Lecture du dimanche, Venezuela


C’est un long article, une accroche en couverture qui attire l’œil: « Venezuela, les raisons du chaos ».

L’auteur décrit le Venezuela dont on nous parle parfois dans d’autres media: affaibli, affamé, et en rage. La catastrophe sociale et économique qui frappe le pays depuis bientot 5 ans fait les beaux jours des gazettes libérales si promptes à fustiger Hugo Chavez. 

Mais ce n’est pas une gazette libérale qui cette fois traite de ce chaos. Il s’agit du Monde Diplomatique, dans son édition de décembre 2016, un mensuel qu’on ne soupçonnera de complaisance pro-libérale. 

Le Venezuela souffre des consequences de mauvaises décisions de Chavez – continuer de vivre de la rente pétrolière; surévaluer la monnaie officielle, baisser artificiellement le prix des produits de base au risque d’alimenter le marché noir – conjuguées a un retournement économique mondiale, et une fuite des capitaux orchestrée par l’oligarchie locale faramineuse. La maladie puis la mort de Chavez, au même moment de retournement, a fait le reste.

C’est une lecture qui vaut le détour qui sort des clichés binaires. 

Publicités

19 réflexions sur “ Lecture du dimanche, Venezuela ”

  1. Nous n’avons pas la même lecture de l’article du « Diplo  » . I Noter les ‘ erreurs de Chavez en escamotant l’état du Vénézuéla en 1999, c’est pas très honnète . On peut discuter des choix de Chavez – privilégier l’éducation et la santé – certes, mais l’état industriel du pays en 1999 est également cité dans l’article et la marge de manoeuvre des bolivariens était particulièrement étroite .

    1. Donc , comme ils ne pouvaient rien faire de mieux, c’est un grand succès, en somme ? Les mêmes arguments que Hollande…

  2. àElie
    La différence entre Chavez et Hollande, c’est que Chavez a été élu et réélu et même ramené au pouvoir par les citoyens lorsque la droite a tenté un coup d’état .
    Ca ne risque pas d’arriver à Hollande !

      1. @Elie
        On se demande comment Maduro a pu être élu .Vous savez, Maduro, le successeur de Chavez ( et toujours pas démis de ses fonctions, malgré le forcing de la droite ) !
        Au fait, avez vous lu l’article de « Diplo » ? Si non, vous devriez !

        1. C’est fou comme on voit l’irrationnel chez les autres ( mais pas le sien, bien sûr); en ce qui vous concerne:

          -parce que vous souhaitez le succès des chavistes, vous considérez que l’état désastreux économique, social et financier dans lequel se trouve plongé aujourd’hui le Venezuela ne saurait leur être imputé, compte tenu de la faiblesse de leur marge de manœuvre;

          -étroitesse de marge de manœuvre que vous récusez à Hollande : bien qu’il ait réussi l’exploit de concilier une politique de l’offre avec la préservation de notre système de protection sociale (et même son renforcement, puisqu’il est à quasi l’équilibre financier sans amputations de ses prestations), vous le condamnez sans circonstances atténuantes parce que l’inversion qu’il avait promise de la courbe du chômage est plus discrète et plus tardive que ce qu’il avait annoncé :

          http://tempsreel.nouvelobs.com/economie/20161226.OBS3084/chomage-3e-mois-de-baisse-attendu-du-jamais-vu-depuis-fevrier-2008.html

          1. Comparer la situation du Vénézuela et celle de la France, c’est une formidable mauvaise foi . Le système social en France est certes préservé mais un nombre grandissant de citoyens ne se font plus soigner . Quand à la baisse du chômage, c’est une vaste rigolade : 1) c’est l’intérim qui repart, ce qui n’ a rien d’étonnant, vu que le système est plus souple que le CDD . 2) Grattez un peu les statistiques et vous constaterez qu’en matière de salaire, le cumul salaire/RSA est en développement Autrement dit, en plus de filer du fric aux entreprises par le biais du CICE, le citoyen paie une seconde fois en participant au RSA .

            1. Je ne compare pas la situation du Venezuela à celle de la France, ce qui n’aurait aucun sens ( si la France avait, comme le Venezuela, la plus grande réserve pétrolière du monde, sa situation serait bien meilleure de ce qu’elle est !), mais vos différences dans l’attribution de circonstances atténuantes dans le jugement que vous portez sur l’action des gouvernements des deux pays.

              1. @Elie
                Mais lisez donc l’article du « Diplo », avant de me prêter quelques différences que ce soit !

                1. Qui plus est, vous escamotez le fait que le produit du pétrole Vénézuélien finissait, avant 1999, dans les poches des compagnies pétrolières Américaines . Ce n’est pas en 15 ans qu’on peut effacer 60 ans et plus, de pillage Et, si vous y tenez, on peut faire un parallèle avec le Gabon, pays riche en pétrole, mais dont le populo vit sous le seuil de pauvreté, parce que le produit dudit pétrole alimente les poches de la famille Bongo et celles de Total .

                  1. Et vous voilà reparti dans les circonstances atténuantes…Le chavisme est au pouvoir depuis 17 ans, jusqu’à quand tout sera de la faute du « gouvernement d’avant« ? Avec ces critères, la politique de Hollande devrait bénéficier de plus de 12 années supplémentaires avant d’ être jugée.

                    1. @Elie
                      Comme, visiblement, vous n’avez toujours pas lu l’article du « Diplo », on va arrêter là .
                      Mais, puisque vous insistez, la politique d’Hollande est la continuité de celle de ses prédécesseurs, avec un chômage exponentiel depuis mai 2012 et une baisse de 150 000 chômeurs en trois mois avec un CICE de 40 milliards, ce qui fait cher de l’emploi . Et ça, il ne faut pas 12 ans pour le constater .

                    2. @ Alain Bobards

                      Oui, mieux vaut arrêter…Vous ne vous rendez pas compte que vous utilisez deux poids et deux mesures pour excuser les effets de la politique des chavistes et condamner ceux de la politique de Hollande; et que cette dernière peut peut-être ne porter ses effets qu’à long terme, alors que les effets à long terme de la politique chavisrte ne pouvaient être pires.

  3. « ……….surévaluer la monnaie officielle, baisser artificiellement le prix des produits de base au risque d’alimenter le marché noir ……. »

    ne serait ce pas le programme de la France dans l’UE entre 2007 et 2014 .?
    un euro surévalué, le CICE et le pacte pour faire baisser le cout de production donc le prix de revient, donc le prix de vente à marge égale …………….au risque d’alimenter la délocalisation

    …..une fuite des capitaux orchestrée ……… »

    ah là non , en France c’est la fuite des bénéfices qui est orchestrée

    « …..conjuguées a un retournement économique mondiale……. »

    ah zut, la France a un euro au plus bas et le même retournement, avec un CICE et un pacte conservés pour baisser les prix artificiellement…

    Je déconne bien sûr, c’est Noël….

  4. Je ne connais ce pays que par des infos plus ou moins dirigées.
    Je ne jugerai pas un chavez . J’ en ai suffisamment avec nos incapables sans aller chercher ailleurs.

  5. Si la France avait du pétrole ? oN pourrait multiplier le nombre de fonctionnaires, le nombre de mandats d ‘ élus pour cumuler un peu plus, combien de ligne de tgv inutiles en plus, de projets pharaoniques au plus inutiles l’ un que l ‘autre, confier plus de responsabilités aux énarques, ce serait merveilleux.
    Mais on ne pourrait baisser le prix de l ‘ essence, car ne coutant réellement que le 1/3 du prix que nous le payons, qui compenserait les taxes? Le vendre à l ‘ étranger qui le payerait naturellement sans taxe et sans le coût de la transformation, il faut en vendre des millions de barils jour de brut !!!!
    Peut être que certains ont trop pensé que le pétrole pouvait être le miracle attendu

Les commentaires sont fermés.