trump

Ce que la victoire de Trump a changé en France


Il y a une rage haineuse qui saisit l’Occident. Il faut vivre avec, la combattre, et patienter.

C’est un moment pénible, l’un de ceux qu’il faut passer, assumer, surmonter. L’élection de Donald Trump aux Etats-Unis, qui est le début d’une trop longue nuit américaine, a un impact évident sur notre propre politique franco-française: elle décomplexe et encourage la Bête immonde, et son cortège de furibards haineux. 

Pour le dire autrement, Alain Juppé, s’il était qualifié, sera sans doute défait par Marine Le Pen l’année prochaine. Et pour une raison simple: une trop large frange des supporteurs de Nicolas Sarkozy, s’il est défait à la primaire de droite, se reporteront, décomplexés et rageux, sur la candidate du Front national. Après le Brexit, et demain la victoire d’un fasciste à la présidence autrichienne, la désignation de Trump à la Maison Blanche suffira à créer ce surcroit de rage vengeresse pour des Sarko-fans déçus.

C’est évidemment la responsabilité, immonde et buissonnienne, de Nicolas Sarkozy d’avoir dégagé l’espace politique et idéologique de l’extrême droite française avec la gourmandise d’un collabo de l’automne 1940. Mais cette prédiction devrait s’imposer malheureusement à toutes et tous:  la victoire de Juppé à la primaire de droite risque fort de signifier une victoire de Le Pen en mai 2017. Sarkozy a emmené avec lui, sur des rivages forts éloignés de la République, une cohorte de super-fans qui vont se sentir pousser des ailes depuis la victoire de Trump.

L’Amérique n’est pas la France, mais toutes les démocraties occidentales sont malades d’une nausée structurelle et sociale. Le Royaume Uni a vomi, ce fut le Brexit. Les Etats-Unis viennent de vomir, c’est Trump président. Et la France ?

La France est pire que l’Amérique. Elle a un régime institutionnel qui donne plus de pouvoirs incontrôlés au président élu (quand Cazeneuve installe un méga-fichier par Journal Officiel un dimanche 30 octobre, l’apprenti béat ne réalise pas l’aberration qu’il commet !).

Il y a peu, quelques jours auparavant, je pensais qu’il fallait évidemment dégager Sarko dès que l’occasion se présente. Mais il vaut mieux désormais laisser les loups s’entre-tuer entre eux. Pourtant, nos élections ne sont là que pour dégager. C’est malheureux, mais c’est ainsi. En 2002, nous avons voté Chirac pour dégager Le Pen. En 2012, Hollande pour dégager Sarko. Le 20 novembre, la chance d’une primaire pouvait nous permettre  de dégager Sarko avant qu’il ne pollue l’élection présidentielle.

C’est trop tard, trop incertain, trop inutile.

Que les supporteurs de Hollande qui espéraient un match retour contre Sarko pour une qualification au second tour ne se réjouissent pas. La victoire de Trump montre tout l’inverse.

Hollande n’est pas mieux loti. Aux Etats-Unis, Clinton a raté sa campagne. Elle incarne l’argent et le social-libéralisme. Elle s’est révélée incapable d’incarner, comme Bernie Sanders l’avait très bien fait, la mobilisation sociale. Le Parti démocrate a planté l’élection américaine. Il faudra se le répéter, des années durant. Contre la droite furibarde, une « gauche » qui légitime les arguments de l’autre camp sans efficacité est un boulet. Elle accélère la victoire de l’autre camp qui, désormais, est radicalisé.

J’ai entendu mes amis américains démocrates m’expliquer que Sanders avait raison mais que Clinton était la seule capable de gagner. Cette période est terminée. L’époque du « vote utile pour le candidat trop centriste mais raisonnable » est terminée, achevée, enterrée.

En France, Hollande n’a aucune chance parce qu’il n’a plus rien: ni ses proches, ni sa droite, ni sa gauche. Hollande est politiquement plus affaibli que Clinton. L’Amérique vient de nous montrer que le vote utile social-libéral est une chimère.

Il ne reste plus qu’une question essentielle, qui se pose à toutes celles et tous ceux, à gauche, incapable de voter plus à gauche qu’eux.

Pourquoi donc les (rares) supporteurs de l’un de présidents les plus centristes (je n’ai pas dit de droite pour vous faire plaisir) n’ont-ils jamais eu la moindre réticence à accepter le soutien de supporteurs plus à gauche ou plus à droite qu’eux ? Pourquoi ne pourraient-ils pas rendre la réciproque ?  Il faut parfois accepter de regarder en face avec qui, et pour qui, on a gagné. Et avec qui, et pour qui, il faut se battre désormais contre la Bête immonde.

Il est temps de se cliver. Il est temps d’incarner la rage, mais la rage solidaire, celle qui s’incarne dans des valeurs positives, celle qui tend la main aux fragiles, aux précaires. Celle qui tourne le dos à des décennies de compromis et de trahison sans chercher à désigner un plus pauvre ni un plus bronzé comme le bouc-émissaire de ses malheurs.

Il est temps.

Il est aussi temps de laisser l’extrême droite et la droite furibarde s’entre-tuer.

67 réflexions sur “ Ce que la victoire de Trump a changé en France ”

  1. Laissons les USA à leurs problèmes. Ils ont voulu un clown, ils iront au cirque.
    Chez nous « Il est aussi temps de laisser l’extrême droite et la droite furibarde s’entre-tuer. » Bien entendu, mais que ce ne soit pas une raison pour la gauche de faire de même, en désignant, elle aussi, le (la) candidat(e) le(la) plus sourd(e) qu’il soit.

    1. Ils l’ont voulu, ils l’ont voulu. C’est relatif : Clinton a eu la majorité du vote populaire. Il lui est arrivé la même chose qu’à Gore : perdre les élections en ayant plus de votes que son adversaire. Encore que, pour l’instant, l’avance de Clinton sur Trump est plus faible que celle de Gore ne l’était contre Bush.

      Les Républicains, qui sont les rois de la pleurnicherie, se plaignent toujours de l’éventualité d’une fraude, qui leur serait bien entendu défavorable. C’estt sans doute pourquoi ils essaient de « compenser », en pratiquant diligemment l’art du charcutage électoral (gerrymandering), et en faisait ce qu’ils peuvent pour limiter le vote des groupes perçus comme « liberals », votant pour les Démocrates. Ce qui donne lieu parfois à des trucs assez amusants, si on a un sens de l’humour un peu tordu, commepar exemple cette officielle du Parti Républicain qui voulait empêcher qu’on ouvre un bureau de vote près d’une université, parce que les étudiants votaient majoritairement Démocrate, et donc que, selon elle, c’était un privilège indu accordé aux Démocrates ; ou encore ces étudiants qui se sont vus refuser l’accès aux urnes, parce que leur dortoir, à l’université, était considéré comme un hôtel.

      En fait, Trump n’a pas arrêté de clamer « the system is rigged », contre lui évidemment. La réalité, c’est qu’il l’est, contre les Démocrates, à cause du système du collège électoral et de la géographie du vote. C’est comme ça qu’en 2014, si mes souvenirs sont bons, les Démocrates ont perdu les élections « législatives » tout en ayant 1,4 million de voix de plus que les Républicains.

      1. « C’est relatif : Clinton a eu la majorité du vote populaire. Il lui est arrivé la même chose qu’à Gore : perdre les élections en ayant plus de votes que son adversaire. »

        C’est tout à fait banal (et parfaitement démocratique) chaque fois qu’on fractionne un vote par territoires: il en est ainsi dans les législatives françaises, où un camp (droite ou gauche) peut obtenir la majorité absolue des 577 circonscriptions avec moins de voix que l’autre au total national ( c’est arrivé en 1973, pour la dernière fois) : gagner 300 circonscriptions avec 1 voix d’avance, et n’avoir aucune voix dans les 277 autres. Et c’est pourtant parfaitement démocratique.

        C’est comme un match de tennis : on peut battre l’adversaire par 0-6, 0-6, 6-4, 6-4, 6-4 : on l’aura battu par 3 sets à 2, alors qu’on n’aura gagné que 18 jeux, et lui, 24.

        Le système du vote indirect à la présidence des USA a été conçu pour que, dans un pays où les Etats ont plus d’importance que l’ Etat fédéral, chacun d’entre eux puisse exprimer son choix, en fonction de l’importance de sa population.

        1. Vous perdez votre temps, mon Cher : il est entendu une fois pour toutes que les États-Unis sont l’expression parfaite de l’enfer sur la terre, il n’y a pas à revenir sur cette confortable certitude. Certitude qui, d’ailleurs, unit l’extrême gauche à l’extrême droite : c’est bien amusant.

  2. Tactiquement, tu as évidemment raison, mais la « gauche » française n’a toujours pas pris conscience du profond discrédit dont elle est l’objet. Les candidats – tous falots – du PS s’imaginent qu’ils ont encore un rôle à jouer et Yannick Jadot compte bien exécuter sa petite partition européiste.

    Attendons le vote des militants du PC pour savoir s’il faut ajouter un fantoche de plus à cette liste navrante, ou non…

  3. Quand les raisonneurs vertueux commencent à perdre leur sang-froid, et à courir en tous sens tels des canards décapités, les mauvais esprits ricanent dans leur coin et reprennent un pastis…

    1. Vous avez saisi l’esprit marseillais à travers Pagnol ?
      Pour de bon, c’est exactement ça 😀

      Exception à la règle, quand les arguments deviennent des ressentiments, je prends mon vélo (pas ma trottinette vu le sort d’un de vos personnages j’ai choisi le vélo), et je vais m’aérer les méninges avec ce bon mistral.

  4. fusionner deux fichiers techniques n’est pas un acte distatorial
    je te souhaite de ne jamais être victime d’une usurpation d’identité que ce fichier devrait éviter

  5. certes il y a choc thermique (par ex Michelle/Ivana) mais on s’habitue à tout, ..plus ou moins vite/dégât,
    je comprends les déclassés (bas salaires, laissés pour compte etc.) et autres anti guerres (des sables ou idéologiques; est-ce important ?) légitimement over dosés (la gauche a failli ou dupés par d’autres; est-ce important ?)
    Aussi, no ironie, mais plutôt de douter de qql ‘résultat’.
    La politique reste l’art (?) du compromis et de la manipulation, comme de faire du business sur un globe de presque 200 nations; bien sûr de penser que certains (…) ont plus d’aptitudes, on peut.
    Bref, « on y verra bien », ..même de parier,

  6. Jegoun !
    Au tableau !

    « Pourquoi donc les (rares) supporteurs de l’un de présidents les plus centristes (je n’ai pas dit de droite pour vous faire plaisir) n’ont-ils jamais eu la moindre réticence à accepter le soutien de supporteurs plus à gauche ou plus à droite qu’eux ? Pourquoi ne pourraient-ils pas rendre la réciproque ? »

  7. un pastis, bonne idée (chic! j’achète 2 bouteilles/an, dont une hier) par contre pour l’esprit j’ai d’autres projets; évidente banalité,

  8. Il y a tout de même, aux USA, quelque chose qui n’existe pas en France :

    « Bernie Sanders, a lui aussi tendu la main à Donald Trump. Il a affirmé mercredi être prêt à travailler avec lui s’il compte vraiment «améliorer la vie des familles de travailleurs». «Donald Trump a exploité la colère d’une classe moyenne en déclin qui n’en peut plus de l’establishment économique, de l’establishment politique et de l’establishment des médias», a expliqué Bernie Sanders dans un communiqué. «Si M. Trump entend vraiment mener des politiques visant à améliorer les vies des familles de travailleurs dans ce pays, moi ainsi que d’autre progressistes sommes prêts à travailler avec lui», a souligné le sénateur indépendant de 75 ans. «S’il entend mener des politiques racistes, sexistes, xénophobes et contre l’environnement, nous nous opposerons vigoureusement à lui», a-t-il toutefois mis en garde.

    1. Ah ! je vois que les vieilles raclures marxistes commencent à se rapprocher de la gamelle de soupe !

      Moi, en matière de Sanders, j’en resterai à George…

      1. « en matière de Sanders, j’en resterai à George… »

        Vous comptez vous suicider à 66 ans ?

        « Sanders marxiste » parce qu’il proposait une assurance-santé généralisée ( la première a été créée au XIXème siècle…par Bismarck) et des Universités gratuites, il n’y a qu’aux USA où on peut entendre ça…

    2. C’est chou ! Depuis quelques années, les Républicains annoncent fièrement qu’ils ne travailleront pas avec les Démocrates et qu’ils feront tout pour les bloquer, n’hésitant pas, à l’occasion, à bloquer tout l’appareil d’état, tandis que les Démocrates continuent à tendre la main, à vouloir travailler avec les Républicains pour le bien du pays.

      Avant qu’Obama ne prenne ses fonctions, les Républicains s’étaient réunis et avaient fait une sorte de pacte, s’engageant à tout faire pour que la présidence d’Obama soit un échec, qu’il soit le président d’un seul mandat, ce qui les a amenés à une féroce hostilité contre l’Obamacare, un plan pourtant sorti tout droit d’un « think tank » républicain, et mis en œuvre par un Républicain dans le Massachussetts, ou ça a plutôt bien marché, et à voter contre des lois qu’ils avaient eux-mêmes écrit, ou à l’élaboration desquelles ils avaient activement participé, parce que les Démocrates étaient pour.

      Et pour Clinton, avant même qu’elle ne soit battue (tout en ayant la majorité des voix), ils s’étaient promis d’empêcher toute nomination à la Cour Suprême, et certains cherchaient déjà des motifs pour un « impeachment ».

      Je ne tendrais pas la main à ces gens-là : j’aurais trop peur qu’ils me mordent, ou tentent de me la couper.

  9. Sarkozy et Le Pen ont utilisé le même discours après l’élection de Trump…pourquoi les départager ?
    Voir ces deux vautours se jeter sur les miettes laissées par Trump est terrifiant…
    Et tous les deux se faisant les porte paroles des silencieux….on pourrait en rire si la situation n’était pas si grave et si l’indignité n’était pas devenue leur seul mot d’ordre …Berk

  10. bonjour Juan, bien sûr ou disons ‘qql part’ j’agrée à vos propos en gnl, ainsi ceux d’aujourd’hui,
    ..mais/but..
    certes, les occasions de vomir ne se sont jamais aussi bien portées, corrélées je suppose à ce que l’on ingère,

    1) le peuple; pour faire court = moi !
    mon nez, mon nombril et mon cul (ma vertu?)
    et ma liberté, ..désolé, juste un-vieux réflexe,
    2) qui-s’en-occupe ??
    tout le Monde ! (n’est-ce pas trop* ?)
    3) plein des-parties !!
    pleines de promesses (pledges) et de jours meilleurs,
    3bis) Youppie !
    4) je reviens à nos (?) moutons (!)
    5) alors mucho calcul; so, des piles dans la calculette (made in China ? zut je m’égare; hors de porté d’Easy Jet)
    6) alors des aditions, et divisions ! = régner ?!

    bref.. tellement de compromis ! dominés par tant d’intérêts !! ou autres évaluations..
    la Raison, ..elle est connue: ze pognon.
    (pour Dieu je reviendrai; pratiquement le même business, mais techniquement différent.. encore que..)

    mon avis ?? (même moi il me fait marrer !)
    que la Gauche, façon kibboutz originel (j’ai pas connu Marx, ni la Sibérie) « s’entende » ! à défaut de proposer (gnâgnâ)
    voilà, cé tout (y otra pastaga)

    ps, ..Marine ? la Tartine resplendit !
    et reformuler cette contradiction (perso apprécié) « too much ain’t enough » /*trop ce n’est pas assez,
    bon appétit,

  11. Et je suis d’accord avec votre post Juan…il est temps de ne plus accepter le délabrement des propos et des idées que nous imposent certains politicards…ceux là il ne s’agit plus de s’opposer mais bien de les combattre sans relâche …
    on ne peut s’opposer qu’avec ceux dont on partage la dignité et ce n’est plus le cas avec certains à droite ….

    1. Mince ! Je sens qu’avant longtemps, notre Pasionaria Sylvie va débouler au Plessis-Hébert en brandissant son couteau éplucheur pour me faire la pelure ! Je lâche les molosses, par précaution…

      1. Pas de souci Didier… les chiens m’aiment bien et pourtant j’ai longtemps eu peur d’eux….j’ai guéri le mal par le mal…j’en ai adopte deux…😀

    2. @ Sylvie 75

      Vous feriez mieux de lire l’excellent éditorial d’ Alexis Brézet, dans le « Figaro », en forme de mea culpa :

      http://www.lefigaro.fr/vox/monde/2016/06/26/31002-20160626ARTFIG00172-reconquerir-les-peuples.php

      ainsi que ce mea culpa de la presse américaine :

      http://www.lefigaro.fr/elections-americaines/2016/11/10/01040-20161110ARTFIG00149-apres-la-victoire-de-donald-trump-l-heure-est-au-mea-culpa-dans-la-presse-americaine.php

      avec, notamment, cette autocritique du prix Nobel d’économie Paul Krugman :

      « Prix Nobel d’économie en 2008, Paul Krugman reconnaît à son tour la méconnaissance, voire l’ignorance, de l’Amérique dite «des élites» pour l’Amérique profonde: «Ce que nous savons c’est que les gens comme moi, et probablement comme la plupart des lecteurs du New York Times, ne comprennent vraiment pas le pays dans lequel nous vivons», écrit-il dans le quotidien. Il précise: «Mais il se trouve qu’un grand nombre de personnes – les blancs, vivant principalement dans les zones rurales- ne partagent pas du tout notre vision de l’Amérique». « 

      1. Il est idiot, votre Krugman : s’il n’y avait eu que les « blancs des zones rurales » pour voter en faveur de Trump, Hillary Clinton n’aurait même pas eu besoin de faire campagne pour être élue.

      2. Merci Elie…Brezet écrit bien…mais si le mea culpa est vertueux, il ne faudrait pas pour autant analyser trop vite une situation qui échappe à bcp de journalistes justement parce que leur capacité à intellectualiser et analyser les choses les empêche (peut être) de comprendre ceux qui ne cherchent peut être plus à comprendre et se laissent berner par un Trump qui est tout sauf proche d’un peuple qu’il n’a peut être jamais côtoyé ….

  12. « Hillary c’est pris une Trump » (cé pas de moi)
    ..ainsi décliné /mais-où est l’infini, virgule,

    Qui s’en remettra ?? on connait la réponse,
    en tous cas moi; snob et opportuniste -nécessité.
    Faut tout faire soi même !
    Ma famille et Mon pognon, sans parti ni idéologie (!) font des p’tits dans qql paradis (un tien vaut mieux que Dieu tu l’auras)

    reste mon esprit, ..curieux, généreux, hospitalier ? (je sais la tendance: mieux vaut raser les murs)
    il s’en remettra !
    ou pragmatique: d’aller acheter des cadenas,

    mes chats ?? Maine coon américains (plein de poils)
    pètent la forme ! oui, ils adorent (notre) hiver,

    1. Tu vois, eh bien tu devrais être parolier parce que ton écriture entrerait parfaitement dans le format d’une chanson à thème.

      Je t’avoue que parfois je suis larguée, mais je lis quand même car le balancement de ta prose m’apaise, j’adore.

      Si je rachète un clavier, je m’amuserai à composer sur tes commentaires.

      1. « Si je rachète un clavier, je m’amuserai à composer sur tes commentaires. »

        Oh p’tain ! Vous tenez vraiment à ce que Marine Le Pen soit élue à la présidence dès le premier tour ?

        1. Si je vous répondais oui hein ? Rien que pour voir.😀
          Mais je deviens comme Elie, plus grand chose de m’intéresse dans le monde de la politique.
          C’est comme en philosophie ou en littérature, l’époque des grands hommes est révolue.
          Reste Chevènement et son œuvre littéraire.

  13. Vive le clavier et ses idées !
    .. aussi d’une Phalange et de son armée,

    qui a gagné ??
    du Liban ou de B’charré (par ex.)

    – Qu’est-ce qu’on s’en fout !!
    /panem e circens tu disais..
    ..alors faire-avec,

  14. Trump, durant sa campagne, a déclaré urbi et orbi qu’il abrogerait l’Obamacare . Sanders devait avoir débranché son sonotone à ce moment là, pour proposer de travailler avec Trump

    1. Trump avait dit aussi (comme Sanders) qu’il créerait une assurance-maladie publique généraliséze !
      Il est un peu comme Sarkozy en 2007, il a tout promis à tout le monde.

  15. Ça n’a vraiment pas tardé, maintenant qu’il est élu et qu’il a une majorité au Congrès !

    Sur le site de campagne de Trump, son appel à interdire aux musulmans l’entrée sur le territoire américain et sa promesse de dénoncer l’accord de Paris sur le climat ont déjà été supprimés.!

  16. Je ne sais pas si cette victoire a changé quoi que ce soit en France mais elle a surtout démontré la grande escroquerie des médias et des sondagiers au service de puissances occultes qui ne cessent de berner encore et encore l’opinion publique. Trump est l’outsider en politique que tout le sérail raillait et pourtant c’est lui qui l’emporte contre toute attente. Cela ouvre le monde des possibles… vivement demain!

  17. On nous annonçait une cata, il y a eu effectivement des signes inquiétants. Il faut néanmoins rassurer les lecteurs.

    En France, ces deux derniers jours ont été très pluvieux, il faut interpréter positivement ce signe. Il est la preuve que le ciel lui même a réagi de suite en versant toutes les larmes de son corps.

    A noter quelques secousses sismiques dans les Alpes.,

    En revanche le CAC est en léger repli, il s’agit vraisemblablement d’une « respiration », les volumes sont restés faibles.
    Les principales bourses américaines se maintiennent bien ou se sont déjà ressaisies.
    Goldmann sachs va placer un des siens auprès de Trump, et ce dernier va certainement consolider ses positions sur l’immobilier pendant 5 ans.

    Heureusement que le marché a les nerfs solides.

  18. Trump n ‘est pas encore en fonction que tous vous savez déjà ce qu’ il va faire. Chapeaux bas devant votre connaissance de l ‘avenir.
    Non, il ne faut pas voter pour marine, elle risquerait de défendre les français. Continuons de garder les mêmes voyous et inutiles incapables, eux ne sont pas comme vous jugez trump, pas menteurs, pas voleur, et n ‘ ont rien promis qu’ ils n ‘ ont tenu.
    PS pour mémoire, ici même certains se sont déclaré avoir voté en vomissant lors d ‘élections chez nous, alors vomir pour trump….
    Ecoutez et ensuite lisez ce document vous expliquant comment le France, la Belgique et le Luxembourg ont vendu nos pays à l ‘ islam et voyez ce qui se passe actuellement.
    http://suavelos.eu/alain-wagner-un-document-officiel-annoncant-la-strategie-pour-islamiser-loccident

  19. Indécrottables,
    Ils sont indécrottables vos mediacrates, vos surveillants gouvernementaux, vos Junckers, votre Merkel, vos CETA (soeur) et TTIP….peurs
    et bien sur la Guigou et vos UMP-PS , le Macron et Juppé, tous pateaugeant dans leurs fosses à purin de leurs illusions mensongères.

    Alors les nombreux indécrotables présents ici ont toutes les excuses et toute ma sympathie.

  20. Un peu plus de 25 % des électeurs potentiels auraient voté pour Les Républicains, et un nombre un peu plus important pour les Démocrates, avec un taux d’abstention en augmentation par rapport à l’élection précédente, soit … 43,6 %.
    (Pour les candidats indépendants, ce serait 4,6 %.)

    Je vais encore moins croire les prévisions des Instituts de sondage si c’est en étant peu informée sur les taux de refus pour répondre, les types de questions, les échantillons, les marges d’erreur, etc. , et surtout encore moins croire des analyses sur des électeurs abstentionnistes. Les sciences humaines ne sont pas des sciences exactes ou dures, avec ces sociologies dites nouvelles ou anciennes comprises. Si des statistiques ponctuelles peuvent être irréfutables, leurs interprétations et des sondages peuvent être réfutables car susceptibles d’être l’expression d’un acte de foi. L’interprétation dite sociologique faite sur des « chiffres » peut s’appuyer sur une méconnaissance de la grande majorité des électeurs. Pas toujours d’accord avec les thèses de M. Bourdieu, je suis d’accord avec cette idée  : « (…) il n’est rien de plus inadéquat pour représenter l’état de l’opinion qu’un pourcentage (…) » (L’opinion publique n’existe pas – Pierre Bourdieu)
    Pour des chiffres peu ou jamais dévoilés, un exemple :
    http://archives-lepost.huffingtonpost.fr/article/2011/10/07/2608276_sondages-ifop-sur-ces-chiffres-jamais-devoiles.html

    Autre exemple car cela me semble important, des prédictions pourraient induire une auto-réalisation  :
    http://www.marianne.net/elie-pense/Sondages-medias-falsifications-ventes-et-Front-National_a240.html

    En ce moment, des gens célèbres parlent d’une « dynamique de colère-peur-angoisse » dans le « peuple ». Comme si ces gens du peuple étaient « des autres », une sorte de bloc homogène animé seulement par des passions …

      1. Juan S.

        M. Onfray n’est pas le seul à poser ceci en prémisses, mais c’est réfutable, à mon avis. Car si les passions peuvent être plus ou moins partout, la raison peut l’être aussi, particulièrement dans un pays où le raisonnement analytique, les mathématiques et les probabilités, le cartésianisme, etc., sont enseignés depuis des générations  :

        « (…) On ne gagne pas des élections avec la raison et l’intelligence, des raisonnements et de l’analyse, mais en mobilisant les passions : la haine, le ressentiment, la vengeance, le mépris, l’agressivité, la parade, la vanité,  l’arrogance, l’orgueil font la loi. (…) »
        http://www.lepoint.fr/monde/michel-onfray-trump-est-la-poupee-gonflable-du-capital-09-11-2016-2081911_24.php

        Bonne journée (et merci à vous de permettre le débat sur votre blog) !

  21. Comment les électeurs de Trump ont ils un instant imaginer que Trump aller faire s’effondrer un systeme qui lui a fait faire fortune…
    Ce n’est pas tant l’élection de Trump qui est dangereuse mais bien la désillusion que vont subir ses électeurs …qui prendront en boomerang les propos méprisants et méprisables de leur idole…
    La suite risque d’être gratinée !

  22. Trump (un peu comme Marine Le Pen) veut revenir au capitalisme d’avant la mondialisation: protectionnisme, industries relocalisées aux USA, retour au charbon, fin de l’immigration, etc.: c’est son point commun avec Mélenchon, qui veut revenir, lui, au socialisme d’avant la mondialisation; évidemment, ça ne pourra marcher ni pour l’un, ni pour l’autre : la solution d’un problème n’est jamais dans le retour à ce qu’était la situation avant qu’il ne se pose.

    1. Une mondialisation généralisée des échanges entre des pays caractérisés par des
      niveaux de salaires très différents aux cours des changes ne peut
      qu ‘entraîner finalement partout dans les pays développés : chômage, réduction de la
      croissance, inégalités, misères de toutes sortes. Elle n’est ni inévitable, ni nécessaire,
      ni souhaitable.
      – Une libéralisation totale des échanges et des mouvements de capitaux n’est possible,
      et elle n’est souhaitable que dans le cadre d’ensembles régionaux groupant des pays
      économiquement et politiquement associés et de développement économique et social
      comparable.

      Maurice ALLAIS
      http://allais.maurice.free.fr/Cliquer%20pour%20chargement.pdf

  23. On voit surgir d’un peu partout des mises en garde contre la désillusion après les promesses de campagne.
    Mais y a y-il encore quelqu’un qui croit que le Messie vient d’arriver.
    Non.
    Partout, notamment en Europe, les exemples pleuvent démontrant que quelle que soit l’expression populaire, le machinarium a prévu d’appliquer son contraire.
    De plus vous regardez les États Unis comme fonctionnant à l’instar de la France. C’est faux et les Américains connaissent leur constitution, alors ils n’ont pas à être déçu par ce qu’ils savent dépendre des décisions du congrès.

    Mais partout dans le monde ces peuples qui se lèvent montrent que la machine est bloquée et risque d’être démolie selon l’ampleur du rejet.

    Voilà tout ce que cela a de positif, l’avènement’ d’une bombe à fragmentation du refus de la mondialisation et du néolibéralisme.

  24. Je signale à toutes fins utiles que la politique menée par Bruxelles et l’Allemagne en lieu et place des nations n’a rien de libérale puisque anti démocratique.

    À méditer.

  25. De toute façon, Trump ne pouvait qu’être candidat de l’éléphant républicain .
    Désolé…!

    1. ahah ! énormément.. so, qql kif of ze day:

      – trois p’tits Trump dans l’équipe (on ne dit plus « gouvernement », maintenant il y a un-chef, zen !)
      /si ‘dynastie’ est tendance ? à vous de voir,

      – et S Bannon.. oh yes !
      /Ma race enfin Suprême, ..non ce n’était pas-suffisant; aussi le droit d’être gourmand,

      – plein de Boeing en stock, pratique !
      /si l’un se met en pneu neige ou contrôle technique,

      – ‘Mar o Largo’, Florida, jette un œil (wiki) et les procédures vs Palm Beach city (aéroport etc. en cours; drôle !)

      – son prêt (2,5 milliard$) à la Deutsch Bank, qui elle attend son amende de qql juge.. le Prèz de trancher,
      (mais) l’économie je vous la laisse, mucho zéro et virgule pour mon p’tit cerveau,

      et ma pirouette perso:
      – J Lepers ou JP Pernaut, ambassadeur de France ??

  26. « En France, Hollande n’a aucune chance parce qu’il n’a plus rien: ni ses proches, ni sa droite, ni sa gauche. Hollande est politiquement plus affaibli que Clinton. » La primaire désignera le candidat et surtout le PROJET. On parle beaucoup des personnes. Jamais des PROJETS. F Hollande peut être candidat. Ce sont les électeurs qui décideront. Pas les commentateurs. Pour le moment les campagnes de droite comme de gauche n’impriment pas. La seule qui se régale sans même bouger un cil, c’est MLP. Pourquoi? Parce qu’aucun PROJET, y compris chez Mélenchon de plus en plus l’idiot utile du FN, n’impacte les esprits.

    1. ..qu’elles/qu’ils s’achètent des Boeing (ou des Bus de l’Air) ainsi tout ready pour de Super Projets !

      dans qql zéphire ou le jet stream: tutti el mundo s’envoie en l’air ! (pis moi?) alors very happy !
      ..pas belle la vie

      tu paries qu’il nous taxe le kérosène (yo: nourrir le projet)

  27. Comme mon grand père aurait dit , : le bac s’ est retourné sur le pourceau.Trump est devenu le président des USA. N’en déplaise à certains, il est élu!
    Marine et macron juge cela bien. Juppé et cambadélis ( 2 âmes pures ) jugent cela mauvais.
    Trump annonce qu’ il veut, lui aussi éliminer daesh, mais en communiquant avec poutine. D’ où nos zozos devraient avaler la pilule de leur embargo et de l ‘ expulsion de bachar.
    Il est temps d ‘arrêter les dégats fait à la France par le sarko et le hollande . Comment les boulets qui nous mênent depuis des années à la ruine peuvent- ils encore oser se présenter à des élections, mais surtout pourquoi des électeurs croient encore à leurs mensonges.
    Comment des électeurs peuvent encore croire en  » un parti politique ».
    Ils subissent les idées de quelques meneurs et pensent suivre de grandes idées. Le temps des hommes d ‘ état travaillant pour leur pays, pour leur fierté et suivant un code d ‘ honneur est bien fini. On ne se suicide plus même après plusieurs condamnation, on siège encore au parlement même condamné en pénal,
    On se permet de juger trump sur ce qu’ il fera sans le savoir mais en suivant aveuglément les commentaires des journalistes payés par l ‘état, ou par des gens ayant peur de perdre leur sinécure et chez nous voter pour un voyou n ‘ a rien de dégradant…MDR

    1. Lancien

      En théorie, les partis politiques semblent nécessaires pour permettre une démocratie, celle d’un groupe d’hommes ou de femmes, et d’enfants, décidant de vivre ou devant vivre sur un territoire, avec une organisation, des Institutions, voire au moins une langue en commun, etc.. S’il ne restait plus qu’un parti unique, voire s’il n’y avait plus aucun parti politique, je ne penserais plus à démocratie. Ce serait une autre organisation, voire plus aucune autre que des communautés, des clans, etc..
      En réécoutant ce discours de M. Mitterrand :

      je n’entends pas que la nation c’est la guerre, mais :
      « … le nationalisme, c’est la guerre … ».
      Nationalisme est souvent associé à exaltation, radicalité.Si quelqu’un affirme que la nation c’est la guerre, ou le nationalisme, ou le despotisme même éclairé, etc., alors ce quelqu’un devrait théoriquement en déduire la même chose pour l’idée de nation européenne. Je suppose que la défense de toutes les théories en -isme peut devenir exaltée, sectaire, radicale, etc.. Le concept de clientélisme en politique pourrait en faire partie, selon certains articles ou billets de blogs lus sur le marketing électoral.

  28.  » Les victoires des discours nationalistes et protectionnistes sont avant tout le reflet de l’échec social de cette mondialisation qui a fragilisé des pans entiers de la population tout en minimisant en permanence la réalité de cette fragilisation.

    C’est le fruit d’une crise économique débuté en 2007 dont les dirigeants du monde entier n’ont pas encore réellement mesuré l’ampleur, ni la vraie nature.

    Les peuples se chargent de leur rappeler. »

    http://www.latribune.fr/economie/international/victoire-de-trump-un-echec-de-la-mondialisation-financiarisee-614948.html

  29. si vous avez vraiment la trouille, il faut jouer en bourse.

    Trump est un pur produit du système, il veut renverser la nappe (et encore, à condition que la vaisselle soit retirée) , pas la table. Nous assistons peut être à une nouvelle mode politique qui consiste à mettre devant les micros et les caméras des révolutionnaires de salon de thé.genre Tsipras, Corbyn, Farrage et cie, qui crient « çà suffit » mais point trop n’en faut..

    On a entendu le FN dans son rôle anti……….. »lignes éditoriales générales » pour continuer à bien détourner l’attention sur son expertise à profiter de ce même système……

    Reste plus qu’à attendre la prochaine trouille organisée.

    http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2016/11/09/97002-20161109FILWWW00443-wall-street-s-envole-apres-l-election-de-trump.php

  30. Le problème c’est aussi qu’il y a énormément
    à redire dans le (dys)fonctionnement démocratique
    des partis politiques eux même qui nous font
    finalement aboutir à une Aristocratie Politique..

    C’est troublant de constater que c’est EELV qui
    est le plus correct dans ses votes et leur respect
    immédiat .ensuite et que cela ne leur a pas porté chance !

  31. Laure CP . Vous le dites bien : en théorie….
    Il n ‘existe plus de parti politique digne de confiance en France. Les exemples de politiques suivies en sont flagrant.
    Regardez les républicains,ce machin change de nom régulièrement.
    Cela n ‘a rien à voir avec la politique, c’est pour faire  » oublier » les magouilles faites sous l ‘ ancien nom. La boite qui se déclare en faillite pour ne pas payer ses dettes et qui change de nom.
    Ce qui m ‘ étonne et me navre au plus haut point est de voir la dégradation constante de la France. Dégradation intérieure autant qu ‘ extérieure et que les électeurs préfèrent jouer les autruches.
    Le président est sensé défendre le territoire français, qu’ en est-il? Pour un peu d ‘argent nos frontères ont disparues mais nous sommes incapable de gérer les immigrations clandestines. Les clandestins se donnent le droit de manifester pour réclamer des droits, de nombreuses banlieues sont interdites d ‘accés sous la coupe de bandes organisées, nos policiers sont attaqué aux  » molotov » et n ‘ osent même pas répliquer, brulés dans leurs voitures plutôt que risquer d ‘ être accusé d ‘assassinat, des terroristes sont dorloté en prison , j ‘arrête car ****
    Et nous critiquons les électeurs des USA….
    Lisez cedernier forfait qui va couter des milliards aux contribuables travailleurs en France
    Le magazine Valeurs Actuelles révèle en effet qu’une décision de la Cour de Cassation :
    > Réunie le 5 avril dernier en assemblée plénière étend à tous les enfants d’immigrés , même ceux nés à l’étranger et qui feraient le choix de rejoindre leurs parents en France, le bénéfice de sa politique familiale.
    Ainsi, un parent algérien installé en France pourra désormais toucher les allocations familiales au titre de ses enfants, toutefois nés en Algérie, qui feraient le choix de le rejoindre.
    La décision s’applique par ailleurs également aux enfants qui ne seraient pas entrés dans l’Hexagone via la procédure de regroupement familial.
    Cette décision s’applique donc également aux enfants de père polygames , les autres ayant la possibilité de bénéficier de la procédure de regroupement familial.
    Un homme polygame pourra donc désormais sans contourner la loi financer le séjour de tous ses enfants en France.

    Non , cela ne m ‘ empêche pas de dormir ( elles se reconnaitront) mais je pense à mes petiits enfants
    Je signerai lancien, je devrai signer un bidasse qui a perdu des copains au service de la France et qui constate la trahison des politicards véreux de notre…. oseriez vous encore dire démocratie.

    ——————————————————————————–

    1. Lancien

      Pour vous répondre, je citerai deux extraits

      « (…) La gauche s’est laissée emporter dès 1983 par le cycle libéral-libertaire : “il est interdit d’interdire”, “jouir sans entrave” et autres mots d’ordre soixante-huitards qui ont révélé au fil des décennies leur vacuité et leur dangerosité. En même temps, triomphait le néolibéralisme, la croyance aux marchés, l’obsolescence de l’État et le choix d’une Europe qui se substituerait aux nations. (…) »
      http://www.chevenement.fr/La-police-et-la-gendarmerie-doivent-se-sentir-soutenues_a1882.html

      « (…) le Mal étant entendu ici comme tout ce qui s’oppose à la bonne pensée rousseauiste qui veut que l’homme soit mauvais alors qu’il est si parfait, tel quel, qu’il ne faut plus y toucher (…) »
      http://maxencecaron.fr/2010/06/philippe-muray-un-entretien-de-2005-sur-%C2%AB-festivus-festivus-%C2%BB/« (…) »

      et en disant ne pas voir une grande différence entre un (ou une)  jouisseur mélancolique  et l’homme décrit par Philippe Muray, celui (ou celle) qui pense calmer sa peur de la mort grâce à des artefacts, des paradis artificiels, ou la fête toujours la fête.
      Une solution appliquée à un supposé problème peut être un problème plus grand encore. Sans les perceptions de mort, pas celles de vie, idem pour malheur et bonheur, idem pour maladie et bonne santé, etc.. Mais c’est peut-être trop philosophique, comme le disait Érasme.

  32. Valeurs Actuelles révèle en effet qu’une décision de la Cour de Cassation :
    la courv de Cass c’est des juges , pas des politicards

  33. robert mahieu . Ce  » jugement » fera jurisprudence. Il sera possible de demander ces allocations, si cela est refusé, tribunaux et le système est lancé. Les politiques suivront aussitôt.

  34. Laure CP
    Il faut se souvenir que ma gauche était représenté par le milieu  » ouvriers ». Ces gens croyaient aux bienfaits du socialisme et du communisme en 81 tout ce beau monde dansait et chantait lors de l ‘ élection de mittérand. L’avenir s’est chargé de les décevoir.
    Puis, guidé par la grande idée d ‘ une europe unie, des possibilité d ‘ une paix mondiale, de la puissance que cette union devrait apporter au niveau mondiale,  » on » fonça. C’etait compter sans la nuisance, les ambitions, l ‘appat du gain, les lobbyistes, les places à prendre de divers politiques. La grande idée est devenue un tiroir caisse. La rentrée d ‘autres membres choisis par les banquiers et grands investisseurs ne pouvait qu ‘aggraver les problèmes
    Nous voyons ce qu’ est devenu ce grand projet .
    Pendant que nous nous gargarisions de notre puissance, le dieu dollar continuait sa route, la Chine nous impose ses volontés, l ‘ Inde, le Pakistan suivent le mêm chemin. Nous pouvions discuter avec les USA, l ‘entrée dans l ‘ otan nous met sous leur commandement
    Voila pourquoi le monde veut bouger, voila pourquoi des peuples veulent autre chose, voila pourquoi cela risque de mal finir.

    1. Lancien

      En cliquant sur ce lien, sur ce blog de Juan S.
      http://blog.monolecte.fr/post/2016/11/09/la-victoire-des-laisses-pour-compte

      J’en arrive à ce texte sur une supposée « rançon du mépris », sur la notion de défense d’intérêts, etc.,
      « (…) De toute manière, comment s’étonner que les classes populaires se réfugient dans la contestation électorale, que ce soit par le vote FN ou l’abstention, alors que le parti qui est censé défendre leurs intérêts de classe majoritaire de ce pays a décidé de les laisser tomber dans le plus parfait mépris ? (…) »
      http://blog.monolecte.fr/post/2014/05/26/la-rancon-du-mepris

      Et j’en arrive ensuite à lire un rapport du groupe de réflexion Terra Nova sur la stratégie électorale pour 2012, assez proche des idées du Parti Démocrate aux USA à ce moment-là, me semble-t-il. Or, si nous partageons certaines valeurs en Occident, la France n’a pas tout à fait la même histoire et les mêmes valeurs, voire les mêmes difficultés ou atouts ou intérêts que les USA ou qu’un autre pays. Je ne sais pas si le véritable clivage est entre individualités dans la lumière (une sorte d’Aristocratie moderne ? ) et peuples dans l’ombre, ou entre « nationaux » et « cosmopolites », dans le monde dit mondialisé. Mais c’est en pensant savoir que le mépris et l’indifférence sont parfois plus lourds de conséquences que la détestation, réels ou ressentis, et pas seulement en politique.
      Peut-être pourrions-nous poursuivre en commentaires sur de nouvelles chroniques de Juan S. ?

Les commentaires sont fermés.