’hui. Pire, quelques messages gênés d’autres camarades socialistes m’ont convaincu que cette démarche outrancière et facile, et qui soulage à coup sûr, n’est pas la bonne.

Une poignée d’ultra-militants fidèles à Hollande s’amusent ainsi à troller quiconque fustigent leur mentor. Nous en avons déjà parlé dans ces colonnes. Pour être efficace, le troll doit viser juste.

Il est largement temps de faire un peu de mea culpa. J’ai traité le quinquennat précédent avec un antisarkozysme primaire assez tenace. La pratique politique de Sarkozy était primaire, son opposition devait l’être. Mais je mesure aujourd’hui combien nous sommes tous engagés, surtout sur internet, dans un combat sans nuance ni alliance.

Les Hollandistes, pourtant, devraient montrer un autre exemple. Leur mentor est un trop fin tacticien pour penser que vomir de l’insulte à longueur de journée à l’encontre de tous les critiques (83% de la population en âge de voter d’après ces effarants sondages) est la meilleure façon de séduire.

 

 

 

57 réflexions sur “ Les trolls hollandistes ”

  1. C’est là que l’on se rend compte que le système PS est désespérant, en cas de qualification d’un candidat PS social-libéral au second tour, hypothèse qui semble s’éloigner de plus en plus, on ira voter avec des pincettes, tellement le mépris des sociaux-libéraux pour tous ceux qui ne pensent pas comme eux est grand.

    1. Je n’irais pas voter: le PS est très bon dans l’opposition, et on n’aurait jamais eu de prolongation de l’état-d’urgence ou de loi renseignement si la droite les avait proposés, car un PS d’opposition aurait voté contre.

      On en est au point où pour défendre mes intérêts, à défaut d’avoir un parti me représentant, je dois souhaiter la défaite du plus proche… comme vaccin anti-traitrise!

      1. Pas faux !! Le vote inverse sera t il plus efficace que le vote « utile » ….

      2. C’est vrai. Leurs députés auraient pas été soumis à ce suivisme suicidaire ; la CDFT se serait opposé avec les autres à moins pire que ça si c’était venu de la droite…
        Mais :
        – ça confine à la défensive et au pourrissement : c’est pas les libéraux (sociaux ou non) qui vont faire le boulot.
        – maintenant qu’une partie du PS a franchi le Rubicon, et est gorgée d’aigreur de se prendre veste sur veste, qui dit qu’ils ne voteront pas à l’avenir avec la droite sur des cochonneries libérales ?
        Ce qu’il faut, c’est gagner le pouvoir. Les socialistes anti-Hollande peuvent faire leur primaire si ça leur chante, ou rejoindre Méluche, mais faut se grouper maintenant.

      3. il y a de ça (Tchaf) même si j’irai voter (probablement; pour le souhait d’une défaite ? fataliste donc)

        le pouvoir.. certes ‘avec c’est mieux’, ..que dire de sa fonction originelle (?) ‘régner’ -manœuvrer, barrer, guider (diviser à l’occasion) mais s’est substituée une administration sans proposition (idem pour l’action) qui colmate -non même pas! qui ergote plutôt, tant x sparadrap ou les convictions se sont dispersés dans autant de synthèses (analyses?) inachevées (car) sans but..
        pareil avec LR,
        c’est la fête ! ..chez l’ultra libéral (moi le profit) aussi chez l’adepte radical (Marine, Donald)
        ..quel couple, uni (?) par qql opportunisme, plus paradoxale -merci qui ! que complice..
        dont le système, la ligne que rien (ni personne ?!) ne semble ‘pouvoir’ arrêter.
        A part J Luc M, je ne vois pas..

  2. @ Juan

    La majorité des usagers des réseaux sociaux (auxquels je refuse de m’inscrire) ou des posteurs de commentaires ne cherchent absolument pas à convaincre, ils ne sont là que pour se défouler; je pense que beaucoup ne lisent même pas l’article auquel ils sont supposés « répondre ».

    (pour les blogueurs, c’est sans doute plus compliqué…même si nous savons tous que nous n’avons aucune influence politique, et que nous n’arrivons à convaincre que des déjà convaincus)

    1. Si c’est l’opinion que vous avez de ceux qui vous lisent et postent….pourquoi bloguez vous?

      1. @ Sylvie75

        N’avez-vous pas remarqué que je poste toujours à contre-courant des idées dominantes du site où je poste ( notamment sur celui de Marianne qui héberge mon blog et transforme souvent certains de mes billets en chroniques, dans sa rubrique « Ils ne pensent pas forcément comme nous »- ce qui est tout à son honneur) ?

        Je crois que j’aime bien amener les gens à douter de leurs certitudes, comme je ne cesse de le faire moi-même. »Les convictions sont des pires ennemies de la vérité que les mensonges » (Nietzchse) : la réalité est toujours contradictoire et complexe.

          1. @Elie
            Rien que le début de votre chronique est une idée reçue : non, les syndicats ne défendent pas seulement ceux qui ont un emploi . Pour votre gouverne, il y a, à la CGT, une fédération des chômeurs, qui a pour but d’aider ceux-ci tant dans leurs conditions de vie que dans leur recherche d’un travail . Ce n’est pas parce que Blondel a proféré une ânerie il y a 20 ans qu’il s’agit d’une vérité .

            1. J’ajouterais qu’une revendication revient régulièrement : celles de conditions de travail dégradées par les suppressions d’emplois et donc la demande quasi récurrente de créations de postes .

          2. Alors là Elie ….je dois être plus bête que la moyenne gouvernementale….parce que je ne vois vraiment en quoi le fait de protéger les salariés empêchent d’embaucher…..
            de plus j’écoutais Melenchon chez Bourdin et je suis d’accord….il faut de la confiance et de la sécurité pour consommer et relancer l’économie..parce que je peux vous assurer
            que des que vous avez connu un premier chômage et que vous voyez vos revenus chuter brutalement ….votre rapport à l’argent change totalement . Alors où va nous mener une précarisation généralisée? Dans le mur….

            1. @ Sylvie 75

              « La conclusion des études menées dans différents pays est partout la même: «la législation contraignante est défavorable à l’emploi en particulier pour les personnes dont l’insertion dans le marché du travail est la plus difficile, les jeunes, les femmes et les plus âgés».. En France, la protection de l’emploi «accentue la segmentation entre les salariés protégés et les salariés contraints d’accepter des contrats à durée limitée et les chômeurs».

              En clair, réduire les protections contre les licenciements ne va pas créer des emplois. Le Medef ne devrait pas se livrer à des promesses sur ce sujet comme le «million d’emplois» de Pierre Gattaz. François Hollande ne peut pas espérer une inversion de la courbe du chômage. Mais la loi travail devrait avoir un impact pour ouvrir le marché du travail, pour que les jeunes puissent plus facilement entrer et, au total, pour améliorer le taux d’emploi, le nombre de gens au travail. La loi vient corriger la segmentation du marché du travail, le mal le plus fondamental. Accessoirement, autre résultat des travaux des économistes: cette loi devrait redynamiser un peu la productivité, c’est-à-dire la croissance. »

              L’article complet :

              http://www.slate.fr/story/114989/loi-travail-economistes

              1. Eric le boucher est un ds plus ultra libéraux parmi les chroniqueurs publiés par slate: je met au défi de trouver un seul de ses textes allant dans un sens contraire à cette idéologie.

                Dans son article, il indique que l’informatisation et le numérique changent le monde du travail et donc nécessite un assouplissement du code, puis, cite pour démontrer ce point une étude datant des années 70 -donc trente ans avant ladite révnum- : un physicien ferait ça, il serait descendu en flammes par ses collègues.

                Ce qu’il ne dit pas c’est que ce type de loi ne fonctionne que par dumping vis-à-vis des pays ayant un droit social plus favorable, dans un espace de libre circulation des capitaux et des travailleurs comme l’UE. Il suffit d’avoir une barrière monétaire (des monnaies différentes) pour que l’avantage acquis par ce type de loi soit détruit progressivement par le réajustement des taux de changes. La politique de déflation compétitive menée par l’Allemagne dans les années 2000 aurait été anéantie par un réajustement du mark dans le système du SME. C’est l’appartenance à l’euro qui permet cette politique, et la fait subventionner par les pays partenaires.

                Les USA ont connus exactement le même problème après la crise de 29: certains états ont mené des politique de défiscalisation des entreprises. Cette course au moins disant c’est achevée par la victoire de Roosevelt, le new deal et l’application d’un taux d’imposition des entreprises fédéral de 40%, inchangé aujourd’hui. A comparer avec les ~20% d’imposition des entreprises en Europe (moyenne UE).

              2. @ Elie
                 » ouvrir le marché »
                en créant des salariés kleenex…..les économistes peuvent nous répéter les mêmes conclusions , je n’y croient pas une seconde comme je ne croit pas une seconde que les syndicats agissent contre les chômeurs ….bien au contraire ils agissent en amont pour éviter que les salariés soient licencier abusivement …..et dans de mauvaises conditions…
                Les patrons finiront par demander la fin du contrat de travail….le nombre de gens au travail ne garantit pas la croissance….et encore moins une vie digne ….

                1. Je ne dois plus « croire » en rien…..pour faire autant de fautes sur ce mot hihi !

    2. Elie
      Et non Elie!!! On ne se défoule pas!!! On essaie de convaincre et ne serait-ce le million de signatures contre la loi sur le CT, ça prouve que ça marche quand on le veut !!!
      Et ne me sortez pas que les pétitions en ligne c’est des « doublon/tripon » comme on veut bien le faire croire.
      Ce qui est drôle c’est que « personne » n’a soulevé ceci lors de la pétition contre « le mariage pour tous »
      Allez Elie encore une fois votre boule de cristal vous a joué un tour.

      1. @ aurore mathé

        N’ont signé la pétition que ceux qui étaient déjà d’accord, Internet n’a convaincu personne.

        1. donc la démocratie….c’est quand notre avis ne compte pas sur le seul prétexte que nous avons voté …pour des personnes qui ne respectent pas leurs promesses…..
          Et pour enfoncer le clou et se dégager de toutes responsabilités on nous serine que les coupables sont ceux qui croient aux promesses !!!! L’électeur est traité comme le salarié….Un pion

    3. S’il faut être un « spécialiste » pour pouvoir commenter alors fermez vos blogs, ils ne servent à rien, ils brassent du vent !

  3. il me semble que les usagers-acteurs (propos & caractères) des x réseaux-blog, alors autant de différences que les sujets, angles abordés.
    Et la météo, sûrement moins bornée que le premier pied posé au matin, ..mesure l’orgueil (de la journée) avenant ou cynique, d’iconoclaste à zététique, la Vérité et l’offense, quel marché ! (no inflation)
    Aussi je crois à l’influence (à défaut de changer d’opinion; ascendant plutôt que séduction) et bien sûr, mais peut-être est-ce vieux jeu.. à l’échange & partage.
    Dans tous les cas j’apprends; sinon, pour ‘passer le temps’ (= défouler) j’ai, mais rien d’original ? qqls autres occupations,

  4. Elie Arié

    Ce n’est pas toujours mais là je suis d’accord
    avec votre article.

    Le problème n’est pas que certaines de nos lois,
    ici sur le travail soient « justes » ou non mais qu »elles
    ne peuvent pas être en trop grande discontinuité
    avec celles de nos voisins sans nous donner un gros
    handicap économique et donc.pour l’emploi.

    C’est comme celle de l’impôt à 75 % pour « les très
    hauts salairiés », c’est une imbécilité quand presque
    partout ailleurs il est à 30 ou 40 %.ou moins.dans
    les même conditions

    C’est quand même incroyable qu »elle ait pu
    enthousiasmer (sérieusement ?) tant de soi-disant
    économistes experts .

    (Remarquons que cette loi promise de fait évidemment
    n’existe pas, c’est devenu un impôt – plafonné d’ailleurs –
    de plus pour les employeurs – qui ne se sont pas « barrés »
    à l’étranger. -).

    1. L’ Allemagne voit son seuil de pauvreté progresser depuis plusieurs années ( depuis les loi Harz, pour être plus précis ), et son taux de chômage est faussé par les jobs à un euro . Dégommer le code du Travail n’est, certes pas la solution; . Au fait, Mr Harz a rendu visite à F.H. courant 2015 . Ca sent la relation de cause à effet !

      1. L’Allemagne ne doit être en aucun cas être un modèle
        mais il y a des points bien précis sur lesquels
        on ferait bien de s’en inspirer.

        Elle au moins a de la marge maintenant pour
        plus d’égalité avec son économie excédentaire.

        Est-il normal que la France soit infoutue d’arriver
        rapidement à l’équilibre financier ?
        Non, non et non !!
        .

        1. L’ Allemagne, pas plus que la France, ne respecte les critères de Maastricht en matière de dette publique . La sienne est très largement au-dessus des 60% du PIB inscrits dans Maastricht . De plus, elle reçoit le soutien ( masqué ) de la Banque Centrale d’Allemagne

      2. Non. Les jobs dits « à 1€ » concernent les gens éligibles à l’aide sociale à qui on peut demander d’effectuer des « petits boulots ».

        1. Je n’ai pas dit le contraire . Simplement, ces gens sont sortis des statistiques du chômage, ni plus, ni moins .

  5. TOUBIB

    autant votre analyse peut s’entendre sur certains points, autant balancer du le boucher pour faire l’analyse de la situation, vous êtes vraiment dans la provoc ..autant demander à juncker une analyse sur l’évaporation fiscale…

    mais bon vous êtes souvent dans la provoc et c’est vous qui le dites…

  6. le projet de loi ne créera aucun emploi, c’est une certitude parce qu’aujourd’hui ce qui créee de l’emploi c’est la demande et/ou des perspectives de développement, aucun de ces points n’est en vue. Je dirais même qu’en l’état actuel des choses, les charrettes de licenciements vont continuer, même si arrivé au fond de la vallée, il n’y en aura moins que les années passées.

    1° tout le monde l’écrit, 80% des embauches sont en CDD. De fait, quand les médias et les politiques commencent à sortir l’argument qu’utilise le toubib, (argument de division à la dernière mode), je cite :

     » diminuer les protections de ceux qui ont un emploi pour augmenter les possibilités d’embauche de ceux qui n’en ont pas  »

    on n’est même plus à la limite de l’escroquerie intellectuelle, on entre de plein fouet dans la « botulisation du marché de l’emploi… »

    pour ne pas être trop long, je fais une suite par points dessous

  7. 1° la plupart des emplois précaires sont occupés sur les emplois peu techniques

    2° essayez de faire travailler des équipes d’emplois de rotation, précaires (CDD, intérim etc…) sur des projets un peu techniques, ou qui nécessitent un suivi et venez me donner le résultat…
    les exemples se multiplient où pour gratter le personnel pour cause de souplesse, vous en arrivez à perdre en réparations, reprises ce que vous avez gagné en souplesse de personnel…(j’ai des exemples précis de ratages monumentaux)

    3° vous ne pouvez pas envisager de rotations quasi totales de personnel dans une même structure, sans formation, sans tuilage de personnel, sans minimum de connaissance. Au final, un chef d’entreprise qui ne travaillerait qu’avec de la rotation finirait par se lier avec du personnel plus qualifié ou devrait le payer plus cher…

    4° dans le secteur secondaire (industrie) les postes sont pour la plupart des postes où il faut être formé, un remplacement prend du temps à mettre en place

    5° sur des postes simples, vous ne pouvez pas demander à des personnels en rotation de travailler aussi vite qu’un habitué, par conséquent même le secteur tertiaire de base où la productivité vite limitée (vous ne pourrez pas faire accélérer une femme de ménage sauf à envisager qu’elle salope son boulot) …il faudra doànc compter sur des pertes en ligne.

    Sans compter qu’il devient assez vite pénible de former et reformer sans cesse des nouvelles personnes pour tenir un même poste..

  8. pour terminer en apothéose avec cette dernière de le boucher et suite aux côtés bassement pratiques du travail sur le terrain ci dessus…

     » cette loi devrait redynamiser un peu la productivité, c’est-à-dire la croissance

    il faut revenir à un principe tout bête qui fait que le secteur tertiaire (services) dans les pays correspond grosso modo à 70 % des emplois est un secteur où il y a peu à attendre de productivité. Vous pouvez lire n’importe quel rapport à ce sujet, la productivité peine à s’améliorer, entout cas elle n’a rien à voir avec celle de l’industrie…

    alors vous pouvez toujours faire tourner l’emploi de coiffeur, du secteur aide à la personne au complet, informaticien, remplisseur de rayon, secrétaire, pharmacien, notaire et tout le bordel….

    vous n’obtiendrez pas grand chose de plus en vertu du fait que la rotation du personnel est un coût, une perte de temps en formation, en acquisition de rythme, en motivation, en…..

    bref, c’est du gros pipeau de théoriciens qui n’ont que l’envie de diviser par la comm les masses de gens sans emplois et ceux qui ont en un pour un moment…

    je passe le fait qu’une personne en CDD continuel ne trouve pas de banquier pour prêter dans l’achat d’une maison, ne fait pas de projet ou peu, donc ne consomme pas et s’il consomme et perd son boulot, il ne lui reste plus qu’à déposer un dossier de surendettement et la banque de provisionner une créance douteuse

    je promets que j’ai essayé de faire court, parce que je n’ai pas tout écrit sur toute cette aimable plaisanterie

    je ne m’arrête pas sur la blague du truandage massif des taux de chômage des pays cités dans les textes proposés…

  9. puisqu’on en est à l’effet de la subordination du contrat de travail dans une structure, essayez donc de lécher le cul de votre boss qui aime ça, et vous pourrez constater que votre emploi précaire peut bien se transformer assez vite en CDI….

    c’était un exemple simple pour tenter de démontrer que « diminuer les protections de ceux qui ont un emploi » ne sera pas toujours aussi aisé..

    et oui » la productivité pour la croissance » a des ressorts parfois inattendus

    ah les déconneurs….

    1. Franchement, Stanislas, vous seriez moins ridicule si vous nous racontiez vos dernières vacances que si vous perséveriez à expliquer l’économie aux prix Nobel.

      1. franchement ARIE je sais très exactement qui je suis, et je n’ai rien à faire de tirole qui n’apporte rien au monde auquel j’appartiens..

        , en revanche il y a déjà bien longtemps que j’avais noté votre tendance à être impressionné par le strass intello primé ou pas d’ailleurs……..sans compter que pour vous avoir cotoyé sur le blog de M2 pendant des années, j’ai bien peur de ne jamais réussir à aller au niveau de ridicule dans lequel vous vous êtes fourré régulièrement

        et enfin, ici, le taulier me paraît le seul habilité à me dire si ma façon d’écrire le gêne en quoi que ce soit. Il ne lui sera pas nécessaire de me bloquer, il lui suffit de m’écrire d’arrêter et je respecterai illico son souhait.

        le reste est échange d’idées, de vécu ou d’opinions, et ce sera ma dernière intervention avec vous, je ne tiens pas à recommencer le passé je connais trop bien votre parasitisme qui m’avait fait vous surnommer « le génie des casses pattes » (juste pour rappel du bon temps…)

        1. cher Stan, ..ne change rien (pour le ‘ridicule’ je ne m’inquiète pas; tant que tu me laisses qqls longueurs d’avances)

          Si l’économie n’est pas mon kiffe ? ou carence d’aptitude qu’importe, c’est de loin (?) ton bavardage qui me livre qql aventure !
          (la délivrance.. sous les pavés ?)

          aussi poser une p’tite banalité, s’il n’y avait que du « Stan » (ou que du..) sur le site: diable & mortel !
          ni oublier le symptôme, indice, auspice ou patronage: ‘la zapette’ ..chouette !
          et bien sûr son chef, le boss ..ah on n’y échappe pas. .re-chouette: c’est Juan aux manettes ! (respect)

          une conclusion en Swahili (une rencontre récente; Gab blog) et version plus snob ..que présomptueuse laisse de marbre: asante sana, -merci pour tout.
          Sinon une conclusion, version pleine d’empirisme (l’expérience, source de connaissance) : fais ce que tu as à faire

          ps, je me vante de ne pas être flatteur ? fayot c’est différent..

  10. Vous ne le savez pas, mais des robots de plus en plus performant remplacent la main de l ‘ homme.
    Des ordinateurs super rapide arrivent à résoudre des millions de calculs en moins d ‘ une minute.
    1 travailleur programme le travail de plusieurs robots en quelques minutes!!
    Cela c ‘est le progrès voulu par tous. Tous nous en profitons, tous nous voulons tout tout de suite. Il est fini le temps de l ‘esclave lié à sa chaîne de production,  » on  » appui sur un bouton et la production commence .
    Le code du travail doit être revu, doit être réétudié, c ‘est une obligation pour l ‘avenir.
    Il doit être mis sur la table et discuté! PAR TOUS.
    Les syndicats n ‘ ont plus de représentativité. Le seul avantage est de paraître à la télé et de pouvoir ainsi mobiliser les gens.
    Ils sont incapable de s ‘entendre. Leur but premier devrait être de défendre le travailleur, de préserver son travail, la lutte pour le chômeur ne vient qu ‘ ensuite car l ’emploi est primordial. Ils ne le font pas, plutôt, ne le font plus depuis qu’ ils sont subventionné à coup de millions d ‘€ par l ‘ état. Plus besoin de défendre le travailleur, plus besoin de cotisation, donc d ‘adhérents.
    Faute de savoir se moderniser et de suivre son époque, le pays est au fond du trou. Il devient presque inutile de changer ce code car il n ‘ y a plus d ’emploi ayant été délocalisé. Faire disparaître 10 millions de sans emplois devient une gageure. La révolution ne tarde que grâce aux aides sociales nombreuses et généreuses, mais il devient difficile d ‘alimenter les fonds.

    1. C’est l’adaptabilité de la robotique vis à vis du marché de l’emploi qu’il faut mettre sur la table. La technologie comme les richesses doivent bénéficier au plus grand nombre et pas juste servir à quelques privilégiés pour comprimer encore le marché de l’emploi en terme de compétitivité.C’est ce que vise le programme : « l’humain d’abord » et la 6e république.

  11. Que dire d’Aubry qui trouve la loi El Khomri très dangereuse mais qui, ne voulant pas insulter l’avenir, se garde bien d’en demander le retrait .

  12. et pour finir le sujet, je suis peut être un des rares cadres dirigeant de PME à m’insurger ouvertement contre ce projet de loi de démantèlement du code du travail qui n’a aucun rapport avec la productivité, la croissance et une quelconque amélioration de l’emploi…..

    ce projet de loi ouvre également pour le pouvoir en place une nouvelle voie de division inédite entre salariés à contrats dit sûrs vs contrats précaires et autres demandeurs d’emploi, dans une économie en déflation.
    Une future préparation à la casse des contrats territoriaux, des emplois publics et autres hospitaliers suivra…

    je reste persuadé que les gouvernants qui ne contrôlent plus rien veulent foutre la merde suivant le principe du « divisé pour mieux régner » point barre….juste au moment où l’état est affaiblit, où la loi NOTRe et les restrictions budgétaires font des dégâts silencieux pour l’instant, où ça tiraille de partout dans les nouvelles régions, et enfin où les départements font les comptes pour tailler dans les budgets sociaux…

    il n’y a rien d’intellectuel là dedans, c’est en contraire du ressort de la vie de tous les jours de l’actif et de celui qui l’a été…

    ce sera juste une accumulation d’aubaines pour dirigeant de groupes internationaux afin de parachever les baisses de salaires en cours, les délocalisations, la rotation des effectifs entre sous contrats locaux. et tout un tas de saloperies dont nous n’avons pas encore fait le tour tellement les répercutions seront complexes dans le monde ouvert qui est le nôtre.

    à chacun de comprendre au plus vite les enjeux de cette surenchère…

    1. « dans une économie en déflation »

      Une inflation trop faible n’est pas une déflation (= Ensemble de mesures économiques et financières visant à la réduction de la circulation monétaire, afin de stabiliser ou faire baisser les prix et les salaires)

    2. « Ce sera juste une accumulation d’aubaines pour dirigeant de groupes internationaux »
      Entièrement d’accord @stan….. C’est bien eux qui in fine seront les grands gagnants ….les petites entreprises pour la plupart, ne sont pas dans cette logique implacable de licenciements…

      1. SYLVIE

        dans les PME il y a des chefs d’entreprise qui n’ont pas envie de négocier ou de discuter des revendications avec leurs salariés surtout dans cette période très contrainte, c’est sûr, mais en principe le plus grand nombre souhaite garder le noyau de salariés anciens, ou compétents, qui sont aussi les garants de contrats de fabrication ou de services parfaitement exécuté. La confiance dans l’engagement d’un groupe d’individus est réciproque et se gagne sur la durée.

        tout le reste c’est du cinéma pour PDG de salon sous contrôle financier de fonds de pension…

          1. C’est tout le problème du « socialisme  » bon teint. on prétend que çà n’aille pas « trop loin » sans en définir les contours…

  13. Evidemment, personne ne s’intéresse au contenu de ce projet de loi du travail ( dont on ignore d’ailleurs encore ce qu’il contiendra exactement, puisqu’il n’a pas été présenté en Conseil des Ministres…), ni aux conséquences précises qu’il entraînera, et à ce qu’on de fondé les arguments de ceux qui le critiquent et de ceux qui l’attaquent :

    http://www.huffingtonpost.fr/2016/03/08/loi-travail-manifestation-vrai-faux-arguments-opposants_n_9409874.html?utm_hp_ref=france

  14. la posture en dernier lieu qui consiste à argumenter un projet de loi ici parce qu’il est supposé être gagnant ailleurs relève de l’imposture pure et simple..

    ce n’est pas la peine de se tortiller les neurones pour comprendre une finalité simple, que je répète souvent et qui n’est pas plus grossière que les projets de « réforme » de « libéralisation » de l’économie pour la « compétitivité »

    analyser les articles du code du travail pour en établir les nuances, c’est bien, mais ça n’a pas de sens à l’application dans un système intégré tel que l’espace européen au premier cercle, et le reste du monde au second. Pourquoi ?

    1° la France a un coût de l’heure approximatif de 35 euros, et il n’y a aucun filet dans l’espace européen avec n’importe quel pays de l’est qui est en moyenne à 5 à 7 euros de l’heure. Rappelons au passage que la France échange à hauteur de 60 % avec les pays de l’union en compétition interne..

    2° mieux, non seulement il n’y a aucun filet mais de plus, il y a concurrence fiscale des pays, les uns avec les autres qui permet à n’importe quelle groupe hors sol, d’organiser un réseau de filiales et son commerce intra qui permet de jouer des marges grâce à la consolidation comptable, dont je rappelle que nos élus ont rejeté le projet de loi instituant une comptabilité pays par pays, ce qui marque de suite l’esprit général de chaque projet de loi.

    3° Dans ce système intégré européen en concurrence, chaque processus de dévaluation interne (baisse de salaire, déréglementation de redistribution etc…) impacte directement et momentanément la compétitivité d’un pays par rapport à l’autre. Quand on nous dit que l’Espagne repart, que l’Irlande repart etc…c’est parce que ces pays ont déjà un temps d’avance sur la violence de la dérégulation qui profite au commerce intrafilial des groupes internationaux.
    Quand un politique parle de « création d’emploi en France » Gattaz et ses adhérents, l’UE et ses adhérents de groupes internationaux pensent création d’emplois au niveau des 28 pays… c’est donc la course à l’échalote de la baisse de tout pour le pékin, au nom bien entendu du partage des restes de miettes non évaporées par la législation fiscale locale complètement dépassé par les dimensions hors sol; des groupes medefesques

    4° et enfin, je ne vois que très peu d’analystes évoquer le point important « la libre circulation des personnes ». Je l’écris parfois ici, les pays du sud ont perdu une masse très importante de leurs habitants (Portugal, Espagne, Irlande…) pour citer le principaux. La bouche en cul de poule, tous ces brillants cerveaux qui découpent les événements de l’histoire économique, nous évoquent consciencieusement les taux de chômage ou la création d’emploi;.

    mais si ces cons de français avaient la bonne idée de s’exiler en masse (il en faut 3 millions pour correspondre aux niveaux des pays cités supra) la France retrouverait un taux de création d’emploi à faire pâlir les pays d’Europe*…..
    le pire c’est de lire des articles de journalistes qui ne comprennent pas pourquoi les jeunes font grève…un vrai poème..
    sans compter que d’autres parlent de l’opportunité de la réforme du code pour les non diplômés…certains médias font fumer les moquettes des locaux à leurs salariés ou quoi ?

    * non compte tenu du truandage industriel des statistiques du chômage, où la France est aussi en train de rattraper son retard……enfin !! dirais je..

Les commentaires sont fermés.