Jupiter et le pipi de chat


Jupiter n’a pas de chat, j’en ai deux. Le pipi de chat est autrement moins anecdotique que le jeune monarque ne voulait le laisser penser quand il a sorti cette remontrance héritée d’un autre temps adressée au détour d’un conseil des ministres de juillet. L’information a fuité tardivement puisque le dit Conseil s’est tenu le 12 juillet dernier, il y a plus de trois semaines. Mais elle est drôle et symptomatique du personnage qui se dessine sous nos yeux en ce début de quinquennat brouillon: autoritaire et psycho-rigide.

« C’est du pipi de chat, ce qui me remonte actuellement de certaines de vos notes. »

 

Que pouvions nous comprendre ? Jupiter est déçu par ses troupes.

Il n’y a pas que les ministres qui font du « pipi de chat ». Prenez Richard Ferrand. Le gars est pourtant président du groupe des députés LREM, groupe ultra-majoritaire à l’Assemblée. Et il s’est défilé pour les débats de la première véritable loi de ce quinquennat, celle sur la moralisation de la vie politique. En 4 jours, nous avons pu toute la « marge de progression » dont les députés LREM pouvait faire preuve… Sans rire… quels moments gênants…

« À la rentrée, nous allons nous réunir pour mettre au point des méthodes plus efficaces encore, anticiper les chantiers à venir, mieux faire passer l’information entre nous et nous engager dans un processus parlementaire d’un meilleur rythme ». Richard Ferrand.

 

Sérieusement ?

Publicités

12 réflexions sur « Jupiter et le pipi de chat »

  1. En plus les déjections de chat, ça pue..
    J’en sais quelque chose, tous les chats du quartier passent sur mon terrain pour chier.
    Comme je ne les vois pas en action, je n’ai jamais eu l’occasion de leur faire apprécier ma gentillesse naturelle du pied gauche..

    Entre parenthèse, deux textes coup sur coup, ça donne bien l’impression que Monsieur JUAN s’ennuie en vacances, et ça complique la tâche pour élaborer des commentaires de grande qualité..

    J’ai comme l’idée que Macron va inspirer des BD comme Sarko. Peut être même une poupée avec ses aiguilles…

    1. Sinon avoir un chien…surtout si comme le mien , il adore les chats …mais les chats l’aiment pas….!

  2. Faut faire comme mon légitime ….installer quelques fils où passe du 220 ! Radical. Ils n’en sont pas occis pour autant mais font un large détour par le jardin du voisin 😊

    1. MAMYDA

      Un mec bien..
      J’ai un voisin qui a voté Macron, je vais m’arranger pour que les chats passent chez lui

      Merci pour l’idée,…

  3. le chat, peut-être avez vous remarqué, n’aime trop pas boire à côté de sa gamelle, -qu’il identifie comme une proie, ..alors ne veut pas polluer sa flotte !

    Quelle hygiène ! (..le sémite, le musulman, qql îlien ou amazonien, et le suisse; l’anglo-saxon ?)

    le chat, pas vraiment domestiqué, -encore moins soumis ou assujetti ! est le très rare exemple de l’animal familier (j’ose, individu?) vivant et partageant son environnement en harmonie (tant pis pour la souris)
    Oui je sais: il fait chier !
    D’ailleurs en parlant de ça (cf. hygiène) ses besoins, en plus d’être invisibles sont inodores (!)
    Mais parfois susceptible, comme l’humain, vindicatif et rancunier, il importune le copain ou le voisin.
    Tout au feeling.
    Quelle class !

    Personnellement, ni nez de bœuf et pas encore bec à foin, j’adore le chien !
    ..l’araignée, serpent, requin, corbeaux, hiboux, gorets..
    Sauf le moustique ! ..Noé, t’as merdé !
    Miaoow

  4. Jupiter, ..zut j’oubliais,
    non pas mes chats ! qui sont (3) Boulba, Tarass, et Sa-mère, la lunatique génitrice de ses deux monstres.
    Je vous rassure (?) tout va bien: je suis obéissant !
    Certes ils attigent, abusent ! si gourmets et cupides, (mais) comme nous tous je suppose.. quand on aime on ne compte pas !

    Jupiter, ..jamais été ! ni je connais, sinon qu’elle est plus grosse que le soleil (et) ex astre ? pareil: pas encore visité.
    Sublime* boule ! (original?) bille géante tournante !
    – porqué-pourquoi ? en tous cas: tout en gaz !
    Volatil* ? plutôt demander à Isaac N ou à Vladimir P,
    explication/exploitation.. zéro compétence !
    /surtout quand ça colle,
    ni redire (à l’instant!) ce que je pense du hasard.

    Jupiter, ..a-cré vin diou !!
    par Zeus ! (cé grec?) plein-plein de Z-ZZ foudreux !
    Ca c’est de la décharge ! planquez les gamins !
    sinon d’autres/certains à sacrifier ?!

    °°°je résume,
    j’aime les chats (et du voisin)
    j’aime le système (pour l’instant solaire)
    j’aime le panthéisme (par choix, défaut et 402)

  5. En venir à faire des commentaires car macron à dit  » c ‘est du pipi de chat »…… sans commentaire .

  6. Tiens en parlant de pipi de chat, puisqu’il n’y a plus personne pour lire, je vais me lâcher un peu en direct et en exclusivité chez Monsieur JUAN

    Je lis partout des titres sur « la moralisation de la vie politique » Je m’interroge, parce que si les mesures adoptées peuvent être considérées comme des freins à certaines pratiques à la limite de la morale, je ne suis pas loin de penser qu’il s’agit encore de leurres balancés dans le public J’explique avec un exemple, celui basé sur l’étude du merdeux illustrera mon interrogation.
    Le système a pris pour habitude de jeter un des leurs en pâture sur la place publique, un peu comme on appuie fortement sur un point noir devant un miroir et qu’on voit une petite giclée se coller sur le dit miroir.
    Et la vie continue…
    (Cahuzac – Fillon, Thévenoud, Gaymard..etc….) vous mettrez les noms qui vous viennent à l’esprit. Je ne cite pas les malfrats, dont les procès durent des décennies…..

    Quelle vie politique ?. Il me semblait que la politique c’était quelque chose comme la stratégie pour l’organisation et le devenir d’une communauté à l’intérieur d’un pays. Si c’est la cas, désolé mais nous sommes plutôt dans la « vie financière de très court terme » sous contrôle et instruction d’une officine supra nationale qui décide de tout et nos guignols du reste.
    Donc, si la vie politique ou publique ne concerne que les parlementaires, puisque cette loi adoptée cogne quasi exclusivement sur les députés et sénateurs, suite aux exemples récents de quelques excès légitimes.alors elle a atteint sa cible si on peut dire
    Mais ça reste un leurre.

    Si la vie politique c’est ce qui concerne l’exécutif et le législatif, y compris les conseillers et les hauts fonctionnaires des palais ministériels, alors la loi de moralisation de la « vie politique » est non seulement un leurre mais une plaisanterie qui s’apparente encore à une esbroufe.

  7. suite

    Prenons l’exemple du merdeux.
    sort de l’ENA, ne s’est jamais présenté à un scrutin, a erré dans les cabinets, a bénéficié de quelques soutiens et de parrains de qualité et sort d’un métier de pute selon l’un de ses parrains qui le trouve « charmant ».

    Et le voilà président.

    On nous présente la moralisation de la vie politique, comme une tâche à la surface d’un fruit, on nous disant que gratter sa surface réglait le problème de la pourriture qui a gagné la pulpe en profondeur.

    Or je n’ai pas vu un seul mot concernant la moralisation du pantouflage des hauts fonctionnaires, ceux qu’on ne voit jamais, qui portent des dossiers dans le public et se retrouve employer à des salaires de récompenses dans les secteurs. Cette pratique décomplexée, qui ne trouve plus d’arbitrage objectif, est sans conteste le fond de la résolution de la moralisation de la dite vie politique.

    Reprenons l’exemple du merdeux et de ses méthodes. avec l’exemple de la casse du droit du travail.
    Le parlement donne quitus à un mec, fut il président, pour qu’il présente seul, avec une ministre en délicatesse qui vient d’un groupe international adhérent du MEDEF..

    Ma question est simple : Qui réécrit aujourd’hui les textes des ordonnances qui seront applicables à la rentrée et vont décider du destin professionnel de 19 millions de salariés ? Avons nous les noms ? sont ils élus ?

    Voyez vous où je veux en venir ?

    Nous entrons dans un système qui n’a de politique que le nom, en réalité nous sommes de plus en plus jetés dans un système qui ressemble de plus en plus au modèle de l’UE.
    Une bande de malfrats hors sol décident de nos destins en agitant le hochet de la démocrassie parlementaire, dont les pratiques en cours du morpion ne laisse aucune illusion sur l’état du législatif en majorité redevable..

    Comme à Bruxelles.

    Moralisation mon cul, les députés vont faire des notes de frais, les élus locaux les plus relècheurs n’auront plus d’aides et les familles devront chercher du boulot ailleurs… Bon et alors ma question reste entière

    Ici Jean Luc, pékin de base en dilettante chez JUAN, à vous les studios..

Les commentaires sont fermés.