Ce Brexit qui se décale


La semaine dernière à Florence, la première ministre britannique a révélé quelque chose: le Brexit sera repoussé de 2 ans. Initialement prévu en 2019, nous voici partis pour 2021 … si les partenaires européens du Royaume Uni l’acceptent.

Je suis Européen, et par ailleurs hostile au Brexit. J’aimais savoir nos voisins britanniques avec nous. Le Brexit a été proposé par les plus conservateurs, sur fond de relents racistes et xénophobes avec un Parti Travailliste malheureusement inaudible qui avait du mal à défendre une Europe austéritaire (et on le comprend). Mieux, les leaders du camp du Brexit se sont ensuite défaussés comme  s’ils étaient effrayés des conséquences de leur victoire.

Theresa May, on l’oublie trop souvent, était contre le Brexit mais elle a accepté de succéder à cet abruti de David Cameron qui avait proposé ce référendum « Pour ou Contre l’UE » pour de basses convenances personnelles. Par pragmatisme et arrivisme, elle a décidé de reprendre ce flambeau là. Elle réalise comme d’autres la catastrophe annoncée. Elle cherche à gagner du temps.

Je suis Européen mais l’Union européenne nous fatigue. Une brillante consœur a expliqué il y a quelque temps comment le pillage européen que l’Allemagne dirigée par Mme Merkel depuis 16 ans et pour encore quelques temps nous asphyxie; et combien la « dé-démocratisation » de l’Europe qui décourage les citoyens est à l’œuvre. Angela Merkel réélue et nous voici repartie pour une mauvaise séquence. Merkel a ce talent, très bien décrit par le magazine Society il y a peu, de chiper les quelques thèses de ses adversaires (sortir du nucléaire, accueillir un million de migrants, etc) pour mieux assurer sa propre survie politique.

Le 20 septembre, mauvais anniversaire, les 25 ans du traité de Maastricht. Ils n’étaient pas nombreux pour souffler les bougies. Même Jupiter, si prompt à déclamer des discours grandiloquents comme s’il se croyait au théâtre, n’a rien dit, rien fait, rien mentionné.

Alors, me direz-vous, si cette UE est si ratée, si mauvaise, pourquoi donc désapprouver le Breixit ? Pour deux raisons. Le Breixit est d’abord un projet anti-européen par définition. Sa finalité est la sortie de l’Europe. Notre finalité est différente, elle vise plus de justice. L’Europe pourrait être un moyen. Deuxièmement,  la sortie de l’UE est une option, une possibilité, un risque à prendre si un rapport de force politique échoue à faire réorienter la politique européenne. Pendant la campagne présidentielle, cette dernière proposition, explicitée dans le programme l’Avenir en Commun, a été caricaturée à souhaits.

 

Publicités

49 réflexions sur « Ce Brexit qui se décale »

  1. Le Brexit est l’inverse d’une solution. ce n’est parce qu’on se debarasse d’un problème qu’on le résoud….mais la faute a qui ? Qui a attisé le populisme pour s’en servir ?
    Il n’aura pas lieu et là aussi cela posera un énorme problème ….ce sera alors un rejet de le démocratie.
    L’Europe sociale est un échec, l’union n’est qu’une facade alors que les peuples y aspiraient….

  2. Voila un bon sujet de désaccord avec JUAN. Il a été un peu fragmenté en sujet politique et économique, mais pas grave….

    Pour commencer par le plus facile juste pour s’échauffer.

    Le merdeux, il y a 25 ans, avait encore du lait derrière les oreilles.. mais, comme dirait Mamyda, n’avait pas encore rencontré les guiboles à bribri (c’est assez proche quand même selon mes informations de paris match et elle)..

    Je suis contre l’UE qui est une monstruosité sous tous les angles, et historiquement. C’est bien d’avoir cité Coralie Delaume, mais avant elle il y a eu Seguin, Maurice Allais et d’autres (j’évoque ceux qui ont réfléchi à la question)…

        1. Hum pour ce qui est de la source…je me demande qui peut échapper au matraquage des photos qui fleurissent en couverture de magazines auquels je suis « abonnée »chez ma coiffeuse 😁😁😁

    1. Dans à peu près 10 ou 15 ans les enfants des défenseurs de cette Europe là pourront leur dire merci papa merci maman.

      Les enfants de ceux qui s’y opposent sauront trouver les moyens d’y échapper, c’est ainsi à chaque fois qu’un pays est occupé.

      Aujourd’hui Alstom vient d’être livrée aux Allemands.

      Stan ne t’inquiète pas, tes enfants ont été formés à ton école.

      Moi j’m’en balance vu mon âge et celui de mes enfants ,ils n’auront pas le temps de connaître la petite france , celle que l’on vous prépare, où le tourisme y régnera en maître et où les etrangers viendront jeter des cacahuètes aux « autochtones » .
      Je plagie, cette dernière phrase est tirée d’une de celle d’Elie Arié du temps du post ou de Marianne. 😀

      1. Dans les années 90, patron d’une PME industrielle et j’étais en 1ere ligne pour subir les effets négatifs du franc fort collé au cul du deutsch mark.

        L’Allemagne a réussi à nous annexer par la monnaie et l’économie, tout ça parce que nous avons des bandes de charlots successifs aux commandes, qui n’apprennent rien et ne tirent aucune leçon du passé.

        Mes gosses, sont les plus belles réussites de toute ma chienne de vie.
        Nous n’abordons aucun sujet lié à la politique, la religion pendant l’apéro qui doit être pris sereinement, pendant le repas pour bien digérer et pas avant une bonne mirabelle de Lorraine, en fin de repas.

        Quand je fais le bilan, je me dis que nous avons fait les cons. Et ça ne s’arrange pas,bien au contraire.

        1. Le meilleur exemple à donner à ses enfants, c’est d’apprendre à regarder les choses en face et de ne pas avoir peur de les appeler par leur nom.

          La politique n’a rien à voir là dedans, à eux de se faire une opinion avec les outils que leurs parents leur ont donnés.

          Je ne parle jamais politique avec mes enfants.

  3. La Grande-Bretagne était-elle vraiment dans l’ UE ? Ni adoption de l’ Euro, ni acceptation de Schengen (sinon, il n’y aurait pas tous ces immigrés bloqués à Calais) , et droit de se faire rembourser ses déficits avec l’ UE obtenu par Thatcher ( «  I want my money back ! « ; par contre, privilège exorbitant du monopole de toutes les transactions en euros par la City, alors que ce n’est pas sa monnaie !

    Comme disait Bourlanges: «  Avant le Brexit, la Grande-Bretagne avait un pied dans l’ UE et l’autre dehors; après le Brexit, ce sera l’inverse « 

    1. Les accords du Touquet ne sont pas pour rien dans l’entassement des réfugiés à Calais . Schengen, sur ce coup, a bon dos !

    2. bonsoir m’ssieu Bourlanges, avant l’anglais avait: « un pied dedans » (EU) après: « un pied dehors » ? ..tant qu’il en a deux !
      ‘Swiss’ n’aide pas, ..le climat peut-être,
      une réciproque indulgence souhaité (j’attige?)

  4. Même longueur d’onde que Stanislas:
    le résultat d’un référendum respecté par ses opposants est surement non-conforme à la pensée Junker mais plutot rassurant sur la santé de la démocratie en UK.

    je reposte:
    http://geab.eu/crise-systemique-occidentale-2017-2019-le-dieu-dollar-contre-la-grande-tentation-du-petroyuan/

    qu’est-ce que le GEAB ?
    – GEAB | Global Europe Anticipation Bulletin
    – GEAB ( GlobalEurope Anticipation Bulletin ) est la lettre confidentielle du think-tank européen LEAP/Europe 2020. Elle nous éclaire sur l’évolution de la crise … tendance fan de l’UE et de l’euro

    Teressa May nous dit dans deux ans.
    Fait-elle le pari, pas si farfelu, que l’UE ne tiendra pas plus de 2 ans ?
    lisez donc les prévision du GEAB
    A surveiller aussi le retour de Berlusconi et son projet de deux monnaies
    Une commune l’euro, l’autre nationale.
    Pas d’exemple de mise en application réussie, d’après Jacques Sapir.

    Quasi unanimité des commentaires sur Merkel et le projet européen, euro-zone: Rien ne se passera.

      1. charles

        d’autant plus que Xerfi Canal n’est ni un repaire de gauchiste, ni de facho.

        Je le précise, parce que je ne sais trop comment s’est venu, mais nous avons eu droit à un magnifique hold up sur un débat de l’UE grâce au seul fait que tout mot, concept prononcé par le FN est excommunié..

        Evoquer « sortir de l’UE » « sortir de l’euro » nous confronte à une levée d’ail, de goupillons et de croix..
        Sortir de l’UE , c’est aussi fatalement se faire « un repli sur soi » des 3eme et 5 eme shakras, c’est automatiquement être « xénophobe », utopiste, arrièré, fauteur de guerre, inculte, facho, traitre….

        Peu importe que dans le même temps, les esprits purs et sans tâches fassent l’impasse sur les saillies verbales de Juncker, de Schauble qui crachent sur la démocratie, que l’UE ponde ses directives tyranniques émanant de groupes non élus (le parlement est totalement fantoche) avec l’aide exclusive des groupes privés,

        1. Rouge Brun, Stanislas !
          c’est très, très mal.

          El Supremo Cretino va nous dérouler son plan Nacht Europ, aujourd’hui
          au menu l’UE à 2 vitesse, vintage Bellamouchi.
          On marche en avant vers un FMI de l’eurozozone, sans blâââgue ?

          Tronche de la Merkel plus que jamais agrippée à sa cassette, surveillée par Shauble et le futur coalisé libéral ultra et absolument contre toute aide et secours aux cigales.
          La Grèce, selon Alexander Mercouris (The Duran, en anglais, je résume) aura sa crise financière de printemps et cette fois zib package mais Grexit impératif.

          Je me marre d’avance du masquage de la dé-CON-fiture.
          Les adeptes de la secte trouveront surement à ce pet royal sur la toile cirée une fabuleuse odeur , parfum d’une puissance conceptuelle et senteur impériale…. quoique complexe.

            1. Suite au renvoi de Monsieur le toubib, je pense qu’Il faudrait passer le message à la bribri qu’elle sorte un peu son petit voyou à Bruxelles, on dirait qu’il ne connait pas l’UE..

              1. Il est indiqué que « chaque étudiant devra parler deux langues. Comme si c’était nouveau »

                A mon époque, un étudiant normalement constitué parlait l’Allemand et la langue fourrée..

                1. et pour quelque uns il y avait une 3eme langue quand on entendait un pote dire « je me parle en moi même ».

                  Ilcroit nous apprendre quoi le ptiot…

            2. Yep, je viens de le lire
              et une douzaine de réactions en commentaires.

              et la Cheftaine lui a déjà demander de fermer sa gueule.
              comme annoncé.

              Bene, Juan dans son excellente forme nous livrera le roti tout ficelé dans les prochains jours.

  5. Humour. Depuis 40 ans les relations des britanniques avec l’Europe se résument à une célèbre caricature du Canard Enchainé de 1975 où l’on voit le Premier ministre Harold Wilson au lit, sur une Europa qui l’implorait : « Entrez ou sortez, mon cher Wilson, mais cessez ce va-et-vient ridicule. »…Aujourd’hui, je ne vois pas Mme May s’extasier: « Le Brexit…

    1. zen ..! séquence: frétillons; thank you,

      Cameron, partit du 10 Downing, démission, ..en sifflotant,
      humour-tjs « Annive discret » pourtant ça se ‘traite’ 25 ans..
      Comment dit-on ‘subclaquer’ in english ??

      Anglophile !! ..ni pygméephobe! ou alors peut-être..
      rhââ chipé la pudeur de mes mômes (l’inverse?)
      nous sommes d’accord: j’appris Et rencontré plein !
      souvent aux ‘Coulisses’, of course ti bémol, chic!
      ..les mêmes gamins ! dans ma chatte de vie, eux non plus n’aiment pas déranger, ni l’idée de le dire !
      Et pis des mangues ! Gourmands ! I’ll be back !
      (d’abord frigo ?! lui, qui pour se remplir et se vider.. tout seul il n’y arrive pas, faut l’aider, indeed!)

  6. Le programme « l’avenir en commun » préconisait une refonte de l’UE . Pour cela, il aurait fallut faire plier les Allemands .Problème : les nationalistes des pays de l’Est se satisfont de la situation et la zone euro ne voit que le fric .
    Résultat : les partis d’extrême droites progressent dans l’UE parce que les citoyens sont déboussolés et dégoutés du binôme droite/socio-démos, qui nous ont amené dans le mur. Et comme ceux-ci ne veulent surtout pas travailler avec F.I, Die Linke, Podemos et d’autres, l’UE est sub claquante !

      1. Article instructif du Diplo. A relier à l’historienne Sophie Wahnich qui raconte dans son dernier livre (« Le radeau démocratique ») comment l’identité nationale taraude aussi les pays de l’Europe de l’Est. Ces pays minés par l’anti communisme (compréhensible) en viennent à « héroïser » les « patriotes » anciens collaborateurs des nazis. (moins compréhensible)

        1. La grande différence, c’est que les identités nationales qui reviennent aujourd’hui au galop ne sont pas des identités politiques, mais des identités ethno-religieuses ( Russie, Pologne, Hongrie, Israël, Birmanie – et même Chine si on considère le marxisme comme une religion, puisque « pas de vérité en dehors de lui »)

      2. Oui ! Très intéressant . Ces gars là ont fait plier Volskwagen . Comme quoi, avec un peu de c……s, on pourrait envoyer Wolfgang Schaubl se faire voir chez les…Grecs !
        Mais ce n’est pas dans la culture des gouvernants de l’Europe de l’Ouest , hélas !

      3. Aah le Diplo, piqûre-thx! ..pas assez visité !!
        j’ai regardé Xerfi (connu ? du-tout) .. »est un institut d’études économiques privé » -édition indépendante- pluridisciplinaire, compétences variées, économie industrielle, marketing, analyse financière.

        « vassalisation » des autres zones (éco) O Passet; des exceptions ? à part la Norvège..

        aussi regardé cette semaine qql édition, tjs cette curiosité qui m’amène ici (aussi; chouia différent!)
        « Contrepoints », actu en ligne, ligne d ‘en face’ (depuis 2010; je n’ose envoyer le courrier: « un don, per favor ») développé par Libéraux.org, qql vocation: ‘changer les esprits sur le long terme’ ..Aïe! faut-il amener sa croix ou incluse ?!
        j’envoyais 2 liens l’autre matin, Paf! « en attente de modé », ..pas bougé ! d’où mon « vires-y, no stress »,
        d’ailleurs Lionel je crois, à la suite: « une paire de post bloquées, why ?! »

      1. Lionel
        Ce qui est fabuleux, c’est de dire que cette fusion permettra de résister aux Chinois, ces Chinois auxquels tant Alstom que Siemens ont transféré leur technologie ferroviaire . Il suffit de regarder un TGV Chinois : il a la même tête que les TGV de Siemens !

        1. L’union Siemens-Alstom permet de sauver les sites et emplois d’ Alstom en France; sinon, on en était presque à l’union Siemens-Bombardier, qui aurait condamné Alstom.

          Siemens détiendra 50 % du capital du nouvel ensemble constitué de l’actuel ­Alstom et des activités matériel roulant, signalisation et systèmes ferroviaires de Siemens. Le siège de Siemens-Alstom (15 milliards d’euros de chiffre d’affaires, plus de 1 milliard de résultats d’exploitation) sera fixé à Saint-Ouen, en région parisien.

          . De fait, une partie des activités des deux entreprises se recoupent. Parmi les fleurons de Siemens, le train rapide ICE est un concurrent redoutable du TGV. L’avance allemande dans l’automatisation et la signalisation ferroviaire de pointe – des activités très rentables – lui permet d’ailleurs d’afficher une marge opérationnelle supérieure de trois points à celle d’Alstom (8,7 % en 2016 contre 5,8 %).

          Géographiquement, en revanche, les deux groupes sont plutôt complémentaires. Seule l’usine allemande Alstom de Salzgitter (Basse-Saxe) se retrouve en situation frontale face aux sites d’assemblage européens de Siemens, presque tous situés outre-Rhin. Salzgitter (2 500 salariés) est le plus grand site industriel d’Alstom dans le monde. Et c’est un fleuron. Il produit les prototypes des trains Coradia à hydrogène, dans lesquels Alstom a pris une avance notoire sur ses concurrents.

          1. Dear Elie Arié,
            merci pour assurer la tranquilité de nos esprits
            L’article du Monde en dit un peu plus, voici le lien (un oubli surement)

            l’http://www.lemonde.fr/economie/article/2017/09/26/un-protocole-d-accord-signe-entre-alstom-et-siemens-en-vue-d-une-fusion-entre-egaux_5191889_3234.html
            et en bonus les réactions des très abonnés du Monde:

            Vos réactions (10) Réagir La réaction aux articles est réservée aux abonnés du Monde.fr

            image: http://s1.lemde.fr/medias/web/1.2.704/img/placeholder/avatar.svg

            ALAIN SALANDRE 27/09/2017 – 07h28

            C’est gentil de nous détailler l’accord, 3 jours après qu’une émission de TV bien documentée nous ait montré comment G E avait mis la main sur la branche énergie de la même entreprise, où tous les dirigeants avaient effrontément menti. Une seule certitude: on navigue au coup par coup, sans aucune vision industrielle d’ensemble, ni nationale ni européenne. On justifie seulement les événements. Bonne ou mauvaise solution ? pile ou face.
            répondre Signaler ce contenu comme inapproprié La réaction aux articles est réservée aux abonnés du Monde.fr

            image: http://s1.lemde.fr/medias/web/1.2.704/img/placeholder/avatar.svg

            nimbus 27/09/2017 – 06h43

            Bien peu de réactions sur un sujet pourtant de la plus haute importance pour notre pays. Pendant ce temps Macron fait son cinéma à la Sorbonne avec des propositions dont on sait très bien qu’elles ne sont destinées qu’à se faire bien voir d’un certain public hexagonal. On attend toujours le diagnostic de celui qui, ministre de l’Économie, s’occupait davantage de mettre en place ses réseaux que de d’arrêter la dramatique désindustrialisation de la France avec ses centaines de milliers d’emplois.
            répondre Signaler ce contenu comme inapproprié La réaction aux articles est réservée aux abonnés du Monde.fr

            image: http://s1.lemde.fr/medias/web/1.2.704/img/placeholder/avatar.svg

            Ulysse 27/09/2017 – 06h39

            « Ils sont meilleurs que nous en signalisation, en automatismes, dans le tramway, dans les locomotives diesel… » et moins nombreux, ça sert à rien de pleurer, il faut être bons. Toutes les entreprises françaises ne vont pas travailler sous le parapluie de l’état à la mode soviétique, on a déjà donné, c’est un système confortable pour les salariés mais qui conduit les pays à la ruine.
            répondre Signaler ce contenu comme inapproprié La réaction aux articles est réservée aux abonnés du Monde.fr

            image: http://s1.lemde.fr/medias/web/1.2.704/img/placeholder/avatar.svg

            PC 26/09/2017 – 23h43

            PDG français, siège social en France, capital détenu à 50% par des français, rapprochement avec un partenaire plus rentable et plus avancé dans les technologies d’avenir… Il faudrait applaudir et déboucher une bouteille de champagne avant de partir à l’assaut de la Chine et des USA. Mais non…les syndicats ont peur, se méfient, traînent des pieds et demandent à l’État de prendre le contrôle. De vrais battant, des optimistes et des gagnants pour sûr ! Je plains Siemens…
            répondre Signaler ce contenu comme inapproprié La réaction aux articles est réservée aux abonnés du Monde.fr

            image: http://s1.lemde.fr/medias/web/1.2.704/img/placeholder/avatar.svg

            nimbus 27/09/2017 – 06h34

            Bravo, vous maitrisez parfaitement les éléments de langage délivrés par le gouvernement ! Ah ces affreux syndicats qui n’applaudissent pas des deux mains. Mais, en clair, Siemens absorbe Alstom et c’est le grand processus de désindustrialisation engagé depuis 20 ans qui continue. Sans même que nous ayons l’amorce d’une analyse par celui qui fut longtemps ministre de l’Économie ou par l’actuel titulaire de Bercy. Et les chantiers de St Nazaire passent eux sous contrôle italien.
            Signaler ce contenu comme inapproprié La réaction aux articles est réservée aux abonnés du Monde.fr

            image: http://s1.lemde.fr/medias/web/1.2.704/img/placeholder/avatar.svg

            François B. 26/09/2017 – 23h06

            Les Allemands savent flatter les vanités françaises en laissant le pdg d’Alstom aux commandes et le siège social à St Ouen. Mais cela ne va durer longtemps car laisser le pouvoir au pdg de l’entreprise en échec n’a aucun sens. De même que le siège retournera bien vite en Allemagne et dans 4 ans les plans sociaux vont pleuvoir. Incompètence, cynisme et arrogance caractèrisent certains de nos dirigeants dont on aurait apprécié qu’ils aillent exercer leur  » talent  » ailleurs.
            répondre Signaler ce contenu comme inapproprié La réaction aux articles est réservée aux abonnés du Monde.fr

            image: http://s1.lemde.fr/medias/web/1.2.704/img/placeholder/avatar.svg

            nimbus 27/09/2017 – 06h36

            Le montant du parachute doré du patron d’Alstom doit déjà être fixé, pas de souci à faire pour ce brillant dirigeant.
            Signaler ce contenu comme inapproprié La réaction aux articles est réservée aux abonnés du Monde.fr

            Lire la suite des réactions (10)

          2. @Elie
            Alstom vend des Coradias depuis longtemps en Europe . Il vient même d’en vendre à la SNCF pour équiper la ligne 4 sur l’Est ; Par contre, le contrat passé pour le métro de Lima, par exemple, prévoit que les rames seront assemblés en Catalogne . Cherchez l’erreur !
            Et ça ne change rien à l’excuse Chinoise pour justifier cette fusion, alors que tant Siemens qu’Alstom ont cédé la technologie TGV à ces braves Asiates .
            Au fait : je suis abonné à diverse revues du chemin de fer, toutes fort bien documentées .

            1. L’ICE utilise la motorisation répartie . Alstom l’avait utilisé sur une partie de la rame TGV du record à 576 km/heure . Elle l’a monté sur les ATE vendus en Italie mais ça s’est arrêté là ; C’est plus un problème de compétence commerciale de la part d’Alstom que de technologie .
              Je peux continuer longtemps comme ça .

              1. Une petite dernière ; Alstom et Bombardier ont déjà travaillé ensemble sur le matériel ferroviaire . Il n’y avait pas plus de dangers que cela pour Alstom.
                Par contre, on devrait couvrir de goudrons et de plumes ceux qui ont coulé le site des ANF, lequel site a été repris par …Bombardier et fonctionne plutôt bien .

        2. (transfert/fusion) j’entends Macron, radio il ya qqls heures: « une armée (ouiz) conjointe » ou commune, ou avec-nous français, etc.
          Macron/Ségo, ..non ?
          Bonne idée ! mon avis, ..vous allez y contre-dire n’est-ce pas (chic!)

    1. (j’oubliais) deux! liens-vidéo ce soir for ‘nd full of fun ! ainsi le « social », c’est nous ! qu’est-ce qu’on est cool..
      aussi (oubli) le libellé de Contrepoints: « le nivellement par le haut ».. ça donne (to give) l’envie de créer de l’adage.. « si tu perds le Nord camarade, ne demande ni à la reine ni à ta femme ton chemin, mais à Un Politique, au-pif, il te le donnera » (for free; au début, héhé)

    2. Merci pour la belle collection d’euro-nouilles
      les increvables des bonnes intentions affichées
      et des ni responsables ni coupables
      question assumer le bilan catastrophique
      aussi bien social que éconmique

      et on en voit encore agiter leurs petites papattes
      pour les eurocrates menteurs compulsifs, atlantistes bellicistes
      le FlyTox est très compétitif.

  7. Extrait authentique
    m’a fait sourire les voeux pieux vont de paire avec le déni des réalités

    Le discours sur l’Europe qu’Emmanuel Macron prononce à la Sorbonne est important. On dit qu’il va tomber à plat après les élections allemandes, qui ont vu les eurosceptiques gagner en influence. Le chef du parti libéral allemand, pressenti pour une coalition avec Angela Merkel, a nommément rejeté, avec éclat, les idées macroniennes. Mais c’est une réflexion à courte vue. Sur le fond, il n’est d’autre voie pour sauver l’Union face aux populistes que de mieux l’intégrer et lui donner les moyens d’une politique industrielle, sociale et migratoire plus cohérente, qui offre un avenir lisible aux peuples du continent. Les jérémiades germaniques sur l’excès des dépenses – que la République fédérale devrait soi-disant acquitter – sont des arguments de boutique et de radinerie face aux enjeux fondamentaux de l’affaire. Macron a donc cent fois raison de persister.
    ………………………………………………………………
    Laurent Joffrin

    Ach, gross fransozich grenouille

    1. La fameuse politique migratoire . . . Tant que les Africains crèveront de faim et que les pays du Moyen-Orient continueront de se foutre sur la g….., les réfugiés, parce que c’est leur vraie dénomination, continueront d’affluer . Le problème, il faut le prendre à la racine, pas quand le chiendent a pris le dessus .
      Tout le reste, c’est de la gesticulation !

  8. Il faut reconnaître que les anglais ont toujours fait  » bande à part » dans l ‘UE Rien à voir avec Schengen à Calais, car Schengen est pour la libre circulation des membres de l ‘UE. Les anglais râlent sur l -arrivée massive de polonais.
    Un des but de la CEE était de ne plus avoir de guerre entre France et voisins, avec l l’ Allemagne. Très vite le haut patronat s’est aperçu des avantages qu’ il pouvait en tirer. Idem pour les dirigeants allemands.
    Pour les français la béatitude et la satisfaction d’eux même suffisaient amplement. L électorat français aurait pu changer les déviations d ‘ objectif de la CEE, mais tellement con et obtus qu’il croit changer en alternant les 2 même partis, 2 partis ayant le même but: tondre le gogo.
    La CEE devenant l ‘ UE en recevant les anglais et les pays de l ‘EST; le patronat peut délocaliser à bas coût se débarrasser des taxes d’ importation, tout bénef surtout pour l ‘Allemagne.
    L ‘UE est devenu un truc ingérable, coutant une fortune en subventions, en salaire en retraite, mais surtout en âneries bétises et trafics.
    L ‘euro a triplé le coût de la vie
    Je reprends toujours cet exemple d ‘ une visite chez le docteur  » avant » elle augmentait après discussion de 1 ou 2 francs, maintenant elle augmente de suite de 2 euros, soit 13,2 francs; Idem l ‘essence, qui aurait accepté de payer 10 francs 1 litre d ‘ essence par la grâce de 80 % de taxes
    L’ UE n « a plus de raison d’exister en l ‘état actuel elle est devenu une charge pour elle même un handicap pour tous, c’est bien pour cela que les états veulent retrouver leur liberté

  9. La Déclaration d’indépendance des États-Unis du 4 juillet 1776 affirmait le principe du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Principe constamment bafoué. L’UE n’est guère disposée à faciliter le Brexit tout comme le Royaume-Uni n’est pas disposé à faciliter l’indépendance de l’Écosse, l’Espagne avec la Catalogne, etc….Tous récusent, du seul fait économique, les droits de l’homme et du citoyen à décider démocratiquement de leur avenir, en rabaissant les peuples au statut de troupeaux obéissants.

Les commentaires sont fermés.