Macron, candidat du clic, contre Valls, candidat des claques.


Quelques heures avant le dernier débat du premier tour d’une primaire socialiste qui semble mal partie pour convaincre grand Monde dimanche, Emmanuel Macron a proposé à tout un chacun de s’inscrire sur son site internet pour postuler à une candidature de son mouvement à la députation pour les élections législatives prochaines.

Quel mépris assez incroyable.

Ne cherchez pas de programme, de « Prôjeeeeeeeeeeeeet » (l’accent est de Macron), il n’y en a pas. L’envolée de Macron dans les sondages et le succès public de ses meetings (qui n’a pourtant rien à envier au succès public, moins commenté, des meetings de Mélenchon) fait sans doute beaucoup pour affaiblir le Parti socialiste sur sa droite. Mais ces petits jeux sont sans intérêt. Il ne faut pas oublier l’essentiel.

Macron n’a pas dévoilé son projet. Il n’y a d’ailleurs même pas de rubrique projet sur son site internet. Les deux seules mesures que d’aucuns se sont amusés à commentés son un transfert du financement de la Sécu vers l’impôt (hausse des impôts, donc) et … le remboursement des lunettes et des soins dentaires à 100% (mais sans financement).

On comprend que Macron n’en dévoile pas davantage. A l’inverse d’un Mélenchon qui trace son sillon politique – supporteurs ou opposants doivent au moins lui reconnaitre cela – Emmanuel Macron entretient au contraire le flou le plus total sur son Prôjeeeeeeeeeeeeet pour brasser large, percer large, et déstabiliser son plus proche rival politique, Manuel Valls. Car le Valls est coincé dans cette primaire socialiste. Il se prend des claques. Il « s’abaisse » à jouter avec Benhamias sur le cannabis, de Rugy qui lui tresse des lauriers, Pinel qui se croit un destin, les deux frondeurs Hamon et Montebourg qu’il déteste et, pire, un Peillon parachuté dans cette primaire par des soutiens aubryistes qui veulent le torpiller. Le pauvre Valls est obligé de glisser le mot « gôche » toutes les deux phrases pendant que son rival metrosexuel Macron joue au Tony Blair rajeuni et décomplexé. Macron fait une campagne de second tour tandis que Valls est coincé dans la primaire socialiste de qualification pour le premier.

Quelle injustice ! Rions un peu.

Macron n’a aucun intérêt, bien au contraire, à dire ce qu’il ferait. Son Prôjeeeeeeeeeeeeet est pour l’instant inexistant, un simple concept, des mots creux, des injonctions triviales (« probité, efficacité, renouvellement, parité »).

 

Macron embrasse les règles les plus viles du marketing.

Plus tard, nous reviendrons ici sur l’agence de com’ qui se cache derrière cette succession de coups de communication aussi médiatiquement réussis que politiquement vides.Pour l’instant, profitons encore un peu de cette Star-Ac incroyablement artificielle de la vie politique 2.0.

Enjoy.

Publicités

11 réflexions sur “ Macron, candidat du clic, contre Valls, candidat des claques. ”

  1. Macron fait son baratin en Allemagne en anglais!!
    Va baratiner les ch’ti en les déclarant fainéants et alcolo!!
    N’ a pour programme que ce qu’ il a fait toute sa vie, le bagou du camelot.
    Sa montée dans les sondages est peut être simplement que les gens refusent de retrouver éternellement les mêmes de père en fis.
    De là à dire que mélenchon a un programme intéressant, houla la !!
    Quel différence y a -t-il à trouver dans les programmes de tous ces futurs candidats? Présenté sous formes différentes, ils reviennent tous à la même chose que nous avons chassé avec sarko et avec hollande.
    soit , le retour des mêmes avec des idées ayant prouvées leurs impuissances .
    Tous sont même ligués contre le caillou dans leur chaussure, le fn, sans cependant se géner pour grapiller quelques propositions du fn
    C’est l ‘ électeur qui donnera son avis en dernier lieu, + ou – sous influence, + ou – gobeur de couleuvre, croyant toujours bien voter et se mordant les doigts en constatant qu’ il es t encore le dindon de la farce. Ce qui évidemment ne l ‘ empèchera nullement de re voter pour le même le tour suivant .
    Jurant mais un peu tard qu’ on ne l ‘ y prendrait plus!!

  2. Mais si Macron a un projet, mais en tant que pied de l’association française des banques, il attend que les têtes lui en parlent pour l’exécuter le moment venu….

    Il faut lui reconnaitre de l’efficacité, en ne mettant pas son programme dans le public, il ne perd pas de temps à effacer les lignes gênantes ensuite.

    Macron a soin de sa clientèle, il ne lui prend pas la tête avec des chiffres, des stats bidonnées, des promesses frelatées ; ce qui fait de lui un homme politique sincère par omission.

    Les politiques modernes comme Macron ne fument pas la moquette, ce n’est plus à la mode, on ne sait pas à quoi il tourne, mais il est sûr de pouvoir multiplier les pains et de changer la flotte en pinard dans le même temps, ce qui , reconnaissons le, laisserait Jésus et Sarko loin derrière…

    Quant à Valls, il faudrait qu’il efface ces dernières années, et ça, personne ne l’a encore réussi à ma connaissance, même pas Sarko, c’est dire.

  3. Je viens juste de terminer le visonnage de cette vidéo, merci c’est très beau, très, comment dire ? décoiffant…
    Déconnade à part c’est un beau symbole de la girouette produisant du vent.
    Petite rigolade du Macron allant en Germanie faire son acte d’allégeance en parfait petit collabo, juste avant les interviews de Trump au sujet de l’Allemagne et de l’UE.
    Un costard bien difficile à retourner.

  4. Valls, « candidat des claques » ? Je croyais qu’ils étaient interdits en France depuis la loi dite  » de Marthe Richard » de 1946 !

  5. Macron est un pur produit médiatique : pas de programme ( ou si peu ), une -très petite – expérience de gouvernement ( ce qu’on reprochait à Hollande en 2012 ) et des « soutiens » de circonstance qui disparaitront pour peu qu’il se vautre au 1er tour de la présidentielle .
    La classe politique françouaise de  » gouvernement » est vraiment tombée bien bas !

  6. Si la classe ( mot mal employé, il n ‘ en ont pas ) politique avait la plus petite once de fierté, les valls, fillion, etc qui ont déjà été parti prenante dans la ruine du pays n ‘ oseraient pas se représenter et venir parader.
    Mais que ce soit l ‘ un ou l ‘ autre, il obéira aux détenteurs de notre dette. et continuera à vendre notre patrimoine.
    Peut être qu’ un jour nous saurons le nombre de biens publics qu’ a vendu les sarko et hollande.
    Dans tous les cas, en être réduit à envisager de voter un macron, reflète bien le niveau de confiance des français .
    8 jours sans que les médias ne lui fassent de la pub et il disparaitrait.
    Le faire figurer dans les sondages est une excellente pub.

  7. Le vide sidéral bien exploite par la droite filloniste, laisse un boulevard au FN…
    Macron est le chouchou des médias et de l’Europe qui adore ce pur produit d’un monde politique décomplexé ….
    Et pendant ce temps Trump replie son peuple dans un enfermement qui renie son histoire…ça ne présage rien de bon !
    Désolant …

  8. Celui qui est le chouchou des médias curieusement
    ces derniers jours c’est Valls parce que sa position
    est tellement démagogique qu’il est le plus suceptible
    d’enfumer complètement tout ce qui sera opposition
    à Fillon et Marine Le pen.

    Hamon au moins prend ces primaires pour
    ce qu’elles sont c’est à dire une compétition
    interne au PS pour préparer son futur à long terme
    alors que Valls les considère comme un escabeau
    pour escalader les dernières marches jusqu’au trône
    qui lui serait dû pour parfaire sa carrière.

    Si Valls toujours en train de parler de guerre
    se prend pour une réincarnation de Cllémenceau
    qu’il n’ oublier pas que l’on est en 2017 et non 1917.
    ..

    1. Et ne pas oublier non plus que 1917, c’est l’année des mutineries dans l’armée .

  9. il y a un bon côté à ne pas négliger, Macron devient le candidat des médias, vu qu’ils se plantent allègrement, il y a de forte chance que le prophète Macron finisse par prendre ses clics et ses clacs…

Les commentaires sont fermés.