Croisepattes, chez Libé


Quelle surprise !

Vendredi 16 décembre, voici l’ami CroisePattes, aka Ervé, et l’un de ses amis de galère étaient l’objet d’un reportage de Libération, double page sur un phénomène.

« Actifs sur Internet, Christian et Ervé, deux amis qui dorment dans les rues de Paris, interpellent les pouvoirs publics, commentent la vie politique et attaquent les «trolls» d’extrême droite. Ils pointent du doigt les difficultés de leur condition tout en restant drôles et combatifs. »

Dans l’article, on apprend, découvre ou redécouvre simplement quelques réalités d’une vie de rue, d’une vie dans la rue.

Lisez plutôt.

Un cri puis un jet d’eau. Ce matin-là, Ervé et Christian ont été réveillés à l’aube. Il n’était pas encore 7 heures. «On les dégage», lance l’agent d’accueil de l’Espace Jemmapes, un centre d’animation de la mairie de Paris situé dans le Xe arrondissement, avant d’asperger au tuyau d’arrosage la petite surface que les deux sans-abri se sont aménagée sous le porche d’entrée. La stupeur passée, le duo contre-attaque. Christian dégaine son téléphone et envoie ce message sur Twitter : «Toutes mes couvertures sont mortes grâce au jet d’eau d’un gars de la Ville de Paris… voilà comment on traite les #SDF.» Il est relayé sur Twitter plus de 400 fois. Le lendemain, coup de fil de la mairie de Paris, penaude, qui envoie deux agents à leur rencontre. Ervé se souvient, rigolard : «Les gars avaient leur tonfa à la ceinture et un duvet à la main. Un geste sympa qui fait plaisir.» Depuis, il a aussi remarqué que l’arroseur est «dans ses petits souliers», du genre à demander l’autorisation avant d’ouvrir la porte du centre d’animation. L’épisode a aussi valu aux deux compères quelques démonstrations de solidarité. Des Franciliens prêts à aider, avec un café, des croissants, une couverture, quelques pièces de monnaie, ou même un plan pour un petit boulot.
Zlatan Ibrahimovic

Posés au bord du canal Saint-Martin, Ervé et Christian, canette de bière dans une main, smartphone dans l’autre, font défiler les messages de soutien sur l’application de micromessagerie. Ils ne semblent pas dérangés par le froid piquant de cette après-midi de décembre. La rue, ils connaissent.

Ervé (sans «H», parce qu’il l’a «fumé») dit y être né, voilà quarante-quatre ans. Père inconnu, enfance à la Ddass. Il raconte avoir été «assisté» jusqu’à ses 18 ans, avant d’entamer une vie d’adulte nomade, parfois faite de «boulots de merde comme c’est pas possible». Le gaillard, cheveux longs et barbe poivre et sel, a bossé dans la restauration, le bâtiment, mais aussi dans le social, «de l’autre côté de la barrière». Il débarque à Paris, à la fin des années 90. L’homme qui le prend sous son aile s’appelle Marc. «Il m’a appris la rue, se souvient Ervé. Sinon, je n’aurais pas tenu six mois.» Marc est depuis décédé, à l’âge de 49 ans. «C’est l’espérance de vie moyenne d’un SDF», glisse Ervé.

(…)

Le duo veut balayer l’image tire-larmes du SDF déprimé. «On se marre tout le temps», glisse Ervé. De fait, passer trois heures avec eux et leur copain Jean-Yves, c’est l’assurance d’entendre une succession de blagues, de jeux de mots et de coups de gueule très politiques. Entre Christian l’antifa, Jean-Yves le zadiste et Ervé «l’humaniste», il y a de quoi faire. «On a été contacté par Valeurs actuelles pour témoigner. On a refusé, parce qu’ils nous demandaient de noyer un migrant dans le canal devant eux», plaisante Christian. Lui s’est fait une spécialité d’asticoter les trolls d’extrême droite sur son compte Twitter. «Dans la rue, il y a une forme de concurrence entre les SDF « historiques » et les réfugiés. Si les sans-abri votaient, ça serait à 90 % pour le FN. Ça me fout la rage. Nous, on refuse la hiérarchisation des misères.» Quand il se frotte aux «fachos» sur le réseau social, Chris n’est pas du genre à faire des prisonniers. Ce matin-là, un type lui a écrit un message privé : «C’est dégueulasse ce qui vous arrive, alors que les migrants ont le droit à tout.» Réponse de Christian : «Toi, ferme ta gueule.» Il interroge : «Pourquoi devrait-on me sauver moi et pas les autres ?»

Ils ont suivi avec intérêt l’actualité politique chargée des dernières semaines, de la désignation de François Fillon comme candidat de la droite au renoncement de François Hollande, en passant par la condamnation de Jérôme Cahuzac. «Quand on a vu ça, on a halluciné», se souvient Christian. Ervé, lui, a la dent dure contre le mouvement Nuit debout, qu’il a rebaptisé «Nuire debout». «Des branleurs, sectaires, bourgeois», tranche-t-il. Un épisode qui lui rappelle celui de l’occupation du canal Saint-Martin par les Enfants de Don Quichotte, il y a dix ans. «Quand Augustin Legrand est arrivé avec ses tentes, je lui ai dit qu’il s’apprêtait à ouvrir un hôpital psychiatrique à ciel ouvert en rassemblant toute la misère du monde au même endroit», se remémore-t-il.
Nuits d’hiver

(…)

Selon le collectif les Morts de la rue, pour lequel Chris et Ervé sont bénévoles, au moins 497 SDF sont décédés en France l’an dernier (lire notre article). Actuellement, le trio se fait du souci pour un ami. «Il est fracassé physiquement, estime Ervé. Un mec qui dort 95 % du temps, c’est pas normal. Si on ne fait rien, il ne passera pas l’hiver. Même si on n’aime pas ça, on va lui foutre un coup de pied au cul pour qu’il accepte d’être pris en charge. Y compris de force. Ça serait pire d’avoir un mort sur la conscience.»

Publicités

58 réflexions sur “ Croisepattes, chez Libé ”

  1. Génial d’avoir de leurs nouvelles
    Cet article débouchera peut-être sur un projet ? Qui sait ?
    Je leur siuhaite

  2. Croisepattes,chez libé..J’ai esperé un court instant qu’il avait été embauché pour ses dessins…
    .et je lui envoie un petit coucou et lui souhaite le meilleur ainsi qu’à ses deux amis

  3. J’avais rencontré Croisepattes à un Kremlin des blogs organisé par Nicolas Jégou (avant qu’il ne se fâche à mort avec moi, ainsi qu’avec lui, et nous bannisse tous les deux de son blog : l’abus de bière nuit à la santé mentale…); il m’avait alors expliqué comment il avait cessé d’être SDF et vivait avec sa compagne et son enfant…Que s’est-il passé ?

    1. @ Arié
      En vous lisant, je découvre que Jégou vous a banni de son blog parce que l’abus de bière nuit à votre santé mentale…
      Que s’est-il passé ?

      ***

  4. Tout ça nous rappelle qu’on manque de logements pour acceuillir des personnes. Avec sanitaires, douche, cuisine ! Bordel c’est quand même la capitale du pays ici ?

      1. … oui et non, il y a quelques mois il avait écrit qu’il était à nouveau dans la rue.

  5. Quelqu’un a-t-il des nouvelles du « Merle Moqueur » (Suzanne), qui n’a plus écrit de billets sur son remarquable blog depuis 3 mois et ne répond plus aux mails personnels ?

      1. Ce ne serais pas la première fois que Suzanne s’offrirait une petite cure d’absence pour aller « fumer du silence » (pour parler comme Richard Desjardins) loin de nos stupidités quotidiennes…

  6. En bref, si l ‘ on se marre, si l ‘ on peut twitter, si l ‘ on peut faire bouger la mairie de quoi se plant-on? Twitter avec une canette dans la main, la belle vie, avec en sus des invitations au café croissants, au sac de couchage etc, des pachas je vous dis .
    Je me demande si des centaines d ‘autres soi disant sdf seraient du même avis .

  7. La cloche et ses clochards (comme on disait avant d’inventer des sigles imbéciles et faux pour presque tout) ont toujours exercé une espèce de fascination sur le bourgeois et son avatar dégradé : le petit-bourgeois. Voir la figure rebattue du « clochard céleste ». On trouve de nombreuses traces de cela au cinéma : pensez seulement à Gabin dans Archimède le clochard ou encore à Michel Simon dans Boudu sauvé des eaux.

  8. @lancien, Elie, Didier

    Viens passer ne serait-ce qu’une semaine avec moi dans la rue et on reparlera de « la vie de pacha »…

    Levé à 5H30/6H00 en moyenne, trouver l’endroit où prendre une douche, se changer.

    Pour le café, je mets un point d’honneur à le boire au zinc comme n’importe quel quidam, café que je paye avec des deniers gagnés via des petits boulots (en moyenne deux boulots par semaine) car je n’ai aucune aide sociale.

    Concernant la bière, ça me coûte moins cher de boire ma canette sur mon banc au lieu du bistrot. De plus, je suis malade alcoolique depuis plus de 20 ans. Malgré mes démarches pour des soins je n’ai pas réussi à décrocher mais je te rassure, je bois 10 fois moins qu’il y a quelques années je ne pense pas que des personnes me fileraient du boulot s’ils avaient un clochard face à eux.

    Et oui, il fut un temps ou j’ai pu avoir accès à un logement. j’y tournai en rond car pas de boulots, d’où déprime, alcool, et ce que Guy a bien décrit dans son livre : BurnOut.

    Face au regard dépité de celle qui était ma compagne à ce moment, j’ai préféré retourner là ou j’ai longtemps eu l’habitude de « vivre ».

    Pour finir,en parallèle à cette « vie de pochtron » je suis bénévole dans la cadre des maraudes auprès d’autres SDF. Ce qui me fait des nuits très courtes.

    Vous souhaitant un bon dimanche,

    Ervé Le Clodo

    1. À aucun moment je n’ai parlé d’une « vie de pacha ». Je l’ai d’autant moins fait que je suis persuadé que la « vie de rue » doit être particulièrement pénible et éprouvante, pour ne pas dire destructrice, ce qu’elle est certainement.

        1. croisepattes : Il y a des millions de chômeurs, tous n’ ont pas les moyens d ‘ être alcolo.
          Il y a des millions de gens qui se lèvent tôt pour aller bosser par tous les temps sans se servir de cette alibi pour devenir alcolo.
          Il y a des millions de gens qui sont dans des situations pénibles et se tiennent debout, ne se réfugient pas dans l ‘ alcool pour se faire passer pour malheureux.
          Oui, pour moi tu es le type même d ‘ un négatif.
          Avec ton copain tu veux balayer l ‘ image du clochard déprimé mais ton baratin n ‘est qu’ un appel au secours

          1. Lancien …Vos propos sont ignobles

            ( veuillez m’excuser Juan…de ne pas pouvoir rester polie)

            1. Pourtant Sylvie je te trouve bien polie pour t’adresser à ce gougnafier .
              Il croit dur que Marine va passer alors il se lâche

          2. L’ancien
            « …mais ton baratin n ‘est qu’ un appel au secours »

            Et c’est avec de tels propos que vous recevez les appels au secours ?

            Vous devez profondément vous détester pour faire un tel transfert de haine sur les autres.

            1. « Vous devez profondément vous détester pour faire un tel transfert de haine sur les autres. »

              Voyons, Hélène, ce n’est pas parce que Lancien est capable de sortir de confondantes stupidités (les preuves, en ce domaine, sont surabondantes) qu’il faut, en retour, tomber dans la psychanalyse de kermesse !

            2. Pas bien grave tout ça,
              Au départ c’est un faible article du Parisien qui a incité Libé à creuser le truc sur les SDF connectés. Le journaleux de Libé, Sylvain, a passé plus d’une semaine avec nous pour constater et comprendre. Notre vie précaire se trouve changé depuis que j’ai décidé d’utiliser twitter pour faire la Manche, c’est à dire solliciter les gens pour des petits boulots qui pourraient les soulager et moi à ne plus mendier. Mais bon, va expliquer ça à un esprit obtus…

              En une autre époque,ça m’aurait foutu en rogne, là ça me glisse dessus car ça marche un peu car je peux palier à mon manque d’aide sociale pour filer du pognon à mes Gamines et ainsi participer financièrement à leur vie de tout les jours, en dehors de tout l’amour que je leurs porte.

              Nous sommes en 2016/2017, un smartphone se trouve pour que dalle à tous les coins de rue (le mien m’a coûté 5 euros) avec une recharge conso de 9 euros/mois, ce n’est pas le top du top mais ça me suffit.

              De plus il suffit d’aller sur mon compte twitter pour constater que je ne tweete pas toute la journée contrairement à Lancien qui semble être au taquet (ici par exemple) pour pouvoir déverser son fiel. Triste type qui doit avoir une vie de merde. La mienne de vie n’est pas top, mais elle est emplie d’humanisme, du soucis des autres,surtout de mes autres amis SDF, proches ou lointain, au travers des maraudes et des perpétuelles recherches de petits boulots, de duvets pour les autres et, et là ça va faire bondir Lancien, on est aussi au taquet pour les Rroms et les Migrants/Réfugiés…

              En tous les cas @Hélènedici merci pour ton soutien qui me touche au plus haut point…

              Et merci à Juan bien entendu…

              Cordialement,

              Ervé

                1. Tu es bien naïf Juan !!! Depuis le temps qu’il déverse sa haine tu ne t’en es pas douté qu’il allait « vomir » ?

    2. Les gens sont rangés dans de petites cases qui ne communiquent pas entre elles.
      Il ne faut pas leur en vouloir.
      Je pense souvent à vous, Hélène.

    3. @ Hervé

      Tu sais bien que tout l' »humour » que la société déverse sur le « clodo sympathique » n’est, en réalité, que la défense de la peur que chacun ressent devant le fait qu’il sait très bien que ça pourrait lui arriver à lui aussi; personne n’est à l’abri.

  9. Une émission de radio dans la rue : Top départ de la distribution nationale

    Le mercredi 21 décembre, 1er jour de l’hiver, l’association Les Enfants du Canal installera un studio radio Place de la République à Paris à l’occasion du lancement national de la distribution des radios.

    France Inter participe à l’opération Restez à l’écoute et programme une journée contre l’exclusion.

    Ce même jour, les émissions de France Inter rendront compte de l’opération et seront Place de la République de :

     7h à 9h : le 7/9 de Marc Fauvelle

     10H à 11h : Grand bien vous fasse ! avec Thomas Chauvineau

     17h à 18h : Si tu écoutes j’annule tout de Charline Vanhoenacker et Alex Vizorek entourés de toute l’équipe

     18h à 20h : le 18/20 de Nicolas Demorand

    Entre 12h et 16h, l’association Les Enfants du Canal programme également des émissions diffusées sur le web.

    https://www.helloasso.com/associations/les-enfants-du-canal/collectes/restez-a-l-ecoute

      1. L’ addiction (celle là où une autre) est un fléau qui atteint absolument toutes les couches de la société, le malheur s’abat sur ceux qui résistent le moins. Résiste !!!

        Clodo peut être, mais sans jamais une faute d’orthographe, un Français à faire envie à un prof de lettre 🙂 et … beau comme un Jésus 🤓

        Je ne pourrai pas être là mercredi, j’habite le sud de la France.
        Il fut un temps où je serai venu pour l’occasion, mais le temps a passé et je ne peux plus être ce que j’ai été.

        Néanmoins, je resterai à l’écoute de France Inter.

        Salut à vos copains, et pas top mauvaise nuit, surveillez vous.

  10. Eh oui, lancien n ‘arrive pas à pleurer sur le sort d ‘un alcolo.
    Pleurer sur des personnes ne sert à rien. Combien de bonnes âmes comme vous ont invité croisepattes chez eux. allez, faites parler votre coeur, arié, ta maison doit être grande, et le gréviste cégétiste, les cocos partageurs, où est votre sens de l ‘ hospitalité légendaire ( là, je blague lourd)
    Hélène dici, et oui, la misère existe dans notre pays, beaucoup de familles en sont frappées. Les  » vieux » les aident autant que possible et cela devient de plus en plus difficile
    Ces photos de gens dans la misére ne montrent pas des buveurs fumant des cigarettes à 8€ le paquet, alors rengainez vos âneries,
    Croisepattes sait très bien que c ‘est sa façon de se suicider, mais pas tout seul, avec son copain

    1. LANCIEN

      je viens de rentrer et en lisant les commentaires de ce texte, je me demande vraiment où tu vas chercher toutes tes idées nases sur la condition de nombre de gens dans des situations précaires..

      je ne sais pas où tu crèches, mais je t’invite quand tu veux à faire un tour de la question sur le terrain, le vrai, pas celui de tes pré-supposés. moi je suis en Franche Comté, il y a de quoi faire aussi….

      Arrête donc un peu de déconner de temps en temps…

    2. L’ancien
      Quand mes parents sont morts, nous avons continué à héberger un homme que mon père avait accepté de loger.
      Étant donné qu’aucun de mes frère et sœur acceptait de payer son électricité, je m’y suis collée.
      Croyez moi, ça me coûte un bras, vraiment !

      Et pendant ce temps sa famille récupére sa petite retraite et fait de telles histoires pour participer au paiement, que j’ai lâché prise, de crainte qu’il ne fasse un infarctus (trés vieux et malade).

      Voilà monsieur L’ancien, qui distribue ses sermons sur le bien et le mal, et range dans des cases improbables les bons et les méchants.

  11. Vous en devenez risible. Des enfants dans les rues, vous vous en foutez. Un alcolo, mais qui roule ces cigarettes, le roulé coute moins, son pote qui dégaine son téléphone, lui,ayant pour excuse d ‘avoir fait des boulots de merde ( oh, pas bien longtemps) lui qui twitte…. c ‘est tournelespouces qu’ il faut t’appeler.
    Des millions de bosseurs font des boulots de merde mais ne raconte pas leurs misères d ‘écolos.
    T’ en arrive même à critiquer ceux qui tentent d’ aider tes voisins de rues.
    STANISLAS . Ou vois tu mes idées nases, des milliers de personnes sont  » honteux » d ‘aller aux restos du coeur, et pourtant ils y sont obligé.
    Ce n ‘est pas 2 clodos alcolisés qui les représentent, loin de là.
    Ils sont l ‘ image type du clodo et sa bouteille de picrate, a qui l ‘ on hésite à donner une pièce sachant que le troquet du coin va en hériter.
    Et tous les sdf profitent de cette image, combien de gens se penchent sur un sdf couché dans la rue sans se dire : il est saoul.
    Quand à ton invite à aller sur le terrain, peut être devrais tu y aller toi même . Tu pourrais voir la vrai misère, pas celle du téléphone qui se vante d ‘avoir emmerdé la mairie et d ‘ être alcolo.

    1. Oh celle-là je vous la pique, elle servira à plein d’autres occasions 😀😀😀😀😀

  12. LANCIEN
    Est juste un pauvre type qui ne mérite pas que l’on s’attarde sur son cas
    Je rappelle juste que l’alcoolisme est une maladie
    Je t’embrasse Ervé

  13. Un LANCIENTHON? Déconne pas @croisepattes, il va ensuite dire que tu dilapides ta fortune! Tu sais, celle que tu as amassé en grugeant système et pauvres andouilles que nous sommes et que tu planques allègrement sous les cartons trempés par les agents minicipaux au petit matin! Allez LANCIEN, prends les pages jaunes et trouve-toi un vite un bon établissement psy, ça urge!

  14. Tu n ‘aimes pas être contrarié juan? pas de chance je n ‘éprouve pas de plaisir à me faire des copains alcolos.
    La moindre contrariété et le cirque de la menace arrive, Fais ce que tu veux. Il serait temps de secouer les fainéants et les alcolos plutôt que de les aider. Personne ne les pousse à boire
    Des gens bossent comme des malades pour gagner un smig et n ‘arrivent pas à se loger ni se nourrir correctement, ça vous vous en foutez royalement, un croisepattes alcolique envoie des twittes et là c ‘est une merveille.
    Il est vrai que le blog déclare fièrement que la discussion est acceptée, sans insulte!! Qui est insulté, un alcolo qui s’ en vante ou moi par tous les bien pensant du blog…mdr avec votre charité qui n’a que le nom de charité sans fondement .

  15. Mais kilékon, lancien !

    Il croit que l’alcoolisme est la cause de la clochardisation, alors qu’il n’en est qu’un des aspects.

    Les deux relèvent, à mon avis, du sentiment d' »À quoi bon ?« , dont tout être un peu intelligent (lancien est donc à l’abri) se sent assailli de temps en temps lorsqu’il ressent l’absurdité de la condition humaine; et pour peu qu’un de ces moments coïncide avec un événement traumatisant ( divorce, perte de son boulot, deuil, etc.), j’affirme que personne n’est à l’abri de la décision de tout laisser tomber.

  16. Dans quelques années, sous régime musulman, plus d ‘alcool.
    Elie je n ‘ai jamais dit que tous les alcolos étaient des clochards.
    Le peu de temps que reste mon commentaire me fais marrer.
    Comme quoi, l ‘alcolisme a gagné, vive les alcolos .

Les commentaires sont fermés.