La grosse blague Dupont-Aignan


48 heures plus tard, on n’y croit toujours pas.

Marine Le Pen a promis Matignon à Nicolas Dupont-Aignan.

Ce dernier est un clown. Imaginer qu’il dirige un gouvernement de la République est d’abord une grosse blague.

Mais écoutez-là l’annoncer à la presse, incroyable mais vrai.

 

 

Au-delà du programme commun de gouvernement que les deux ont négocié, dans la plus grande tradition de compromis de boutique qu’ils aimaient tant dénoncer auparavant, cette décision de Marine Le Pen est la preuve d’un manque de crédibilité peu surprenant: ces gens sont néfastes au pays par leurs idées mais aussi par leur incompétence crasse.

 

Marine Le Pen et Nicolas Dupont-Aignan ont dévoilé, samedi 29 avril, le contenu de leur « alliance patriote et républicaine » qui marque un rapprochement inédit à la droite de la droite entre le Front national (FN) et le parti souverainiste Debout la France (DLF).

La candidate du FN et son désormais futur premier ministre, si elle était élue le 7 mai, réactivent dans ce texte la rhétorique antisystème et anti-establishment habituelle au FN, visant dès son préambule « la coalition des responsables de l’abaissement de notre pays » qu’ils accusent d’avoir ruiné la France.

M. Dupont-Aignan et Mme Le Pen justifient le rapprochement de leurs deux programmes, différents tout au long de la campagne, en expliquant qu’ils « avaient en commun de défendre avant toute chose l’intérêt supérieur de la France et des Français ».

Source.

Publicités

45 réflexions sur « La grosse blague Dupont-Aignan »

  1. Que l’on discute donc, honnêtement et point par point, de la qualité, de l’opportunité, de la faisabilité et de l’efficacité respectives des propositions des deux protagonistes du deuxième tour, c’est une exigence démocratique. Mais que l’on arrête cette imposture consistant à prétendre opposer un prétendu front républicain à une candidate dont les préoccupations sont sûrement moins éloignées de la tradition républicaine que la personnalité et le catalogue de son rival. Michel Onfray a eu bien raison d’observer, dans Le Figaro du 24 avril, la malhonnêteté intellectuelle et l’hypocrisie phénoménale de tous ceux qui crient à un loup qu’ils ont minutieusement fabriqué pour faire triompher, au final, l’ectoplasme postmoderne si peu républicain qu’ils appellent de leurs vœux.

    Et puis ne pas voir D-A à cette fonction et voir Mélenchon présider la France

    1. @lancien
      Il y a une différence entre souscrire au stérile « front républicain » et rallier Marine Le Pen.
      «Le FN peut s’impatienter, continuer à me draguer ostensiblement, il perd son temps.»

      Voilà la réalité. Ce monsieur a retourné sa veste, lui gaulliste et fils de résistant (d’après ses dires). Il est gaulliste quand ça l’arrange, comme beaucoup qui ont chié sur le gaullisme avant lui. Foutez la paix à De Gaulle, il est six pieds sous terre.

  2. S’ich bàll fertig…….0 gott sei dànk (en alsacien)
    > C’est bientôt fini…….Oh! dieu soit loué (en french)

    Bravo à l’auteur anonyme à qui nous devons ce texte

    Novateur de tout ce qui est éculé, progressiste de la marche arrière, le christique Macron a conçu une méthode révolutionnaire consistant à récupérer tous les vieux politicards de droite comme de gauche, tous les déchets et détritus politiques irrécupérables, puis à les jeter dans sa machine en marche, et là, après avoir été hachés, broyés, lessivés,

    ils ressortent tout neufs et pimpants comme du linge qu’on a fait tremper avec Calgon,ils deviennent des hommes politiques nouveaux, prêts à servir de plus belle leur ego,

    leur portefeuille, leur carrière et, accessoirement, leur pays !
    C’est ainsi que le triple battu des présidentielles Bayrou, qui depuis des années passe de gauche à droite et de droite à gauche en faisant l’apologie du centre, s’est retrouvé fringant allié du marcheur vers on ne sait quelle nouvelle ligne d’autobus ou de taxis ubérisés. Séduit par son exemple, ce sont à présent tous les vieux débris du Parti socialiste,
    du centre ou de l’ex-UMP devenue républicaine, et bon nombre de ministres voyant venir la fin, qui se précipitent vers la machine à recycler Macron.
    Derniers en date : l’ancien maire de Paris Delanoë, le futur ancien président de l’Assemblée,
    Claude Bartolantigone, ex-apologiste de Leonarda, le futur ancien ministre de la Défense
    Le Drian et, bien sûr, la reine des contes de fées socialistes, celle qu’une méchante fée a transformée en oie, mais qui est redevenue princesse, le ministre de l’Écologie et du

    Recyclage en personne : Ségolène Royal !

    Reste plus que le Président Hollande à passer à la machine et ce sera complet !
    De nombreux UDI hésitent entre le soutien à Fillon et à Macron, et les juppéïstes meurent d’envie d’aller se faire recycler eux aussi…
    Et, gloire suprême, on a même vu l’ancien premier secrétaire du Parti communiste Robert Hue passer, lui aussi, dans la machine en compagnie de l’ultralibéral Madelin.

    *Là, on est dans un véritable miracle politique, du jamais-vu depuis la résurrection de Lazare et l’on commence à comprendre pourquoi Emmanuel Macron se prend pour Jésus-Christ ou Jeanne d’Arc. La machine Macron est à la politique ce que la pierre philosophale était à l’alchimie, puisque elle réalise la transmutation des guignols en
    candidats aux législatives, des perdants en gagnants et des inca

  3. De lui ca ne l étonne guère mais de Mfrance Garaud ….ou alors De Gaulle avait raison sur la vieillesse !!

  4. Facile de rapporter une phrase en alsacien (heu… sûr ?) quand on sait que l’Alsace a voté majoritairement pour la « blonde ».

    Je ne comprends pas, par contre, l’étonnement du ralliement de Dupond-la-Joie au F-Haine !!! Il m’avait semblé que c’était très clair.

    Quant à croire qu’il sera 1er ministre il a vu la Vierge !!
    Jamais MLPN ne le nommera ou alors, comme l’a écrit notre ineffable Grand Manitou, un 1er ministre de transition … pour faire les poussières et passer la serpillière.

    MF Garaud ? peut-être … Bien que je n’ai entendu aucune déclaration de sa part … mais bon plus rien ne m’étonne !!

    Et Duvilliers ? qui rejoint également MLPN !!!

    ————————————————————-

    Bon MLPN ne se foule pas pour ce 2e tour, elle reprend les slogans de Mélenchon … et pique un petit peu dans le programme de JLM

    ON DIRAIT LE SERPENT kHÄA DU LIVRE DE LA JUNGLE : « AIES CONFIANCE … »

  5. NDA, avec ses 4,7%, ne sera pas remboursé de ses frais de campagne .
    Est-ce que le FN serait d’accord pour prendre l’ardoise à sa charge, ce qui serait le prix de ce ralliement express ?

  6. Contrairement à Mélenchon (Maastricht, mais abandon de son « plan B » à 48 heures du premier tour…), Dupont-Aignan a toujours été partisan d’une  » Europe des nations » et hostile à l’ UE telle qu’elle est et à l’euro. Mais, contrairement à Mélenchon et à Chevènement, il a toujours été de droite ( de la droite gaulliste) En quoi est-il un clown ?

    1. @ElIE
      Z’avez pas remarqué qu’ à la veille du premier tour, NDA disait encore pis que pendre de Marion Anne Perrine et du FN ?

      1. Au fait, en parlant de Chevènement : il n’aurait pas un peu frayé avec Pasqua et de Villiers, en 2002 ? Ces deux zèbres auraient été de gauche et on nous l’aurait caché ?

  7. Oui, bien sûr…Vous vous souvenez qu’en 1981, le PC donnait l’ordre, dans ses cellules, de ne pas voter Mitterrand ? Quelques jours plus tard, quatre ministres communistes entraient au gouvernement…Demandez à Aurore de vous expliquer tout ça !

    1. Pas de bol, mon cher Elie : j’étais secrétaire de cellule en 1981 et cet  » ordre » ne nous est pas parvenu . De toute façon, il n’aurait pas été suivi après 23 ans de gouvernement de droite .

      1. @ Alain bobards

        Il n’est de pire sourd que celui qui ne veut pas entendre !
        Sans doute n’avez vous pas été jugé assez fiable…

        1. @Elie
          Pourquoi vous montrer désagréable ? Est-ce parce que je vous ai rappelé que Chevènement avait fait un bout de chemin avec Pasqua et de Villiers en 2002 ?
          Pour votre gouverne, un secrétaire de cellule n’est pas tout seul .Ce n’est pas lui qui décide dans son coin qu’il diffusera où non une directive du bureau politique . Et, quand bien même, en 1981, une directive de ce genre n’aurait pas eu la moindre chance d’être suivie d’effet .

          1. C’était du second degré, voyons !
            Et Chevènement a eu raison de faire un bout de chemin avec Pasqua en 2002 (mais pas seulement avec lui : il y avait Anicet Le Pors dans son comité de campagne, ce nom vous dit-il encore quelque chose ?), et tort, à mon avis, de refuser le soutien de De Villiers.

            1. Le Pors avait rendu sa carte du PCF . Depuis, il y en a eut d-autres qui ont laché le PCF, le plus connu étant Charles Fiterman qui est encarté au P.S ( par pur charité, on devrait ne pas citer Robert Hue mais bon, c’est fait )

              1. En ce qui concerne Chevènement et ses relations Pasquaio-Villiriste, vous me permettrez d’être perplexe .

              2. Et Marcel rigout, et Gayssot : bref, tous les communistes qui ont eu des responsabilités de pouvoir, sauf Marie-George Buffet et Jack Ralite: 4 sur 6 : un hasard ?

    1. Vous êtes sûr d’avoir voté Mélenchon au 1er tour ? Le 1er mai est un jour de manifestation des salariés .On trouve en tête de cortège les représentants syndicaux . Ces manifestations étaient, à l’origine, un hommage aux syndicalistes assassinés par les nervis des patrons américains . Les politiciens n’y sont pas les bienvenus ( chacun son créneau ) .
      Mélenchon était au Carrousel à la manifestation en souvenir de ce Marocain tué, le 1er mai 1995, par les cranes rasés d’extrême-droite . Comme quoi, le taxer de vouloir faire le jeu du FN est une ineptie !

      1. En tête de cortège à Paris il y avait l’ultra-gauche et ses cocktails Molotov, comme d’habitude…
        Où était le SO des syndicats (je parle du cortège CGT) ?

      2. @ Alain bobards

        « syndicalistes assassinés par les nervis des patrons américains  »

        Ah, ces tics de langage des communistes ou ex-communistes ! C’était la police de la ville de Chicago: pourquoi « les nervis des patrons américains » ? Avez-vous remarqué qu’on ne parle jamais des «  nervis du bon papa Staline » ?

        1. @Elie
          Je vous suggère la lecture du « crime à l’américaine » de Browning et Gérassi, bouquin vieux de 37 ans mais où ils expliquent très bien les manières de faire des patrons américains ( et aussi des flics )

          1. En ce qui concerne Staline, il y a eut successivement la Tchéka, le NKVD puis le KGB .
            C’est pas parce que Staline était un salopard ( c’est un communiste nourri de marksisme qui vous le dit ) que ça excuse les Ricains de leurs turpitudes

  8. Zavez vu ? Je viens de lire que MLP et Duduche n’étaient pas d’accord sur leur accord ! C’est pas mignon ça ?

  9. Décidément, cette obsession de devenir Premier ministre est contagieuse!

    « Confiant en la capacité de la France insoumise de remporter la majorité à l’Assemblée nationale, Jean-Luc Mélenchon s’est projeté comme un futur « d’une nouvelle cohabitation majoritaire ». Et donc comme Premier ministre d’Emmanuel Macron? « Il faudra bien qu’il s’y fasse. » »

    http://www.bfmtv.com/politique/legislatives-melenchon-se-voit-l-emporter-macron-la-partie-n-est-pas-finie-1154279.html

    1. Y des précédents : Chirac/Mitterrand en 1986, Balladur/Mitterrand en 1993 .
      C’est bète, hein !

  10. Allons, bon : le discours mélenchoniste a fait un nouvel adepte : Macron ! J’aurai vraiment du mal à voter pour lui, dimanche; mais c’est la seule façon pour que MLP fasse le score le plus bas possible …

    Macron, ce 1er mai, à son meeting à La Villette :

     » Demain, plusieurs de ceux qui me soutiennent combattront mon projet ou certains de ses aspects. Je le sais, et je vous respecte. Mon combat est celui qui rendra aussi possible votre combat, sans l’écraser sans nier nos différences, avec tous nos désaccords.« 

  11. Bon, allez, le dernier pour aujourd’hui :

    « Les électeurs de Jean-Luc Mélenchon, eux, ne semblent pas avoir compris toute la subtilité de la position de leur ancien candidat. Ils sont 52 % à se reporter sur Emmanuel Macron, soit 2 points de plus qu’avant le premier tour, mais 17 % à vouloir voter pour Marine Le Pen (7 points de plus). L’abstention et le vote blanc ou nul reculent, eux, de 9 points chez les «insoumis». »

    http://www.lefigaro.fr/elections/presidentielles/2017/05/01/35003-20170501ARTFIG00128-emmanuel-macron-reste-largement-favori-au-second-tour.php

    1.  » Les électeurs de Jean-Luc Mélenchon, eux, ne semblent pas avoir compris toute la subtilité de la position de leur ancien candidat……

      A mon avis, Ils doivent parler de vous….

      1. Vous l’aurez constaté, la remarque citée par le toubib, vient du Figaro, qui saute sur l’occasion du report de vote sur Macron de certains électeurs de Mélenchon pour les faire passer pour des cons paumés….

        Comme je l’ai écrit ici les jours derniers, je vous laisse deviner ou même apprécier la curée de la meute médiatique; politique et des philosophes de supermarché qu’on a pu entendre ces derniers jours si Mélenchon s’était déclaré pour Macron.

        Ils sont tous tellement prévisibles….

    2. Au contraire, ils ont parfaitement compris : ils sont grands et agissent en fonction de leur ressenti . Il faut dire que le matraquage pour Macron et l’agitation du spectre du FN , faut des nerfs pour y résister !

      1. Sur Lille, pour la manif du 1er mai, quelques insoumis étaient présents et le discours était en effet partagé entre le vote Macron et l’abstention.
        Les citoyens sont assez grands pour savoir quoi faire ..

  12. « La grosse blague » premier ministre sera obligé, probablement sur ordre, de nommer « ministre de la communication et des effets spécieux » le seul homme au monde capable de se coiffer d’un vrai bonnet de marin tout en préservant son brushing, capable aussi, sans état d’âme, de repartir en limousine avec chauffeur après avoir passé une matinée « éreintante » en mer avec d’humbles pêcheurs sous l’oeil attentif des caméras de propagande.
    Comme l’image était convaincante… ah ! cette image de l’homme exhibé à toutes les sauces médiatiques… souvenez-vous en de cette image qui résume à elle seule toute l’indécence de ce qui globalement nous attend avec Super-Menteuse présidente… peut-être…

    ***

  13. Les journalistes belges sont plus objectifs que nous. Le soir titre « Présidentielle française: la victoire de la droite »

    http://www.lesoir.be/1492615/article/debats/chroniques/2017-04-28/presidentielle-francaise-victoire-droite

    Allez hein, encore un petit effort et on ouvrira les yeux en France aussi. Nous avons bien deux candidats de droite au second tour. Deux programmes proches, dans la casse sociale, dans l’abandon des citoyens … l’un déteste une partie de la France (ceux qu’il appelle les extrêmes), l’autre déteste à peu près tout le monde, sauf ceux qui valsent au son des chants du IIIème reich (humour xD).

    On se moque bien de Dupont-aignan, ce pauvre type qui fait parler les morts pour se créer une carrure. S’il veut se vautrer dans la fange, grand bien lui en fasse.

    5 ans pour reconstruire la gauche, 5 ans pour contrer Macron, 5 ans pour éviter d’avoir vraiment Le Pen au pouvoir (et là ils auront beau jeu d’appeler au front républicain, car l’UMPS aura eu 5 ans d’existence, dans la personne de Macron; enfin le discours du FN a une incarnation, dans l’abandon total de la politique au profit d’un discours technocrate et gestionnaire).

  14. Extraits (car réservée aux abonnés) d’une tribune libre d’un journaliste politique britannique résidant en France :

    La campagne vue d’ailleurs : une gauche en ruine, comme au Royaume-Uni

    Après quinze ans de vie en France, j’ai cessé de voir l’élection présidentielle sous le prisme britannique. Mes enfants bénéficient du généreux modèle social français qui assure, en contrepartie de prélèvements sociaux et fiscaux élevés – dans notre cas –, une solide protection sociale, à nous et à nos voisins moins aisés, qui ont manifestement voté Le Pen au premier tour.

    Ce modèle étant à bout de souffle, le rapport entre le vote et les marchés ressemble à la problématique de la poule et de l’œuf. Après tout, si les populistes, tels Marine Le Pen ou ­Nigel Farage, ancien leader du parti anti-européen UKIP, ont le vent en poupe et menacent de « provoquer des remous sur les marchés », c’est parce que les marchés ont déjà produit des remous dans le pacte social fondé après-guerre au Royaume-Uni et par les « trente glorieuses » en France. A ce stade, on peut voir surgir un candidat convaincant comme Emmanuel Macron, qui promet de trouver un équilibre entre le marché et l’Etat-providence. L’autre solution est d’embarquer sur un vaisseau pirate naviguant sous le pavillon de la xénophobie.

    Mais il est aussi dommage de voir Mélenchon – un caudillo éloquent qui avait un programme plus cohérent que celui de Macron – éliminé de cette élection passionnante, à laquelle il a apporté de l’intelligence, de l’énergie et de l’ironie. Quatre grands candidats dotés de programmes très différents se sont partagé le vote : ce fut une campagne exigeante et riche, qui s’est adressée à l’intelligence des électeurs comme ce n’est sans doute plus possible au Royaume-Uni.

    Corbyn, à la différence de Mélenchon, est le produit d’une fronde au sein du Parti travailliste. Il n’a jamais été ministre. Il n’a jamais eu d’admiration pour un chef d’Etat, contrairement à Mélenchon qui admire Mitterrand. Il est isolé dans une culture insulaire qui veut deux choses à la fois : le libéralisme économique et la fin de l’immigration. Les traditions et les références dans lesquelles Mélenchon a puisé pour sa campagne de 2017 n’ont plus cours dans la Grande-Bretagne postsocialiste. Elles risquent aussi d’en prendre un coup en France lors des législatives de juin. Cet été, la France et le Royaume-Uni feront pour une fois front commun : les deux pays se retrouveront à saluer Emmanuel Macron et Theresa May sur les décombres du socialisme.

    La France aborde le second tour avec Emmanuel ­Macron en dauphin de Hollande – en apparence du moins –, en candidat du « système ». Mais le « système » français, avec lequel Macron a pris ses distances durant la campagne du premier tour, a réussi à bien des Français et à une partie des immigrés.

    En tant qu’observateur britannique extrêmement méfiant à l’égard des référendums – cela vous étonne, après le Brexit ? –, je me réjouis qu’il ne reste plus en lice qu’un seul candidat favorable à cet instrument contondant de la démocratie. Fini le référendum sur la reconnaissance du vote blanc proposé par Hamon. Finis aussi les référendums de Mélenchon (référendum pour rédiger une nouvelle Constitution, référendum révocatoire pour destituer des élus, référendums d’initiative citoyenne). Le seul référendum qui soit encore proposé aux électeurs est celui de Le Pen sur le « Frexit ».

    Le référendum, ou le plébiscite, est un mécanisme bonapartiste qui a connu une renaissance durant le Second ­Empire : c’était une sale manie de Louis Napoléon et l’instrument de prédilection de la Ligue des patriotes. La république plébiscitaire que celle-ci souhaitait instaurer au nom de la volonté populaire était une attaque directe contre le parlementarisme. Le vénérable et vénéré système de Westminster, « la mère des parlements », comme aiment à l’appeler les Britanniques, est usé jusqu’à la corde. Mais la logique du référendum au nom du peuple n’était pas la solution au Royaume-Uni. Ce ne le sera pas non plus en France.

    1. @Elie
      Du coup, Blair sort de la naphtaline .
      En vérité, je vous le dis : ça sent le crash dantesque !

  15. Simon. Le soleil de Lille frappe donc si fort?
    Trouvez le rapport entre MLP et les nazis!!! Demandez aux personnes âgées qui ont vécu cette période de trouver le rapport.
    MLP veut défendre la France, il faut vraiment haïr notre pays pour la comparer à hltler. Vous vous sentez si menacé que vous préférez écouter les sirènes des médias et politiques qui vous dirigent par le bout du nez.
    Comment des gens se prétendant sensées ont pu voter fillion?
    Comment vouloir voter pour macron tout en sachant ce qu’ il va faire, tout en le sachant le féal des banques et le larbin de Bruxelles .
    Comment même des communistes osent parler de MLP après les dégâts causés dans le monde par le communisme
    Comparer MLP aux nazis alors qu’ eux étaient pour les nazis.
    Couché, au panier les cocos, et l ‘autre le maton, le chef de cellule!!!

    1. Je n’ai pas dit qu’elle était nazi, j’ai rappelé que la mémoire était courte et que danser dans les bals du parti néo-nazi en Autriche était son passe-temps favori. Je n’ai pas besoin de lui inventer des complaisances pour ce genre de gugusse, elle le fait toute seule.

      Pour l’accusation de coco, désolé mais je n’ai jamais été encarté et
      supporte très peu l’esprit partisan …
      Mon drapeau est noir et ma liberté politique s’arrête à mes convictions et non à un calcul électoraliste.
      L’amour de la patrie est un concept qui m’est étranger. L’amour de mon prochain par contre, non. Pour ça que je ne peux souffrir quelqu’un qui tient un discours nauséabond et outrancier sur les étrangers, qu’il vienne de « gauche » (Valls), ou des droites (Sarko, Fillon, Le Pen).

      Je suis pour l’abolition de l’État-nation, des frontières, d’une classe politique dirigeante. Je suis pour le tirage au sort et la disparition de la verticalité politique et sociale. Tout m’oppose à cette dame que vous considérez correspondre aux besoins du pays.
      Et c’est autant vrai pour monsieur Macron, parangon de la « liberté » des entreprises (qui n’est qu’un euphémisme pour revenir à un marché où les patrons ont droit de vie ou de mort sur leurs employés), de la mondialisation heureuse qui n’a pas grand chose à voir avec un internationalisme mais bien avec l’idée que seules les marchandises doivent se déplacer, et les hommes dans le cadre où ce sont des marchandises. Et surtout, point qui m’énerve le plus, nihiliste politique.
      Encore un qui accentuera le décrochage des citoyens de la politique et la montée de votre chère candidate.

    2. Au fait, encore une vue de l’esprit ou le loup caché derrière le chaperon rouge Marine ?

      http://tempsreel.nouvelobs.com/rue89/sur-le-radar/20170425.OBS8523/le-jeune-photographe-de-marine-le-pen-qui-like-le-nazisme.html

      Arrêtez de prendre MLP pour une sainte et voyez le FN pour ce qu’il est: une couverture aux groupuscules d’extrême droite, anti-républicains et ouvertement racistes.

      A Lille, on les connait bien les frontistes … La Citadelle, les génération identitaire. Ici ils ne se cachent pas sous le républicanisme et les atours séduisants d’un pseudo-discours de gauche.

  16. A l’instant sur France Inter, JL Borloo a dit  » voter pour M Blanc » c’est totalement irresponsable ! il ne comprend pas l’attitude de Méluche et j’espère que beaucoup sont dans ce cas !

Les commentaires sont fermés.