Mélenchon devant Hamon, et après ?


Ami(e)s socialistes, Benoit Hamon est passé derrière Mélenchon dans cette fichue course sondagière. Cela fait des semaines que j’entends que Mélenchon devrait se désister au profit de Hamon pour la même raison inverse.

Le socialiste Benoît Hamon, dont la campagne connaît des difficultés, perd 2,5 points à 11% d’intentions de vote, et cède sa quatrième place au candidat de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon, en progression de 0,5 point à 12%. (source)

Et maintenant ?

Devrions-nous te demander, exiger, ami(e) socialiste, de te mettre à genoux ?

Devrions-nous demander encore comme fit le fils Glücksman, charmant par ailleurs, le 4 mars dernier dans les colonnes de l’Ancien Obs, que Melenchon se désiste ?

Au nom de quoi ?

Devrions-nous demander encore comme fit l’ancien ministre Montebourg le 16 mars dernier sur France inter que Mélenchon se désiste ?

Au nom de quoi ?

Parce que Hamon, désormais distancé, déjà coulé par ses pairs, devrait seul porter au nom d’on ne sait quelle légitimité porter seul le combat ?

Valls a planté Hamon. Hamon devrait se sentir responsable. Réfléchir à ses convictions, s’abstenir des pressions de l’appareil.

Et se retirer.

L’appareil socialiste ne soutient pas Hamon. Des cohortes de député(e)s filent chez Macron.

What else ?

 

 

Advertisements

23 réflexions sur “ Mélenchon devant Hamon, et après ? ”

  1. Mélenchon a plus de talent et un programme plus cohérent que Hamon, il finira certainement devant lui. Outre l’impossible retrait d’un des deux le principal problème est qu’aucun des deux candidats ne réussit a grappiller des points chez les électeurs indécis ou votant pour les autres candidats! Le total du duo hamon-melenchon est le même ( voir en baisse) depuis le mois de Janvier donc si l’un monte c’est au dépend de l’autre …

  2. Le hic est bien là! quelle légitimité peut aujourd’hui revendiquer B.Hamon? celle du parti? la majorité des cadres PS prend la poudre d’escampette pour rejoindre Macron.L’électeur lambda se pensant de gauche n’y retrouve pas son compte surtout quand on y regarde de prés sur les personnalités que l’ami Macron attire à lui, notre ami Macron est vraiment le candidat attrape tout, mais avec qui va -t-il gouverner? pas difficile de constater qu’ils vont tous à la gamelle! Je doute fortement que le petit retraité, le RMISTE, le smicard, le chômeur, le petit fonctionnaire, le petit paysan, la France besogneuse, ceux qui vont au boulot par obligation, pour survivre quand ils en ont un de boulot, Oui je doute fortement que « ce petit français »se sente représenté, protégé,par la smala Macron. B.Hamon est indéniablement sympathique, il fait fonctionner ses méninges mais difficile pour lui d’être politiquement crédible, le PS va être rapidement en tant que parti, appareil politique: une coquille vide et F.Hollande est largement responsable de cette situation, ne parlons pas de Cambadelis, il est totalement transparent, alors si B.Hamon veut reellement provoquer une onde de choc dans ce parti ça sera en cherchant tres rapidement un accord avec J.L Melenchon et les insoumis, en proposant une plate-forme, un accord de gouvernement car il y a plus de points de convergences que de désaccords insurmontables dans ces 2 entités et c’est ce qu’attendent les électeurs qui n’ont que foutre des professionnels de la politique qui rejoignent Macron, qui ne désirent qu’une chose, le pouvoir pour le pouvoir, que perdure le temps des prébendes et « des délices de Capoue » aux frais des contribuables..

    1. @ Foubert ++++
      C’est drôle de les voir tous filer vers Macron et ne pas accepter la victoire de Hamon…cela en dit long sur l’état du PS…et de ses convictions…même si on s’en doutait çà fait mal.
      Mélenchon et Hamon ont l’essentiel pour se réunir…..les idées!

    2. Le gros point d’achoppement, c’est l’UE : Hamon ne veut rien changer, alors que Mélenchon veut, à minima, renégocier. C’est d’autant plus urgent qu’une nouvelle mouture du traité de Lisbonne est dans les tuyaux Bruxellois .

  3. Un peu tard pour cette « réunification » surtout que ni l’un ni l’autre ne veut céder. Bon, il serait plus juste que ce soit Hamon qui se désiste (sans parti pris puisque je ne suis pas « mélenchoniste »). Mais le peu que j’ai vu du débat il est certain que celui qui a pris de la hauteur c’est bien JLM.
    Dommage qu’elle ne se soit pas faite cette alliance, ça aurait fait un tabac

  4. Les espoirs de beaucoup de responsables socialistes semblent se tourner vers Macron et l’espérance d’un avenir électoral intéressant, les idées et l’idéal semblent tomber aux oubliettes, c’est pourquoi il faut voter Mélenchon.

  5. Rions un peu : selon un sondage, cité par Reuters, Macron arriverait en tête avec 42%, devant Marion Anne Perrine 20%, Fillon 19%, Mélenchon 6% et Hamon 6% . Ce même sondage posait la question de savoir lequel avait été le plus convaincant durant le débat : résultats Macron 38%, Marion Anne Perrine 33%, Mélenchon 33%, Fillon 27% et Hamon 22% . Où ça devient farce ces lorsque qu’on apprend que ce sondage a été réalisé auprès de 1173 personnes ayant , au moins, ENTENDU parlé du débat . Ce panel est lui même issu de celui de 1810 personnes de 18 ans et plus .
    Déjà, en matière de cohérence, y a mieux . Quand aux résultats …!
    Mais bon, notre Elie national nous dira qu’un sondage, c’est sci-en-ti-fi-que !

      1. Vous croyez aux sondages et pas moi . .! Il est certain qu’en servant ces trucs pratiquement tous les jours, ça formate l’opinion Combien d’électeurs sont restés à la maison, parce qu’on leur serinait des chiffres comme si c’était vérité d’évangile . Ca a d’ailleurs, plombé Jospin que les sondeurs voyaient au second tour les doigts dans le nez en 2002 et à qui il a manqué des voix, ce qui a placé JMLP en seconde position, parce que, voyez-vous, je ne crois pas que, contrairement à ce que le P.S a crié sur tous les toits, ce n’est pas la candidature de Chevènement qui a conduit à cette bérézina . Jospin s’est planté, bien aidé par les sondeurs .

        1. Bien sûr qu’en 2002, c’est Jospin qui s’est planté tout seul : par rapport à la présidentielle de 1995, il a perdu 2 millions de voix, alors que Le Pen a fait à peu près le même nombre de voix; et si Le Pen a dépassé Jospin de 0,8 % des voix, personne ne sait comment auraient voté les électeurs de Mamère (6 %), Chevènement (5 %), Hue (3 %) ou Taubira (1,5 %).

          Reste qu’en 2002, dans les sondages de la dernière semaine, les fourchettes de Le Pen et de Jospin (marge d’erreur: 3 %) se chevauchaient , ce qui a fait déclarer à Gérard Le Gall, le spécialiste des élections du PS : «  Politiquement, je ne crois pas que Le Pen puisse dépasser Jospin; mais, arithmétiquement, d’après les sondages, c’est maintenant possible « .

          Il ne s’agit pas de « croire » ou de « ne pas croire » aux sondages, ce n’est pas une religion ! Il s’agit de comparer les résultats des élections aux sondages réalisés juste avant, au moment où les votes ne changent plus beaucoup, en prenant en compte la marge d’erreur qu’ils doivent indiquer; et les résultats sot remarquables.

          1. Reprenez le début de mon post : les sondages formatent l’opinion, qu’on le veuille ou pas !

  6. Ceux qui sont les plus déboussolés, ce sont les militants du P.S., qui se posent beaucoup de questions !

  7. Tous les sondages disent la même chose.
    25 26 pour M. Lepen et Macron
    18 19 pour Fillon
    12 13 pour Mélechon
    11 12 pour Hamon et
    4 5 pour Dupont d’Aignant.

    Des militants du PS déboussolé ?
    C’est bien triste.

    Il faut noter quand même que depuis
    Reims 2008 le nombre de militants PS
    a considérablement fondu et donc
    il y a gros progrès pour la statistique
    du nombre de déboussolés du PS,
    le seraient ils tous maintenant
    il y en auraient encore trés peu.

  8. Il est intéressant de voir ce que donnaient les précédents sondages à un mois de la présidentielle :

    http://www.huffingtonpost.fr/2017/03/23/presidentielle-2017-que-disaient-les-sondages-un-mois-avant-les_a_22008237/?utm_hp_ref=fr-homepage

    La seule « erreur » est en 2002 : à un mois du premier tour, Le Pen n’était pas qualifié; mais il l’tait dans les sondages (non présents ici) à une semaine du premier tour; c’est la seule fois où l’électorat a évolué à un mois du premier tour (plus par baisse de Jospin, qui a très mal fini sa campagne, que par hausse de Le Pen.)

    1. Huffington post :
      « 2012 – Un bon duo de tête, Marine Le Pen sous-évaluée »
      « 2007- Le quinté dans l’ordre »

      Franchement quitte à m’assommer de pronostics, je préfère ceux de Paris Turf.

      1. Surtout que Paris Turf peut faire gagner un peu de pognon alors qu’avec les candidats, on est sûr qu’ils vont nous en piquer !

  9. Un constat s’impose: le déphasage entre les citoyens électeurs et les partis, les politiques, les décideurs, entre les intérêts financiers, économiques et la vie, le vécu, le quotidien,ce qui fait sens dans la société: l’autre, en quoi je puis être utile sans l’obsession du lucre, du retour financier immédiat, ce qui fait que le politique, l’élu aujourd’hui de par ses dérives, ses collusions, se retrouve honni! Et c’est cela qui pourrait par un retournement d’opinion provoquer la perte de Macron ce candidat attrape-tout, mais de fait où sont ses convictions? en face: chez Marine on peut en penser le plus grand mal mais il y a des convictions, des croyances néfastes certes mais elles existent même si nombre de ses électeurs le sont par dépit. Chez Macron quel est le socle des valeurs? Macron c’est l’auberge espagnole on y vient avec son manger mais qu’apporte t-il lui de plus? est ce que Macron fait société? au delà de rassurer les banquiers, les spéculateurs,les multi-nationales, les rentiers, les professionnels de la politique de droite comme de gauche, les opportunistes, les sans foi ni loi, les bouffe -m… les ralliés de tous poils de la 25éme heure. Fait-il sens en regard du peuple? Voila je crois une des questions que devront se poser ses électeurs.

  10. En tous cas, ce qu’on peut constater, c’est que les deux primaires ont désigné, dans chaque camp, le candidat ayant le moins de chances de faire gagner son camp ( Juppé avait plus de chances que Fillon, et Valls et même Hollande plus de chances que Hamon), et que, grâce à elles, on s’achemine vers la première présidentielle de la Vème République où ni le LR ( qui a souvent changé de nom : UMP, RPR, UDR, etc.) ni le PS n’auront de candidat qualifié pour le 2 ème tour.:

    Décidément, la démocratie est une affaire trop sérieuse pour être confiée au peuple.

    1. J’y mettrais une nuance Monsieur le toubib. c’est la création de primaires publicitaires qui a provoqué une sorte de réflexe de citoyenneté inutile chez les partisans des deux partis.
      Nous nous retrouvons avec 3 dilemmes du prisonnier au lieu d’un…

      Moralités ;
      – le PS qualifie Macron qui en a été, mais n’en n’est plus. Le PS va s’auto rameuter pour le soutenir à la dernière minute
      – le LR qualifie Fillon..les français aiment les martyrs, il n’est pas dit qu’il ne se retrouve pas au 2eme tour parce que tout le monde droitier va le soutenir à la dernière minute..

      et le FN va se retrouver gentiment avec 4 millions de voix au 1er tour et 6 millions au 2eme..comme d’hab

      Le peuple est trop sérieux pour une démocratie comique

      1. @ Elie
        J’vois pas ce qu’il y a de démocratique dans la désignation par des éléphants ou des godillots d’un gars qui ne représente que lui-même et ses obligés .
        Une primaire, ça a, au moins, le mérite d’avoir un candidat plébiscité par le plus grand nombre . J’irais même plus loin : LR soutient Fillon, pas de gaité de coeur et malgré ses casseroles, parce qu’il a une forme de légitimité . En ce sens, les Reps sont plus démocrates que les caciques du P.S ( S. Royal en sait quelque chose, avec le savonnage en règle de la planche par ses petits copains alors qu’elle était la candidate des militants en 2007 ) Bon, vous me direz que depuis le vote du traité de Lisbonne, les quelques illusions qu’on pouvait avoir sur Solferino sont parties en fumée .

      2. Pour finir mon sujet, il y aura quand même une innovation pour ce scrutin.

        depuis toujours à la présidentielle, c’était un candidat qui adhérait à un parti ; en 2017 ce sera un parti qui adhérera à un candidat

        Roulez jeunesse….

  11. Vu les chiffres et leurs évolutions
    le seul véritable danger pour qui
    n’aime pas du tout M. Le pen
    (et pas Fillon) c’est que Fillon justement
    se replace dans les 2 premiers avec M. Le Pen.

    A ce propos les anathèmes contre
    les Socialistes,.venant de leur propre direction
    (Cambadélis), qui stigmatisent les votes
    de sympathisants socialistes qui ne seraient pas
    pour leur Logo Hamon sont vraiment troublants.

    Ils ne font que bloquer par leur capolarisme
    violent des votes qui iraient vers Macron ou
    aussi vers Mélenchon (et trés peu vers Fillon
    ou Marine Le Pen).

    La candidature Hamon est bel et bien
    une inepsie qui peut faire de terribles ravages et
    cela Hamon, ses soutiens égarés et la direction
    du PS manifestement s’en fichent.

Les commentaires sont fermés.