La bonne idée d’Emmanuel Macron


Macron

C’est un billet qui sera désagréable pour certains. Mais Macron, par ailleurs exaspérant, a eu une sacrée bonne idée.

Accrochez vous.

Le ministre veut permettre que les plus-values de cessions d’entreprises, qui accroissent la fortune de leurs propriétaires, ne soient pas taxées à l’ISF si elles réinvestissent en capital dans d’autres entreprises. Nous considérons que l’idée est bonne, ou mérite au moins d’être examinée pour en éviter les effets pervers.

C’est bien plus juste qu’une autre mesure de Macron, la quasi-défiscalisation des actions gratuites (cf. l’affaire Carlos Ghosn): auparavant, les entreprises cotées en Bourse distribuaient des stock-options à leurs cadres dirigeants, c’est-à-dire la faculté d’acheter des actions à prix favorable. Grâce à Hollande, la plus-value dégagée entre le prix de souscription et le prix de revente est désormais taxée comme un salaire.

«Pour une attribution d’actions d’un million d’euros, la nouvelle fiscalité va faire économiser en moyenne environ 200.000 euros de prélèvements obligatoires au bénéficiaire et 150.000 euros à l’entreprise» (source)

Les entreprises préfèrent donc désormais attribuer des actions gratuites, soumises à des conditions de présence et de performance. Mais l’été dernier, Mr Macron a facilité le dispositif et réduit les prélèvements fiscaux.

Quelle générosité !

 

La nouvelle idée de Macron est séduisante. Mais comme souvent, l’ennemi, ou l’arnaque, se cache dans les détails. On attend donc les détails. Ils seront connus lorsque la loi de finances 2016, la dernière du quinquennat, sera présentée.

 

30 réflexions sur “ La bonne idée d’Emmanuel Macron ”

  1. du temps de Rocard l’IS était modulé je crois, avec taux plus faible si les dividendes réinvestis etc.. Mais c’était au siècle dernier, et sans doute une décision anti-liberté d’entreprendre et contre la propriété privée, dira le troll de la caste financiariste ou le blaireau.

  2. quand on saura quel type d’entreprise ça concerne ; les hypothèses évoquent les start up ou forcément des entreprises générant de grosses plus values de cession. A notre époque, le tour des secteurs est assez vite fait…

    si on suit un peu l’actualité financière et boursière , il y a déjà des pistes de réflexion et de déduction de ce que pourrait être la future facilitation

    1° une entreprise à potentiel attire des capitaux, le principe de la nouvelle économie dans le cadre de la poursuite de la taille critique territoriale nécessite de rassembler un maximum d’argent avant d’espérer le moindre bénéfice (c’est le cas d’UBER, mais aussi des industries de l’extraction de gaz de schistes qui sont aujourd’hui de vastes créances à risque..

    2° les liquidités massives distribuées par les banques centrales permettent à des investisseurs des placements surréalistes cités plus haut. Tout entrepreneur qui a développé une idée jugée à potentiel par les investisseurs, sera donc immédiatement rachetée à des niveaux indécents, toujours en vertu de l’atteinte de la taille critique en un temps forcément très court..

    Ca ne concerne pas que la nouvelle économie, les ex courses à la taille critiques des vivendi, ERDF, drahi et cie partent de ce principe. On rachète très cher une filiale étrangère grâce à l’effet de levier (en période de taux très bas). Et si l’affaire est une merde, on l’inscrit en provisions…avec souvent quelques dégâts comme un endettement massif à la limite de la faillite comme ERDF….

    Que des bombes à retardement qui grèvent aussi les comptes du système bancaire et financier dont le niveau de créance à risques augmente actuellement…

    Macron en tant que ministre de l’économie est dans l’air du temps, tant qu’à faire les cons, autant que les entrepreneurs le fassent chez nous et que liquidités massives restent au pays

    Il ne reste plus qu’à arranger le vaste système de cavalerie financière en cours, en distribuant des facilités et des niches fiscales aux quelques concernés…

    quand tout ça va péter, pas par l’économie réelle, mais par la finance, nous n’en serons plus à pleurer sur la loi travail passée en 49-3….ce sera alors devenu un détail de l’histoire….

  3. Macron dit préférer la taxation des successions plutôt que l’ISF . C’est un petit malin : l’impôt successoral touche beaucoup plus de monde que l’ISF, surtout ceux qui n’ont pas, comme Bernard Arnault, la possibilité de se domicilier dans un paradis successoral . Ensuite, quid des fonds réinvestis dans une entreprise étrangère dont le siège social se situe, disons en Irlande ou aux Pays Bas, pour rester en Europe ? Et ce fric qui échappe à l’impôt, il faudra bien le prendre ailleurs .
    Bizarre, il me semble qu’une main Macronienne me fait les poche . Pas vous ?

  4. par conséquent, en attendant de savoir qui ça concerne réellement

    – soit la mesure peut être adressée à des entrepreneurs lambdas, qui ont eu une idée de génie et les sommes en jeu globales seront faibles

    – soit la mesure concerne aussi les cessions acquisitions de filiales de groupes .. et je vous laisse imaginer qui peut avoir la puissance de feu pour accumuler les plus values de cession, donc les mesures fiscales sur ISF qui vont avec, afin de remettre un ou des paquets de fric en acquisition d’autres titres……

  5. Deux hypothèses :

    1-Macron drague à droite et Montebourg à gauche pour la réélection de Hollande;

    2-(la plus probable) Macron et Montebourg ont intégré l’idée d’une défaite de la gauche en 2017, et se positionnent pour la grande recomposition qui aura lieu après l’explosion du PS, en n’ayant en point de mire que l’élection de 2022.

    1. Conjugué à ça la « belle alliance » des bourgeois bouffis et nous revoilà à la fameuse oragisation militaire de la journée de Waterloo se mettant en place sur les 11 mois qui viennent. (ça donne envie , non ? https://www.amazon.fr/gp/search/ref=sr_pg_4?rh=n%3A672108031%2Cn%3A%21784561031%2Cn%3A%21784564031%2Cn%3A9963795031%2Cp_n_feature_nineteen_browse-bin%3A4662687031%2Cp_n_date%3A838881031&page=4&bbn=9963795031&sort=popularity-rank&ie=UTF8&qid=1463467132&lo=digital-text

      Mais une question demeure : « Qui jouera le rôle de Grouchy ? »

  6. « .Un robot désormais le premier avocat à intelligence artificielle au monde. » » d’ici 20 ans, 47% des emplois seront automatisés »

    20 ans, c’est demain…

    Ils feraient bien de réfléchir à cela, les politiques et les « Nuits Debout », au lieu de leurs incantations pour « un projet alternatif » ou une 6ème République , et et leurs réclamations des hausses des salaires et des retraites…

    http://www.marianne.net/robot-engage-cabinet-avocats-americain-100242928.html

    1. Ledit robot va être chargé des faillites d’entreprises . Ils ont l’humour noir, dans ce cabinet d’avocats .

  7. alainbobards

    et après on dira que ce sont les pékins de base qui rêvent…les robots sont déjà en masse dans les salles de trading, mais il faut au moins un humain pour tirer sur la prise et un autre pour déclarer la fermeture des cours de bourse quand ça déconne. ce qui est déjà arrivé..

  8. La différence entre Macron et Montebourg
    c’est quand même que Montebourg est un Clown.

  9. @Juan
    Le juvénile Macron auréolé de la gloire de la Pucelle s’essaye à la vente d’aspirateurs au porte à porte. La technique est simple: passer directement à l’après signature du contrat et poser une problématique ouverte pour enregistrer un « Oui ».
    Mais ce « oui » est d’abord un Oui, j’achète.

    Et ce que vend Macron est la même pensée TINA libérale, l’économie aux entreprises et promis le champagne qui ruisselera vers le bas. Celle qui vous a fait gober la compétitivité et veut maintenant vous enfoncer dans le gossier la flexibilité.
    En posant la forme de rémunération du capital comme instrument de développement industriel, il entérinne la loi Khomery et le démantellement des acquis sociaux.

    Le Medef des héritiers par sa presstituée vous propose donc en « alternative » Papy Juppé ou Puceau Macron pour remplacer le déjà déchu Hollandreou.

    J’ai comme une envie de Mélenchon.

  10. Macron, ça rappelle 1995 et un certain Edouard Balladur que, d’un coup, le RPR avait balancé sur le marché, avec cote de popularité exponentielle, programme ultra libéral, sondages en pâmoison, etc… ! Tout ça pour un magnifique bide électoral .

    1. Aujourd’hui, je crois que le programme de Balladur semblerait bien moins « ultralibéral » qu’à l’époque…On s’habitue à tout !

      1. Le parallèle entre Balladur et Macron, c’est la tentative de manipulation vis à vis des citoyens . Le reste est anecdotique puisque le résultat serait ( probablement ) le même .

  11. Dans son supplément Economie « le Monde» daté du 18 mai publie un article de Paul Jorion, intitulé « Sommes-nous assez compétitifs face au Bangladesh ?», dans lequel il explique que, même dans ce pays, un robot est moins cher et plus performant qu’un ouvrier; ainsi, deux espoirs s’évanouissent-ils :

    1- pour un paysan du Bangladesh, celui de devenir ouvrier, grâce à la mondialisation et à ses délocalisations, et de voir ainsi ses revenus augmenter- comme ce fut le cas chez nous après notre révolution industrielle du XIX ème siècle;

    2- pour nous :celui de voir le montant de nos salaires cesser de diminuer lorsque, grâce à la mondialisation et à ses délocalisations, ceux des pays du tiers ou du quart monde auront rattrapé les nôtres…

  12. le toubib vient de découvrir l’œuf à poil…..et c’est JUAN qui profite de cette merveilleuse découverte…

Les commentaires sont fermés.