Jean-Jacques Bourdin, journaliste honnête


 

Il était l’invité, hier, du Quotidien de Yann Barthès. Bourdin est un animal journalistique qui tacle, bouscule, rapproche l’élect(rice)eur, l’audit(rice)eur de la politique. Jean-Jacques Bourdin travaille dans une chaîne et une radio qui nous font mal aux oreilles et aux yeux.

Mais c’est souvent chez lui que nos politiques se prennent quelques tacles de sincérité. Bourdin est direct, plus direct que son émission. Il est involontairement drôle parfois.

 

Bourdin est simple d’accès. Il reste à l’écart de ses collègues. Bourdin n’est pas au Siècle. Bourdin avoue des votes (pas les miens).

Bref, l’homme est ovni dans le paysage médiatique.

 

 

Publicités

16 réflexions sur “ Jean-Jacques Bourdin, journaliste honnête ”

  1. Etre honnête ou pas n ‘est qu’ une question de point de vue de celui qui le déclare
    Si l ‘ invité correspond aux idées du sieur bourdin, tout est fait pour qu ‘il s ‘exprime
    Si non : Bourdin lui coupe la parole en permanence et se montre agressif

  2. «… rapproche l’élect(rice)eur, l’audit(rice)eur de la politique. »

    Mais pourquoi donc mettre le féminin entre parenthèses plutôt que le masculin ? Je me demande si, en plus d’être un redoutable language killer, vous ne seriez pas, sous vos airs gentillets et bien corrects, un tantinet gonzessophobe…

    1. voilà pourquoi je répugne à venir ici, Juan.. on y rencontre des corps étrange(r)s… résidus de fausse couche ? Raclure de bidet ? Non, juste une trace de vomi sur mon écran. Mais ça tache.

        1. Laissez, laissez : c’est Adolfo Ramirez dans toute sa splendeur, on ne le changera plus à son âge. L’homme qui aime dénoncer, et qui trépigne quand la police ne prend pas assez vite en compte ses délations, la punaise de clavier comme il y eut des punaises de sacristie dans des temps plus anciens, le parasite absolu à qui personne n’a jamais offert le mirador dont il a toujours rêvé et d’où il pourrait surveiller les déviants.

  3. Mes journalistes préférées, qui allient talent, distinction, diction et intelligence sont :

    Ruth Elkrief
    Vanessa Schneider
    Sonia Mabrouk

    1. Dans ma jeunesse, Mabrouk était le nom du berger allemand de Jean-Pierre Hutin, le créateur de Trente millions d’amis.

      Rien à dire à propos de Ruth.

      Quant à Vanessa Schneider, j’avoue qu’elle me porte aux sens : quand elle est consignée sur le plateau de C dans l’air, je n’écoute rien de ce que disent les quatre imbéciles pontifiants présents, trop occupé que je suis à imaginer la luxuriance de sa chatte et de ses aisselles. Mais, très vite, mon enthousiasme m’abandonne, lorsque je me dis que, probablement, comme toutes les tristes femelles de ce temps, elle doit se raser et s’épiler de partout.

      Mais enfin, je continue à bien l’aimer, à cause de ce petit plissement sous ses yeux lorsqu’elle sourit…

      1. Non mais vous perdez la tête ?
        On parle de journalistes ici, pas de bétail, et encore, qui parlerait ainsi au sujet d’animaux.

        Peut être qu’un jour Juan fera un billet sur les associations d’idées… Ce sera sans doute une occasion de mieux vous comprendre.

      2. Et il ne vous est jamais arrivé d’imaginer les poils pue bien de GdeC ? Ça doit être quelque chose..!

  4. si on veut bien, il y a partout essentiellement des gens honnêtes, si l’honnêteté consiste à être en phase avec ce qu’on est, ce qu’on pense. Il arrive parfois que ce ne soit pas exactement le cas, mais faut bien bouffer, alors l’honnêteté consistera à s’arranger avec la meilleure compromission possible..

    tiens par exemple un vendeur d’arme est honnête. Vu de l’extérieur une arme ça tue, mais de l’intérieur, le salaire obtenu fait vivre des familles..

    un journaliste fondu de libéralisme financier, est honnête, il écrit ce qu’il pense. Un journaliste qui écrit ce qu’il ne pense est honnête quand même vis à vis de son employeur qui le paie pour nourrir sa famille

    un politique condamné, est honnête, il est juste victime d’un complot ourdit par les forces adverses

    juncker est honnête, il a agi au mieux pour son pays et ses 1 500 000 habitants…d’ailleurs il est toujours président de la commission de l’UE où il travaille avec acharnement et honnêteté à lutter contre l’évaporation fiscale et le blanchiment…

    un politique est honnête, il continue le combat en gardant le pouvoir sinon  » quelqu’un d’autre le fera à sa place »..

    un banquier et un trader sont honnêtes, leur métier consiste à engranger un maximum de fric, à partir de tous les moyens possibles mis à leur disposition, ils touchent d’ailleurs une commission proportionnelle à leur créativité à pourrir un maximum de titres et de valeurs..si une masse de gens se font baiser, l’honnêteté consiste à dire qu’ils ne peuvent rien face à la vénalité de l’humain..

  5. Stanislas,
    « … la vénalité de l’humain … », les humains sont-ils tous vénaux, selon mon observation c’est non. Comme « tout le monde » ne me parait pas se plaindre, ni voir sa vie insurmontable ou jouer à Calimero.
    Au sujet d’une célèbre phrase de M. Malraux, un extrait copié d’un texte :
    « (…) Quant au sens de ce bizarre « ou ne sera pas », que l’on prend non moins bizarrement à la lettre, il signifiait que ce XXIe siècle, faute de retrouver l’élan initial de toute intelligence du monde, n’aurait plus de pensée — ce qui équivalait pour Malraux à n’être plus (…) »
    http://malraux.org/wp-content/uploads/2009/01/images_documents_2009_3_thompson.pdf

    Sans parler des animaux ici, les gens sont intelligents, le « demos » (peuple humain, en général) pense, de mon point de vue. Les comportements humains, tous différents dans tous des contextes différents sont trop complexes et imprévisibles pour être modélisés quel que soit le réglage (tuning), dans mon idée. Sauf si un « on » nous rendait tous automates sans intelligence, pour les ressentis, sentiments, émotions, observations, et expériences, individuellement et par je ne sais quel moyen.
    Ce qui nous est commun, hommes et femmes pour humains, c’est la pensée. Et la pensée, donc dite parfois intelligence, renvoie aussi à la métaphysique. Ce qui n’implique pas nécessairement religion, culte collectif d’un humain ou d’une divinité au-delà de l’homme. Or même en sciences dites exactes, les scientifiques disent qu’une théorie (ou règle, loi) est susceptible d’être vraie si une majorité de scientifiques la pensent comme telle, après retour d’expériences, vérification, débat contradictoire, etc., à ma connaissance. Cela, jusqu’à ce qu’une pensée ou d’autres pensées viennent la rendre susceptible d’être incomplète voire moins vraie ou fausse. La métaphysique serait parfois nécessaire en cosmologie.
    Seules les pensées individuelles sont susceptibles d’être libres et indépendantes, ce qui n’implique pas toujours susceptibles d’être reconnues« vraies », même si c’est émis sincèrement par quelqu’un, à mon avis. Mais quelqu’un peut extérioriser une intuition reconnue nouvelle, ne pas voir évident ce qui semblait généralement admis comme étant évident, dans certains cercles, jusqu’à tous.

  6. allons allons, tous les politiques sont intégres.Encore une élue (socialiste) prise la main dans le pot.

    La protégée de le FOLL

    Elue PS : 340 000€ détournés, 4 000€ d’amende !

    Ni prison, ni inéligibilité…

    Pendant qu’un charcutier prend 6 mois avec sursis pour une provocation à base de lardons.

Les commentaires sont fermés.