Rocard, souvenirs


Rocard

Je n’ai plus compris Michel Rocard sur la fin, depuis une décennie au moins. Mais vers le milieu des années 80, l’homme m’attirait. J’ai lu l’un de ses bouquins quand il était au PSU. Ma première (et seule) section socialiste en 1992-1993 était rocardienne. Après la débâcle de 93, Rocard m’avait fait rester au PS encore quelques semaines à forces de déclarations sur la rénovation d’un parti miné par le mitterrandisme vieillissant.

Cette deuxième gauche avait le respect des valeurs (contre la guerre d’Algérie et le molletisme), la cogestion et la démocratie associative. Elle s’est égarée ensuite, écrasée qu’elle fut par le choc des ambitions, les forces mitterrandistes et l’incapacité de ses leaders, Rocard en tête, d’assoir une position politique suffisante.  Rocard a aussi attiré des arrivistes, des vrais méchants, de sales intrigants.

J’éprouve comme d’autres un pincement de coeur à la mort de Rocard. Mais l’homme ne représentait aujourd’hui plus rien. L’un de ses fidèles gouverne depuis 2014 et précipite la gauche gouvernementale dans la honte. Le PS aujourd’hui s’auto-détruit avec une persévérance qui ne cesse de surprendre (lire à ce propos l’article de Remy Lefebvre dans le Monde Diplo de juillet, excellent). La gauche est cassée en deux: à droite, un groupe de dirigeants s’accroche au pouvoir et tente d’emmener ce qu’il reste de son électorat (environ 10 à 15% des Français en âge de voter selon les sondages) vers un centre-rdroit qui fleure bon la compromission réactionnaire des années 50; à gauche, un ensemble divisée qui peine à s’ouvrir à plus large pour séduire plus grand.

Michel Rocard est mort après son époque, c’est déjà un exploit.

Adieu Michel.

9 réflexions sur “ Rocard, souvenirs ”

  1. Tentative d’un bilan de Rocard en quelques lignes

    1- Au pouvoir:: :

    <bPositif :CSG ( financement de la Sécu non seulement pas les revenus du travail, mais aussi par ceux du capital), RMI, paix en Nouvelle-Calédonie, la première véritable politique de santé avec Claude Evin ( tabac, alcool, évaluation),, fusion d’ Air Inter, Air France et UTA, (ce qui a sauvé l’entreprise), le « Livre Blanc des Retraites » annonçant les problèmes inéluctables à venir dont personne n’osait parler.

    Négatif</b: traité de Maastricht, 1ère guerre du Golfe

    2- Mais, surtout, la première réflexion sérieuse, en France, sur ce que pourrait être la social-démocratie dans une économie de marché, pour éviter le social-libéralisme dans lequel nous sommes aujourd’hui plongés.::

    Extrait de son interview de juillet 2016::

    « On l’a vu avec Léon Blum ou Pierre Mendès France, la gauche fait rêver quand elle a de grands personnages qui se hissent à la hauteur de circonstances dramatiques pour faire avancer la cause du camp réformateur. Jaurès fut même le premier socialiste non marxiste et non jacobin à ne pas avoir dit de bêtises sur le capitalisme et à rechercher partout les moyens de la négociation sociale. Il était dans l’intuition de ce qui allait devenir la « deuxième gauche ». Un siècle plus tard, la frustration de la gauche sociale-démocrate perdure parce que la récusation des restes administratifs du marxisme n’est pas finie. La crise que traverse aujourd’hui la gauche française, c’est le prix de notre histoire. »

    Extrait de sa dernière interview, parue il y a une dizaine de jours:::

    Il dressait un tableau douloureux de l’action politique telle qu’elle était devenue: « Les politiques sont une catégorie de la population harcelée par la pression du temps. Ni soirée ni week-end tranquille, pas un moment pour lire, or la lecture est la clé de la réflexion. Ils n’inventent donc plus rien. On sent venir l’élection sans projet de société d’un côté comme de l’autre. » (…) La vérité française, c’est que l’on ne sait plus ce qu’est la droite et la gauche (..)Macron comme Valls ont été formés dans un parti amputé. Ils sont loin de l’Histoire. » (…)Le problème de François Hollande, c’est d’être un enfant des médias (…)Oui, la gauche a perdu la bataille des idées, et pas seulement en France: (…)La gauche française est un enfant déformé de naissance. Nous avons marié deux modèles de société radicalement différents, le jacobinisme et le marxisme. »

    Sa grande erreur d’analyse:: il croyait à la possibilité d’une Europe politique

    1. Principales qualités : intelligence, intérêt pour réflexion sur le long terme et le débat d’idées (contrairement à Mitterrand)

      Principal défaut : Un certain angélisme, le rendant trop fragile pour le combat politique.

  2. Rocard ça me rappelle un souvenir lié à la politique, en 1970, j’ai assisté en soirée à une réunion organisée par le PSU…ça se passait en mairie et j’ai demandé au maire si je pouvais entrer parce que je n’avais pas le droit de vote..

    ce qui fut accordé…

    le temps passe…

  3. Je me suis séparé de Rocard au moment de Maastricht, pensant que sa vision d’une Europe politiquement intégrée était une grossière erreur; mais je lui conserve une profonde admiration pour trois raisons :

    1-Il est le premier socialiste à avoir compris qu’il fallait inventer un socialisme compatible avec l’économie de marché, et que l’époque du socialisme étatique administré était définitivement révolue ;

    2- Son extraordinaire intelligence, qui lui faisait réfléchir en permanence sur la longue durée (à une vitesse ahurissante, plus rapide que celle à laquelle il pouvait parler!), et son obsession d’avoir peut-être tort, d’être peut-être porteur de contradictions incompatibles entre elles et qu’il fallait non pas glisser sous le tapis comme tout ce qui dérange, mais repérer, reconnaître, puis résoudre ( une qualité qui n’est pas généralisée chez tous les commentateurs de ce blog…):;

    3-Son exigence éthique en politique (l’anti-mitterrand par excellence), bien qu’elle s’avéra un handicap certain dans la course au pouvoir. .

  4. Sa mort valait elle un deuil national? Pour sa vision de la politique, disons simplement qu ‘avant mitterrant, les politiques avaient une autre vision de leurs fonctions. Le prestige de la  » place » les guidaient plus que la grosseur du porte feuilles. Un scandale les faisaient démissionner, ils travaillaient pour leur réélection.
    Maintenant une série de abus de biens public, détournement, fausses factures, escroquerie, abus de pouvoir etc etc et les cocos paradent à la télé en promettant le bonheur pour demain.
    Et les ….. d ‘électeurs y croient!!
    Actuellement ce n ‘est plus la capacité, la tenacité, l ‘aptutude des gens qui en font des ministres, c ‘est leur sexe et leurs couleurs, voir même leur religion. Et l ‘ on est étonné que tout va de mal en pis.

  5. (désolé, la politique et-moi.. ou dans une autre vie)
    Bonsoir monsieur Elie, Eliezer Lazar, Wiesel
    l’auteur de « la nuit », « l’aube » et « le jour »,
    à intelligence ‘forcément’ controversée, ou est-ce la mémoire..

Les commentaires sont fermés.