Les APL de Macron


Emmanuel Macron a proposé aux propriétaires de baisser leur loyer de 5 euros pour que la baisse des APL qu’il a décidé de 5 euros ne pénalise pas les locataires bénéficiaires.

Le président de l’une des associations représentant les dits propriétaires a râlé. Mais là n’est pas l’important: il est cocasse de constater que Macron est capable d’une joli ristourne sur l’ISF pour quelques 350 000 foyers fiscaux sur leur patrimoine à hauteur de 3 milliards d’euros par an, et qu’il culpabilise d’avoir rogné sur les aides au logement pour économiser 100 millions d’euros par an.

La vie est cocasse en Macronista.

Pire, le Rantanplan du gouvernement Macron s’est fendu d’une déclaration ubuesque: « J’assume le fait que ça peut paraître brutal, mais si on ne fait rien, on ne pourra pas payer l’APL à la fin de l’année » Christophe Castaner., 3 jours après 3 milliards de ristourne d’ISF.

Ces gens-là osent tout.

Publicités

65 réflexions sur “ Les APL de Macron ”

  1. Il y en a pour 5 ans…Le morpion est complètement barré, son service comm lui a suggéré de balancer cette vaseuse pour faire humain, couillu et socialiste, il y va…. Comme pour les emplois détachés.

    Les gens qui vont gober toutes ses conneries ont intérêt à prendre des cachets pour soutenir leur système digestif. Déjà rien que d’ouvrir la bouche pour enfourner, il y a risque de fracture de la mâchoire.

    Allez les proprios de base au pied….. pour la France en danger et pour soutenir la redistribution de nos très riches..

  2. Macron l’avait clairement dit : il cherche à orienter l’épargne des Français de l’immobilier vers l’industrie – comme le font les Américains.

    Il est d’ailleurs très paradoxal de lire, ici, tous les gens qui se plaignent des bénéfices excessifs accordés aux actionnaires, refuser d’acheter eux-mêmes des actions, dans la mesure de leurs moyens.

        1. et les contribuables comme on l’a vu en 2008 avec les banques suivant le bon vieux principe ; « privatisation des bénéfices et socialisation des pertes ». Elle est pas belle la vie dans le monde du capitalisme ultra libéral…. On va bien rigoler quand on devra mettre fin à la politique des taux 0! Les actionnaires non initiés n’auront plus que leurs yeux pour pleurer…

  3. Ce qu’on peut reprocher à ce gouvernement et à son président, c’est surtout de n’aller pas assez loin dans l’audace, d’avoir un esprit boutiquier. En effet, à quoi riment ces malheureux cinq euros ? Ce qu’il fallait, bien sûr, c’était supprimer totalement les APL et enjoindre aux propriétaires d’offrir désormais leurs logements gratuitement.

    (Sinon, la mise en regard des APL et de l’ISF est ben entendu de la pure démagogie de gauche, les deux choses étant radicalement incommensurables. Mais bon, comme on dit.)

  4. @elie arié
    C’est évident, l’actionnariat va sauver les salariés. Nous n’y pensions pas. Merci !

    @didiergoux
    Il aurait dû supprimer les APL, la sécu, pôle emploi, enfin bon, on y vient, ne vous inquiétez pas.

    Ce gouvernement et son président ne font que continuer le combat de leurs prédécesseurs: enculer les français pour donner davantage aux mêmes. Ne comprenez-vous pas ?! les riches sont tellement pauvres !

  5. la start-up Rance cale sur Ces 5 euros
    ça frise la crise de nerfs
    le désepéré appele au secours les proprios
    Jupiter en version surréaliste
    j’ai fêté les 100 ans de Dada l’année dernière

    la fête foraine bas son plein et justement les forains se joindront à la défilation du 23 Septembre

    Todd dans sa dernière livraison  »Où en sommes nous »
    pense que ça va mal finir à force d’aller à contre-courant

    tiendra ou tiendra pas l’hiver ?
    La réponse appartient aux 76 % qui n’en ont pas voulu est sont bien persuadés que dans le Maqueron tout est bon… à jeter

    évitons de ramer encore et poussons plus fort

  6. il est plus facile d’acheter 3 actions d’Omo que un ou deux m2 bâtis ou non; mais bon.
    Une explication ? non, plutôt une sorte d’indication, alors de prendre l’exemple des fameuses (!) actions du tunnel transmanche. Dans les grandes lignes.
    Elles sont disponibles sur le ‘marché’ disons à 5 balles; gaillardes, elles montent (ou grimpent) à 10 balles.
    Ensuite elles descendent gentiment à 0,10 cts.
    On peut rire à tous les étages !
    1) on peut y-voir une « culbute » (doubler son capital)
    Et même d’en profiter !!
    2) certains y-ont investi toute-leur-retraite (cf. rire)
    3) le Haricot Magique, ..il pousse-pousse jusqu’au étoiles !
    est un conte !! une fable ! (ça n’existe pas !)
    3bis) « un tien vaut mieux que deux tu l’auras » etc..

    Moralité (on n’y échappe pas !) l’Homme, qu’il soit riche ou pauvre est greedy ! ..avide & cupide,
    Moralité2: l’Homme, encore & tjs lui, riche ou pauvre, adore enculer ses congénères,
    Miaoow

  7. De fait, j’ai lu aussi le deuxième article cité dans le billet, extrait :
    « … La comparaison avec le risque d’incendie est largement reprise, ce matin, par l’ensemble des éditorialistes de la presse française. … »
    Un peu gênée, je cite un article du site Atlantico ici, parce que ce développement dans lequel il est question de quelques éditorialistes, et pas de -tous- les journalistes, m’intéresse  :
    http://www.atlantico.fr/decryptage/jean-luc-melenchon-fait-vraiment-pari-plus-efficace-en-voulant-saper-legitimite-medias-erik-neveu-3155499.html#Xjbkw5mIMePGWQ0q.99

    Ne pas faire fuir « les gens » pouvant encore investir dans l’industrie, dans la construction immobilière, etc., me semble être déterminant en ce moment. Je ne cautionne pas tout, ce n’est que mon constat.
    Les actionnaires de la plupart des journaux me paraissent ne pas pouvoir l’ignorer, et c’est une prise de risque financier, malgré les aides reçues par quelques journaux de ceux qui paient des impôts sur les revenus, la TVA, via les éventuelles aides d’Etat, en plus de l’argent reçu de leurs lecteurs abonnés, etc., et celui d’éventuels contrats avec des agences publicitaires..

  8. Il arrive même à creer de l’injustice dans l IFS…
    c’est de l’amateurisme et prouve qu’ il n assume pas

  9. Requiem pour une fabrication.

    Avec ce défaussement de 5 zeuros sur les proprios le dernier Machin Elyzeux nous exhibe une étrange faiblesse psychologique; un peu lâche pour tout dire.
    Ses exhibitions soi-disant virilement épatantes avec Trump montrent une puérilité certaine, la lesson de morale à Putin appartient au même monde de cours de récré…. sans risque.
    La leçon d’autorité : c’est moi le chef, au Chef des Armées, grotesque et outrée nous avait déjà révélé beaucoup du caractère bien plus narcissique que Jupitérien de Macron.
    Son refus d’affronter une conférence de presse et même la presse (pourtant arch complaisante) est un autre sujet d’inquiétude et de moqueries.

    Tous ces signes d’immaturité, comme le surprenant couple qu’il a formé, semble indiqué pour le moins un solide complexe d’Oedipe, jamais dépassé mais transféré .
    Une parodie donc, dont la malhonnéteté intellectuelle doit être mise en paralléle avec l’invraisemblable fraude de ses discours ni, ni et le très rabaché en même temps.

    pas taillé pour gouverner, pas taillé pour commander, (Unfit to govern, unfit to command) l’adolescent Macron, enfant gaté s’il en est, est une donnée inconnue en cas de crise grave.

    Entourée de courtisans et zélateurs, l’enfant-roi de france (hélas) réagira comment devant l’échec ?
    devant Ses échecs l’en accuseront alors tous ceux qui l’ont influencé et commandité.

    ça craint.

  10. (quand j’écrase une clop le ministre des Finances se marre, celui de la Santé râle)

    Sans me forcer, sans peine ni gêne, mes chats ne m’en voudront pas (du même tonneau) j’fais mon Rantanplan.
    Pourtant on me l’a mucho expliqué ! ..l’ISF,
    Ce que je comprends: Heureusement (qu’) il y a les-riches pour investir dans le « cabaret », ..alors de les gâter !
    /sinon qui le ferait ?!
    On ne peut pas (donc) leur en piquer un-peu ?? ..ça déborde tellement qu’ils en filent aux Caïmans !

    Liliane B par ex., son immense fortune,
    = produits de beauté, crème, spray ou liquide, ..Hébé !! ou Appolon, y trouverons qql application, solution pour sauver leur pays (no souci, j’aime la Grèce) mais nous ?!
    Surtout, d’après ce que j’ai compris, elle paie (oxymore?) une misère, elle bénéficie d’un « système » (c’est ça.. rien à voir avec ‘indépendant’ ou ‘autoentrepreneur’) d’une imposition qui lui coûte moins cher que ses cadeaux de Noël.

    Moralité: j’arrête la cigarette, ..ou je la taxe !

  11. Mélenchon a totalement abandonné sa vision de 2012 très « lutte des classes » (qui existe pourtant toujours bel et bien) pour se rabattre sur un rassemblent de tous les « gens » mécontents, quelles qu’en soient les raisons (avec une coche d’écologie en plus); d’ici à ce que Gattaz participe à sa manif, parce qu’il est mécontent de voir que la réforme du Code du Travail ne va pas assez loin…

    N’empêche que voir « un Coup d’ Etat social » parce qu’un président qui vient d’être élu fait exactement ce qu’il avait annoncé qu’il ferait pendant sa campagne présidentielle, faut le faire…Il est vrai qu’on en avait perdu l’habitude.

    1. @Elie
      Faut arrêter la drogue. Pour qu’il fasse ce qu’il avait annoncé pendant la campagne, encore aurait-il fallu qu’il ait un programme clair et concis.
      C’est facile de vendre de la fumée et d’appliquer un nuage radioactif par la suite.

      1. ou le toubib fait de la provoc, ou il n’a pas encore vu le récepteur dans l’oreille du ptiot..

        Sachant que les deux sont possibles…

    2. Pendant que macron bricole. ..Melechon fait de la politique et parle politique…pas cette manière macronesque de diviser et de marchander (je prends d un côté et je demande aux autres de rendre)
      Les inactifs donnent aux actifs…
      les proprios aux locataires…
      bientôt on demandera un effort aux salariés…Aux smicards …etc etc
      le petit marquis n’a pas compris suˆl était Président !

    1. mouchoir de le nez..

      Avec le F….effectivement beaucoup d’émotion, je voulais écrire mouchoir sur le nez…

      Ca diminue du côté de la cuisse.

      1. Stanislas, vous n’êtes pas obligé de pondre des tartines après chacun de mes commentaires de pondre des tartines : on peut avoir raison sans avoir le dernier mot.

        1. Monsieur le toubib

          Je me dis que vous pouvez êtes une référence, ne serait ce que pour le niveau intellectuel perçu par d’éventuels lecteurs qui n’a d’ailleurs pas à être mis en doute.
          .Vous balancez ici des infos parfois très orientées qui nécessitent d’être mises en débat ou en contradiction ; Je le fais sur un rare blog attentif au programme d’un groupe que je soutiens.

          Je ne suis pas dans l’émotion comme vous à propos de Mélenchon, je trouve juste ridicule, incompétent de continuer des politiques économiques qui font partout la preuve de leur échec et que les études actuelles démontrent comme dangereuses pour l’économie française. Point barre.

          Le fait qu’il n’y aurait pas à faire autrement parce que le monde est comme ça, n’exclut pas d’évoquer d’autres possibilités parfaitement envisageables parce qu’elles existent ou ont existé.

          Il y a une forme de complaisance des QI supérieurs à faire croire que l’abandon de solutions qui sont en échec depuis quelques années, seraient des « retour en arrière », donc des régressions. Ca ne m’étonne d’ailleurs pas , puisque beaucoup ne sont pas confrontés aux effets d’un échec de diagnostic ou de réalisation. (les exemples sont très nombreux).

          Si j’ai le dernier mot, c’est parce que vous me le laissez.

          Ensuite :

          1° Vous ne me lisez pas, alors où est le problème ?. Savez vous si d’autres personnes sont intéressées ou non par mes infos ?

          2° Vous n’êtes qu’un invité ici donc rien de plus que moi.

          3° On n’informe pas sur des sujets comme la casse du droit du travail et quelques autres dispositions régressives de redistribution avec des formats touits.

    2. oui, on a tous ses p’tites apnées, n’empêche c’est bonnard d’avoir le Fig le matin, moi non plus pas mon thé, mais le site bien gaulé, image clic-ou-pas, G & D, les faits divers (Fillon en prit plein l’oignon !) du sport ni que du foot (!) ensuite comme partout chez les généralistes je suppose, des plages de palmiers en 4×4, (tiens, moins qu’ailleurs) pourquoi les tomates sont rouges et maigrir en beauté !
      Franchement il va bien; ou si tu veux te marrer (ou pareil: pleurer) fais-toi les commentaires !

  12.  » J’assume le fait que ça peut paraître brutal, mais si on ne fait rien, on ne pourra pas payer l’APL à la fin de l’année .

    A la limite si les Dalton veulent faire un cadeau aux copains avec l’ISF, j’ai une solution à proposer
    Ils conservent la mesure CICE pour les seules PME et TPE (ce qui fait à la louche 10 milliards récupérés.).au lieu des 16 milliards prévus groupes compris..

    Allez admettons qu’ils la distribuent aux groupes avec preuve formelle d’une utilisation sur la France et pour l’emploi, ce qui rend admissible le coût de l’emploi à 30 000 € pièce et non plus 362 500 € comme les 3 dernières années même pas certifié..

    Si le calcul était fait au coût de l’emploi comme les contrats aidés, avec 120 000 emplois crées ou sauvegardés selon les chercheurs de l’équipe TEPP, la France aurait économisé 24 milliards sur 3 ans…

    24 milliards sur 3 ans, ça fait 800 euros préservés par ménage prêt à être consommés au lieu de partir en dividendes..

    Putain les shadocks…

    1. Je crois Stan…mais je ne suis spécialiste en rien..que ISF est contreproductif…cela rend l’impôt répressif et dissuasif ce n’est pas le but…l’impôt doit être juste et proportionnel et créer une dynamique …inutile d’en rajouter je ne suis donc pas favorable à cet impôt (auquel je ne suis absolument pas assujettie) par contre un grand nombre de défiscalisations sont pour le coup totalement injustes et injustifiees parce supportées par le plus grand nombre de contribuables qui n’ont pas les moyens d’y accéder ( ce qui est un comble ).
      Les différents gouvernements jouent aux apprentis sorciers avec l’impôt sans le rendre efficace et compris .

      1. SYLVIE

         » que ISF est contreproductif…cela rend l’impôt répressif et dissuasif ce
        n’est pas le but………

        Ce n’est pas mon avis, parce qu’un jour quelqu’un a balancé une idée reprise depuis qu’un ménage pouvait être soumis à l’ISF parce que leur bien immobilier avait pris de la valeur je ne sais plus où…

        L’ISF a une base de calcul et des exonérations faciles à organiser dès lors que vous avez les moyens. Et plus vous avez de moyens, plus vous avez de solutions pour abaisser l’assiette « du patrimoine net taxable de cet ISF
        Ca concerne un peu plus de 300 000 foyers. (1% de la population)

        J’entends même assez régulièrement des gens dire « je ne veux pas trop gagner plus pour ne pas payer plus d’impôts. »..

        Au contraire, dans notre système, plus vous baignez dans le fric et plus vous pouvez organiser les exonérations diverses et variées, vous avez pour cela des officines qui connaissent le doit fiscal et qui vous expliquent très bien comment le contourner.

        1. île de Ré ou Oléron.. les paysans (ostréiculteurs; les revenus correspondant) mais au ‘patrimoine’ conséquent.
          Ce à quoi je pense; « ménage soumis à l’ISF », lu-vu il y a qqls années, car l’écho de qql personne ‘obligé’ (!) de vendre/céder la ferme familiale (etc; séquence émotion) et la prochaine génération: en appart à La Rochelle.

          « Les moyens » ..humm ! autant en soustractions !

      2. L’ISF -en réalité, impôt sur le patrimoine- est un impôt absurde dans son principe (et je parle objectivement, je regrette de ne pas y être soumis)..

        Il n’y a que quatre façons de se constituer un patrimoine :

        1-par les revenus du travail,
        2-par les revenus du capital,
        3- par une plus-value à la revente d’un bien mobilier (actions) ou immobilier (logement),
        4- par héritage.

        Tous ces 4 moyens sont imposés; si on trouve qu’ils ne le sont pas assez, on peut augmenter leur imposition.Mais imposer le patrimoine qu’on s’est ainsi constitué, c’est les imposer une deuxième fois.

        En outre, il est franchement injuste: si vous avez un appartement ou des actions qui prennent de la valeur, l’ ISF vous impose sur la plus-value que vous réaliseriez si vous les vendiez: mais, tant que vous ne les avez pas vendus, vous n’avez rien gagné: c’est au moment où vous les vendez que vous réalisez une plus-value, qui, elle, doit être imposée:; en somme, c’est un impôt sur de l’argent que vous auriez gagné en les vendant, mais que vous n’avez pas gagné, puisque vous ne les avez pas vendus.

        Et il se peut, en outre, qu’ayant absolument besoin d’argent, vous les vendiez (appartement ou actions) à perte (crise de l’immobilier, krach boursier): il n’y a donc pas de plus-value. Mais, pour autant, vous ne serez pas remboursé de l’ ISF payé les années précédentes, c’est-à-dire de la plus-value que vous auriez réalisée si vous les aviez vendus au bon moment…mais que vous n’avez jamais réalisée ! Cela n’a aucun sens.

  13. Travailleurs du privé
    17,8 millions pour la métropole et les DOM
    Ces chiffres comprennent les effectifs salariés du secteur marchand comme ceux du secteur de l ‘ économie sociale ( associations, mutuelles etc ).
    La population considérée comme active est de 29 millions.
    La population totale est d ‘environ 67 millions
    En bref, il y a donc bien environ 12 millions de personnes chargées de la barque France
    Encore une fois, je ne dis pas que les autres ne font rien ou sont inutiles, mais les services ne jouent pas de rôle dans le commerce extérieur
    Alors, inutile de parler des hôpitaux, de l ‘ EN, etc
    PS avant d ‘ investir dans le secteur métallurgique, hum, renseignez vous.

  14. Ca va changer de dimension, le gouvernement envisage de taper dans le statut de fonctionnaires. Ca peut dépoter..

    Les boss de FO et de la CFDT, vont devoir aller à leur rendez vous secrets avec la bande des Dalton, de nuit, équipés de lunettes noires, au fin fond de la Creuse pour être sûr de ne pas être vus..

    Va falloir organiser un bison futé de circulation dans les grandes villes, avec itinéraires conseillés…

    1. Pour l’école, je ne sais pas, mais vers la 12 eme minute, il est visible qu’il n’a aucune notion de ce qu’est le droit du travail, et surtout aucune idée du contenu des ordonnances et de ses conséquences..

  15. Pour ceux que ça intéresse, intervention d’une avocate sur les conséquences des ordonnances. Je ne sais plus où je l’ai pris, j’espère que ce n’est pas de quelqu’un ici..

  16. La Chose après sa valse à l’envers sur les APL, merci aux nombreux protestataires anti-Chose, je pardonne aussi au passage le dernier Obstiné de la Chose, je dirait même protégeons cette espèce en voie de liquéfacation
    donc la Chose (truc inommable sans verser dans les puanteurs sub intestinales) s’appréte à récidiver avec la CSG pour les petits retraités: des aménagement seraient prévus d’après les Sopalin Brothers.

    La Répoubique marchante a trouvé son nouvel élément… de langage:

    Quand je m’avance, tu recules
    comment veux-tu que je …t’
    …embrasse

    1. vu (ce matin?! ahh oui! pourquoi attendre ‘sa réception’; Figaro) aors les deux derniers commentaires: « La créature se rebelle contre son créateur.. » et: « Franchement il a a raison! Marre de ces donneurs de leçons (?!) qui savent toujours tout sur tout (?!) bien calés au Flore » ..celui de Bourg-en-Bresse ?
      Qql texte ‘à suivre’, et copié-collé, que je poserai tout-en-bas,

  17. Et si on parlait des vrais problèmes ?
    __________________________

    L’incroyable inflation des prix des médicaments

    La commercialisation prochaine, aux Etats-Unis, d’un anticancéreux au prix de 475 000 dollars relance le débat sur le prix des médicaments.

    LE MONDE ECONOMIE | 07.09.2017 à 12h32 • Mis à jour le 07.09.2017 à 16h15 | Par Chloé Hecketsweiler

    Partager Tweeter
    Novartis va commercialiser aux Etats-Unis le Kymriah, un anticancéreux au prix de 475 000 dollars.

    En annonçant un prix de 475 000 dollars (398 570 euros) pour le dernier-né de ses anticancéreux, le géant pharmaceutique suisse Novartis place la barre très haut. Depuis plusieurs années payeurs, médecins et patients s’affolent de l’envolée des prix des traitements, avec un ticket d’entrée à plus de 100 000 dollars pour les nouvelles « immunothérapies ». Ce nouveau record relance la polémique. Approuvé le 30 août par la FDA, l’agence américaine du médicament, le Kymriah consiste à reprogrammer les cellules immunitaires du malade – les lymphocytes T – pour attaquer les cellules cancéreuses. Baptisées « CAR T-cells » dans le jargon, ces cellules ne sont pas des médicaments comme les autres : chaque lot doit être fabriqué sur mesure pour chaque patient, à un coût astronomique.

    Aux Etats-Unis, le Center for Biomedical Innovation du Massachusetts Institute of Technology (MIT) dénombre plus de 600 thérapies géniques et cellulaires en développement. Celles qui atteindront le marché devraient être lancées avec un prix du même ordre que celui du Kymriah de Novartis. Au-delà du coût de fabrication, les laboratoires avancent différentes explications pour justifier leur positionnement. Dans la mesure où elles ciblent des cellules bien précises, le nombre de patients « répondeurs » définit un marché très limité. Leur mode d’action – une modification durable du système immunitaire – est une autre variable dans cette équation complexe. « Avec les médicaments classiques, dans le cadre d’une maladie chronique, la dépense est lissée sur plusieurs années. Là, elle est immédiate », explique John Glasspool, qui pilote au MIT une réflexion sur les modes de financement et de remboursement de ces médicaments innovants.

    Pour mieux faire passer la pilule, Novartis s’engage à ne pas facturer le traitement en cas d’échec.

    Pour mieux faire passer la pilule, Novartis s’engage à ne pas facturer le traitement en cas d’échec. Ce principe de « satisfait ou remboursé » est une « bonne façon d’avancer », juge M. Glasspool « car il tient compte de la valeur du médicament pour le patient et pas seulement du coût de la recherche et développement ou de la production ». Il reste cependant de nombreux points d’interrogation concernant ce système testé par différents laboratoires. « Recueillir des données en vie réelle est déterminant pour apprécier l’efficacité d’un médicament au-delà des études cliniques », souligne l’expert du MIT.

    La question se pose pour tous les nouveaux anticancéreux. Premier à commercialiser un traitement par CAR-T cells, le laboratoire suisse a été devancé sur ce créneau très lucratif des immunothérapies, par les américains Bristol-Myers Squibb et Merck. Appartenant à une autre classe de médicaments – appelés couramment « anti-PD1 » –, leurs produits respectifs, Opdivo et Keytruda, avaient donné le ton : un an de traitement coûte aux Américains jusqu’à 150 000 dollars par an. Prescrits aux patients atteints de cancer de la peau ou du poumon très agressifs, leur effet peut être spectaculaire chez certaines personnes, mais se révèle limité pour la majorité des patients.

    Dans ce contexte, « les prix sont aujourd’hui largement des fictions négociables visant à exploiter au maximum les capacités de paiement d’acheteurs dispersés, mal informés et sous pression sociale », estime Francis Megerlin, professeur à l’université de Strasbourg, qui étudie l’impact des médicaments innovants sur les systèmes de santé.

    Le Kymriah n’est pas encore approuvé en Europe, mais Novartis devrait déposer une demande d’ici à la fin de l’année. D’autres laboratoires sont dans les starting-blocks. S’ils se félicitent de l’arrivée de ces nouvelles options thérapeutiques, les médecins s’interrogent sur les éventuels arbitrages qu’il faudra faire pour les financer.

    « Les coûts d’administration de ces traitements sont faramineux : aux 475 000 dollars payés pour le médicament lui-même, il faudra ajouter 150 000 à 200 000 dollars pour la prise en charge du malade. On nous demande de faire des économies, mais tout ce que l’on peut faire est dérisoire face à de tels montants, estime le Pr Christian Chabannon, responsable du centre de thérapie cellulaire de l’Institut Paoli-Calmettes, à Marseille. A ce niveau-là, la toxicité pour les systèmes de santé devient aiguë. »

    Possible « remise en cause du principe d’égalité d’accès aux soins »

    L’Institut Curie, l’un des plus grands centres français de lutte contre le cancer, publie, jeudi 7 septembre, un sondage sur la perception qu’ont les Français des coûts des traitements. « Ils n’en ont aucune idée, mais ont bien en tête que l’inflation des prix pourrait remettre en cause le principe d’égalité d’accès aux soins », souligne le docteur Thierry Philip, président de l’Institut Curie. Selon les données recueillies, « seuls 3 % des Français donnent un prix en phase avec la réalité, entre 80 000 et 116 000 euros pour un traitement type immunothérapie (…), 21 % imaginent même un coût en dessous de 500 euros ».

    Les dépenses de l’Assurance-maladie dans le cancer (16,7 milliards d’euros au total en 2015) restent principalement liées aux hospitalisations et aux traitements « classiques » (chirurgie, radiothérapie, chimiothérapie avec des molécules anciennes), mais l’essentiel de la hausse des dépenses vient de ces médicaments onéreux, avec un surcoût qui pourrait atteindre 1 à 1,2 milliard d’euros par an dans les prochaines années, selon une estimation d’Agnès Buzyn, la ministre de la santé, publiée, en février 2017, dans le rapport « Prix et ccès aux traitements médicamenteux innovants » du Conseil économique, social et environnemental.

    1. Mais Elie…cela fait un bout de temps que certains médecins dénoncent ces dérives ….qui les a écoutés à ce jour?…
      Et ce qui se profile est une ignominie mais doit on s’étonner quand le fric est roi et que les labos se gavent sur le dos des assurés !
      Je crains malheureusement le pire …

      1. @ Sylvie

        Ce n’est malheureusement pas une dérive à laquelle on pourrait mettre fin.

        Il se peut que la marge bénéficiaire des labos soit excessive, et que l’on puisse la réduire : mais les prix extraordinaires de cette nouvelle génération de médicaments restera astronomique, par la force des choses: il s’agit de fabriquer des médicaments pour un très faible nombre de gens, voir pour une seule personne; et cela reviendra forcément très cher, même s’ils étaient produits par un labo public sans but lucratif, donc sans aucune marge bénéficiaire.

        Il y aura donc un choix à faire, qui est un choix de société :

        – soit réserver ces médicaments à ceux qui peuvent se les payer- donc faire de la fortune personnelle de chacun le critère de sélection;

        -soit réserver ces médicaments aux cas où les autres ont échoué, et à ceux chez lesquels ils ont le plus de chances de marcher : autrement dit, faire la sélection sur des critères uniquement médicaux.

        Mais, pour la première fois, par la nature même de ces médicaments destinés chacun à un très faible nombre de gens, on se trouve devant l’obligation de faire une sélection..

        Ceci, en attendant quelques années, le temps que les techniques de fabrication soient totalement industrialisées, et que leur prix de fabrication chute; la Sécurité Sociale aurait alors les moyens de les rembourser : mais les associations de malades concernés (en l’occurrence, les cancéreux) accepteront-elles d’attendre, alors qu’elles savent qu’il existe des médicaments qui peuvent les empêcher de mourir ? C’est peu probable, ce qui se comprend, car ce serait une réaction très humaine.

        On se trouvera ainsi, pour la première fois, devant un conflit entre associations de malades et Sécu, conflit qui pourrait tuer la Sécu.

        Fillon l’avait dit, mais de façon très maladroite, lors de sa campagne des primaires: il faudra que nous acceptions de payer de notre poche les médicaments peu chers pour des maladies pas graves, afin que la Sécu soit consacrée au remboursement intégral des médicaments très chers qui guérissent des maladies mortelles ou très graves, médicaments qui vont se multiplier.

        1. @Elie
          Il n’y a pas de maladie « pas grave ».
          La sécu devrait rembourser à 100% les traitements. Mais à la place, on fait croire aux gens que dérembourser et supprimer ou alléger les cotisations pour la sécu va changer quelque chose. On fait croire que le privé est vertueux et à même de soigner tout le monde.
          Sauf que le privé va soigner les gens sur un critère de richesse. Ils sont là pour gagner de l’argent.

          Au diable les discours fumeux sur la vertu du capitalisme moderne. Je ne veux pas vivre dans une société où se soigner devient un calvaire. Donc, autant pendre Macron par les pieds ou accepter de dévier vers un système à l’anglo-saxonne.

          Ah, quelle belle société de merde il nous prépare, où les riches vont gagner plus et le reste encore moins. Où l’Etat ne sera même plus capable de faire tourner ses services (donc déléguera tout au privé, on est sur la bonne pente). Où on pourra se faire licencier sans motif. Où il faudra mendier auprès des mutuelles (elles devraient arrêter de porter ce nom) pour pouvoir être soigné.

          1. Vous n’y êtes pas du tout: il n’est pas question de limiter l’accès au généraliste (au contraire,le tiers payant devrait le faciliter), ce n’est pas une question de diagnostic; le problème, c’est le coût de certains traitements.

        2. Mais alors Elie…il va falloir changer le serment d’Hippocrate ou apprendre aux futurs médecins de marcher allègrement dessus…la majorité des médecins traitant de ces cas vont se trouver face à des cas de conscience insurmontable et non souhaitable …
          Et je crois sincèrement que si on sépare le grave du pas grave, on va se retrouver avec des patients qui échapperont aux soins …
          Combien de cancers sont détectés alors que le patient n’a aucun symptôme et vient pour un petit bobo…
          Parle t on de ce que rapporte deja au labo l’auto médication.
          Jusqu’où irons nous dans la sélection….
          Par contre ce qui serait courageux, serait de ne plus prescrire les medicaments non remboursés parce que peu efficaces…

              1. Vous croyez qu’en France, où le prix des médicaments est fixé par l’ Etat, et où tous les cancers sont pris en charge à 100 % par la Sécu, le chiffre d’affaires de chaque labo n’est pas connu par l’ Etat au centime près ?

                Et vous estimez que leurs découvertes ne doivent rien leur rapporter ? Pourtant, s’il y a bien un domaine où la médecine a fait de gros progrès ces dernières années, c’est bien celui-là !!!

                1. Bien sur que nous devons nous réjouir des progrès, bien sûr que les profits sont connus ….mais on parle plus de ce que nous coûtons que des profits des labos…un peu d’équilibre dans l’info est nécessaire …
                  De plus je n’ai pas dit que ca ne devait rien leur rapporter mais il y a juste des limites !

                  1. ..je ne peux pas! ne-pas débloguer ce lien: « l’humain évolue » /n’est-ce pas une question,

                    pour me justifier d’inonder le marché de divers bazars, degrés de zouk en plein air d’un manque total (privation; punition?) de techniques et de mathématiques, alors je dis: tout est politique,
                    (ensuite retourner au Vénèze, bien sûr ça ne me dérange pas, ni de voir J Luc)

                    http://www.courrierinternational.com/article/genetique-une-etude-devoile-comment-les-etres-humains-evoluent

  18. Ah.. (moi-de) sortir mon seau & ma pelle ! aussi ce prétexte (?) je ne comprends pas bien la critique ‘manque d’audience’ (langage diplo) fait à Juan, enfin si, (et) le voir différemment (chic!) d’abord il n’a que deux mains (y-moi, d’y trouver pas assez !) ou moins prosaïque, alors une élégance: il nous fout la paix ! (est-on assez grand ? oui; pour s’entendre -la plupart du temps- parfois se chamailler, no peine)
    Interprétation perso: il a confiance (en nous !)
    /le départ de C Caron (Aramis; Flamberge !) la-version vient de lui (!) à nous, limpide: « j’en ai marre je me barre ».

    (pareil) je lis les commentaires; certains en travers, ‘vu’ le début, d’insister ne m’en apprendra pas davantage,
    /surtout si je sais quoi déjà écrire; sinon qql lecture détermine, influence* mes prochaines lignes,
    de tous j’apprends (évidence; mutuelle)
    J’apprécie les libelles d’Elie; je ne suis pas certain de la réciproque (lecture) ni contrariant. On partait d’un mauvais pied -hahah (mes débuts, 8-9 ans? /pc piraté, neuf depuis qqls mois) je n’avais jamais entendu parlé d’Elie A, et probablement l’exprimait (…) venait-il de sortir son livre.. je compris (entre autres) plus tard. En plus, mon pseudo qui froisse (?, un mystère; bah, quand on ne peut pas saquer qql’un, même de s’appeler César, ..taille, poids, ponctuation rien n’y fait)
    Bref, souvent j’agrée les Elie’s propos, -les comprends! sans trop me pencher. Ainsi tout le monde ? question de dose.
    Pourquoi se fait-il asticoter ? no sé.. Là, je devrais -vite! changer de sujet, ..avant que mon nez, ‘encore’ ménagé.

    Vrai que ‘suisse’ est loin, ..toute prétention est vaine !
    no circoncis, donc pas le même humour, esprit ?
    s’en farcir ?! ..ce pauvre concurrent fromager (qu’importe ses AOC indépendantes néanmoins polyglottes; disons fédérales) dont seul l’archer fruitier Guillaume Tell pris la défense.
    Sa diction étrange, grammaire ou style ‘libéré’, ..neutre ?!
    mieux vaut y-déposer son blé, et surtout.. qu’il se taise !!

    le paradis = les autres ! (aussi) ça m’arrange ! 😉
    l’influence*, pire que sable ou eau.. s’insinue partout !
    (gourmands) nous nous la partageons, l’échangeons !

    vendredi, matin, déjà ?! ..j’me crois samedi (shabbat !)

    Ma femme (est-ce elle le sujet?) hier me dit: « qu’est-ce que je regrette d’avoir voté Macron !! » suivent x jurons,
    – ouiz ma chérie, d’un autre côté (au 2° tour n’est-ce pas) ce jour de mai nous avions pique-nique, ensuite d’aller voter, (et) il fallait -bien- se débarrasser du pique, ..

    1. ..lien en permanence actualisé, les docs et infos sur les premières îles touchées (vu en fin de journée) sont hallucinantes.. !! (et) des vents de 360 klm !
      Je suis d’accord: on ne manque pas de vrais problème !

  19. Macron & (la) Presse; nous nous sommes un-peu écarté du sujet.. c’est plutôt ‘bon signe’ (!) bref, ici des extraits, 1° septembre, du quotidien romand « Le Temps », Lausanne:

    ..dans ce labyrinthe d’influences et de règlements de comptes que sont logiquement les médias français [!]

    On pourrait, pour analyser cette offensive anti-Macron, parler de dépit amoureux. Ce serait une erreur. Les journalistes français sont, avant tout, déboussolés. Ils ne veulent pas comprendre que ce président lettré, imprégné du personnalisme de la revue Esprit, ne croit plus aux corps intermédiaires d’antan, dont il constate chaque jour la décomposition. La presse écrite est en crise profonde, délaissée par ses lecteurs (surtout les jeunes) et concurrencée pour la publicité par les géants d’Internet. Les syndicats n’ont plus la cote dans les entreprises d’avenir, à savoir celles du secteur numérique. Les experts géopolitiques et économiques ont bien du mal à se relever des gifles constituées par le Brexit et Donald Trump. Emmanuel Macron n’est pas hostile aux journalistes. Ils demeurent à ses yeux des relais importants. Mais ils ne sont plus des boussoles. Encore moins des clés de voûte pour “transformer” la France.

    Oubliée, sa marche solennelle ..
    Dissipé, le parfum de victoire écrasante ..
    Effacée l’idylle entre une presse et le candidat météore durant cette folle, imprévisible campagne présidentielle.
    Une fermeté proche de l’arrogance. Une distance vis-à-vis des médias vite assimilée à du mépris.

    Nicolas Sarkozy était fustigé pour sa propension à “l’hyperprésidence”. François Hollande perdit tout à considérer les journalistes comme des amis. Emmanuel Macron est accusé, ni plus ni moins, de ne pas respecter les règles. Son “spectacle” élyséen détonne. Son “clan” de conseillers peu connus des médias prive ces derniers des indispensables rumeurs. Plus grave encore : voici qu’un de ses amis journalistes, Bruno Roger-Petit, chroniqueur politique et sportif, vient d’accepter de le rejoindre à l’Élysée pour mieux “porter” sa communication…

    Le décor est donc posé. Dès cette semaine, l’annonce des futures ordonnances visant à réformer le marché du travail ne fera, peut-on lire, qu’aggraver le fossé entre ce nouveau pouvoir et la majorité des citoyens. L’hypothèse de travail est claire. Le candidat Macron, issu des élites de la République et des affaires, ne pourra jamais faire autre chose que la politique souhaitée par celles-ci. Son mandat est, dès le début, l’histoire d’un divorce entre deux France, condamné à s’envenimer. Le story telling ne pourra pas résister à l’épreuve des faits. La vraie nature de ce chef de l’État de 39 ans – celle d’un libéral invétéré acquis aux forces du marché – est condamnée à transpirer.

    Place aux échecs et aux soupçons.

  20. (suite ? alors fin !)
    le consul Ménénius Agrippa joue à-la métaphore (j’adore!) et illustre l’expression « se retirer sur l’Aventin » (une des 7 collines de Rome) signifiant: renoncer, refuser de poursuivre une négociation,

    « Un jour, les membres du corps humain, voyant que l’estomac restait oisif, séparèrent leur cause de la sienne, et lui refusèrent leur office. Mais cette conspiration les fit bientôt tomber eux-mêmes en langueur ; ils comprirent alors que l’estomac distribuait à chacun d’eux la nourriture qu’il avait reçue, et rentrèrent en grâce avec lui. Ainsi le sénat et le peuple, qui sont comme un seul corps, périssent par la désunion, et vivent pleins de force par la concorde ».

  21. Et encore, là, il joue petit.
    5€ de baisse de loyer, 5 € de baisse d ‘apl
    Pour les retraités trop riches
    retraite à 1200€ 245€
    1300 265
    1500 306
    1800 367
    2000 408
    2600 530
    3000 612
    Il est envisagé de supprimer l ‘ abattement de 10 %
    Et toujours aucune revalorisation des retraites
    Sans oublier qu’ une partie de la CSG est soumise à l ‘ impôt

Les commentaires sont fermés.