juppeclinton

Fillon, notre adversaire


Avec ou sans surprise, il a gagné. François Fillon a transformé l’essai. Quelques minutes avant l’annonce du résultat, un journaliste de TF1 explique qu’ils ont « fouillé les poubelles des bureaux de vote » et qu’ils y ont trouvé plus de bulletins Juppé que Fillon. Certains journalistes d’investigation se réfugient comme ils peuvent.

Fillon était serein. Il a passé l’après-midi à regarder un spectacle de Formule Un.

Avant 21 heures, Juppé a reconnu sa défaite, écrasante. Je me suis souvenu de ce billet, il y a deux ans, quasiment jour pour jour, qui pronostiquait comme d’autres la défaite de Juppé l’archi-favori des sondages. La victoire de Fillon est une clarification. La droite s’est choisi un champion sans les travers Bling Bling outranciers de Sarkozy, mais à peine réconcilier avec la laïcité, et effarant réactionnaire en matière de libertés publiques et de diplomatie.

La défaite de Juppé devrait interroger chez Hollande, Macron et quelques autres. Car il va y avoir du monde au centre. Bayrou devrait se présenter. Macron continue son chemin. Valls va se lancer. Hollande aussi. Peut-être.

Le centre s’éparpille, se disperse. Il nous fatigue. L’échec de Juppé montre que le centre mou ne correspond à rien ni à grand monde. Il a suffit d’une primaire rassemblant moins de 10% du corps électoral pour que la France politique soit toute retournée.

Aux Etats-Unis, Donald Trump conteste le résultat des votes à l’élection présidentiel qui donne 2 millions de voix supplémentaires à Hillary Clinton après le comptage définitif.

 

Qui a pu imaginer ce bordel ?

27 réflexions sur “ Fillon, notre adversaire ”

  1. Valls c’est Isnogood qui veut devenir le Calife
    à la place du Calife.

    Décidément son mentor commun avec Montebourg
    Aquilino Morel, l’homme qui se faisait cirer sa montagne
    de pompes à l’Elysée aux grands frais de l’état lui a
    fait péter les plombs

    et

    le PS est maintenant un parti d’opérette dont
    il serait souhaitable qu’il ne présente pas de candidat a
    au 1 er tour des présidentielles pour un Vote Utile pour
    des gens plus sérieux comme Macron ou Mélenchon.

  2. Essayez de ne pas dire trop de mal de Fillon tout de même : il n’est pas impossible que, queue entre les jambes et pince à linge sur le nez, vous soyez amené à voter pour lui au second tour de la présidentielle, “pour faire barrage au fascisme”, cette amusante lubie de tous les progressistes.

    1. Didier Goux, c’est plutôt vous (à droite) qui allez avoir le difficile choix à faire entre Fillon et Le Pen. Personnellement j’aurais vélo ce jour là.

      1. Mais non, pourquoi ? En cas de second tour Fillon – Le Pen, leurs électeurs du premier tour revoteront pour le même (à moins d’être idiots, ce qui n’est pas à exclure), et voilà. C’est pour vous (vous, la gauche) qu’il va y avoir “tempête sous un crâne”. (Tempête d’autant plus violente que, généralement, il y a de la place sous le crâne…)

      1. Si Marion Anne Perrine et le psycho-rigide de L.R devaient être au second tour, pas question de s’abstenir . Par contre, le vote blanc ( même si,il n’est considéré que comme exprimé ) serait un désaveu tant des personnes en course que de leur programme

    1. Vous irez, j’en prends le pari !

      (Quand je dis « vous », il faut l’entendre dans son sens pluriel, et non dans celui de politesse…)

      1. Compte tenu de ce que sera la campagne du FN (« Fillon va casser la Sécu, il va livrer la France à la ploutocratie apatride, etc.), je suis sûr qu’une grande partie du « peuple de gauche » votera FN.

        1. Didier Goux et Elie Arié nous la jouent à la « Placid et Muzo ».
          Vous vous placez où maintenant que Hollande ne sera pas réélu en 2017 ?

        1. Sylvie
          Déjà en 2002 j’ai évité la mascarade Chirac/Le Pen.
          En 2017 ce sera « bonnet blanc/blanc bonnet » ils sont là pour casser la France d’en bas organisée par des margoulins.
          J’espère qu’à ce moment de bons films sortiront

  3.  » L’échec de Juppé montre que le centre mou ne correspond à rien ni à grand monde………

    Vous en avez de bonnes Monsieur Juan, si Juppé est au centre mou, alors Fillon est au centre dur, parce que si vous reprenez les programmes des deux loustics attentivement, vous verrez qu’ils proposent les mêmes solutions à quelques milliards près pour les économies, et une centaine de milliers d’emplois sur le versant des charrettes de fonctionnaires. Le reste est quasiment identique pour le principal.

    Si on n’a pas surnommé Juppé « Tatcher » c’est peut être parce qu’avec sa coupe de cheveu c’était difficilement applicable.

    Les participants de gauche pour Juppé, devraient apprécier Valls qui va se trouver du coup au centre mou…

    1. «  si Juppé est au centre mou, alors Fillon est au centre dur, parce que si vous reprenez les programmes des deux loustics attentivement, vous verrez qu’ils proposent les mêmes solutions »

      …à la petite différence près que Fillon met fin à la Sécurité Sociale et que Juppé la consolidait..

      1. ARIE

        Oh vous savez, quand vous avez allégé les budgets publics de 80 milliards, allégé les effectifs de 200 à 300 K emplois et allégé les entreprises des charges sociales (même partiellement); le déséquilibre général que vous aurez provoqué sur les recettes ou/et sur la demande, incitera à penser au démantèlement progressif de la SS..

        Possible que Juppé n’y ait pas pensé, mais au vu de ses résultats il doit regretter amèrement de ne pas l’avoir mis dans son programme, vu que les votants à la primaire ont accepté la charte des valeurs.

        Je vous avoue que ça m’a amusé beaucoup d’avoir vu des personnes voter à 80 % pour Fillon dans ma commune, des retraités à petites pensions, des actifs fonctionnaires si si, il y en a eu.. et quelques uns qui crient régulièrement contre la politique honteuse du traitre Hollande si si …

        Pourvu que ce succès n’inspire pas les programmes des candidats de la primaire de « gauche ».

  4. « Qui a pu imaginer ce bordel ? »

    Tous ceux qui en connaissance de cause l’ont mis en place.

  5. je finis par les regarder sans les voir et les écouter sans les entendre, ces quelques messieurs bien tranquilles dans leur fauteuil.
    …. Bien petits face au désastre engendré par l’économie de marché.

    Et je pense aux laissés pour compte,
    Et à ces vers d’Edmond Rostand

    « Et nous, les petits, les obscurs, les sans-grades;
    Nous qui marchions fourbus, blessés, crottés, malades,
    Sans espoir de duchés ni de dotations ;
    Nous qui marchions toujours et jamais n’avancions ;
    ……..
    L’Aiglon

    ——————————–

    6 septembre 2016 – La France compte entre 5 et 8,8 millions de pauvres selon la définition adoptée.

    http://www.inegalites.fr/spip.php?article270

  6. « désastre engendré par l’économie de marché. »

    Formule assez excessive, vous confondez les économies de marché régulé ou non régulé (à moins que vous ne soyez communiste.)

  7. En attendant, 8 millions de pantins ont déboursé 2 € pour se donner la satisfaction de mettre un papier dans une urne. Combien de ceux là n ‘ iront pas voter à l ‘ élection présidentielle?
    Le futur président devra en premier faire état du bilan des finances et des dettes. Accuser ses prédécesseurs de la catastrophe de son  » héritage » et ensuite adapter sa politique.
    Essayer de trouver des  » monsieurs et madames » propres, ce qui sera un sérieux casse tête. Créer de nouvelles fonctions de hauts fonctionnaires avant de casser du fonctionnaires et surtout, ne pas tenir ses promesses mais en expliquant pourquoi avec des alibis bidons.
    En résumé ; faire comme les autres .
    Alors, en patientant encore quelques mois, subissont encore notre moi président.
    Ah, et pour vous rassurer, mais si , mais si vous irez voter en vous pinçant le nez, vous n ‘allez pas vous renier quand même, et puis, la force de l ‘ habitude….

Les commentaires sont fermés.