Les insoumis à l’Assemblée


Il applaudit une députée LREM pourtant peu conciliante dans la commission qu’elle préside à l’encontre des propositions de l’opposition.

 

Mais pourtant, il faut parfois faire des procès d’intentions. On est obligé, comme l’explique Danièle Obono. Observez l’hémicycle, les rangs LERM sont … déserts.

 

Parfois il faut en rire. Rire de la « pensée complexe » du jargon de langue de bois de la loi d’habilitation.

 

 

Parfois, il faut poser de fausses énigmes. Qu’est ce qui dans la loi Travail va protéger les agressés des agresseurs ? Rien explique Ruffin.

 

 

Il faut parfois encourager les député(e)s En Marche à sortir de leur majorité. A comprendre d’où ils viennent. Et leur expliquer où ils vont.

 

 

Ces députés remplissent l’un de leur rôle, témoigner, critiquer, expliquer, proposer. Ces débats, comme d’autres sous d’autres majorités, sont assez réjouissants. Ils révèlent aussi combien le groupe LREM, confronté au direct du débat, est souvent nu, ou absent.

 

 

Publicités

6 réflexions sur « Les insoumis à l’Assemblée »

    1. J’ai vu très bon,

      et sur son blog russeurope une belle série de dézingage du Rézidu.
      Jacques Sapir de lâche rien !

        1. Juan,
          Vous avez raison. Autant Sapir peut faire des analyses lucides et pertinentes, autant peut-il pêcher gravement en des excès d’ ouverture d’esprit revendiquées.
          Pour ma part, il est idéologiquement inacceptable de prétendre que la nécessité de faire front commun contre l’europe néolibérale justifierai une alliance avec le diable frontiste.
          Merci d’avoir remis les pendules à l’heure.
          Cela dit, le lien que j’ai fourni n’en demeure pas moins intéressant et peut-être utile ?
          Voici une tentatve de justification de Jacques Sapir qui me paraît vaine…
          https://www.google.com/url?q=http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2017/01/02/31001-20170102ARTFIG00226-jacques-sapir-je-n-ai-jamais-dit-que-je-souhaitais-une-victoire-du-front-national.php&sa=U&ved=0ahUKEwi__a3v25jVAhVoJJoKHWGIA-cQFggFMAA&client=internal-uds-cse&usg=AFQjCNHEdcmbeA_Kz8HTaoDAP3nKJMFKPg

          1. Lionel Péneau

            Je rebondis là dessus parce que je lis régulièrement Sapir sur les sujets qui m’intéressent.
            Si on décortique un peu le sujet, quoi qu’on en dise :
            – il y a le FN et les votants du FN
            – L’UE, sa constitution et ses déviances graves

            Le fN et ses votants
            Personne ne peut plus ignorer qu’il représente 6 millions de votants en moyenne (10 aux dernières élections), même si ce parti est l’idiot utile des ex partis principaux (partis d’ailleurs moins violents avec le FN qu’avec les « insoumis » ), qu’il traîne des groupes violents, et dont je pense sincèrement que le but de ce parti sans relais, n’est qu’une épicerie familiale qui fait vivre plus que correctement les quelques pontes qu’il abrite..
            Il n’en reste pas moins vrai que ses 6 millions de votants (10 millions à la dernière) ne sont pas tous fachos. Pourquoi votent ils alors pour le FN, quitte à pardonner ses dernières turpitudes qui n’ont pas été pardonnées à Fillon…(y compris le doigt d’honneur aux juges). ?
            On lit bien ici et là la sociologie du vote FN (âge, catégorie socio pro, niveau d’étude) , regardez là bien, elle n’est pas totalement celle que la presse nous dresse (ou plutôt les zooms qu’elle veut bien en faire)….

            Les partis traditionnels et les relais médiatiques ont su mettre en place l’organisation de tabous. Si le FN évoque un sujet, alors il est de bon ton de ne pas le reprendre sous peine d’être assimilé. La culpabilisation est une méthode de maintien de l’ordre intellectuel qui fonctionne plein pot à notre époque…

            1. suite

              L’UE
              Sapir est anti européiste et anti euro, il l’explique très bien, mais ses démonstrations resteront de l’utopie, du rêve comme toutes celles qui exposent des alternatives à ce que nous vivons TANT QU’ELLES NE TROUVERONT PAS LEUR APPLICATION. Tant qu’on ne peut pas vérifier une démonstration, elle est effectivement une rêverie, une utopie, une impossibilité, du romantisme et tous les qualificatifs du même ordre. ……

              Je le dis souvent ici, le fonctionnement même de l’UE est une forme de tyrannie (commission de non élus dont le président est un voyou notoire, eurogroupe sans statut légal, système d’incitation à la concurrence violente entre pays dont nous allons souffrir inévitablement ).

              Alors d’accord ou pas avec Sapir, d’accord ou pas avec Mélenchon qui ont le mérite de faire des propositions alternatives étayées (d’autres noms peuvent être associés d’ailleurs), il ne s’agit plus de dénier avec un seul revers de manche, mais de se poser les bonnes questions pour établir le bon diagnostic.

              Comment l’UE a t’elle pu arriver à corrompre des dirigeants français au point de passer outre au principe du vote démocratique de 2005.vs 2008
              Personne ne se pose cette question, comme personne ne se pose la question de la continuité de cette déviance sous la forme de la casse du droit du travail par un groupe X, dont la composition est secrète, qui va réécrire les grands principes du nouveau code pour le placer sous les fourches caudines du marché et des groupes internationaux (appliquons nous le principe national de l’eurogroupe ?).
              Ca ne dérange personne ?

              Macron et ses parrains, inconnus pour la plupart, qui a profité de ce grand hiatus est un européiste servile, il va déprimer la France plus que jamais avec ses résolutions de problèmes qui ont fait la preuve éclatante de leurs échecs un peu partout depuis la crise de 2008

              Cela n’est il pas aussi inquiétant ?

              Le déni n’a jamais rien fait avancer, le tabou et l’omerta non plus, bien au contraire.. Ne pas évoquer les sujets qui font la force du FN c’est en même temps donner quitus aux dits modérés, qui ne le sont plus que parce qu’ils le disent..Il suffit d’y croire..

Les commentaires sont fermés.