Macron, notre adversaire.


Macron ne partage pas nombre de positions de Sarko. Précisons la chose en début de billet.

Mais la séquence de communication qui s’ouvre ces jours-ci, avec son « enquête de terrain » menée par quelques centaines de volontaires, pilotée par une agence de com, jusqu’à cette image dans l’Hérault, la semaine dernière, fleure bon la grosse manip factice et inutile.

Regardez cette séquence brute, filmée vendredi 27 mai, longue d’une dizaine de minutes. Le caméraman est à distance. Macron est avec un pêcheur et le député du coin, sur l’Etang de l’Or, près de Montpellier (Hérault). Il tente d’attraper un poisson dans un saut. Ses manches ne sont pas retroussées.

Sur une autre barque, des photographes. « Allez-y ! Allez-y ! Mouille la chemise ! » crie l’un d’entre eux au ministre.

//embedftv-a.akamaihd.net/a62d26dded4d68274e7583198808508a
Quand Macron va à la pêche à l’anguille devant les photographes

Cette séquence, ultra-fabriquée, totalement artificielle, sans aucune utilité gouvernementale, m’a fait penser à une autre, pas très loin de là, en 2006.

Nicolas Sarkozy pavanait à cheval en Camargue. Face à lui, une nuée de photographes, journalistes et caméramen dans une carriole.

Sarko_4-1

Cette fois-ci, la poignée de photographes est coincée dans 2 ou 3 barques.

20160527180809510-0

Macron fait du Sarko. C’est ce qu’il laisse comme impression, par petites touches. Sarko avait ouvert sa candidature avec le président dont il était l’un des ministres. Macron joue aussi la même « rupture ». Sarko avait sa web-tv, Macron se fait filmer sur Facebook.  Le Sarko de 2006 triangulait à gauche (double peine, etc). Macron triangule à droite (libéralisme, etc).

C’est une drôle de musique, une répétition à 10 ans d’intervalle.

A suivre.

87 réflexions sur “ Macron, notre adversaire. ”

  1. Le monde de la communication et ses manipulations. En effet, la ressemblance entre ces deux « événements » est frappante.

  2. Macron recommande plus de Khonneries anti-prolos
    en cela rejoignant Juppé et le reste de la bande des 12 salopards de l’UMP dans la surenchère libérale au profit du 0.01 %.
    rappelons encore et encore que ces collabos suivent la feuilles de route de Bruxelles imposés par l’Allemagne dirigée par l’UMP-Ps locale.

    Il y a des comiques « économistes » qui vantent encore les succès du Japan en déclin depuis 20 ans et maintenant au bord de la faillite, du Royaume Uni Financier mais Brexiteux et des USA avec leur 95 millions de sans emploi et leur double révolte (Sanders et Trump) des sans dents contre leur oligarchie.

    Mais le team Jeunot et Ancien, ou Micron et Tondu n’est pas une fatalité, subir la loi des retraités germaniques via Merkel et le bellicisme US via l’Otan, non plus.

    JL Mélenchon, ça pourrait lui être reproché, démarre tot sa campagne et doucement dans ses propositions; mais le but est clair: retour à la souveraineté nationnale.

  3. Je trouve ces opérations de com coûteuses et ridicules, cela me fait penser à Mussolini aidant torse nu les paysans italiens, tombe la chemise Macron !

  4. Le sac de riz de Kouchner 😊…
    Quelle créativité chez ces agences de com quand même …

  5. Je vais me répèter mais Macron aujourd’hui, ça rappelle Balladur en 1995, un type totalement fabriqué par les communicants et qui s’est pris une superbe veste électorale à la présidentiel .

  6. Macron n’est pas votre ennemi, mais votre adversaire : il y a une grosse différence qualitative, entre ces deux mots ; employer l’un pour l’autre n’aboutit qu’à tout mélanger et ne plus rien comprendre.

  7. Hum! Le fameux poisson est une anguille… sorte de serpent. En tant que pécheur, je n’ai jamais pris ces bestioles dans la main.
    Alors, la prendre dans un seau sans protection ( ça mord ) pas débile le macron.
    Il fait son cinéma, cela vaut-il la publicité que cela lui amène.

      1. La belle -mère de ma « conchierche »… Sinon, je vous rappelle qu’il n’y a pas de faute dans un nom propre et vous signale que je vous ai déjà vu écrire MELANCHON au lieu de MELENCHON, sans pour autant vous reprendre. Alors j’é corriche : Miguel de CERVANTES… Vous savez, ? L’auteur de Don Quichotte de la Manche ?

  8. Le problème de ce type de com…c’est que ça marche ( Sarkozy en 2007, Macron aujourd’hui personnalité de gauche préférée des Français, bien avant Mélenchon.)

    À noter que l’agence qui gère sa com, Liegey Muller Pons, est une start-up de stratégie électorale dont les techniques de ciblage numérique sont directement importées des Etats-Unis et ont déjà contribué à la victoire d’Anne Hidalgo en 2014.

      1. Evidemment ! Didier Goût douteux s’y met avec docteur « j’y va go ». Quand le sage montre la lune , les neuneus se marrent sur le défaut du doigt qui la montre. Un classique…

    1. @ Elie

      Oui … à noter tout de même que la cote de popularité de Macron était haute avant qu’il n’ait eu recours à ce genre de pub, idem pour Sarko.

      J’aimerais avoir un petit sondage pour connaître l’avis des Français sur ces com. trés américaines.

    2. Oui malheureusement ça marche, Arie….
      Mais comme disait de Cervantes  » ce n’est pas la faute du public s’il demande des sottises, mais de ceux qui ne savent leur offrir un autre choix » Don Quichotte

      1. @ Sylvie

        Je crains que ce ne soit l’inverse : si les politiques ont recours à ces agences, dont le coût des services n’est pas donné, c’est par pragmatisme et parce que ça marche.

    3. Elie , Mon Petit Chou, faut se calmer sur le rabat-joie défaitiste du parfait collabo.

      la question de fonds n’est pas qui a la plus belle popularité mais qui a des réponsespour sortir de la merde l’ensemble des victimes des 0.1%, et c’est pas Macron, ni Juppé, ni le P(s), ni l’UMPmedef.
      et pas non plus Marinne à laquelle je n’accorde aucune crédibilité, ni Hitléry avec sa belle popularité qui part en quenouille.

      Va falloir vous adapter à ce qui
      est entrain d’arriver; ça serait vraiment plus raisonnable

      1. Les sondeurs US avaient enterré Sanders avant même le début de primaires démocrates . Vu que le dit Sanders a gagné des Etats , alors même que les sondages ne lui en donnaient pas un, ça montre le sérieux du truc . Et que dire des sondages en Autriche, qui donnaient 22% au premier tour au candidat d’extrême droite, lequel a terminé avec 35% . Au fait, un certain Chevènement, en 2002, bénéficiait de sondages que les urnes ont démentis

        1. @ alain bobards

          Non : Chevènement était monté jusqu’à 13 %, mais, dès que Jospin et Chirac sont entrés en campagne, il est vite retombé aux alentours de 5 %.

          1. @Elie
            Merci . Ainsi vous confirmez que Macron ne pèserait pas lourd si il se présentait en 2017 .
            Ceci dit, 5% c’est ce qu’à récolter Chevènement au 1er tour ( au grand dam de Jospin ) . Le  » Che  » aurait-il cru dans les sondages qui le donnait à 13% ? Ou s’est-il maintenu, à ce 1er tour, sachant que les sondages étaient biaisés, pour pourrir la candidature de Yoyo , hummm?

            1. @ alain bobards

              Je ne crois pas au mythe des sondages biaisés lorsque la question est claire, comme celle-ci ( « pour qui voterez-vous à la présidentielle? »); 13 % c’est ce que Chevènement aurait récolté si le vote avait eu lieu le jour du sondage.

              1. @Elie
                Chevènement était présenté comme le « troisième homme » jusqu’à la veille du 1er tour . Bien sûr que les sondages n’étaient pas biaisés, ils étaient tout simplement erronnés .

  9. Arrivée à un tel niveau, la politique ne craind plus rien….même plus le ridicule….

  10. La différence c’est que Sarkosy ne fait
    QUE de la com, alors que Macron fait
    de la com mais est un vrai Bûcheur en
    même temps.

    Un débat de votre idole Mélenchon
    avec Sarkosy n’aurait aucun intérêt puisque
    ce dernier dit toujours n »importe quoi
    démagogiquement du moment que cela fait bien

    Je serais curieux d’assister à un débat
    Mélenchon, Macron mais peut-être pour les
    mélenchonistes, censeurs du Bien et du Mal en politique,
    faut-il se se montrer plus rouge ou plus vert
    pour ne pas être d’entrée bon pour les goujats..

    1. Non, j’aimerai bien aussi voir ça. Je pense que mon candidat n’en ferait qu’une bouchée et que c’est d’ailleurs pour ça qu’il a refusé (lui aussi) de venir rencontrer MELENCHON à l’émission de France 2 : « DES PAROLES ET DES ACTES » en débat le 26/5/16.

      1. Si Macron est candidat aux présidentielles
        (ce que je souhaite) ce sera possible.

        En fait c’est Valls qui aurait du s »y coller,
        car ce dernier a choisi de défendre mécaniquement
        comme un neu neu la position présidentielle
        admettant par la même qu’il comptaiit pour
        du beurre et n »était qu’un Robot et donc il n »a pas
        de problèmes de loyauté ou conflit d’intérêt..

  11. Il y a pire que macron, que sarko o autre.


    > > > >

    Attendez quelques secondes, et après il parle en français.
    > > C’est édifiant, une fois de plus…….

    Remarquez la gêne des fonctionnaires européens qui l’encadrent , on a l’impression qu’ils

    veulent faire taire le Père SAMUEL !!!

  12. macron

    ahahahahahahahahahhaha ….aaaaaaarrggrhhh…hohoho..hahahaaaaahhahahah

    aaaaaaaaaaahhhhhhhhhhhh ahhahahahahahahha….

        1. Vous confondez le droit de grève avec le droit de blocage, qui n’existe pas.
          Ah, mais c’est vrai, suis-je bête : j’oubliais que vous étiez en train de faire la révolution, vous (depuis combien d’années ?), ce n’est pas pareil.

          1. Le droit de grève en France (oui parce que c’est typique à ce pays et son histoire) est obligatoirement lié au « blocage » et autre méthode musclée, genre occupation d’usines, vu la qualité de dialogue du patronat français.

            Par exemple en 67, les syndicats (et notamment la CGT) réclamaient 4% d’augmentation du SMIG. Les patrons français se voulaient intraitables : « impossible ! La concurrence ne le permet pas ».

            En Belgique, en Suisse et partout en Europe çà négocie, mais pas en France. Ah mais ! Et voilà que les étudiant boostent le mouvement en mai 68 et voilà que la chienlit s’y met et que nos « braves » patrons finissent par ‘comprendre » et venir en tremblant de peur (Chirac, ministre du travail st mieux venu avec un 6.35 dans la poche) pour signer les accords de Grenelles, dont (entre autres) le SMIG à + …35%.
            Un miracle ? Un patronat devenu compréhensif par l’opération du Saint Esprit? Non ! Un rapport de force suffisamment explicite, comme en ce moment.

            L’histoire de France est jonchée de faits d’armes en témoignant, depuis (au moins) la révolution française et en observant notamment la première révolte ouvrière, celle des Canuts lyonnais en 1831, dont la devise annonce la couleur (du drapeau noir) : « Vivre en travaillant ou mourir en combattant ».

            Vous devriez réviser votre histoire sociale de France au lieu de reprendre les vieilles lunes de la réaction ultralibérale, herr doctor. Ça vous éviterait au moins de dire des conneries avec l’aplomb d’une estafette porteuse de pli.

            1. « Et voilà que les étudiant boostent le mouvement en mai 68  »

              C’est exactement l’inverse : mai 68 a d’abord été un mouvement étudiant original, et ce sont les grèves des salariés qui sont venues se greffer dessus.

                1. @ Carron

                  De septembre 67 à mai 68 : 9 mois pour démarrer, autant qu’une grossesse ?

                  Vous dites des idioties: il y a toujours eu des grèves, mais, en mai 68, elles ne sont devenues massives qu’après le mouvement déclenché par les étudiants.
                  Et tout le monde le sait.

                  1. Vous en faites exprès ou vous êtes nature là ? De la rentrée 1967 (fait de manifs à répétition et d’incidents plus ou moins graves) le monde ouvrier était déjà dans le combat contre le gouvernement Pompidou, puis vint l’étincelle des CRS évacuant la Sorbonne.

                    Tenez, tout est clairement détaillé là. Les ouvriers (jusqu’à 10 millions) dans les rues bloquant aussi les usines (ça c’est fait progressivement depuis la rentrée 67, j’y étais donc je confirme), puis les étudiants venant provoquer le fameux « mai 68 » avec barricades rue Gay Lussac, suite à l’évacuation musclée de la Sorbonne par les CRS. Lisez ça au lieu de votre canard bourgeois qui raconte des conneries, ça vous changera un peu le carabin.

                    http://fr.calameo.com/read/0018970581e6b7009c691

                    1. Non, ça a commencé avant l’évacuation de la Sorbonne ( puisqu’elle était déjà occupée ! Vous ne réfléchissez jamais avant d’écrire?), le 22 mars 1968 (d’où son nom de « Mouvement du 22 mars ») à Nanterre, pour des raisons sans aucun rapport avec les revendications des salariés :
                      https://fr.wikipedia.org/wiki/Mouvement_du_22-Mars
                      Mais, bon, j’arrête, tout le monde sauf vous sait ça.

                    2. Toubib : Donc selon vous et votre canard laquais, Mai 68 a commencé le 22 mars 1968, et avant cette date, rien. C’est comme si je disais que la première guerre mondiale n’a commencé qu’après les mutineries de 1917. « Tout le monde sait ça » Les poilus de 1914 à 1917 faisaient surtout de la terrasse… Vous rendez-vous seulement compte de la connerie que vos sources vous font dire ?

                    3. Claude,
                      tu as raison ça commence en 67 la révolte sociale (voir site WSWS aujourd’hui site trotskyte d’ailleurs pas trop CGT compatible – nombreux articles en français)).

                      je n’ai jamais été 68tard, l’ancêtre du sociétal de terra nova et Aubry-UE.

                      pour moi il n’y a jamais eut plus à gauche que le PC dans la politique française… jusqu’à la chute de l’URSS et du PCF.

                    4. Charles. Ce qui me mine le plus c’est que j’y étais (j’avais 17a ns) à Rouen et que le toubib qui se contentait de regarder ça à la télé, nous donne sa version pantouflarde de mai 68. Imaginons ce que son équivalent dira dans 40 ans, des bagarres de rue actuelles. Sans doute des papotages de Nuit debout entre des gens sans cerveau (dixit Sarkozy « intellectuel ») et rien d’autre, à part (peut-être) une voiture en feu que des « vilains » casseurs avaient attaqué en retrait de la manif (des flics), voilà comment on réécrit l’histoire.

                      Comme disait Lepen : « pendant la guerre 39/45, les soldats allemands n’ont pas été très méchants avec les français » Ceux qui votent encore Lepen sans doute, mais ceux qui furent emprisonnés, torturés ou fusillés ou envoyés en camp d’extermination par les SS, faut voir. Il en dit quoi le Figaro du docteur J’y va go ?

              1. @Elie
                En 1936, ce qu’aujourd’hui on nomme  » blocages  » s’appelait ‘occupations d’usines  » . Lors de la grève des cheminots, en 1910, les locos sont restées entre deux gares, idem en 1953 et en 1968 . En 1947, les mineurs occupaient leurs lieux de travail . Un certain Jules Moch, SFIO bon teint, leur a envoyé les flics et même l’armée .
                Pour votre info, il va y avoir grève dans les transports ferroviaires . Si la CFDT a levé son préavis ( pas étonnant ), l’UNSA, second syndicat à la SNCF, est encore plus radical sur ce coup que la CGT . Donc, si vous m’en croyez, évitez de ne voir que la CGT, d’autres syndicats, SUD, Solidaires et donc l’UNSA, sont dans le mouvement .

                1. J’ai escamoté F.O . Ce n’est pas bien puisque son secrétaire général J.C Mailly est encarté au PS et pourtant, FO est en pointe avec la CGT .

                  1. @ alain bobards

                    Bon exemple, cette grève SNCF, dont les salariés ne sont pas concernés par la loi El Khomri, et viennent greffer dessus leurs revendications catégorielles, comme tant d’autres ( RATP, Air France, contrôleurs aériens, chauffeurs de taxi, buralistes de tabac, etc.)

                    1. @Elie
                      Comme d’hab, vous répondez à coté : je vous indiquais que, comme pour la loi « Travail », il n’y avait pas que la CGT, il y avait aussi l’UNSA, FO, Sud, Solidaires, soit la majorité en terme de voix aux élections professionnelles . Mais, c’est bien : vous citez toutes les professions faisant état de leur mécontentement . Posez-vous donc la question : pourquoi ?
                      Un petit truc : vous confondez revendications professionnelles et catégorielles : le catégoriel, c’est lorsque ça concerne soit les employés, soit les maitrises, soit les cadres . Le professionnel, c’est lorsque toutes les catégorie sont sur le pieds de guerre, ce qui est actuellement le cas .

                    2. @ Élie
                      je ne sais pas pkoi SNCF et RATP font grève….mais ils ont sûrement de bonnes raisons….et c’est rare de nos jours que l’on fasse grève pour le plaisir….les syndicats ne sont pas les « terroristes » dont parlent Gattaz, et si ce n’était pas aussi mal vu par les patrons, qui ne rechignent pourtant pas à avoir leur syndicat, je suis sûre que plus de gens seraient syndiqués et apres les propos honteux de Gattaz ( il me fait regretter Parisot) ca ne va pa s’arranger.

  13. macron, je cite :

    il «faut des jeunes Français qui aient envie de devenir milliardaires».

    faites le calcul, il y a environ 15 % des jeunes qui ont un diplôme sup Entre 20 et 28 ans, ça fait 6 millions de jeunes tronches sur le marché, dans les prochaines années; soit 900 000 qui peuvent avoir envie (j’ai choisi ce critère parce que tout le monde sait que les cerveaux quittent la France ….à cause de l’envie justement)

    donc Si 1/1000 d’entre eux se mettaient à se bouger le cul tôt le matin, en france, selon la règle de saint emmanuel, on aurait :

    1 000 000 000 x 900 = 900 000 000 000 €

    900 milliards de PIB de plus (la France c’est 2 000 milliards)*

    * vite fait, parce qu’il ne faut pas confondre chiffre d’affaires et bénéfice…

    je me dis « ça y est, nous sommes sauvés « …emmanuel président …!!!!

    quoique, la nouvelle économie évapore les bénéfices à rendre jaloux n’importe quel solvant..

    finalement la comm est douteuse : tenter d’attraper un poisson d’avril au mois de mai…. et une anguille en plus..

    allo !!! on me dit qu’emmanuel est ministre de l’économie..

    ah les déconneurs…

    1. « il «faut des jeunes Français qui aient envie de devenir milliardaires». »

      Jeunes ou vieux, il y en a plein : tous ceux qui jouent à l’euromillion et au loto.

      1. Le problème pas tant d’être pété de thunes ou carrément de la zone, mais d’avoir les moyens de partager et de la faire équitablement. L’argent doit être un valet et non un maître. Un outil de solidarité et non une arme permettant d’accentuer la fracture sociale. Je préfère un « riche » à fibre sociale qu’un pauvre à tendance fasciste.

      2. Vu le pourcentage de chances de gagner à ces jeux – une sur 14 millions au Loto, si je ne m »abuses – ça ne fait pas beaucoup d’élus .
        Mine de rien, par le biais du PMU et de la Française des des Jeux, l’Etat est le premier tenancier de tripots de France, laissant les cercles et les casinos loin derrière .

        1. @ alain bobards

          Allons: un peu de respect pour le civisme de tous ces Français joueurs de loto, qui payent volontairement un impôt facultatif !

  14. Rien a voir …
    Une petite leçon de propagande ce soir avec l’émission de Lenglet….la guerre des âges….Ou comment faire passer tous les vieux pour des nantis… Du moins c’est ce que le présentation laisse entrevoir….
    Ras le bol des raccourcis mensongers….et cette manière de creer des tensions….

      1. La politique est tellement verrouillée par les seniors qu’on ne parle même plus du montant des retraites….c’est dire à quel point leur avis compte….et à quel point les politiques ont peur d’eux!

      1. Et ce n’est malheureusement pas la première fois….apres on s’étonne des colères de Melenchon!

        1. Exactement. D’ailleurs JLM hésitait à y aller et pensait boycotter l’émission, du fait que ceux avec qui il devait débattre ont refusé. Et c’est après avoir pris avis auprès de ses soutiens (nous sommes 240.000 a voir souhaité qu’il y aille quand même, malgré la piètre opinion qu’il avait de cette clique) il y est allé en faisant attention de ne pas tomber dans leurs pièges l’amenant à s’énerver devant les caméras. Du coup, ils se sont retrouvé piégés eux-mêmes, au point que Langlet a pris des risques en essayant de le déstabiliser en lui opposant une image affreuse du président bolivien, quitte à créer un incident diplomatique sans un fait erroné. Un fou furieux.

          http://www.lesinrocks.com/2016/05/30/actualite/paroles-actes-incident-diplomatique-entre-langlet-melenchon-gouvernement-bolivarien-11832759/

          1. claudecarron

            je suis étonné quand même que vous soyez à avoir poussé un type comme Mélenchon à participer à cette émission; comme si nombre d’entre vous ignorait qu’un individu de bonne notoriété peut tout dire instantanément, y compris, une connerie éhontée, c’est l’impression qui compte…

            Nous sommes à l’ère de la comm et du touit..

            Combien de passages télés de hollande, sarko et d’autres, ont été analysés dans les jours qui suivaient pour démontrer qu’il s’agissait de mensonges ou de manipulations (ces derniers jours, cette intervention de hollande qui balance des chiffres du chômage sur europe I je crois où il compare les 5 ans de sarko avec ses 4 ans à lui..)

            combien de gens avalent quand même spontanément ce que leur passe la télé, véhicule bien connu de « temps de cerveau disponible pour un célèbre soda… »

            bref..

            là où Mélenchon se goure, et où parfois nous nous trompons nous même, c’est que la comm fonctionne ; combien de personnes, futurs votants, ont suivi l’émission et ont fermé la télé, sans vérifier ce qui est apparu, sans se poser de questions..

            en réalité, l’intelligence, la culture d’un Mélenchon n’a aucune utilité en politique….la preuve, un sarko complètement barré et à la masse, qui a tout foiré, fait appel à une quète pour renflouer un bastringue qu’il a mal géré , fait quasiment autant d’intention de voix que Mélenchon….

            un juppé, ex condamné, et proposant un plan économique complètement débile est déclaré comme quasi vainqueur avec le FN en finale, FN qui a un programme en copié collé à partir tout de ce qu’il peut récupéré ici et là..

            une UE dont il est démontré clairement qu’elle est à l’origine UNIQUE des programmes économiques en france, et je continue malgré tout à voir éberlué, nombre de gens très intelligents expliquer doctement les différences entre droite et gauche…

            vaut mieux en rire non ?

  15. Elle est étrange, cette maladie de déformer les propos.
    Que macron fasse ce qu’il veut et cela est déformé. Un journaleux lui crie  » mouille ta chemise », un journaleux qui tutoye un ministre, certainement un journaleux de torchon. Il ne veut pas se salir, comme dit, prenez une anguille dans la main et l ‘ on en parlera. Il déclare que les jeunes…. ce qui évidemment ne veut pas dire qu’ ils deviendrons milliardaires, mais qu’ ils doivent se bouger le cul et ne pas compter sur les aides sociales.
    Un clown raconte des bétises, tout en profitant du système, s ‘accoquine avec différents partis, surfe sur les nostalgiques d’ un passé révolu et c ‘est bénédiction.
    Il ne veut pas débattre pour ses opinions, il veut débattre pour se donner l ‘ importance qu’ il n’a pas!
    Un parasite est fier de dire qu’ ils étaient 240.000 à lui demander de passer dans une émission!! 240000 un record! Po’v type, il est prèt à y aller rampant.
    Et toujours ce boulet inondant le blog de copier coller

  16. Les choses sont simples et pourtant nous aimons les compliquer. Ainsi, la question qui est posée en 2017 aux Français est la suivante : souhaitez-vous que vos enfants et petits-enfants puissent continuer à porter le noble titre de Français ? Être français, c’est-à-dire appartenir à une nation souveraine dans le concert des nations. Être français, c’est-à-dire appartenir à une nation imprégnée de culture gréco-romaine et de tradition chrétienne.

    La question centrale est donc celle de la souveraineté et de l’identité. Toutes les autres questions – économiques, sociales, sociétales, défense, immigration, école – sont éminemment importantes mais elles convergent toutes vers l’essentiel, l’existentiel : notre souveraineté, notre identité, menacées comme jamais.

    Si vous estimez que la souveraineté et l’identité de la France ne sont pas choses essentielles et, plus encore, qu’elles doivent être reléguées au musée de l’Histoire, incontestablement 2017 vous offre un choix avantageux de candidats potentiels, notamment à gauche : de l’extrême rouge Mélenchon à l’incolore Macron – ce dernier en dépit de son joli discours d’Orléans. ( boulevard voltaire )
    Le choix sera simple: MLP.

Les commentaires sont fermés.