Charlottesville: ces nazis que Trump refuse de nommer.


Depuis vendredi 11 août, des suprémacistes blancs – c’est-à-dire ces gens qui pensent que (1) des races distinguent fondamentalement les hommes entre eux  et (2) que la blanche est supérieure aux autres – se sont rassemblés à Charlottesville, en Virginie, au grand damn des autorités du coin.

Le lieu de ce rassemblement de « la droite unifiée » (« Unite the Right » – comme ils se sont appelés) n’est pas du au hasard. La municipalité veut déplacer une statue du général sudiste Lee, et cela fait grogner les nostalgiques haineux de la Sécession.

Les heurts entre nazis et contre-manifestants ont été violents.

Samedi 12 août, l’un des suprémacistes racistes a foncé avec son véhicule contre des militants antiracistes, tuant une personne et en blessant 19 autres.

« Witnesses to the crash said a gray sports car accelerated into a crowd of counterdemonstrators — who were marching jubilantly near the mall after the white nationalists had left — and hurled at least two people in the air. » (New York Times)

Quand Donald Trump est intervenu, après 24 longues heures de silence assourdissant, il s’est contenté de parler peu (moins de cinq minutes sur le sujet lors d’un point de presse consacré aux vétérans), et surtout il a renvoyé dos à dos les violences « des deux côtés« , tout en refusant de nommer celles et ceux qui manifestaient au nom de la « race blanche« .

« We condemn in the strongest possible terms this egregious display of hatred, bigotry and violence, on many sides. On many sides. It’s been going on for a long time in our country. Not Donald Trump, not Barack Obama. This has been going on for a long, long time. »

(« Nous condamnons, dans les termes les plus forts possibles, cette représentation flagrante de la haine, de la bigoterie et de la violence, de plusieurs bords. De plusieurs bords. Cela dure depuis longtemps dans notre pays. Pas depuis Donald Trump, pas depuis Barack Obama. Cela dure depuis plus longtemps.« )

Mettre sur un plan racistes et antiracistes, il fallait le faire, le clown de la Maison Blanche l’a fait. « Il est difficile d’imaginer une déclaration aussi peu présidentielle à un moment où le pays attend de son président qu’il se dresse contre l’intolérance et la haine », a commenté un éditorialiste de CNN.

Cette prudence de Trump n’a pas plu à l’un des « théoriciens » racistes, ancien leader du KKK,  qui inspire le mouvement. David Duke, c’est son nom, 43 000 followers sur Twitter, a rappelé Trump à l’ordre.

Duke

(« Je vous recommande de bien regarder dans le miroir et de vous rappeler que ce sont des Américains Blancs qui vous ont porté à la Présidence, pas des radicaux gauchistes.« )

Les Etats-Unis ont vécu une nouvelle éruption identitaire. Ils sont ainsi faits qu’ils laissent des racistes haineux défiler dans leurs rues et accuser d’antipatriotisme et de gauchisme toute personne de couleur ou tout critique.

 

Petit souvenir cinématographique, pour le plaisir.

 

Publicités

7 réflexions sur « Charlottesville: ces nazis que Trump refuse de nommer. »

  1. Un triste épisode d ‘ une ville des USA .
    Les faits : la municipalité d ‘ une ville de VIRGINIE ( aie aie aie ) veut déboulonner une statue du général Lee située dans un parc public.
    Il n ‘est dit nulle part que c ‘était pour la déplacer.
    La Virginie a tenu un grand rôle dans la guerre de sécession.
    Des bagarres ont éclatées comme encore en beaucoup d ‘ endroits entre sudistes et nordistes. De là le classement de raciste. Sur les photos, ce sont des  » blancs » qui s ‘affrontent.
    Evidemment des jobards font le signe nazi, signe fait par beaucoup de jobards dans beaucoup de pays, preuve que des conards se trouvent partout.
    Trump s ‘en ai mêlé ( est ce bien son rôle ?) en renvoyant les responsabilités sur les 2 clans, que peut – il faire d’autre?
    Quand nos banlieues caillasse la police, les pompiers, les secours, brulent des voitures, n ‘ hésitent pas à jeter des cocktail molotov, brulent des drapeaux français, c ‘est cela le racisme.
    Charlottesville est un reste de vieille haîne transmise par descendance, en réalité pour se souvenir de son identité .et de son histoire , ce qui n ‘ enlève rien à la gravité des faits ..

    1. Regarder Arte, « L’aube de l’humanité » ? Avant, @ 15:50, ce seront les Amazones. Enfin, essayer de prendre des cours sur l’histoire des U.S.A. & la constitution du pays. Avant l’établissement des blancs & le far west, il faut rappeler la présence d’êtres humains appelé(e)s Amérindien(ne)s

  2. « …Un terroriste blanc et/ou chrétien ne sera jamais présenté comme typique des blancs ou des chrétiens. Par contre, un Arabe sera toujours représentatif des prétendues tares de sa société d’appartenance supposée. Un musulman qui s’attaque à d’autres personnes en hurlant « Allahu Akbar » est ainsi automatiquement considéré comme caractéristique de la « maladie de l’islam », de sa soi-disant « violence innée » ».http://www.middleeasteye.net/fr/opinions/comment-l-union-europ-enne-camoufle-le-terrorisme-dextr-me-droite-contre-les-musulmans

  3. Aucune chance que Trump dise un mot sur les suprémacistes blancs, il en a nommé à de hautes fonctions, très proches de lui. Steve Bannon, chef de file de l’Alt-Right, Sebastian Gorka, néonazi, Stephen Miller… Et lui-même est un raciste. Alors il ne va quand même pas se fâcher avec eux, déjà que le peu qu’il fait énerve David Duke.

    De la même manière, ne pas trop compter sur lui pour qualifier l’acte de foncer dans la foule comme du terrorisme : le chauffeur n’est pas musulman.

  4. Trump est le président de tous les étatsuniens.
    Il ne peut que rester dans le vague dans son commentaire. Le reste est du ressort du FBI et de la police pour trouver les causes et les coupables.
    R spire . Il y a des terroristes blancs musulmans mais les attentats sont bien le fait de musulman et il ne faut pas être raciste pour le constater
    Pour la voiture, l ‘ enquète devra déterminer si c ‘était volontaire ou non. Elle a d ‘abord emboutie une voiture par l ‘arrière, voiture qui a emboutie une autre voiture, mais faute impardonnable le premier véhicule a fait marche arrière pour se sauver et a roulée sur une jeune fille. Attentat ou accident stupide, l ‘ enquète jugera.Encore une fois un emballement irréfléchi peut être nuisible .
    A l ‘autre bout du monde, un évènement en somme banal pour les USA

  5. « les nazis ne sont des hommes que par hasard » disait Jankélévitch, et blancs (on peut le dire)
    aussi cannibales !
    Quelle chouette famille ! au bon esprit de corps,

Les commentaires sont fermés.