La comète Juppé


Franchement, on peut être inquiet. Juppé a comme disparu. Effacé de l’actualité, le champion des sondages de la droite ? Sans doute. Ecrasé par Sarkozy, Alain Juppé a eu quelque difficulté à revenir.

C’est une excellente nouvelle pour François Hollande.

Ou pas.

Je reste convaincu qu’il vaut mieux une droite républicaine qu’une droite furibarde et indigne comme la Sarkofrance  l’a démontré. La droite est un adversaire, l’extrême droite un ennemi. Sarkozy et ses sbires buissonniens ont placé leur curseur politique vers la seconde. Il faut encourager la première. Et pour une raison simple: la démocratie. Notre démocratie. Notre envie de débattre normalement de nos désaccords sans forcément envisager de se foutre sur la gueule avec les points ou pire encore.

La période est malsaine.

Les anglo-saxons ont un meilleur qualificatif: « Insane« .

Je suis tombé sur ce dossier de The Atlantic, un mensuel pro-démocrate que j’avais l’habitude de lire il y a quelques années: « how US politics went insane« . L’auteur du dossier se demandait pourquoi la politique américaine avait produit Trump. Comme on se demande comment on a chopé un virus. Pour finir par comprendre qu’on est un peu responsable. Collectivement responsable. A force de discréditer les élus, de brailler au « yaka-fo-kon« , de laisser les élus faire n’importe quoi, de réélire ceux qui devraient disparaître, etc. Le dossier est un réquisitoire, version américaine.

Nous sommes exactement dans la même situation.

Sarkozy et Le Pen sont nos Trump nationaux. Juppé incarne une droite qui sait d’où elle vient et qui s’incarne dans la démocratie.

Nulle méprise, l’homme défend des options inacceptables à mes yeux. Mais il reste dans ce cercle devenu étroit de la démocratie, celle qui tolère des immenses désaccords.

 

840

42 réflexions sur “ La comète Juppé ”

  1. La politique se dissout-elle dans un processus économique sans sujet, ou
    la politique est-elle dans un processus économique (mondial, avec des individus dans le monde, à terme ?), avec une représentation (sans trop parler d’un certain dilemme concernant le libre-arbitre, à nouveau) … ?

    Je ne sais pas, mais c’est en pouvant lire, parmi d’autres textes  :

    « (…) L’individu est libre mais, à son échelle, complètement démuni face au devenir du monde. Le tragique est que c’est précisément la liberté de tous qui contribue, dans une certaine mesure, à l’impuissance de chacun. La politique se dissout dans un processus économique sans sujet. Comme l’a écrit Heidegger, nous vivons à une époque où la puissance est seule à être puissante.(…) »
    http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2016/08/05/31001-20160805ARTFIG00259-olivier-rey-la-politique-n-existe-plus-elle-s-est-evaporee-dans-la-planetarisation-22.php

    et
    « (…) Le marché est-il naturel ? Un essai sur les usages politiques, idéologiques et moraux du « marché biologique » dans le champ économique (…) »
    http://www.ressources.univ-rennes2.fr/ciaphs/tetralogiques/spip.php?article29

  2. Sarkozy ou Juppé, quelle différence ? Puisque si la droite revient au pouvoir ce sera toujours la même oligarchie de droite qui gouvernera avec quelques variantes globalement insignifiantes

  3. Juppe n’ a pas disparu, mais, s’offre un répit et le temps de la réflexion, il attend surtout que tous ses petits camarades LR aient démontré jusqu’où ils pouvaient aller dans leur dérive extrême droitiste (Morano, Lemaire,Guehenno,Coppe, Sarkozy, Cokusko Morizet) et afin de ne pas rentrer dans ce jeu malsain de la course à l’ échalotte, toujours plus haut et toujours plus fort, jeu extremement mortifere pour les candidats LR puisque dans leur dérive ils en arrivent à faire croire aux electeurs de droite que Marine pourrait tres bien être une candidate tout a fait acceptable puisque moins excéssive et plus mesurée.

  4. monsieur juan

     » Juppé incarne une droite qui sait d’où elle vient et qui s’incarne dans la démocratie……….. »

    si on fait abstraction de l’araignée qui bouge plus chez certains politiques que d’autres, à névrose moyenne équivalente, il y a un point que vous n’abordez pas, c’est le casier judiciaire…..admettre qu’un condamné puisse se présenter pour représenter un pays, me semble quand même préoccupant

    or juppé silencieux ou pas, présente un programme économique à achever la France, comme ses petits copains des Rbananiers, il suffit de le lire pour se rendre compte de la minceur de l’engagement du mec resté trop longtemps dans le système

    à votre liste vous oubliez les dérives d’ailleurs de wauquiez et quelques autres de premier niveau…..

    bref, si vous n’avez que juppé comme modèle présentable alors nous sommes tous foutus…..

    je sais que concernant le sujet politique, je suis grillé, mais justement, j’aspire à un assainissement sévère du milieu, avant de commencer à apprécier…

  5. ..à partir de là, …………Pour finir par comprendre qu’on est un peu responsable. Collectivement responsable…………..

    oui justement, et ça commence par des choses très simples. Si on finit par tourner en rond dans le bocal en acceptant les dérives du collectif politicien, on finit toujours par avoir les mêmes.

    expliquer sans relache qu’il serait souhaitable d’appuyer pour éviter les cumuls, pour présenter un casier judiciaire vierge, pour interdire les passages publics/privés, pour limiter la professionnalisation, une représentation plus équilibrée des strates socio pros de la société,

    ce n’est pas du ya qua faut qu’on, mais bien une demande légitime qui modifierait le paysage et éviterait de nous retrouver avec un collectif dans la toute puissance qui organise la dissolution du tissu social du pays…

    c’est tout ce que j’ai à dire…..je rêve peut être, mais ça fait du bien. Le sens de la responsabilité doit être inspirée par des modèles et pas
    l’inverse…

    1. Stanislas

      Responsabilité collective ?
      Dans l’article que Juan a cité, voici comment je traduis ce passage, sauf erreur, cela me semble important,

      « (…) There are only individual actors, (…) all they see is chaos. (…) »

      Ma traduction de ce passage, merci par avance de corriger au cas où :
      … Il n’y a que des acteurs individuels, poursuivant leurs propres intérêts politiques et leurs missions idéologiques pêle-mêle (note personnelle : ou confusément), comme des molécules excitées de gaz dans un ballon en surchauffe (note personnelle : ou comme des personnes irascibles).
      Ce n’est pas étonnant que Paul Ryan, prenant le marteau (note personnelle : d’un commissaire priseur, ou d’un juge) comme le nouveau (et réticent) Président de la Chambre des Représentants en Octobre, ait regretté que le peuple américain (note personnelle : les gens en général aux USA) « regardent vers Washington, et tout ce qu’ils voient est chaos. …

      Personne ne me semble « fou », mais il est peu-être question là de stratégie, c’est seulement une supposition. Quant à la notion de chaos, celle-ci me semble revenir plus fois dans le texte, au moins trois fois.
      Le chaos peut être théorisé (ordre spontané, ordre dans le désordre, etc.), encore une fois sauf erreur. De là à établir des parallèles entre sociétés humaines et sociétés des abeilles, comme je l’ai déjà lu, … Personne ne sait comment pense et ce que ressent une abeille, à moins d’être abeille soi-même, et encore, il faudrait pouvoir connaître le fond de la pensée et les ressentis de toutes les abeilles :-))

      1. LAURE CP

         » Personne ne me semble « fou », mais il est peu-être question là de stratégie, c’est seulement une supposition…

        il ne s’agit pas de folie, mais d’incapacité à se réguler psychiquement devant une position de pouvoir qui, si vous ,n’êtes pas équilibré, vous emmène vers des déviances progressives sans limite, des pertes de repères… on peut être intelligent, voire très, et être faible (pour faire schématique)

        Il suffit de suivre le comportement des gamins de politiciens devant des évènements où ils devraient garder la tête froide et organiser la réponse en prenant des décisions PESEES, REFLECHIES, DISCUTEES au lieu d’aboyer à la lune. C’est l’exemple de la toute puissance. ils sont perdus, et leur logiciel qui s’est acclimaté à la communication comme réponse politique, est absolument incapable de s’adapter aux données nouvelles…

        on peut multiplier les exemples..

        et malheureusement, toute cette bande nous donne des conseils de « réformes » de « flexibilité » de….

        ils sont à la ramasse les mecs.. vous parlez d’exemples à suivre, et après tout le monde s’étonne que le pékin de base ne suit plus des règles, des « valeurs »…i

        en revanche, je me dis en ce moment que les qualifications « d’extrémistes » à propos d’à peu près tout sont effectivement stratégiques :

        1° la culpabilisation joue à plein pour la personne qui veut un autre projet de société sans soutenir des fachos , c’est une commodité pour éteindre un débat tout à fait justifié (en l’occurrence mes centres d’intérêts tournent autour d’un projet économique)

        2° le fait de cataloguer l’autre dans le camp extrèmiste, vous donne, en tant qu’émetteur, instantanément la position de modéré dans un spectre politique qui n’a, selon moi, plus grand chose à voir avec les critères du XXeme siècle..

        abonne journée à tout le monde…j’emmène des mouchoirs…

        1. @ Stanislas, @ Juan, @ …
           » PESEES, REFLECHIES, DISCUTEES « ,
          Quelques blogueurs le font déjà : Juan, « l’ami Nicolas » Jegou ou Jegoun (?), Elie Arié, Romain Blachier, Pierre Jourde, Suzanne de Le Merle Moqueur, et aussi DIdier Goux, Philippe Bilger, etc..
          Leurs blogs sont lus, à mon avis, parce que comme Nicolas Jegoun l’avait écrit, il faut aussi être élu …. Tant pis pour l’audience, dans la presse, dans les médias, etc., pendant un temps de réflexion ? D’ailleurs, pourquoi peu d’audience est-elle actuellement constatée sur des débats dits de fond (superficiel peut aussi faire penser à superficie, surface … ), selon ce que je lis parfois ?

          En fait, les questions du mimétisme, de l’individualisme ou de l’individualité, ramènent toujours à cette idée que l’être humain est un être social, à mon avis.
          J’entends « ordre spontané », et le libéralisme suppose l’individu libre, ou à rendre libre, autonome . Or les individus, en tant qu’individualités ou dits / se disant individualistes évoluent dans un groupe humain, dans des groupes (avec des non-dits, souvent ?), dès leurs naissances, et tout au long de leurs vies, bon gré mal gré parfois. Sans même parler du ressenti d’appartenance ou de l’identité, ou de biologie à nouveau, … sont-ils vraiment libres  ? En sciences, sciences humaines, philosophie, chacun peut lire des analyses sur ces questions  : les êtres humains sont-ils libres, qu’entendre par être libre ?

          Une analyse parmi tant d’autres, dans ce débat, un extrait :

          « (…) « Il nous semble qu’un des enjeux civilisationnels actuel soit précisément d’échapper à ce dilemme. Il s’agira donc de tenter d’établir les axiomes minimaux nécessaires à la survie des sociétés démocratiques et laïques, faute de quoi les grandes économies humaines (marchande, politique, symbolique, sémiotique et psychique) risquent bien de se défaire et de menacer ainsi la survie de la civilisation. » (http://www.monde-diplomatique.fr/2008/01/DUFOUR/15491).
          Pour être souhaitable cela est-il possible ? (…) »
          http://www.philosciences.com/Pss/philosophie-et-societe/ideologie-croyance-societe/8-la-vision-societale-de-dany-robert-dufour

        2. Stanislas,
          … le pékin de base … vous et moi, parmi d’autres ?

          J’ose encore poster des commentaires, mais tout le monde n’a pas la force mentale, ou la capacité à l’indifférence, pour supporter de se voir un jour appliqué ce qui suit, peut-être, surtout publiquement. Cela ne m’étonne pas qu’il y ait de moins en moins de commentaires, d’après mon constat.
          J’en ai un peu assez de lire « nauséabonds » ou « méphitiques » en retour ou pas, ou d’idées s’en rapprochant, ou des soupçons de perturbations mentales, même à partir d’un seul texte, quelquefois, alors que ce n’est pas ce que je constate.
          Sur un blog, je peux comprendre la modération, c’est un espace presque personnel, mais sur Internet, tout de même.
          Ailleurs, cela me semblera dommageable, selon les endroits. Parce que j’ai été convaincue par d’autres, que si des gens ne peuvent pas débattre d’idées estimées « nauséabondes » ou « débiles » par X ou Y doués en dialectique, ils peuvent finir par passer à autre chose, ou toujours les avoir, parfois renforcées.
          Tout un chacun n’a pas le talent pour écrire, et tout un chacun n’a pas les capacités pour comprendre l’équation de Schrödinger, par exemple, chacun son truc, et heureusement.
          L’outrance, l’attaque personnelle, c’est connu. Mais cela peut aussi faire penser à une forme de mépris, en refusant de débattre avec un individu lambda, pas « au même niveau » ; ou bien cela peut faire penser que l’on n’a pas d’argument à opposer.
          Bonne soirée, ou bonne journée, si vous lisez demain (je ne pourrai pas répondre, au cas où).

          1. LAURE CP

            … le pékin de base … vous et moi, parmi d’autres ?

            évidemment que je suis dedans, jusqu’au cou..

            sinon je ne serais pas en train de raconter la mienne sur ce blog. Si j’étais une tronche connaissant quelques copains bien placés (oui parce que je connais des cerveaux qui sont encore des pékins), un politique de haute volée , vous pensez bien, que je serais en train de penser à la meilleure méthode pour planquer mes erreurs, pour demander aux pékins de se « réformer » comme je ne saurais pas le faire moi même ; je serais poli avec les bruxellois et les dirigeants de groupe et autres milliardaires pour peaufiner ma carrière…

             » ou des soupçons de perturbations mentales……..

            ça madame, je le maintiens, mais j’ai l’impression que nous ne prêtons pas la même signification à cette expression, difficile ici de faire le point sur notre écart d’interprétation..

            1. Monsieur, Stanislas,
              Je prends le temps de vous répondre, aujourd’hui, car après ce ne sera plus guère possible. Pour la psychologie, ce serait trop long, effectivement. D’autres individus m’ont tout de même appris la notion de double-contrainte, ou injonction paradoxale, pas toujours faite de manière -consciente-, parmi d’autres notions.

              Elie Arié me semble avoir raison au sujet de l’économie : ce ne serait pas au niveau d’une nation comme la France, en ce moment.
              En revenant sur ce qu’Olivier Rey avait écrit dans un article, déjà cité ici, je ne comprends toujours pas une phrase, une idée, du moins pas déjà. Il me faudrait une explication. Je trouve cela important, encore. Surtout quand il est question de démocratie, de M. Juppé, etc., ou de partis politiques.

              « (…) La politique se dissout dans un processus économique sans sujet. (…) »
              http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2016/08/05/31001-20160805ARTFIG00259-olivier-rey-la-politique-n-existe-plus-elle-s-est-evaporee-dans-la-planetarisation-22.php

              Et j’ai lu ce texte, sur le même site :
              Olivier Rey : « Le discours sur les droits de l’homme est devenu fou » (1/2)

              1. En fait, ce n’est pas un article, il s’agit d’un entretien, sur Figarovox.

              2. LAURE CP

                ce que dit ce monsieur REY me va bien, je me sens bien en phase avec ce qu’il présente sur ce renvoi

                1. @ Stanislas,

                  Merci de votre réponse.

                  Elie Arié est un « pratiquant » du « penser contre soi », contre lui-même aussi :-)).
                  Je ne pense pas qu’il faille mal le prendre quand il vous le conseille à sa manière. Il lit vos commentaires, c’est peut-être plutôt à prendre comme une preuve d’intérêt. C’est comme ça que je l’ai toujours pris, du moins.
                  D’autre part, je n’ose pas trop commenter sur le blog de Didier Goux, mais cela me semble utile de citer son dernier billet de blog, pour un débat sur la démocratie. La notion de débat implique la notion de contradiction possible.

                  -Simon Leys ou l’anti-Belkacem-

                  Voici le texte du discours de Pierre Ryckmans, alias Simon Leys, cité dans ce billet, sauf erreur. Quoi qu’il en soit, je trouve cela intéressant, et accessible, côté humanisme, etc. :
                  http://www-irma.u-strasbg.fr/~bugeaud/travaux/LeysC.pdf

                  A plus tard.

                  1. LAURE CP

                    je suis un vieil habitué des remarques du toubib, je l’aime bien, d’ailleurs je suis prêt à boire un bon whisky avec lui….s’il me l’offre..

  6. et quand on perd le sens du « cadre » on confond vite autoritarisme et autorité…

    cette fois j’ai fini…

  7. Mais non, mais non faut pas désespérer comme ca….
    La gauche repassera….regardez….Hollande est parti chercher un miracle au Vatican…et si par la même occaz les curés pouvaient en toucher un mot à leurs ouailles, ça serait bien…

    1. SYLVIE

      vous oubliez mimi mathy aussi, c’est une possiblité à ne pas négliger

      1. Point d’ironie Mr Stan….le miracle n’a pas besoin de cet ange gardien la ….le chômage n’a jamais été aussi bas depuis ….2012….vous les entendez les cloches !!!

        1. SYLVIE

          « le chômage n’a jamais été aussi bas depuis ….2012 »

          ahahahahaha….hohohohohohohaaaaaaaaaaaah…

          et j’entends les cloches…

  8. Attention: la France de 2017 a profondément changé en dix ans et sa « culture politique » n’a plus grand rapport avec celle de 2007.

    > Nous avons eu les dévastatrices affaires DSK et Cahuzac, le mandat épouvantable de M. Hollande, l’escalade du chômage envers et contre les promesses, la vague d’attentats terroristes qui ont ensanglanté le pays, la dévastatrice « crise des migrants », signe de l’impuissance nationale et européenne, les batailles d’ego de l’opposition, la vertigineuse poussée d’extrême droite…

    > La mentalité n’est plus du tout la même. Toute confiance dans la classe politique a disparu.
    La fracture entre la France dite « d’en bas », la majorité silencieuse, et les élites politiques a atteint un niveau effroyable .

    > Les Français, dans leur immense majorité, ne supporteront plus jamais l’idée même de la présidence personnalisée, pour ne pas dire narcissique ou mégalomane, surmédiatisée et gesticulante à l’image des trois ou quatre précédentes.

    > Ce n’est pas qu’ils descendront forcément dans la rue, mais ils feront la révolution du mépris, de l’indifférence et du repli sur soi, ce qui est aussi grave.

    > Ils faut repenser totalement, radicalement la vie politique, sur le principe de la modestie, de l’efficacité sobre, du travail d’équipe et collectif, axé sur les réformes et leurs résultats, avec un véritable Premier ministre et de véritables ministres, la loi de la vérité, du rejet absolu de la polémique, de l’idéologique et du passionnel pour se concentrer sur les seules réalités, le refus de l’idolâtrie, de la communication permanente, du spectacle émotionnel, des mensonges, et de la personnalisation excessive du pouvoir, ce B-A BA de tous les principes républicains.

    > Maxime TANDONNET
    >
    > ML
    >

  9. Juppé est trop occupé dans la construction de la plus grande mosquée de l ‘ UE à Bordeaux, trop occupé à demander des légions d ‘ honneur pour ses amis musumans. Amis pour certains sous vigilance policières.
    Et le voir comme candidat….
    Pour le copier coller précédent, la responsabilité des électeurs s ‘ est faite à partir de la loi décidant du mode de présentation des candidats.
    Le nombre de signatures d ‘ élus permettant de se présenter devant les électeurs n’ autorise qu’ un deuxième, voir troisième choix pour le votant. La magouille de la primaire aggrave encore la difficulté des choix.
    Ainsi, en réalité, le citoyen vote pour une personne élue d ‘avance.
    3 partis se retrouvent ainsi régulièrement, la droite, la gauche et le front national. Les 2 premiers se liguant contre le troisième si celui ci arrive au deuxième tour. En résumé, seul 2 partis existent, la gauche et la droite se liguant toujours contre un troisième empécheur de tourner en rond.

  10. Pour sortir de ce dilemme, de cette impasse, LR – PS où même les frondeurs, notre ami Filoche en est une parfaite illustration, ne sont nullement crédibles puisque incapables d’aller jusqu’au bout de leur logique tellement attachés à leurs mandats et surtout leur gagne pain, mais que faisaient ils avant d’être élus, ils avaient bien une profession!
    La seule alternative crédible pour un renouvellement profond de la politique, de la représentativité, d’un fonctionnement démocratique retrouvé, reste bien l’institution d’une 6éme république, mais cela exige que le peuple l’impose et n’attendons surtout pas de la majorité de nos actuels élus qu’ils nous orientent vers une telle possibilité.

  11. Tout aussi désespérant, sinon davantage : les mythes irréalisables dont se satisfait l’opposition à la politique dite « ultralibérale », et dont elle sait pourtant qu’ils ne déboucheront sur rien : Nuits Debout, grève générale, non-cumul, changement du personnel politique, etc.

    1. toubib

      ce système va exploser, vous verrez, pour l’instant c’est peut être un mythe, une utopie et tout ce que vous voudrez, mais quand les classes moyennes épargnantes vont se faire sucer leurs comptes pour renflouer le système financier au bord de l’asphyxie, ça va secouer très sérieusement..

      il me semble que c’est vous qui affirmiez à une époque que les systèmes bougent dès lors que la bourgeoisie (je ne sais plus si c’est ce mot là que vous avez employé) descend dans la rue..

      attendons encore un peu, quand les gens vont découvrir que les taux négatifs actuels sont en train de détruire leur épargne, vous verrez que le mythe pourrait devenir réalité…

      reste la question quand,? ça vient…

      1. @ Stan
        Il me semble que ça commence en Allemagne …
        Sinon pourquoi la classe politique se fatiguerait à nous « voiler » la face…avec des polémiques inutiles !

        1. SYLVIE

          http://www.lepoint.fr/invites-du-point/bertrand-chokrane/chokrane-ponctionner-les-comptes-bancaires-bientot-legal-en-france-17-11-2015-1982303_2466.php

          tenez ma chère SYLVIE, et ça ne vient pas d’un blog de gauchiste…heureusement que les vacances d’été et le nuits parlementaires sont là pour nous braquer gentiment…

          quelques pays taxent ou ont taxé déjà les comptes bancaires ou épargne, mais le plus dur se pointe tranquillement……

          et tout ça planqué bien gentiment derrière des leurres médiatiques…

      2. @Stan

        Vous êtes indécrottable : vous n’avez toujours pas compris qu’aujourd’hui, ( et depuis déjà pas mal de temps ), quand » les gens descendent dans la rue » , ça ne sert strictement à rien ?

        1. monsieur ARIE

          je suis prêt à reconnaître que le medef, syndicat de groupes internationaux, qui ne représente absolument rien, ne descend jamais dans la rue (il se contente des couloirs du pouvoir) , est bien plus efficace que les syndicats comme la CGT qui battent le trottoir pour peau de balle au final. Le vote de la loi travail pendant que les adhérents prennent des vacances méritées en est une preuve

          je sais que vous pensez que j’ai un neurone d’huitre, en conséquence de la réflexion exposée ci dessus (réflexion étant un grand mot ) , j’aurais dû vous préciser que « descendre dans la rue » pour la bourgeoisie » était une image.

          Je vous évitais ainsi d’avoir à vous déranger pour le modeste ver de terre que je suis…

          votre niaque m’indique aussi que vous êtes en forme et j’en suis heureux pour vous

  12. Lisez  » l ‘ incroyable lettre ouverte de omar djellil  » au protégé de juppé
    Lisez ce qui se dit sur ben juppé, qui il nommerait ministre et vous comprendrez pourquoi il se fait petit…. qu’un slogan Ali Ben Juppé, pas!

    Publié le 18 juillet 2016 dans Actualités, Politique

    installation sur la canebière, ce dernier a longtemps milité dans la région bordelaise. Responsable local de SOS Racisme, militant pendant dix ans au Parti Socialiste, il fréquenta assidument la mosquée de Bordeaux et son imam Tareq Oubrou.
    En janvier 2016, celui-ci publiait une lettre ouverte à son ancien mentor dont nous avions publié de larges extraits (« Ce sont tes enseignements qui nous avaient poussés à haïr le Juif » (…) « C’est de tes propres mains que nous recevions des magazines faisant l’apologie d’un certain Ben Laden que tu nous présentais comme un milliardaire islamiste charismatique »).
    Suite aux attentats de Nice, et à la réaction du maire de Bordeaux, Omar Djellil (photo) vient d’écrire une lettre ouverte à Alain Juppé où il évoque notamment des tractations entre son entourage et l’UOIF (branche issue des frères musulmans) afin de donner un poste ministériel à Tareq Oubrou !
    « Alors que je venais à peine de me remettre du Omar Djellil est actuellement responsable associatif à Marseille et par ailleurs très impliqué au sein de la communauté musulmane de la ville. Avant son Présidentielles 2017 : Tareq Oubrou sera-t-il ministre d’Alain Juppé ?
    témoignage bouleversant et poignant d’un père dont la fille avait été tuée lors de l’attentat de Nice, qu’elle ne fut pas ma surprise de vous entendre, vous, l’actuel maire de Bordeaux et candidat déclaré à la primaire « Les Républicains » briser le silence de mort qui entoure le deuil des Niçois pour donner des leçons de morale à la nation et au gouvernement socialiste de François HOLLANDE.
    Accusant le gouvernement d’avoir perdu du temps face à la menace terroriste et le sommant de passer à la vitesse supérieure, vous avez indécemment, comme d’autres, tenté d’instrumentaliser le drame tragique qui s’est joué à Nice. La palme de l’indécence revenant à cette désunion nationale qui s’est transformée en cacophonie politique où chacun expliquant à l’autre qu’il aurait mieux fait en matière de lutte contre le terrorisme.
    Alors que l’identification des corps n’est même pas terminée et que nombre de familles continuent à chercher leurs proches disparus, votre prise de position s’inscrit plus dans l’optique de votre course à la présidence du parti « Les Républicains » plutôt que dans une véritable démarche compassionnelle à l’égard de nos compatriotes.
    Vous avez certes raison de pointer les carences de nos services de renseignements, faudrait-il encore que vous assumiez le fait que c’est le gouvernement SARKOZY qui a fait fondre les effectifs comme neige au soleil. Vous avez certes raison de rappeler que la menace reste persistante et qu’il faut réévaluer le niveau de vigilance. Mais faudrait-il encore que vous soyez prêt à reconnaître que le langage ultra-sécuritaire du gouvernement SARKOZY ne reposait que sur des effets d’annonce sans lendemain ?
    Même si la douleur qui a frappé les habitants de Nice est mienne, ce n’est pas le propos de mon interpellation. En fait, Monsieur Alain JUPPÉ, avant de fustiger les uns les autres, vous devriez expliquer aux familles des victimes comment vous êtes devenu le premier soutien de l’Union des Organisations Islamiques de France, organisation qui exhorte les musulmans à rejeter vos valeurs républicaines, qui exalte l’esprit du Jihad en etc etc

Les commentaires sont fermés.