Loi Travail: contre les leurres idéologiques de la novlangue macroniste


Deux économistes peut être atterrés se sont récemment émus d’une autre manipulation de vocabulaire de la novlangue en vigueur pour justifier la contre-réforme du code du travail sur la base des quasi-pleins pouvoirs attribués par cette majorité « novice » mais surtout docile au gouvernement Macron.

« Cette réforme du marché du travail parachève la fusion entre technocratie et autoritarisme » expliquent-ils. Ils fustigent les postures de prétendus experts.
Mais ils rappellent une évidence historique: le libéralisme n’a jamais existé autrement que la loi et la répression. La libre et simple loi du marché , en particulier en matière de travail, n’a jamais existé. Elle s’est imposée à coup de lois et/ou de répression.
Depuis le XIXe siècle, le libéralisme n’a jamais hésité à la coercition au nom d’une certaine conception de la liberté, voire à recourir à la violence armée (comme en témoigne l’histoire de la colonisation) ou briser les solidarités populaires (comme le montre l’histoire du mouvement social) pour mettre en œuvre un laisser-faire qui est tout le contraire d’un non-interventionnisme.
Le non-interventionnisme , prétendument perturbé par l’intervention étatique au cours du XXème siècle est une chimère. La loi libre du marché s’est imposée parfois dans le sang, toujours par la force de la loi, pour contraindre la libre-force des inte-actions et rapports sociaux. Pour vous le dire autrement, la lutte des classes est la loi libre et naturelle du « marché« .

Ne pleurez pas.

Le patron « moderne » a besoin de loi qui le protège. Les explications « techniques » selon lesquelles la future loi travail « d’assouplissement » du code du travail serait une nécessité « naturelle » sont simplement des présupposés idéologiques et/ou des ressentis personnels sur des rapports sociaux en entreprise qui n’existent que par la bonne volonté du législateur.

Sans rire.

Seconde imposture de la novlangue macroniste, le mythe d’un « marché du travail » « libre et équilibré« . Quel rapport entre une TPE et une multinationale ? Pourquoi donc réclamer des assouplissements au nom de la première pour cacher les intérêts de la seconde ?

Quel rapport entre un artisan et un instituteur ? Pourquoi donc vouloir « réduire le lien social à un lien marchand, ignorant l’ensemble des mythes, d’histoires, de mœurs et de coutumes fondant notre identité collective et vouloir enserrer celle-ci dans un marché ‘autorégulateur’  » qui n’est qu’une « dangereuse utopie » ?

N’en déplaise à la ministre du travail, la législation sociale n’est pas une « friction« , elle est la norme des rapports sociaux. Son libéralisme bisounours qui masque mal le projet de dérégulation contrainte des grandes entreprises serait une exception historique que seul le hold-up politique de ces élections 2017 aura permis.

 

 

Publicités

21 réflexions sur « Loi Travail: contre les leurres idéologiques de la novlangue macroniste »

  1. Votre renvoi concernant des économistes est bien Monsieur JUAN, mais si on n’est pas abonné, on se le met sur l’oreille pour le fumer le lendemain..

      1. Excusez moi, j’ai bien lu votre texte mais j’ai la mauvaise habitude d’aller chercher l’original quand même.

        J’ai fait mon St Thomas comme d’hab…

  2. Bien votre texte Monsieur JUAN, je me permets de présenter des éléments que j’ai travaillé après cette entrée en matière. Si ça peut intéresser…

    Il ne faut pas avoir peur de répéter que cette casse programmée du droit du travail ne fait plus aucun doute avec des méthodes plus que glauques du merdeux fourbe. C’est une véritable saloperie organisée qui se déroule devant nos yeux, pendant les temps de relâche de 19 millions de salariés de droit privé.

    1° La loi d’habilitation est votée en catastrophe, dans la précipitation par des nouveaux élus à peine installés.

    2° le projet de loi initial et le final est tout à fait rédigé différemment. Il y a des dispositions inquiétantes qu’il faudrait évaluer, tant la rédaction est lâche et peut prêter à manipulation

    – disparition de la référence à l’article 34 de la constitution dans l’article 1 de la loi
    – apparition de nouveaux alinéas sur quasi tous les articles

    – article 2, apparition de la notion de seuils

    – et surtout l’alinéa 3 de l’article 6 qui fait référence à des corrections d’erreurs et d’incohérences sur des lois passées de 2015 et 2016…

    c’est tellement vague qu’il est impossible de savoir ce qui va être retouché. C’est inquiétant si le merdeux compte procéder ainsi pour toute la durée de son règne de tyran…

    3° Le nouveau dispositif qui organise la loi de la jungle par entreprise va être rédigé sous X. Qui ? le MEDEF/AFB/CAC ? des technocrates français, européens ?, des cadres sup de groupes internationaux ?
    Pendant que le gouvernement amuse des syndicats comme la CFDT dont je rappelle que son boss avait approuvé le 1ere loi du travail

    4° Le principe de protection du code du travail peut être écroulé quasi totalement en changeant simplement quelques dispositions clés parfaitement choisies.(un peu comme un artificier qui peut faire péter un batiment avec quelques charges bien placées)…

    Cette précipitation en proximité de l’installation de nouveaux députés qui se sentent « redevables » de leurs situations toute neuves vis à vis du morpion et de Ferrand qui saura leur rappeler (rappelons nous que le recrutement a été effectué strictement en faisant bien savoir qui nourrissait le candidat lauréat.) cette précipitation peut être calculée crée une situation inédite lors du vote de la loi… On ne mord pas la main qui nourrit

    Cette situation invraisemblable génère des situations pour le moins troublantes dont je n’ai pas entendu parler, ni lu par ailleurs

    à suivre

  3. suite

    J’ai fait un tableau récapitulatif des votes qui donnent quitus aux ordonnances de la casse du code du travail. Je suis allé de stupeur en stupeur tout le long du travail.

    Méthode :

    – classsification par type de vote par député (oui, non, abstention, non voté)
    – recherche des métiers des députés et classification par secteur (public ou privé)

    1° Ont voté OUI, 270 députés sur 577 ce qui fait 46.39 % des voix totales.

    en conséquence, pour des raisons diverses, la majorité du parlement n’a pas donné quitus au président hypocrite…

    2° Ont voté OUI
    – 163 députés qui sont issus du secteur privé (cadres ou dirigeants pour la plupart)….pour faire vite

    – 104 députés issus du secteur public (fonctionnaire, enseignants, territoriaux…) peu de contractuels répertoriés, ou à la marge..

    – 3 non classés socio professionnels..

    J’en suis tombé des nues, des fonctionnaires dont les statuts ne font aucun doute sur la stabilité de leurs carrières, ont donné leur pouvoir à des X qui vont écrire les textes pour leurs compatriotes de droit privé se fassent jeter à moindre frais, comme des mouchoirs usagés

    Je préfère croire qu’ils ne savent pas ce qu’ils font… bordel…

    A noter pour finir, qu’étonnamment, les absents au moment du vote, du secteur public ou privé, sont souvent des anciens , anciens au sens de leur durée dans le bain du milieu,

    Ou peut être de ceux qui n’ont pas voulu mettre le futur d’un bon nombre de leurs concitoyens de droit privé en difficulté.

    Je préfère croire comme ça…

  4. Baba, baba ( et pas ali ) stanis ne se doutait pas que les fonctionnaires allaient voter la loi travail!!
    Mais gars, ces zozos ne sont pas concernés, alors qu’ en ont ils à foutre si les bougres du privé trinquent. Depuis des années c ‘est comme cela, les retraites, les ponctions, les prélèvements sur la SS , les complémentaires, les mutuelles, gérées par des fonctionnaires avec l ‘ argent du privé
    Mieux, à la rentrée, quand il sera trop tard, appel à la grève, qui va perdre de l ‘argent, le privé ou la fonction publique? et ces grèves qui sera pénalisé?
    La chanson du mercredi
    Tu l ‘ as vouluuuuuu, tu l ‘as eu
    Ti l ‘as choisiiiiiiiiiii c ‘est tant pis
    Maint’ lant tu l ‘as aaaaa
    Dans l ‘ baba .
    Trève de blague, l ‘autre était un danger pour le pays, une copie de hitler, une et je t ‘en remet une couche
    Ah, vous avez ( il paraît ) voté blanc…… incapable de vous décider? donc il est la, et pour 5 ans !
    Alors, tant qu’ à le subir attendons un peu ( 1 an ) avant de critiquer sa moindre parole.
    Nous enfoncer plus paraît difficile, du chômage en veux tu en voila, des dettes à ne savoir qu’ en faire, des parasites à ne pouvoir compter, des miséreux par milliers, des sans logis ben sans logis, les carnets de commandes vides , des retraités servant de tirelire, un pays en guerre avec ses frontières ouvertes à tous vents, des attentats, des morts mais des commémorations, des médailles à titre postume etc le paradis.

    1. LANCIEN

      J’ai fait l’état statistique du vote, et 104 députés « redevables » ou qui ne doutent pas de ce qu’ils ont délégués à Macron et sa bande d’X ..ça ne fait pas une généralité.

      Mon propos est de montrer du doigt la duplicité, la fourberie de la méthode employée par un président français sans aucun pouvoir.

      1. l’autre aspect est qu’il n’ pas eu la majorité au parlement…

        La casse du droit du travail prend appui sur un seul homme et sur une minorité parlementaire.. A mon avis, on n’a pas fini d’en parler..

  5.  » Quel rapport entre une TPE et une multinationale ……………

    Il y a quelques chiffres simples à garder en tête concernant les entreprises (source INSEE ed 2016)

    Il y a environ 3,9 millions d’unités en France

    – 274 grandes entreprises représentent 28 008 unités en France
    – 5 322 ETI représentent 46157 unités en France
    (ETI = entreprises de taille intermèdiaire)

    Ces deux catégories, à elles seules, elles représentent 40 % de l’emploi salarié de droit privé.

    75 % du salariat de droit privé travaille dans le secteur tertiaire….

    C’est sur ce tissu là que comptent d’abord les allumés du libéralisme financier pour organiser la grande rotation qui va permettre de baisser les salaires moyens. A n’importe quel prix, en commençant par le traditionnel chantage à l’emploi….tout en continuant à recevoir les transferts massifs de fric public (CICE, pacte et peut être ce qui se prépare pour les heures sup ??

    C’est l’objectif.

  6. Juspipi amuse la galerie mais amasse les oppositions futures
    et curieusement je n’ai plus ma dose de sondageries
    j’sais pas non plus où en sont les ventes de prozac

    les marcheurs sont fatigués ? z’ont besoin de reprendre leurs esprits et souffle ?
    de Lou Ravi à une attente résignée de l’échec assuré d’une politique économique qui a raté partout in US and UK notament
    sauf en Germanie, mais ça c’est merci la monnaie Euro et la sous-traitance intra UE

    Comment s’appelle déjà l’autre Merdeux devenu récement Roi de l’Arabie après la visite et danse du sabre de Donald ?
    au moins il y a du pognon là-bas.
    Ici c’est Allo Merkel, Bobo !!!

  7. Finalement la technique du morpion pour la mise au feu du droit du travail s’apparente à celle de la cuisson du homard.

    J’explique :

    En catimini, vous saisissez violemment un homard au fond de son bocal, profitant qu’il était peinard, et serein dans son bain, et vous le plongez brutalement dans l’eau bouillante….il est cuit…

    A l’issue de opération, il est possible d’y trouver des similitudes, la première est une certitude
    – le droit du travail comme le homard sont morts

    La deuxième est moins évidente :
    – le homard comme le salarié de droit privé deviennent tout rouges..

  8. Finalement les députés marcheurs qui ont refilé en masse le pouvoir au morpion pour fragiliser l’avenir professionnel des salariés, font bien plus de résistance dès qu’il s’agit de la flexibilité de leur propre sort..

    Les dispositions concernant la suppression de la réserve parlementaire, la réforme des indemnités de frais de mandat et l’interdiction des emplois familiaux passent très très mal..

    Pas de doute, nous avons confirmation que les députés « en marche » ne sont pas des robots…

    Saquer les autres OUI, mais pas à n’importe quel prix…

  9. Si ça peut vous consoler libre à vous.
    Mais, Macron est élu, a la majorité du parlement, et peut faire ce qu’ il veut.
    Se répandre sur ceci ou cela n ‘ y changera rien. 5 ans, longues années avec sarko, très longue avec le moi président, avec le nouveau, le messie tant attendu ces 5 ans risquent, quoi au fait ?

    1. Le risque pour MacOuï, élu par défaut, est de se retrouver immobilisé comme Chirac (fracture sociale), Sarkiki et Holandouille.

      immobilisé, (comme écartelé) par Merkel et Bruxelles, la fronde des PR, la guérilla des Insoumis et du FN sur fond d’incompétence de ses godillots.
      en attendant la lente érosion du support des pressetitués, déjà amorcée.
      Observez le silence ici des macronistes face aux arguments de l’inlassable Stanislas.

      Jupiter mutant en Manekenpiss, l’enfant prodige supportera ou pas ?

    1. LANCIEN

      Tes potes qui s’alarment pour 200 millions d’aides à des assoss, dont le principe de base est pour beaucoup non lucratif, où tout bénéfice doit être réinvesti, font ils du bruit autour des 40 milliards de subventions publiques distribuées aux entreprises internationales dont les bénéfices explosent et pour lesquels il est absolument impossible de tracer la destination des subventions reçues.

      Il semble plus facile de monter le dossier pour les assoss (pas transparentes, qu’ils disent) avec plus de précision que ne l’ont fait plusieurs équipes de chercheurs et économistes pour le CICE sous la présidence de Pisani ferry, équipes qui n’ont pas trouvé grand chose.. (pour ne pas dire rien).

      1° Vu sous l’angle du fric, il est facile de critiquer des assoss, voitures balais qui canalisent la misère en errance.
      Pas dit que les 200 millions retirés, tu sois heureux de voir tout ce monde pris en charge, laissé à divaguer dans ton quartier pour s’installer sous tes fenêtres…

      Personne n’est parfait, on a les indignations qu’on peut, là où on est..

  10. stanis Je parle de 200 millions moins souvent et moins longtemps que toi et tes 40 milliards.
    Une association doit vivre des cotisations de ses adhérents, pas des impôts des contribuables
    Quelle utilité publique ont des associations qui amènent dans le pays des milliers de sans papier entrant illégalement dans le pays.
    Demain ce sera encore je suis charlie et vous continuerez de jouer les faux culs.
    Laisser à des millions de personnes l ‘ espoir d’un eldorado où sans travailler on est logé, nourri, soigné etc les pousse à venir.
    C’ est cet espoir que vous donnez qui cause ces morts en méditerranée., oui, vous les coupables, autant que les associations car de fait , ce sont elles  » les passeurs ». La différence est qu’ elles sont illégalement subventionnées par nos impôts .

    1. LANCIEN

      « Une association doit vivre des cotisations de ses adhérents, pas des impôts des contribuables…… »

      1° Tu confonds club de tarot avec le secteur non marchand..

      2° Fais le calcul entre tes 200 millions et mes 40 milliards, si on conserve la proportion, je peux donc évoquer 200 fois le CICE pendant que tu évoques une fois les dites assoss…

      3° Encore une fois, c’est un peu plus complexe.. Ces assoss parfois ne fonctionnent pas que pour l’accueil des sans papiers, elles ont déjà des activités dans l’hébergement, la prévention spécialisée, les CADA….ces gens sont encadrés par des professionnels (CECF, éducateurs spé..etc …) qui sont formés pour détecter, identifier, faire des points sanitaires etc…, le temps d’instruire les dossiers et de renvoyer ou non.

      La plupart d’ailleurs n’ont le budget que pour payer des salariés (quand elles le peuvent, et des contrats précaires ou/et aidés pour faire le boulot de canaliser les flux.
      Lis les documents sur le sujet, ces dernières années, la France est le pays qui a accueilli le moins et renvoyé le plus. D’ailleurs les migrants ne veulent pas trop rester en France…(ce n’est même pas une blague…)

      1. de toute façon, il est même possible que nous ayons légalement en France plus de travailleurs détachés sous contrat (250 000 ) dans différents secteurs d’activité.

        Ce processus parent ou lointain parent de la directive Bolkestein a le mérite, selon tes propres critères, de ne pas faire tourner d’assoss sous subventions mais de mettre en concurrence injuste les salariés de nos propres PME…

        ouf…pas de dépenses publiques, nous sommes sauvés..

        1. Et enfin Monsieur LANCIEN, j’imagine que tous les sites où tu vas, qui chassent la dépense publique doivent consommer beaucoup de pommade pour les douleurs aux adducteurs.

          Pour reprendre l’exemple des assoss pour lesquelles tu reproches les subsides des contribuables, je n’ose imaginer leurs cris d’horreur si au lieu de déléguer ces tâches au secteur privé dont les contrats de travail et les statuts sont parfois précaires par nature, l’état ne faisait pas ce même travail d’accueil avec des statuts de fonctionnaires, statuts que ses mêmes sites « de contribuables outrés » considèrent comme un furoncle sur la fesse du marché du travail…

          Maintenant si tu as de la pommade….applique

  11. allez donc vous balader sur de soi disant sites de désinformation, lisez ce qui se passe en Suéde, le nombre de viols, de quartiers où la police ne va plus, le pays qui conseille aux femmes d ‘ éventuellement porter le voile ( l ‘Allemagne prend le même chemin). Le pays où les femmes vivent dans la peur, où la police se déclare débordée.

Les commentaires sont fermés.