Pourquoi ce sera l’ #AvenirEnCommun


Une campagne présidentielle démarre. Elle ressemble à celle de 2007: le président sortant, un élu de Corrèze, ne se représente pas, il était d’ailleurs accusé de tous les maux. Un ancien de ses ministres s’est déclaré à sa succession. Il annonce qu’il a « changé » et qu’il va « changer« . Il prône une rupture avec le quinquennat d’avant dont il faut pourtant l’un des plus forts soutiens. Le candidat désigné de l’opposition « gouvernementale » a créé la surprise. Maintenant qu’il est désigné, on découvre son programme.

La comparaison 2007/2017, Chirac/Hollande, Sarkozy/Valls, Royal/Fillon s’arrête là.  En 2017, la France politique frémit à l’idée d’une victoire d’une Marine Le Pen que l’on promet déjà qualifiée pour le second tour de ce fichu scrutin. Le PS se déchire dans une primaire interne plus ravageuse que jamais. Et la France ne sait pas si elle sort véritablement de cette crise qui a 9 ans déjà – financière, écologique, sociale, économique.

Nous sommes (bientôt) en 2017, et il faut bien faire un choix. Il faut en effet d’abord se convaincre qu’on ne peut se laisser (dés)abusés pour laisser le scrutin à l’extrême droite même si l’offre politique ne nous satisfait pas. L’extrême droite n’est pas une chose normale.

Pour celles et ceux qui, ensuite, sont convaincus qu’elles/ils devront faire un choix, il faut savoir pour qui l’on vote. Je laisse volontairement de côté les yaka/focon et autres aigri(e)s qui attendent le Messie, c’est-à-dire l’homme/la femme providentiel(le) qui correspondra en tous points à leurs idées. Pour les autres, la question est difficile. Il faut choisir entre des programmes qui forcément déçoivent ici ou là.

Il faudrait en premier lieu mettre de côté les étiquettes. Et lire les programmes.

Puis se faire une conviction sur le moins pire d’entre eux. Voire le meilleur. J’ai lu le programme de Fillon, celui de Mélenchon, et je peux deviner l’essentiel de celui du vainqueur de la primaire socialiste pour avoir (trop) étudié ce quinquennat. Les nuances entre Valls, Macron, Bayrou ou Juppé sont sans intérêt.

Il faut enfin se faire une conviction sur le sens politique de son vote. A quoi bon voter sans espoir d’utilité, même à moyen terme à défaut de court terme ?

Pour ma part, je n’attendrai pas le résultat de la primaire socialiste. Il y a plein de militants sincères qui vont se mobiliser pour elle. Et débattre de différences de nuances. La vraie rupture, contre le quinquennat passée et, surtout, pour l’avenir, n’aura pas lieu. Manuel Valls conduit une OPA sur les vestiges du Parti d’Epinay. Si vous voulez y participez, c’est votre choix.

L’époque mérite pourtant un autre choix, décisif et volontaire. Un choix qui dépasse les rancœurs du passé qui sont lourdes; un choix pédagogique car la période en a besoin. Un choix qui protège ceux qui en ont besoin.

Heureux hasard, le prétendument « vote utile » a disparu. L’élection de Trump a balayé les espoirs du « camp utile ». On peut railler la démocratie américaine. Elle a effectivement permis l’élection du pire des candidats, à bien des égards. Mais là n’est pas l’essentiel. La victoire de Trump est d’abord la faillite de Clinton et du Parti Démocrate. En France, le renoncement de Hollande est le signe d’un doute et d’un éclatement. Enfin.

Nous avons enfin l’occasion de voter contre et pour à la fois. Contre un système, des candidats, des politiques qui ne font finalement qu’une; et pour un programme, une ambition, un changement.

Ce choix est celui de la France insoumise. Qu’il s’agisse de 2017 d’abord, et de la suite après, il est impossible, irréaliste, suicidaire de penser que celles et ceux qui ont échoué peuvent être une relève.

Le vote utile s’appelle Mélenchon.

Publicités

29 réflexions sur “ Pourquoi ce sera l’ #AvenirEnCommun ”

  1. Deux corrections importantes,, si vous le permettez :
    «  Un ancien de ses ministres s’est déclaré à sa succession »

    Pas un, mais quatre : Valls, Montebourg, Hamon et Macron.

    « Nous avons enfin l’occasion de voter contre et pour à la fois. Contre un système, des candidats, des politiques qui ne font finalement qu’une; et pour un programme, une ambition, un changement. »

    Ce discours s’applique davantage à la candidature de Marine Le Pen qu’à celle de Mélenchon, dont on vit mal sur quelle majorité parlementaire il pourrait s’appuyer pour le mettre en œuvre….

      1. C’est vous même qui affirmez régulièrement que le vainqueur de la présidentielle se voit doter d’une majorité aux législatives , ce qui s’est régulièrement vérifié depuis 1965 avec l »élection du président au suffrage universel direct et même avant aux législatives de 1958 . Alors pourquoi Mélenchon, si il est élu, ferait exception à la règle ? Je fais confiance au goût de la soupe des caciques du P.S. pour se rallier, sans état d’âme, à Mélenchon et à appliquer, sans plus d’état d’âme, la politique qu’il porte .

  2. Exactement juan, vous avez parfaitement raison, une phrase passe partout valable pour tous les électeurs .
    Pour celles et ceux qui, ensuite, sont convaincus qu’elles/ils devront faire un choix, il faut savoir pour qui l’on vote. Je laisse volontairement de côté les yaka/focon et autres aigri(e)s qui attendent le Messie, c’est-à-dire l’homme/la femme providentiel(le) qui correspondra en tous points à leurs idées. Pour les autres, la question est difficile. Il faut choisir entre des programmes qui forcément déçoivent ici ou là.

  3. C’est décidé, je voterai au 1er tour de la présidentielle pour Jean Luc Mélenchon…..

    Effectivement on ne peut pas être d’accord avec tous les points mais globalement sa manière de voir les choses sont intéressantes

    Je m’abonne de ce pas, je n’ai juste qu’à trouver l’endroit où il faut le faire…si quelqu’un sait, faites moi signe..

    en attendant je vais m’en jeter un…

    C’est bientôt la naissance de la nouvelle année 2017 mais elle se présente par le siège, il faut se l’avouer…

  4. Pour moi ce sera Mélenchon ou peut-être personne…je ne voterai pas à la primaire socialiste…l’impression que notre système est en panne, que l’Europe a créé un contre pouvoir alors qu’elle devait être une locomotive.
    Hollande a tout de même fait preuve de courage en acceptant la réalité de son impopularité…

  5. Mélenchon, évidement.

    comme le dit Stanislas: pas d’accord sur tout; mais l’essentiel est là.
    comme le dit Juan et que je reformulerai à ma façon: contre les ratés et imposteurs et pour l’espoir.

    ça urge.

  6.  » Ce choix est celui de la France insoumise……

    exactement, avec Mélenchon et contre le compteur LINKY….

    Chanson : sur une musique et paroles revisitées du foyer Bayard

    heummm. ..1 – 2

    encore un matcheu gagné, c’est Jean luc qui passeu….
    encore un match gagné, Jean Luc est passé..
    Partout il passe, il se fait applaudir..eu, par son programme
    et sa pêche de vainqueur…pêche de vainqueur..

    faites plaace eu, faites plaace eu,
    entendez vous ces voix, eh oui ces voix,
    c’est Jean Luc Mélenchon qui passe…eu

    Mélenchon a les pieds sur terre..eu
    Mélenchon ne périra pas.. (bis)

    Mélenchon oui oui oui..
    Mélenchon non non non…
    Mélenchon ne périra pas ……

    ouaaaaiiiiss….

  7. Je voterai Monsieur Mélenchon également, mais non pour l’espoir. Son programme est cohérent et plutôt complet, mais je ne peux m’empêcher de le trouver extrêmement timoré sur pas mal de points …

    Donc je voterai pour lui, non pour l’espoir, mais par pragmatisme.

    Par contre, il est dommage que vous parliez de la destruction du vote utile pour vous y engouffrer en guise de conclusion ^^
    Votre vote se portera pour lui, ne parlez pas d’utilité là-dedans.
    D’autres électeurs verront probablement monsieur Valls ou monsieur Fillon meilleurs pour défendre leur intérêt (certes, ça semble incongru .. mais le manque d’informations pertinentes, le jeu et le matraquage médiatique auront raison des doutes des électeurs avant le passage aux urnes, comme d’habitude …)

    1. j’évoquai deux votes utiles différents. Le précédent qui consistait à voter pour le plus centriste des candidats. Et l’actuel. 😉

  8. c’est bien la première fois de ma vie que je vais voter centre gauche en choisissant Jean Luc Mélenchon…..

    je dis ça, parce que tous les autres sont déjà partis sur la droite. sauf peut être Macron qui s’est, lui carrément envolé….
    J’espère que ses conseillers lui ont prévu un arrimage au sol et quelques lests pour sa prochaine apparition…

    1. Il commence tout juste à être grisé par les meetings politiques, il y a peu de chance qu’il ait envie de redescendre …

  9. Il y a toujours eu, en France, deux gauches : la « gauche radicale » ( hier, le PC; aujourd’hui, Mélenchon) et la « gauche de gouvernement » ( hier, la SFIO; aujourd’hui, le PS).

    La gauche n’a remporté les élections que lorsqu’elles ont été unies (du moins, en apparence- même si le PC a tout fait pour tenter de faire perdre Mitterrand en 1981 et 1988.); ces victoires se sont toujours terminées, plus ou rapidement, par la déception et le départ du pouvoir de « la gauche radicale ».

    Lorsque la « gauche de gouvernement  » tente de s’allier, pour les élections, non pas à la « gauche radicale » mais au centre, c’est toujours un échec ( en 1969, bien qu’allié au très populaire Mendès-France, Defferre a fait 5 %.)

    Quant à la « gauche radicale », même aux glorieuses années du PC, elle n’a jamais eu la moindre chance d’arriver au pouvoir sans s’allier à la « gauche de gouvernement ».

    1. Aux sorties du NR, il ya eu le tripartisme puis quatre mouvements se sont distingués… Il y a eu deux gauches comme il y a eu deux droites… LE PEN JM appelait ça la bande des quatres… et ce n’était pas gauche radicale mais gauche communiste et ce n’était pas gauche de gouvernement mais gauche sociale démocrate… Seulement, le schéma à PAPA n’existe plus… L’échiquier s’est tellement morcelé que cela monte sur tous les fronts Front de Gauche comme Front National… Nous allons don à l’affrontement entre souverainistes, c’est bien dommage car la bande des quatres n’est plus… La gauche communiste, le PC est morte depuis un bail… La gauche sociale démocrate, le PS est moribond en passe de disparaitre… peu de régions, peu de communes, peu de cantons… La droite dite démocrate chrétienne BAYTOUISME évaporé… la droite républicaine dite gaulliste enterre ses vétérans avec le meilleur d’entre nous viré à la primaire de droite… Nous sommes en 2017… il va falloir revoir votre logiciel 😉

    2. @ Élie
      S’il est « radical » de tourner la politique vers l’humain…alors oui iMelenchon propose une politique « radicalement » opposée aux autres candidats…tellement différente d’ailleurs que les gens n’osent plus y croire tant on les persuade depuis des lustres qu’il n’y a pas d’alternative à part celle d’une certaine austérité à laquelle ils s’habituent progressivement….et ceux qui croient dans sa politique sont taxés d’extrémisme….

      1. @ Sylvie

        « Tourner la politique vers l’humain » n’est qu’un slogan, un peu comme ces tartes à la crème que sont « tourner la médecine vers le malade« , « tourner l’éducation vers l’élève« , etc.

        1. Oh oh @Elie…ne commencez pas à me titiller…j’ai peut être tord mais ce soir,j’en ai besoin, laissez moi une miette d’illusion…je vous souhaite un bon réveillon ! 😀
          Et bonnes fêtes à tous
          ( un petit clin d’œil aussi à Castor,s’il passe par la )

          1. @ Sylvie

            Oh, le réveillon, ça se passe très bien, en général…Ce sont les 364 jours qui suivent qui ne sont pas toujours terribles…Je vous souhaite donc 364 jours heureux.

    3. Vous parlez toujours comme si tout devait rester immuable, si c’était le cas on serait encore sous la monarchie, cette satanée cinquième république va bien finir par muter ou disparaître, elle ne va pas durer jusqu’à la fin des temps.

  10. Toujours le même discours …
    Premièrement, Jean-luc Mélenchon ne représente pas la gauche radicale. Il se revendique socialiste.
    Deuxièmement, le jeu des alliances ne mène qu’à une véritable catastrophe politique.

    La gauche que vous appelez de « gouvernement » n’est plus capable que de mentir et d’abdiquer. Je n’ai jamais vu des socialistes se coucher aussi vite devant le Medef que monsieur Valls et monsieur Hollande.

    Sur le résultat probant du second tour, vous avez tort sur un point. Il n’y a plus de gauche au gouvernement. Mais il est probable que ce soit un match Fillon/Le Pen. Rangeons nos boules de cristal et laissons la campagne se dérouler … en espérant qu’elle dépasse les sempiternelles guerres d’ego qui occultent les programmes.

  11. Ce choix est celui de la France insoumise. Qu’il s’agisse de 2017 d’abord, et de la suite après, il est impossible, irréaliste, suicidaire de penser que celles et ceux qui ont échoué peuvent être une relève.

    Exact; je suis vraiment d ‘accord avec juan.
    Reste donc 2 qui n ‘ ont jamais gouvernés. Seul 1 a été ministre sous chirac et juspin a occupé un poste créé spécialement pour lui. Poste supprimé ensuite .
    Cela réduit singulièrement les choix.
    Et STANIS qui déclare vouloir voter. Je n ‘en demandais pas tant, aller voter est un droit ( et un devoir) votez pour qui vous voulez, mais exercez votre droit, il ne nous en reste plus beaucoup.

    1. LANCIEN

      j’ai encore plein de droit à titre individuel,

      toi qui est insoumis par exemple, je te vois bien voter Mélenchon, ça t’irait comme un gant, c’est là qu’on reconnaitrait l’ex sidérurgiste,

  12. Sérieusement , voici les 7 points du programme de melenchon, avec le % de ses adhérents pour.
    RefuS du TAFTA 48% de vote pour.
    Abrogation de la loi travail: 43,5%
    Règle verte ( écologie) 38,5%
    Refondation démocratique (?) des traités de l ‘ UE 38%
    Plan de transition énergétique 36%
    Droit de révoquer des élus 35,5 %
    Le smig à 1300€ 28%
    Aucun des points ne passe les 50%, et ce sont ses sympatisants adhérents
    Reste à savoir combien il a d ‘ adhérents?

Les commentaires sont fermés.