Macron, piètre manager


Alors qu’il chute dans les sondages comme jamais, certains au Figaro s’interrogent sur son style présidentiel. C’est sans doute plus commode pour éviter de questionner la politique annoncée et menée depuis le scrutin du 7 mai.

« C’est la première fois en politique qu’un chef de l’État dirige ses équipes en introduisant des méthodes de management venant du monde de l’entreprise » explique ainsi une experte dans les colonnes du Figaro. Et à quoi voit-on cela ? A travers une foule de détails, apprend-on (il est très directif, il interpelle ses ministres même en pleine nuit, etc) qui s’apparente à du micro-management mal placé plutôt qu’à du management. Quelques signes supplémentaires de cette incapacité à diriger sereinement sans doute, que nous constatons depuis un trimestre.

Le vrai sujet de Jupiter est ailleurs: son autocratisme personnel lui joue des tours. Ajoutez à cela que son socle électorale est hyper-réduit, que son programme est impopulaire et qu’il n’a fait aucun geste, bien au contraire, vers ses oppositions, et vous avez un résultat attendu: la dégringolade.

Mélenchon est persuadé d’une nouvelle crise, très proche, plus proche que le vent de dégagisme qui a frappé les scrutins présidentiel et législatifs de 2017. Je ne suis pas aussi sûr. S’il a raison d’expliquer que « l’un après l’autre, tous les compartiments de la société ont été mis ou remis en tension » (qui ne se sent pas agressé ou blessé par les premiers 100 jours de Macron: chômeurs, retraités, humanistes, socialistes, écologistes, professeurs, militaires, fonctionnaires en général, etc), je ne suis pas sûr que cela suffise à déclencher une crise. La France a horreur des révolutions même si elle déteste toujours ses monarques.De surcroît, chaque appel à une assemblée constituante pour tirer le trait de cette Vème République délégitimée est caricaturée en chavézisme sanglant même par les prétendus centristes de ce pays.

Nous avons besoin de passer sereinement à autre chose, un autre régime, une autre façon de concevoir les lois, une autre façon de représenter le peuple. L’immense abstention que quelques bétas ont pris pour une adhésion passive au macronisme devrait suffire à en comprendre l’urgence.

Bref, le chemin sera long .

Publicités

11 réflexions sur “ Macron, piètre manager ”

  1. On ne peut pas lire l’article en entier puisqu’il faut être abonné. Mais bon..

    S’il est vrai que la France est gérée comme une entreprise depuis des années, ça n’empêche qu’ il ne faut alors pas confondre management d’un « centre de profit » et direction opérationnelle d’une filiale de groupe, sinon on entretient vite la confusion entre entrepreneur et gestionnaire…
    Respect aux vrais chefs d’entreprises…

    Le président de la France est un directeur opérationnel de transition dans une filiale de groupe (France) qui se voit confier des objectifs clairs de restructuration fixés par le directoire d’un siège supranational. Le cadre de la mission est relativement resserré :

    1° Mettre en œuvre une diminution du chiffre d’affaires pour accélérer la fermeture de la boutique

    2° Mettre en œuvre une opération de cost killing social
    ( Définitions Web
    La réduction de coût est un comportement d’une organisation ou d’un ménage visant à la réduction des coûts. La réduction de coût consiste, pour une entreprise, à réduire de façon importante les coûts afin d’améliorer sa rentabilité. …)

    3° Mettre en œuvre un plan de « sauvegarde de l’emploi » pour une partie du personnel et un plan de rotation élargi pour l’autre, dans un cadre de déprime de chiffre d’affaires…

    Le management est donc purement fonctionnel et ne concerne que la coordination rapprochée :
    – D’un service ministère
    – D’un service députation et sénatorial
    – D’un service propagande
    – D’un service syndical (MEDEF – CFDT)
    – D’un service comptable à Bercy qui propose le budget prévisionnel. de la filiale au siège bruxellois..

    Le directeur de filiale France n’a pas de décision sur la stratégie, les investissements, et demande la permission pour faire un chèque au directoire s’il dépasse le budget.

    A partir de là, pas la peine de s’étonner si le président baveux emmerde tout le monde. Péter une boite, ce n’est pas compliqué, il suffit de noyauter les services avec des chefs serviles, sans convictions et sans états d’âmes. Ce n’est pas un management médiocre, c’est le cadre entier qui est médiocre

  2. Le résultat des sondages ne fait que confirmer l’élection ….rien de bien nouveau pour les électeurs….les journalistes qui l’ont adulé pendant tris mois sont justes en train de tourner leur veste voyant la tempête arriver …

  3. Meuuuh non, le petit marquis n’est pas bon à rien : il est mauvais en tout !
    ( Merci à Marcel Pagnol ) !

  4. je comprends, de la chronique de Juan, qql chose comme un serpent (ou système; ici franco frouze) qui se mord la queue,

    de Macron, programme promesse (comme tu-veux) ainsi qu’un dégagisme avéré (un souhait français hexagonal; et quinquennal) d’où j’ai compris, je comprends..
    le/la/une politique bousculée: ses façons, eh-faconde! son fond rond de commerce ‘à papa’, toc & travers, du compromis de-bureau en échange de prérogatives ancrées (oxymores?)
    et-qui-dit: ‘société civile’, mode & gestion je suppose (ici passer le relais) rythme et ambiance, tel x néo député (etc.)

    c’était qui les-autres ? ah oui (et) il-elle fournirait aujourd’hui, uchronie, qql sondage resplendissant, cela va de soi.
    Qu’est-ce qu’y reste ? y reste quoi ? j’y sais pas;
    / tjs pas de révo avant Noël ? autre date-anniversaire.

    Le Liban aussi était (est) loin, le Vénèze ? même pas peur !
    Qu’est-ce qu’on en a à faire du Congo (au pif)
    ça reviendra ! « tout tourne au cabaret », zen,
    à Rome, certain nous emmènera, (etc.!)

    Moralité (cé l’été: Quiz !) : sans surprise !
    « by Jove ! » de quel couleur jaune est la marque jaune ?

    sinon nous trouverons la solution à la fin du magasine /attention ! parfois il faut le retourner.

  5.  » Bref, le chemin sera long ………..

    On pourrait imaginer le principe d’une politique quantique qui admet que le passage dans un trou noir puisse réduire l’espace temps, ou au choix, contracte la distance d’un point à un autre..

    Un trou noir crée par la classe moyenne qui va se rendre compte qu’elle a mis en place depuis la crise, des manageurs payés par la concurrence pour mettre la France dans la merde, en expliquant qu’elle va aller mieux…

    Le chemin va se raccourcir..

  6. Décidément , la découverte de choses existantes depuis longtemps me surprendra toujours .
    L ‘ état se dirige comme une entreprise, cela est facilement contrôlable
    Toutes les entreprises dont la direction est assurée par un énarque ( nommé par l ‘ état) ne tardent jamais à être en faillite
    L’ état étant la plus grande, mieux, dirigé par des énarques en succession, voyez le résultat
    Amusez vous à lire les noms des différentes promotions de l ‘ ena ( école nationale des ânes), regardez leurs carrières et posez vous la question : sachant le coût des 2 ans d ‘ études pour 1 énarque, trouver une utilité à cette école.

  7. Il m’est revenu un principe essentiel oublié hier des pratiques du manageur minable : le fusible.. je vous pris de m’excuser d’être incomplet.

    Le fusible est un béni oui oui que le manageur piètre choisit avec soin au départ pour qu’il puisse assumer tous les échecs ultérieurs d’un démantèlement programmé.

    Nous sommes à la croisée des chemins du « principe de Peter » pour le manageur et du fameux « le succès a beaucoup de pères, l’échec est orphelin » pour le fusible..

    En politique, il y a des amortisseurs périodiques car le fusible présente l’inconvénient de s’user assez rapidement. Plus l’échec voulu est rapide, plus le fusible vire blême. Le manageur politique a résolu le problème en actionnant le principe du « remaniement ». Tout le monde croit qu’il s’agit de remettre du burné, du pro, du poids politique dans le circuit alors qu’il ne s’agit que de changer de fusible..

    La manageur minable a donc pour première particularité de changer de fusible régulièrement. Il fait volte face en puissance…

    Ici Stanislas depuis 2 jours en direct de l’émission « l’électricité et le management sous tension pour vous tenir au courant », à vous les studios

  8.  » Nous avons besoin de passer sereinement à autre chose, un autre régime, une autre façon de concevoir les lois, une autre façon de représenter le peuple.  »

    Qu’attendez vous alors pour signer la pétition « Article3 » ? Elle reprend mot pour mot votre requête et a l’avantage de s’inspirer du réel : la Constitution suisse ! toujours aussi mal connue par la plupart des français. La Révolution pour se diriger directement vers une vraie démocratie, unique façon d’endiguer gaspillage et corruption, commence toujours par l’appel à signer une pétition.

Les commentaires sont fermés.