Ton loyer augmente ? Les aides diminuent. Merci Macron ?

Bastamag revient sur deux nouvelles, dont une annonce du gouvernement en place:

  • « Au premier trimestre 2017, les loyers ont augmenté en moyenne de 0,51 % en France, la plus forte hausse enregistrée depuis trois ans. »
  • Au second trimestre 2017, le gouvernement Macron a décidé de réduire les APL de 5 euros mensuels. Je connais un marcheur au moins qui pourtant est à 5 euros près.

J’ai entendu cet argument suivant lequel les APL servaient l’inflation immobilière. Saquer les précaires du logement plutôt que les promoteurs et bailleurs pour lutter contre l’inflation des loyers locatifs, quelle riche idée !

« Le gouvernement a décidé de diminuer l’Aide personnalisée au logement (APL) de manière uniforme pour les 2,7 millions de ménages qui en bénéficient. Cette baisse de 5 euros par mois, soit 60 euros par an, peut paraître anodine pour les personnes disposant de revenus corrects. Mais elles frappent prioritairement les ménages les plus pauvres et les étudiants en situation précaire, dans un contexte où les loyers poursuivent leur augmentation. 90 % des ménages qui perçoivent l’APL sont locataires. Cette aide publique, qui s’élève à environ 230 euros en moyenne par mois, représente un coup de pouce précieux pour acquitter son loyer. Elle est accordée sous condition de ressources – l’épargne et un éventuel patrimoine sont pris en compte – ainsi qu’en fonction du montant du loyer. « Une personne seule par exemple ne touche plus les APL si elle gagne plus de 1,1 Smic par mois », rappelle la Fondation Abbé Pierre. Soit 1265 euros nets par mois. »

Lire la suite.

Le jour où Christophe Castaner a dérapé

La ministre des Armées (et non de la Défense) a finalement annoncé dimanche 23 juillet 2017 qu’elle avait obtenu gain de cause pour débloquer 1,2 milliards d’euros de crédits dès cette année.

On n’y comprend plus rien. Macron déçoit son Chef d’Etat Major des Armées (nommé à son poste par le même Macron 12 jours plus tôt!) en annonçant une annulation de crédits entre juillet et décembre de 850 millions d’euros, lequel général s’en explique devant les députés qui l’interrogent à huit-clos sur cet exact sujet. Macron pique une colère en public, le général démissionne, puis Macron revient tout miel annoncer que le budget de la Défense l’an prochain sera le seul à progresser de tous les budgets publics (on n’en demandait pas tant!), et de 2 milliards de surcroit. Et voici ce weekend que la ministre des Armées en rajoute 1 milliard. C’est Noël en juillet !

Quel gâchis.

Revenons cinq minutes sur l’autre bourde de la semaine, celle qui nous fait penser que Castaner n’en a peut être plus pour longtemps à son poste. Le gars est porte parole du gouvernement et le jour même où son monarque essaye de calmer le jeu, voici qu’il livre une interview écrite pour charger à nouveau le général de Villiers d’une accusation farfelue: « C’est son comportement qui a été inacceptable. On n’a jamais vu un chef d’état-major s’exprimer via un blog, ou faire du off avec des journalistes ou interpeller les candidats pendant la présidentielle, comme cela a été le cas. Il s’est comporté en poète revendicatif. »

Il y a 4 jours, le député Alexis Corbière expliquait ce qu’il avait vu et entendu à la commission défense de l’Assemblée (dont il fait partie) lors de l’audition du chef des Armées le 12 juillet. Corbière n’est pas béat devant ce général que d’aucuns expliquent qu’il serait royaliste, il décrit ce qu’il a entendu et rappelle à ce titre que l’Armée en France dépend du pouvoir politique (précision importante pour quelques rageux macronistes qui faisaient mine de croire que la France insoumise était soudainement devenu pro-militaire). Corbière conclue: « ce que le général de Villiers a fait en parlant devant la représentation nationale, c’est son devoir. » Et oui, et oui. En France, quand les députés auditionnent des militaires et les interrogent, ces mêmes militaires, n’en déplaise au gaffeur porte-parole gouvernemental Christophe Castaner, doivent répondre.

Si le général de Villiers avait été discourtois pendant la campagne présidentielle, pourquoi Macron l’a-t-il renommé chef d’Etat Major ? En décembre dernier, le général avait loué l’action de son ministre de l’époque, alors qu’il réclamait un budget à 2% du PIB dans une tribune publique. Un objectif que Macron a repris dans son programme ensuite.

Cherchez l’erreur.

Quel gâchis.

 

Toi aussi, habille-toi comme Macron!

 

Macron s’est déjà déguisé par deux fois en militaire en visite chez des militaires. C’est ridicule, mais on ne saurait trop l’encourager à persévérer.

Quelques suggestions pour ses prochains déplacements ?

 

Deguisement-homme-marin-sexy-1576-1

 

56554566

 

 

Mais il y. a au moins une tenue, plus importante que les autres, que Macron devrait revêtir.

 

3599707-ouvrier-assis-sur-le-sol-et-la-tenue-des-pinces-de-pr-hension-isol-sur-blanc--Banque-d'images

 

 

 

Chanson du dimanche: la mère

Brandi Carlile est une chouette chanteuse, mère et gay, qui a commis cette chanson réjouissante pour tout parent l’an dernier.

« Cons », « guignols », « camp de réhabilitation » ? Toi aussi, deviens insoumis.

C’est un billet désagréable à écrire autant qu’à lire.

La mandature Macron libère les énergies. Déjà, l’opposition à Hollande en cours de mandat (2014) avait créé quelques désaccords avec des amis de la blogosphère.

Ce n’est pas grave. Les désaccords politiques sont constitutifs de la vie. Je me souviens que je suis tombé amoureux d’une femme qui ne pensait pas comme moi (et nous sommes toujours d’heureux mariés un quart de siècle plus tard). En d’autres termes, il faut peser comment on répond à un argument politique que l’on désapprouve: veut-on humilier, convaincre, séduire, rompre ?

Quand j’écrivais SARKOFRANCE contre Nicolas Sarkozy, le combat servait la cause de l’opposition toute entière. Après la défaite de Sarko, le front s’est divisé, j’ai quitté les Leftblogs, mais les dialogues restaient respectueux. Les souvenirs d’un combat commun en 2012 ont sans doute limité l’ampleur de certains clashs. Avec Macron, chacun se sent plus libre visiblement. Je lis donc ici ou là que la moindre des interventions d’un insoumis, et peu importe le sujet, est vouée aux gémonies sans parfois plus d’arguments que « vous êtes des cons, des guignols » et autres politesses.

Je ne traite pas les macronistes de « cons« , ni de « guignols« . Je ne promets aucun « camp de réhabilitation » à mes adversaires. J’ai toujours essayé de choisir les qualificatifs de ceux avec j’étais en désaccord: un frontiste est un ennemi, pas un adversaire; un adversaire politique peut être respectable. et puis il y a ceux que je ne désespère pas de convaincre. J’évite de les traiter de cons ou de guignols, sauf s’ils m’agressent de prime abord. Il y a enfin et surtout les camarades de combat avec lesquel(le)s nos chemins ont divergé. Pour nombre d’entre elles/eux que je n’ai jamais rencontré dans la vraie vie, comme pour celles et ceux que j’ai vue irl, j’ai du mal à penser qu’ils sont des « cons » ou des « guignols » parce qu’elles/ils soutiennent Macron. Ce serait bête de penser cela.

Et pourtant, ma rage et ma colère ne font que gentiment grandir à cause de ce que je vois, je lis et je comprends de cette présidence Macron.

J’admets cependant tout à fait que nombre d’anciens hollandistes trouvent repos et soulagement dans cette présidence jupiterienne qui prends le relais d’un échec traumatisant et évite de se poser des questions sur le fiasco précédent. Car rappelons nous la séquence: Hollande a été le premier président de cette Vème pourrissante à ne pas se représenter alors qu’il était, au moins physiquement, en capacité de le faire.

Je peux comprendre l’énervement, voire la trouille, de voir que la Macronista devienne le même objet de détestation que la Sarkofrance.

Nous n’avons que des désaccords politique avec Macron. Je ne lui trouve en grâce en pas grand chose sauf quelques sujets sociétaux, et son joli sourire. Mais Jupiter est aujourd’hui en passe d’ajouter d’autres inquiétudes.

L’opposition est sacrément calme sur la personne de Macron. Elle est sacrément polie avec les jeunes novices macronistes. Elle tend sacrément la main à une majorité sur-dimensionnée. Que quelques trolls  macronistes ne comprennent pas cela est triste, ou révélateur.

J’essaye parfois d’avoir un peu d’humour contre la République en Marche, leurs nouveaux députés et tout le toutim. La France insoumise que je soutiens est truffée de défauts (dont celui d’avoir raté les élections). Mais visiblement, même l’humour ne passe pas chez quelques amis. Et donc les insultes, que d’aucuns prennent prennent pour des traits d’humour ou des figures de style, volent et fleurissent à l’encontre de nous autres insoumis(e)s, #FI, #PS ou #ecolo, opposés à ce qui déroule sous la direction de Jupiter.

Pas grave les gars.

Il faut être deux pour se haïr.

Ou se parler.

La vie est injuste me faisait remarquer une camarade socialiste.


 

La France d’après commence aujourd’hui.

C’était la joie. Elle est toujours très forte, très grave, quand on gagne une élection. Nicolas Sarkozy avait été défait, hier soir. Sarkofrance va changer. La Sarkofrance allait disparaître. La droite pouvait renaître, mais il fallait licencier Nicolas Sarkozy ce soir;

Il faudra se souvenir de cette période. Une période où un homme sans conviction sauf celles qui servaient sa propre survie politique, a gouverné la France. Nicolas Sarkozy a détruit son camp de l’intérieur. Il a mis 10 ans à gagner contre son camp, 5 ans pour abîmer la France. Nicolas Sarkozy n’est plus, il faudra qu’il ne soit plus, qu’il disparaisse.

Toi aussi, deviens député LREM

Ce n’était pas prévu, ils/elles ont été élu(e)s si facilement, si rapidement. Les nouveaux députés de la république En Marche ne connaissaient pas suffisamment le fonctionnement de la République. Les voici formés en rythme accéléré alors qu’ils ont déjà voté les pleins pouvoirs au gouvernement pour modifier le code du Travail par ordonnance et la prolongation de l’état d’urgence.

L’ampleur de l’abstentionnisme de ces nouveaux députés macronistes étonne. Entre la moitié et les deux tiers sèchent les séances au parlement. On attend les bilans complets, avec présence en commission etc.

Pour l’heure, je vous invite à lire les documents de formation pour ces députés novices publiés par l’Assemblée nationale. La prochaine fois, pourrait on prévoir un test avant l’élection ? La première page est simple, et glaçante: « la loi voit son domaine défini par la Constitution; et est votée par le Parlement. » Dans la suite, le nouveau député apprend qu’une loi et un projet de loi sont deux choses  différentes.

 

L’eau, le ciel, le feu.

La prochaine fois, pourrait on prévoir un test avant l’élection ?

 

 

(A télécharger)