Voici la loi Travail…

… Vous avez deux heures, 200 pages, pour dire oui ou vous barrez. Après, on la fait voter par nos 308 députés soumis, par ordonnance.

Il y a encore une presse béate, et ne soyons pas surpris, patronale, qui juge la concertation « exemplaire« . Un autre explique que pour Macron, c’est la mère de toutes les batailles qui va « refonder notre système hérité de l’après-guerre« .

Sur le site d’ATTAC, nous avions au contraire un autre mode d’emploi.

 

Depuis lundi, le secrétaire d’Etat au numérique Mounir Mahjoubi nous excite avec une nouvelle idée: faciliter la lecture du code du travail (rétréci) sur internet. La belle affaire! Le même soutient le projet Macron de réduire les moyens de représentation des salariés par la fusion des instances de représentation du personnel.

Qui se fout de nous ?

 

Publicités

Comment Macron enfume les syndicats

C’est un bel article des Jours, encore un, qui décrit la fabrique d’un coup d’état démocratique sur l’une des lois les plus sensibles pour nos concitoyens.

Le monologue social

Les conseillers ministériels usent de ruses de Sioux avec les syndicats pour esquiver toute négociation sur la réforme du Code du travail.

24 août 2017

  • Texte Aurore Gorius
  • Photo Renaud Bouchez/Society/Signatures

Le magazine numérique décrit simplement une arnaque bien montée.

  • Beaucoup de réunions, trop de réunions.
  • Le numéro deux de FO débauché pour devenir conseiller ministériel. Bien vu.
  • Jamais de réunions collectives.
  • Aucun texte à amender par écrit.
  • Aucun texte communiqué au grand public. Au contraire, une ministre qui porte plainte quand il y a des fuites.
  • Jamais de texte complet à négocier (« Depuis trois mois que nous discutons, nous n’avons jamais eu le moindre texte sous les yeux », explique Michel Beaugas, négociateur Force ouvrière.)
  • Aucun député n’a accès au projet de loi avant le vote final, le jour dit.

Pourquoi Mélenchon choque-t-il les bonnes âmes ?

Il les a choqué, les pauvres chouchous, tous effrayés par cette rentrée dont nous ne savons comment elle se déroulera. Le discours de clôture de l’université d’été des insoumis a donc choqué. Il fallait lire sur les réseaux sociaux les réactions indignées à droite. Pourtant, 73 ans jour pour jour après la libération de l’occupation nazie de la ville de Marseille, Mélenchon rappelait quelques évidences.

Macron se prend pour Jupiter. Et pourtant,  « Le peuple français ne lui a pas donné les pleins pouvoirs, il s’est débarrassé de ceux dont il ne voulait pas […] Il a balayé le parti de Monsieur Sarkozy. Il a balayé le parti de Monsieur Hollande. Et il a balayé le FN [Front national] au deuxième tour. Et, à la fin, il restait le « chenil », comme on dit dans le Jura, et c’était lui… »

Macron se prend-t-il pour Maduro ?

La loi Travail sera votée sans débat: « C’est le moment de se rebeller, les gens ! C’est notre devoir de dire qu’on ne lâchera rien ! C’est la lutte, la lutte, la lutte et encore la lutte ! « . Macron déclare le peuple français « irréformable » d’un revers de la main. « Non, un président de la République n’engueule pas le peuple français, qui est son patron, en quelque sorte, en disant qu’il ne veut pas les réformes. Ce ne sont pas les réformes qu’il ne veut pas, ce sont vos réformes ! Nous ne vous reconnaissons pas le droit de nous parler sur ce ton. Nous condamnons de fait que vous ayez rompu une règle qui veut que les Français n’aillent pas dans une autre capitale dire du mal dans un autre pays. » A-t-on le droit de remettre Jupiter à sa place, qui devrait modeste ?

Mélenchon a énuméré fort heureusement ces quelques réformes que les Français soutiendraient bien volontiers.

Mais pourquoi donc être choqué ?

« Ce que les gens n’aiment pas, monsieur le Président, ce ne sont pas les réformes, c’est VOS réformes. Parce que ce qu’il va aimer, c’est NOS réformes. Si vous proposez de réduire l’écart des salaires de 1 à 20, si vous décidez de titulariser tous ceux qui ne le sont pas dans les trois fonctions publiques, c’est-à-dire 800.000 personnes, vous verrez que les gens adoreront ce genre de réformes. »

Si on diminue le temps de travail, les gens seront d’accord. Si on fait une semaine de congés payés, les gens seront d’accord. Si on leur demande leur avis pour savoir comment on doit produire et comment on va modifier les process de production et la qualité des objets produits, les gens adoreront ce genre de réforme. »

 

Nous n’avons pas entendu beaucoup de révolte chez les officiels de la macronista ou de la droite quand le porte parole du gouvernement Christophe Castaner a déclaré ceci: « Rien ne menace la liberté si cela permet de lutter efficacement contre le terrorisme. »

Un dernier mot enfin, nous ne perdrons pas de temps si nous critiquons Maduro, contrairement à ce qu’a expliqué Mélenchon. Maduro est un type dangereux, nullement « ami » de ce que l’on défend ici. Mais le Vénézuela est loin, si loin qu’il est toujours suspect de voir certains s’acharner à couvrir ce qui se passe dans ce pays alors qu’ils occultent bien d’autres situations étrangères tout aussi scandaleuses.

La vie est mal faite.

Cet attentat islamiste contre des musulmans.

Bizarrement, l’attention médiatique n’est pas là. La Tour Eiffel ne s’allume pas en solidarité. La presse dominante en parle à peine. Marine Le Pen et ses suppôts ne disent rien. Trump est resté coi, Jupiter ne s’est pas fendu d’un Tweet.

Tous se taisent.

La honte, notre honte,

Et pourtant, avant-hier, Daech a encore tué, massivement tué. Près de 30 morts dans un attentat que l’Etat islamique a ensuite revendiqué. C’est autre chose que ces attaques au couteau ratées dans quelques capitales occidentales.

Au moins 28 personnes sont mortes et 50 autres ont été blessées dans l’attaque menée vendredi 25 août par trois hommes armés dans une mosquée chiite du nord de Kaboul, la capitale afghane, selon un nouveau bilan communiqué samedi par un porte-parole du ministère de la santé.

Trois femmes ont été tuées dans l’attaque, et plus d’une douzaine de femmes et d’enfants comptent parmi les blessés, a-t-il ajouté. Samedi, les proches et amis des personnes tuées ont transporté un à un les cercueils jusqu’au cimetière.

Cette attaque, commise par plusieurs hommes armés d’explosifs et de couteaux, a duré plusieurs heures. Elle a été revendiquée par l’organisation djihadiste Etat islamique. Les assaillants ont été abattus, selon un porte-parole du ministère de l’intérieur. « Un policier et un membre des forces spéciales ont aussi été tués », a-t-il dit. » Source: Le Monde.

Cet attentat de Daech a eu lieu dans une mosquée chiite à Kaboul, en Afghanistan. Il aurait du soulever les indignations du monde entier, il aurait du mobiliser une incroyable solidarité avec les victimes. Il n’en fut rien.

Il ne s’agit pas de minorer le caractère religieux des attentats de Daech. L’islam donne cette étincelle qui enflamme les esprits suicidaires de ces « fous de Dieu ». L’islam et rien d’autre. Et pourtant, il faut se le répéter encore une fois: Daech veut terroriser les musulmans. Sa guerre est une affaire de pouvoir qui échappe à la religion dont il se réclame.

#JeSuisKaboul.

 

Chanson du dimanche: Bohemian Rhapsody

Cette chanson, apprise par coeur par l’une de nos petites racailles, ponctue tous nos étés familiaux.

#ResteCharlie