Les clichés à 180 degrés


Drôle, bien fait, cette séquence vient du trublion Yassine Belatar (elle a été publiée sur Gauche de Combat en premier lieu).

Simplement efficace, l’exercice « à 180 degrés » permet de comprendre et de relativiser.

 

12 réflexions sur “ Les clichés à 180 degrés ”

    1. « Quelques » facilités ? Eh bien, vous êtes indulgent, vous, au moins !

      Non seulement cet exercice laborieux et primaire n’a rien de drôle (mais enfin, ça, à la rigueur, il en relève du jugement de chacun), mais surtout, contrairement à ce qui est affirmé en fin de billet, il ne permet pas de « relativiser » (relativiser quoi ? Par rapport à quoi ? Mystère…), et encore moins de comprendre quoi que ce soit.

    2. Salut Franck, oui, +tôt drôle, enfin, Jeanne, vu la limite & le % annuel, elle risque fort de ne pas aller très loin avec son codevi…! Question religion(s), elles ont toutes leurs extrêmes de l’Islam à la Chrétienté,sans oublier les autres cf.Opus Dei pour le catholicisme,etc. @+

  1. je ne vois pas bien ce qu’il y a à relativiser…

    des dirigeants noirs qui font du bénéf, évaporent du fric ça existe déjà, un petit blanc technicien de surface aussi.
    Je signale au passage qu’il est extrêmement rare de voir un technicien de surface entrer dans une salle de réunion occupée… c’est vraiment le bordel dans cette boutique….

    une gonzesse qui refuse une hausse de salaire à un mec, c’est plus courant qu’on ne le croit et les hommes ont droit à 10 jours de congés de paternité en cas de naissance..

    et alors un nana qui regarde un cul de bonhomme, à qui fera t’on croire que c’est un 180°…évidemment on ne les voit pas, puisque nous sommes de dos quand elles nous reluquent….

    quant au dernier sujet sur la religion, le 180° consiste ni plus ni moins qu’ à tenter de démontrer que les humains se fritent mutuellement depuis longtemps au nom de dieux , alors que ces derniers n’ont jamais rien demandé à personne..

    bref je ne vois pas l’astuce, si quelqu’un peut m’expliquer mieux..

    1. Excellent et judicieux commentaire : je crois que l’essentiel est dit et qu’il n’y a pas lieu de s’étendre davantage sur cette ânerie poussive.

  2. allons bon, je n’en crois pas mes yeux, je vais vite vérifier si la météo n’annonce pas une tempête de neige et verglas dans mon secteur …

  3. on dirait.. Pablo Escobar, Ministre anti corruption et directeur général de la lutte anti drogue (les stups) gaulé avec qqls tonnes de liasses, des billets en $ et tous avec des traces de coke..
    les degrés font des tête à claques,
    sa défense: « cé pas (à) moi ! » sinon pour Michael Jackson (Prince ?) même-que le président savait ! aussi ce salaire de misère.. alors qu’avec son entreprise (export) : « le train de vie.. ma femme n’acceptait pas que je n’assume pas »,
    le degré classe mouflon !

    «Il est difficile pour une personne morale d’avoir une conscience» T Fontaine, bank Reyl et Cie,
    les degrés font du skis,

    Wroom Wroom .. gaffer le virage !
    d’autres ont de meilleurs pneus ? Patrick et Isabelle B, Jean et Xavière T, J Marie et Marine, Woerth’s..
    ni envie de comparer, ou question de style, ..aie pas-bon

  4. j’aurais même tendance à me méfier de ce genre de démonstration qui ne fait que montrer les deux faces d’une même pièce.

    parce qu’il me semble que les humains, de quelque nature qu’ils soient ont à peu près les mêmes névroses face aux mêmes situations. Individuellement, nous sommes le monde. Ce qui nous différencie en surface, ce sont les modes de vie, l’environnement, les traditions, et l’histoire…

    je n’ai pas trop l’impression qu’un noir, jaune, vert, bleu se comporte différemment s’il est perché sur un tas d’oseille, s’il est en position de pouvoir…etc…

    pourquoi le 180° ne montre t’il pas une course de marathon ou un 10 000 mètres…cherchez donc un blanc dans les premières places sur la fin de parcours… ?

    etc etc….
    le juste milieu, me semble être celui qui considère la différence comme une composante de ce monde sans avoir à la mettre sur une estrade, ni à vouloir faire des démonstrations de retournement qui ne font que montrer la même névrose dans une même situation…… ..sinon faut changer de planête.

    l’égalité homme/femme…parlons en..

    à quand la possibilité pour un homme d’être enceint…sur le film, les points qui illustrent les distorsions parlent de fric, de position sociale..et le reste alors…
    l’histoire l’a abondamment prouvé, les femmes sont souvent à inspirer nos grands hommes, dans les bonnes choses, comme dans les pires conneries…et pas que les grands homme d’ailleurs (je passe vite ma femme est dans le coin)

    moi qui suis pour l’égalité homme/femme à fond, je ne pratique pas le fameux comportement qu’on nomme « galanterie »…faut savoir ce qu’on veut…..
    il est trop tard, mais si j’avais été beau, j’aurais pu être choisi par une femme qui m’aurait entretenu, j’aurais pu faire un tas de chose sans avoir à bosser, et j’aurais embauché du personnel pour le ménage (ne jamais oublier la création d’emploi)………j’en vois d’ici qui sont prêt à me balancer du « gigolo »…que ceux là, se l’avouent, ils ne sont pas pour l’égalité…

    et allez hop, encore une démo que les boches n’auront pas……héhéhé

    1. « … à quand la possibilité pour un homme d’être enceint… »

      Un homme peut être enfermé dans un espace, être enceint en prison, ou par ses certitudes, ou par des clichés, selon. Une femme peut l’être tout autant, d’ailleurs. Il me semble que des femmes enceintes devaient ne pas se montrer en public quand la grossesse était visible, à une époque, et ne pouvaient pas travailler comme un homme.
      Certains hommes et des femmes auraient pensé que le corps de celles-ci était impur, pas seulement parmi des religieux en Occident, et même en Asie à ma connaissance. Je mets ça au passé, mais en ayant un léger doute pour le présent.
      J’ai lu le blog de Didier Goux et celui de Suzanne, Le Merle Moqueur, hier soir, et pensé à Chateaubriand pour l’idée de vieillesse naufrage.

      «… le jour où ma mère m’infligea la vie… », a écrit Chateaubriand, le contexte est ici, par exemple :
      http://www.etudes-litteraires.com/chateaubriand-memoires-outre-tombe.php

      Et le père, il n’a rien infligé, ou il est considéré absent ou il ne compte pas, etc., a priori.
      Pourquoi pas : le jour où je suis né, conçu par un homme et une femme, mes parents, qui eux-mêmes, qui …etc. ? Jusqu’où remonter, mystère, je ne connais personne et n’ai lu personne qui soit certain de l’origine en pouvant le prouver par des méthodes scientifiques, des preuves. Quant à l’aboutissement, antonyme ou idée retournée de naissance, celui de l’humain ou de l’univers, c’est pareil.
      Le mode binaire n’est pourtant pas le seul possible pour raisonner.

      1. Correction,
        … a pensé Chateaubriand …, non pas a écrit, je ne cite pas l’auteur, mais traduit ce qui me parait être sa vision.

  5. Ce petit film m’a plu. Il est facile de comprendre que le « 180 degré » n’est pas dans la situation mais dans ces expressions langagières habituellement propres à la subjectivité du regard de l’homme blanc qui se pense supérieur.

Les commentaires sont fermés.