Le tee-shirt de Poutou

La tenue de Philippe Poutou lors du débat raté des 11 candidats au premier tour de la présidentielle a choqué les bonnes âmes de la haute société.

On a lu beaucoup et pire sur les réseaux sociaux. Cette indignation est d’abord un réflexe de classe, un « mépris social », le réflexe d’une classe dominante qui attend que l’on se plie à ses codes, son ordre et ses usages quand on n’est autorisé à débattre avec ses représentants tels Anna Cabana, Luc Ferry, ou Christophe Barbier.

L’ouvrier Poutou, candidat trotskyste, est venu comme il est. Sur le plateau, il a dit ses 4 vérités à la candidate de Montretout. Et le lendemain du débat, il est reparti bosser à l’usine.

Poutou fut responsable du meilleur moment de ce débat raté. Et c’est cela, avant toute chose, qui les effraye.

On vous le remet.

Publicités

Comment rater un débat à 11 candidats

Il était 20h45 quand je me suis failli à regarder le débat retransmis par BFM et CNEWS entre les 11 candidats à l’élection présidentielle qualifiés pour le premier tour. Il était ensuite minuit, et les candidats n’avaient chacun parlé en moyenne de 15 minutes.

#1. Ce débat a été une tannée, un fiasco, une bêtise, un concours de formules en peu de caractères. On retiendra quelques saillies, quelques vannes, quelques expositions plus directes que la moyenne (Poutou: « Fillon, que des histoires. Plus on fouille et plus on sent la corruption et la triche. (…) On a aussi Marine Le Pen, pareil, on pique dans les caisses publiques et le FN, qui est antisystème, ne s’emmerde pas car se protège grâce à l’immunité parlementaire, donc peinard. « )

#2. Il est impossible d’exposer des programmes en moins de 15 minutes au bout de 3H.

#3. Oui, il y a des « petits candidats » dont nous n’avons que faire. Mais comment ont-ils pu se qualifier ? L’un d’entre eux, Lasalle, paraissait alcoolisé. Asselineau ou Cheminade dans des mondes parallèles. Poitou largué.

#4. D’idées ou de propositions il fut question, mais impossible de les mémoriser. Impossible aussi d’en débattre sur place, à coup de 90 secondes ou 2 minutes d’intervention.

Ma seule satisfaction fut cette proposition de Marine Le Pen d’installer des crèches dans les mairies et qui sonne le glas de la crédibilité de son discours (faussement) laïcard.

« Vous voulez mettre des symboles religieux dans nos mairies ? C’est ça votre laïcité ? » Mélenchon à Le Pen.

Les 6 lubies de Marine Le Pen

La voici sur l’estrade, les images sont fournies par l’équipe de la candidate. La chaîne CNEWS est si dépourvue de moyens qu’elle diffuse en live jusqu’à la fin du générique avant de rendre l’antenne sans le moindre commentaire ultérieur.

Ce dimanche 2 avril, Marine Le Pen est à Bordeaux. Devant elle, des milliers de supporteurs agitent leurs drapeaux BBR ou aux slogans marinistes.

#1. Le Pen a ses sujets favoris, comme la laïcité à sens unique, contre l’islam et seulement l’islam. MLP s’autoproclamé « candidate des jeunes filles et femmes de France contre le fondamentalisme islamiste », elle relaye ces faits divers de filles harcelées à cause de leur tenue.

#2. Le Pen adore aussi fustige le « Système immigrationniste et européiste » dont Macron et Fillon seraient les incarnations. Elle consacre enfin une large part de son discours à l’immigration « sans contrôle ».

#3. Elle veut donner plus de droits aux Français qu’aux étrangers, cette formule, qui laisse entendre à tort que la situation serait actuellement inversée, est usuelle chez l’extrême droite (et la droite furibarde).

#4. Le Pen fait du Fillon quand elle dénonce la fuites des cerveaux à l’étranger et le « trop-d’Etat« . Comme Fillon, elle veut simplifier pour aider « les inventeurs ». Comme Fillon elle veut réduire les droits de succession.

#5. Marine Le Pen veut la liberté sur internet et promet d’obtenir de Facobbok et consorts le stockage « en France » des données personnelles. On frémit.

#6. Elle veut aussi supprimer Hadopi et tout dispositif de sanction du piratage au profit d’une licence globale (vaste usine à gaz administrative en perspective).

« Protéger et transmettre », voilà le slogan qu’elle martèle encore et encore.

Marine Le Pen est bien d’extrême-droite.

Qui en doutait ?

Chanson du dimanche: « monde sauvage »

C’était avant qu’il ne se convertisse à l’islam.

Hamon se rallie à Mélenchon

Benoit Hamon s’est décidé à lâcher l’affaire. Il se rallie à Jean-Luc Mélenchon. Et laisse le PS en tête-à-tête avec lui même puisque le second finaliste, Manuel Valls, s’est rallié à Hamon.

Enfin.

 

(si vous pensiez qu’on allait s’épargner ce billet ce jour-ci…)