Ces actions gratuites et l’ISF de M. Macron


La quasi-suppression de l’ISF par cette présidence des riches n’a pas fini de faire couler de l’encre. Le gouvernement a confirmé qu’environ 4,2 milliards sur les 6 que rapportait l’ISF seraient « rendus ». Les heureux bénéficiaires sont moins de 350 000 foyers.

On a aussi rapidement compris que, puisque seul le patrimoine immobilier serait désormais taxé, des biens tels que les lingots d’or, les yachts, les belles voitures de collection, ou les oeuvres d’art seraient exonérés de cette fiscalité sur la fortune. Le weekend dernier, le gouvernement mal à l’aise d’avoir  été pris les deux mains dans le pot de confiture a annoncé qu’il ne s’opposerait pas à une hausse de la fiscalité sur ces signes symboliques et ostentatoires de richesse. Vous êtes trop bons! 

Mais tout Le monde a oublié les actions gratuites. Depuis le milieu des années 2000, les grandes entreprises cotées en Bourse ont progressivement délaisser le mécanisme des stock-options au profit des dotations d’actions gratuites pour récompenser leurs cadres dirigeants. Les stock-options étaient ces options d’achat d’actions à un cours prédéfini, exerçables au bout de quelques années. Le moment venu, le dirigeant pouvait alors acheter des actions à un cours inférieur au cours de Bourse du moment, et empochait au passage une plus-value.

La hausse de la fiscalité des revenus du capital (essentiellement grâce au gouvernement Ayrault 2012-2013, il faut le dire et le reconnaître et le répéter) a rendu désuet ce dispositif.

Ces entreprises ont préféré les actions gratuites. Le principe est simple: chaque année, l’Assemblée générale des actionnaires vote l’autorisation de créer des actions qui seront destinées à être données à des salariés de l’entreprise, en général les cadres dirigeants de la dite entreprise.

Ces actions gratuites sont indisponibles pendant au moins deux ans, puis les bénéficiaires peuvent soit les conserver (et toucher chaque année les dividendes comme n’importe quel actionnaire), ou les vendre en Bourse.

A ces heureux élus, Jupiter fait deux jolis cadeaux, peu commentés dans les médias même critiques: primo, ces actions gratuites ne seront plus comptabilisées dans le patrimoine imposable grâce à la réforme de l’ISF. Secundo, la plus-value générée par leur vente éventuelle sera imposée non pas comme un revenu du travail (ce qu’elles sont techniquement puisqu’elles sont données en récompense du travail fournis à des cadres dirigeants!) mais comme un revenu du capital, donc avec ce taux réduit, cette « flat tax » à 30% que Macron a prévu de faire voter cette année. (Depuis 2012, ces cessions d’actions gratuites étaient soumises à l’impôt sur le revenu et aux prélèvements sociaux).

Merci Macron, merci patron.

Pourquoi taxer le patrimoine ? Parce qu’il n’est souvent pas productif. Ces actions gratuites en sont la caricature: elles ne servent à l’économie que lorsqu’elles sont vendues en Bourse et le cash ainsi récupéré réinjectés dans l’économie. La sur-épargne des plus riches, très bien décrite il y a quelques années par Robert Reich notamment, asphyxie nos économies.

 

Publicités

129 réflexions sur “ Ces actions gratuites et l’ISF de M. Macron ”

  1. Normal, faut faire croire au bon peuple qu’ils vont avoir un 13ème mois, quand les APL sont restreintes, quand il faudra casquer sur la CSG.

    Macron, ou comment expliquer à un employé que s’il n’est pas riche, c’est qu’il a foiré sa vie. Qu’il doit bosser pour se payer un costume, que les ouvriers sont des illettrés. Bref, Macron, le mec né avec une cuillère en argent dans la bouche, essaie d’expliquer au bon peuple que s’ils sont dans la merde, c’est de leur faute. Ce ne sera jamais la faute de ces gens qui ont réussi. Ceux qui ont enjambé quelques cadavres pour devenir PDG, pour faire de l’évasion (pardon, de l’optimisation) fiscale, pour demander à pouvoir licencier plus facilement.

    Tout ça, c’est la France de demain, MODERNE, ENTREPRENANTE.
    La France où la solidarité a foutu le camp, où le privé mène la danse, où les gens modestes devront travailler 60h, cumuler 2 ou 3 boulots, peut-être en temps partiel ou en CDD, pour pouvoir s’en sortir.
    La France où les services publics seront tellement privés qu’il suffira d’un pas pour jeter le bébé avec l’eau du bain.
    Monde de merde.

    1. Beaucoup trop de clichés, Simon…Dommage, car tout n’est pas faux, dans vos commentaires.

      « Macron, le mec né avec une cuillère en argent dans la bouche »
      Fils de 2 médecins, c’est la petite bourgeoisie de province.Il s’est fait tout seul, en réussissant l’ ENA.

      « Ceux qui ont enjambé quelques cadavres pour devenir PDG, pour faire de l’évasion (pardon, de l’optimisation) fiscale »

      Il n’a enjambé aucun cadavre: à sa sortie de l’ ENA, il a choisi le secteur privé, et a gagné beaucoup d’argent à la banque Rothschild en dirigeant une OPA tout ce qui est de plus légal, et sans optimisation fiscale..

      « La France où la solidarité a foutu le camp, .. et la suite »: ça, c’est le monde d’aujourd’hui, et ce n’est pas la faute de Macron.

      « La France où les services publics seront tellement privés qu’il suffira d’un pas pour jeter le bébé avec l’eau du bain. »

      Assez faux; la CSG, c’est ce qui sauve la Sécu.

      « Monde de merde. »

      Assez d’accord: mais une fois qu’on a dit ça ?

      1. @Elie
        Macron est bien un élément de ce qu’on appelle la classe moyenne supérieure (on dirait même riche maintenant au vu de l’état de la classe moyenne…). C’est un privilégié.
        Pour le passage sur les PDG, je n’ai pas souvenir qu’il l’ait été et je ne parlais pas de lui.

        Et sur la sécu, faut arrêter de dire que la CSG sauve la Sécu. On ne sauve pas une caisse de solidarité avec des bouts de scotch. D’ailleurs, on ne réduit pas les cotisations, qu’elles soient patronales ou salariales.

        Et sur « monde de merde »… après avoir dit ça on se retrousse les manches et on essaie de discuter politique avec les gens, les convaincre du bien fondé d’une politique qui n’est pas celle du PS et de l’UMP (ou LREM qui regroupe le pire des deux mondes), une politique qui ne croit pas au paradigme de la globalisation du marché, qui arrête de se chercher sur la sortie de l’UE, qui intègre l’écologie sur tous les sujets, donc la relocalisation, le changement de mode de consommation, le changement de mode de production, une renationalisation de l’ensemble des services essentiels à l’Etat, un changement en profondeur de l’Etat aussi. Si on relocalise, il faut que l’Etat arrête d’être centralisé. J’ai déjà évoqué certains aspects de ce que je défends dans les commentaires sur ce blog, mais en si peu de caractères, il est compliqué d’être précis. Et ça n’intéresse pas forcément tout le monde.

        Vous qui êtes chevénementiste, n’êtes-vous plus souverainiste ?
        (Personnellement, je ne le suis pas, mais je suis pour le retour à l’Etat souverain faute de mieux. Je me sens plutôt Philippe Séguin que Tonton Mitrand)

        1. « Et sur la sécu, faut arrêter de dire que la CSG sauve la Sécu. »

          La CSG représente aujourd’hui environ 50 % du financement de la Sécu, et les cotisations sociales les autres 50 %; le grand mérite de la CSG est qu’elle fait contribuer au financement de la Sécu non seulement les revenus du travail ( comme les cotisations sociales), mais aussi ceux du capital.

          La réforme de Macron consiste à faire financer la Sécu à 100 % par la CSG, et à faire disparaître les cotisations sociales , aussi bien salariales( d’où hausse du pouvoir d’achat des salariés) que patronales ( d’où baisse du coût du travail et amélioration de la compétitivé-coût des entreprises françaises); c’est une excellente réforme.

          Pour le reste: trop compliqué, comme vous le dites, à expliquer dans des commentaires; mais il n’est au pouvoir d’aucun pays de mettre fin à la globalisation de l’économie : vous voyez bien que même Trump, qui l’avait promis( relocalisation des entreprises américaines) n’ y arrive pas !

          1. @Elie
            Nous nous sommes déjà affronté sur ce point et je ne suis toujours pas d’accord avec vous. Je vous rappelle que la sécu ne rembourse plus que des fonds de tiroir quand ce sont les mutuelles privées qui remboursent au moins 80% (voire davantage) des soins et médicaments. Donc je vous laisse imaginer à quel point il est faux de prétendre que les gens gagnent en pouvoir d’achat. De plus, je n’ai pas les chiffres et ne prétend pas les avoir, mais je doute que le report des cotisations sur la CSG permette de combler l’ensemble. Mais bon, comme le gouvernement sort de la cuisse de Jupiter, un miracle ?! 😀

            Pour Trump, n’étant qu’un Le Pen bis, prompt à faire des promesses qui n’engagent que lui, fallait pas s’attendre à ce qu’il sorte ses couilles en bandoulière pour aller lutter contre l’OMC.

            1. Je suis p »t’être à côté de la plaque, mais, si on supprime les cotisations patronales et salariales en opérant un transfert sur la CSG, ça veut dire que celle-ci augmentera mécaniquement et donc, que l’effet sur le pouvoir d’achat sera neutre . De plus, si on poursuit les déremboursements , on refilera le bébé aux mutuelles qui, n’étant pas philanthropes, augmenteront les primes .
              A part les profits des labos, je ne vois pas trop l’intérêt pour l’assuré lambda !

              1. Et on ne parle pas de la CRDS , instituée en 1995 si mes souvenirs sont bons, et qui est toujours là bien qu’elle ai été vendue comme temporaire !

            2. « Je vous rappelle que la sécu ne rembourse plus que des fonds de tiroir »

              Grosse erreur, commise par beaucoup de gens, parce qu’ils ne pensent qu’à la médecine de ville; la Sécu rembourse ce qui coûte vraiment cher (et à 100 %) , les maladies graves (cancers, infarctus, etc.) avec des hospitalisations que peu de gens pourraient se payer.

              Plus précisément :

              – la « Sécu » couvre aujourd’hui environ 77 % des dépenses de soins. Elle prend en charge à 100 %, dans la limite des tarifs de la Sécurité sociale, les affections de longue durée (ALD), une grande partie des soins hospitaliers et certaines catégories de malades (accidents du travail…).;

              -la protection complémentaire, qui, aujourd’hui, couvre 95 % de la population, finance près de 14 % des dépenses de soins;

              -L’Assurance-maladie, pour rembourser 150 milliards par an, dépense 6,5 milliards en gestion (4 % de ses coûts). Les assurances complémentaires dépensent également 6 milliards de frais de gestion pour couvrir 32 milliards de dépenses maladie (19 % !), avec une variabilité forte selon les organismes..

        2. Tu es Simon et sur 6 monts je bâtirai mon église.

          Bravo pour vos commentaires.

          même si vous n’êtes pas Chevenementiste (il ne donne pas de certificat de Chevènementisme dit il) sa dernière inteview est intéressante.

          http://www.chevenement.fr/

            1. Elie
              Je l’ai déjà lue.
              Mais celle dont j’ai mis le lien me plaît « beaucoup, parce qu’il ose appeler un chat un chat.

      2. « Il s’est fait tout seul », waf, waf, Macron a été repéré à l’ENA par l’oligarchie qui l’a envoyé à la Banque Rothschild pour se former au monde de la finance avec à la clef un joli pactole planqué dans un parais fiscal. Ensuite, il a été placé à l’Elysée pour y apprendre les coulisses du pouvoir., Ensuite, on l’a nommé ministre pour parfaire sa formation au niveau européen. Ensuite, on lui a mâché de puis l’Institut Montaigne une campagne électorale qu’il ne pouvait pas perdre….(Fillon écarté, Vals écarté, Mélenchon diabolisé, MLP dédiaboliséé). Alors, cette histoire de Macron qui s’est fait tout seul, c’est juste une belle histoire pour raconter aux enfants qui croient encore au père Noël.
        La suite, après un beau jeune président, pourquoi pas une belle jeune présidente? Vous ne voyez rien venir? Pourtant, c’est cousu de fil blanc…

      3. Elie Arié,
        Vous l’ex cardiologue libéral, avez-vous regardé, ce soir sur Arté, le documentaire accablant sur la réalité hospitalière publique décrite à l’hpl St Louis ?
        Si oui, vous pourriez être indigné de voir le  » traitement  » austéritaire et inhumain infligé aux équipes soignantes.
        Allez-vous me répondre que c’est hors sujet alors que c’est l’illustration de la dérive néolibérale vers le management entrepreunerial érigé comme seul horizon en hôpital PUBLIC.
        Lorsqu’un chirurgien en burn-out déclare qu’il  »exerce  » sous pression et qu’il en vient à dire qu’il se sent astreint aux cadences, qu’il ne peut plus enseigner – ce qui était son grand plaisir – et qu’il considère qu’il  » travaille  » comme ses collègues de cliniques privées, sans motivation autre que le fric, il y a de quoi s’interroger…et penser qu’il y a quelque chose de pourri dans notre royaume de France…
         » mais une fois qu’on a dit ça ?  », passer à une VI ième République.
        Je ne vais pas développer puisque que vous avez certainement lu et disséqué le programme de la FI  » l’Avenir en commun  »…

        1. @ Lionel Péneau

          (je n’étais pas cardiologue uniquement libéral, mais libéral à mi-temps et salarié en hôpital public (CHU) à mi-temps; je connais mieux que vous la situation des hôpitaux publics et privés.)

          La situation décrite est la conséquence de la tarification à l’activité, utilisée désormais partout, qui repose sur un principe difficilement contestable ( mettre davantage de moyens dans les hôpitaux qui ont davantage d’activité), mais qui a cet effet pervers.

          Macron a annoncé dans son programme présidentiel que la tarification à l’activité ne représenterait plus que 50 % du budget des hôpitaux, sans préciser les critères d’attribution des 50 % restants: il est le premier à avoir compris que toute l’activité médicale ne se prêtait pas à la tarification à l’activité; enfin, plus exactement, c’est Olivier Véran, neurologue plein temps au CHU de Grenoble, qui a rédigé son programme santé, et qui est aujourd’hui président de la Commission Sociale de l’ Assemblée, qui l’a compris – mais Macron l’a repris à son compte.

          Regardez la page wikipédia consacrée à Olivier Véran :
          https://fr.wikipedia.org/wiki/Olivier_V%C3%A9ran

          1. Elie Arié,
            Vous êtes trop modeste.
            Il est certain que 35 années de pratique psychiatrique publique de ma part avec vacations en service d’urgence, maison d’arrêt, HAD, centres de jour, etc , ce n’est rien alors que vous affirmez péremptoirement mieux connaître la situation que moi. Notez que je n’ai pas l’intention de me mesurer à vous, je ne faisais que vous informer gentiment.

            Avez-vous, au moins, regardé l’émission ? ce qui ne semble pas être le cas… sinon, vous requalifieriez vos propos.
            Aucun des pros interviewés n’évoque ni le numérus clausus ni la tarification à l’activité expliquant, selon vous, la situation mais, cela ne vous gène pas de réduire le malaise hospitalier qu’ils décrivent, eux et bien d’autres, à un épiphénomène sans commune mesure avec sa complexité et sa gravité.
            Seriez-vous tellement meilleur analyste de crise institutionnelle que les concernés ?

            Quant à Olivier Véran, ex fauxialiste soutien d’Agnès Buzyn soutien des labos pharmaceutiques, belle référence politique…
             » Agnès Buzyn, qui prend ce lundi ses fonctions à la tête de la haute-autorité de santé (HAS), acteur clé du système de santé français, considère que les liens d’intérêt entre experts et laboratoires pharmaceutiques sont un gage de compétence. Plusieurs militants de la transparence comme le docteur Irène Frachon, à l’origine du scandale du Mediator, s’inquiètent auprès de Mediapart. », artcile du 7 mars 2016.

            Et la cohérence fout l’camp : https://www.change.org/p/un-r%c3%a9seau-national-de-centres-de-sant%c3%a9-pour-lutter-contre-les-d%c3%a9serts-m%c3%a9dicaux/u/21391267?utm_medium=email&utm_source=petition_update&utm_campaign=141666&sfmc_tk=HnLy2eVY%2bWtY4aRXD0gzAVzuO6vS7ySRKCHm0O7uE7RJuhQzrq3PURawsXAHfZT4&j=141666&sfmc_sub=151603538&l=32_HTML&u=26979864&mid=7259882&jb=22

            https://www.google.com/url?q=http://www.lemonde.fr/programmes/sante/remedier-aux-deserts-medicaux&sa=U&ved=0ahUKEwjb6uWJ9tfWAhWMXBoKHTO2C2oQFggNMAM&client=internal-uds-cse&usg=AOvVaw0frzZoSjXNY8NTb2B1yNyw

            1. @ Lionel Péneau

              J’ignorais que vous aviez aussi été praticien hospitalier, ce qui m’aurait évité le ridicule de vous expliquer ce qu’est la T2A.

              Vous conviendrez que cette démarche (plus de moyens là où il y a plus d’activité) constitue un progrès par rapport au système précédent ( la même augmentation budgétaire globale annuelle pour tous les hôpitaux – le taux directeur- quelle que soit leur activité) , sans parler du système précédent (le prix de journée, même principe que celui de la gestion d’un hôtel, sans tenir compte des différences des activités médicales qui s’y pratiquent).

              On avait rajouté le MIGAC pour rémunérer les missions de service public: budget important, mais dont le contenu n’est pas assez bien défini.

              La psychiatrie consiste un bon exemple de pathologies se prêtant mal à la T2A, parce que le facteur « temps » n’y est pas intégré, et sans doute non calculable; mais il n’y a pas qu’elle; cet élément intervient dans toutes les pathologies, et c’est cela qui manque.

              Sans doute savez-vous que les anglo-saxons ont deux mots différents pour traduire ce que nous appelons « soigner »:

              -le « cure » = guérir ou essayer de guérir, ce qui relève de la T2A, le plus souvent de meilleure qualité dans le secteur public,

              -le « care »= prise en charge générale, qui accompagne les gestes techniques, difficile à quantifier, mais impossible à continuer à ignorer- et pour lequel il faut admettre que le secteur public n’est pas très bon..

              Quant à la relation entre médecins et industrie pharmaceutique (dont je connais aussi bien les méthodes de marketing que vous), il faut éviter de tomber dans le manichéisme, qui n’est pas une solution : il serait illusoire de chercher des experts « indépendants », à l’abri de tout contact avec le monde du médicament : ils n’auraient alors pas une grande expertise à faire partager, sinon livresque, ce qui est insuffisant !

              Soyons encore plus pessimistes, mais lucides:

              -la médecine a longtemps été un artisanat: nous avons tous appris les mêmes choses, été marqués chacun par nos maîtres, et puis, chacun se débrouillait de son côté, en faisant ce qu’il estimait être le mieux;

              -elle est devenue aujourd’hui une industrie, à des coûts pharamineux (médicaments, imagerie, prothèses,dépistages, prévention, etc.), ne pouvant échapper à des normes basées sur des calculs coût/bénéfices médicaux;

              -elle va bientôt être totalement bouleversée par l’informatisation des systèmes de prise décision : nos maîtres tenaient leur autorité d’études et de corrélations établies sur quelques centaines de malades, exceptionnellement sur quelques milliers dans de grandes études internationales; demain, Google ou Facebook pourront fournir, à partir de capteurs de différentes données, des corrélations établies sur quelques centaines de millions de malades en quelques minutes; et le combat politique sera de savoir qui établira les algorithmes de décision, et selon quelles valeurs éthiques et sociales.

              1. (site) j’oubliais évidemment les effets du croisement entre l’informatique et la génétique: l’ ADN de chacun (qui ne coûtera bientôt que quelques dizaines d’euros) fera partie systématique de son dossier médical.

                1. (suite et fin) On mesure bien, alors, l’archaïsme du débat médical actuel :

                  -le numerus clausus, alors qu’il faudra beaucoup moins de médecins;

                  -les médecins généralistes pour les déserts médicaux , armés de leur stétho, de leur appareil à tension et de leur marteau à réflexes, comme au XIX ème siècle, alors que l’avenir est à la télémédecine et au SAMU.

                  Compte tenu de la bien plus grande efficacité de cette médecine de demain, qui sera aussi beaucoup plus technique et inhumaine, il restera un grand avenir aux médecines » parallèles » et charlatanesques, relevant de la pensée magique et de l’effet placebo, mais ayant du temps à consacrer à écouter les gens.

                  1. (correction) : l’avenir est à la télémédecine, au SAMU, et au transport à l’hôpital pour les cas suspects de gravité: encore, pour cela, faut-il accepter que l’heure de travail du médecin soit mieux rémunérée que celle de l’ambulancier !

                    1.  » il faudrait moins de médecins  » . Venez donc dire ça dans le département où je demeure : nul doute que vous fassiez un tabac !

                    2. Elie Arié,
                      Je n’étais pas praticien hospitalier mais un modeste thérapeute nourri par le mouvement anti-psychiatrique des années 70 et formé sous le harnais de supervisisons de type analytiques, de spécialisations en stages par ex sur l’inceste et pratiquant de dynamiques de groupes.
                      Mon vécu et ma connaissance du milieu hospitalier n’en ont pas moins de valeur, me semble-t-il…

                      Pour faire suite à votre précédent commentaire du 3-10 à 22.16, un peu perfide mais justifié, que vous aviez intitulé  » A propos de gratuité, les Insoumis nous préparent une nouvelle façon de faire la politique  » et, vous enchainiez sur le cas R. Garrido et son  » oubli  » de cotisations, je vous rappelle que R. Garrido n’est que la porte-parole de Mélenchon et non pas celle des insoumis. Elle n’est qu’une militante du PG et…insoumise…au même titre que l’un(e) d’entre nous.
                      Là comme ailleurs, l’on trouve des humains avec leurs défauts et qualités capables du pire…comme du meilleur.
                      Cela dit, l’amalgame facile SI on ne rend pas compte de la réalité est un enfumage excessif et, tout ce qui est excessif est insignifiant…
                      http://www.lemonde.fr/politique/article/2017/10/04/selon-le-canard-enchaine-raquel-garrido-n-a-pas-paye-ses-cotisations-retraite-depuis-six-ans_5195858_823448.html

                      Pour revenir à nos moutons, préconiser des solutions techniques à un problème structurel est largement insuffisant car il est de nature politique avant toute chose, l’économie n’est qu’un moyen servant un dessein oeuvrant soit en faveur de la collectivité soit en faveur du capital, le moyen terme entre les duex n’existe pas…sauf à être de amuvaise foi. Ce dilemme peut être résumé de la façon suivante :
                      Doit-on faire de l’hôpital public l’équivalent comptable et organisationnel d’une entreprise privée ou bien un service de soins pour tous sans considération préférentielle de rentabilité économique incompatible avec l’intérêt supérieur des malades ?
                      Sans répondre clairement à cette question, toute discussion de fond restera posée.

  2. En parlant de l’ENA, je me suis toujours demandé pourquoi ceux qui sortaient dans les premiers atterrissaient ( à leur demande ) à la direction du trésor, direction prestigieuse s’il en est, plutôt qu’expédiés, de gré ou de force , dans une préfecture paumée de la France profonde . Après tout, c’est bien là qu’ils auraient le plus de chances de montrer leur talent !

  3. Macron crée l’assistanat pour les riches, lesquels étaient jaloux de ces salauds de pauvres .

  4. A propos du basculement CSG/cotisation, il y a un forcément un lézard, d’abord sur la forme qui consiste à remplacer deux ou trois tuyauterie par une seule, c’est une technique de tueur de coût qui pourrait permettre ensuite une 2eme phase de transfert entre public et privé

    Recap,
    1° on simplifie le nombre de tuyaux
    2° on prépare des transferts/reprise public/privé par exemple…

    Je creuse cet aspect très suspect à moyen terme…..

    Ensuite on nous annonce des gains de pouvoir d’achat (sauf les retraités pour le pékin et une affaire blanche pour l’état.
    Ce n’est pas que dit l’OFCE (hypothèse hors PFU) dans l’hypothèse où tous les salariés devaient être concernés (privé, public, indépendants) le coût état serait de l’ordre de 4 milliards € et en réalité le gain pour le manant sera très faible…

    ….D’autant plus que l’opération se fera en 2 temps sur 2018, où sauf preuve du contraire nous aurons cotisations + hausse CSG jusqu’à mi année (
    L’état récupérera ainsi 3.5 milliards sur nos peaux, ce qui donne de la vigueur aux 4 milliards de coût annoncés par l’OFCE
    …….après 2018 il sera toujours temps de voir…comme le volet sécurité de la flexibilité. Les choses étant ce qu’elles sont, le merdeux pourra être amené à oublier ou à créer des taxes pour compenser les dépenses pour les riches

    Parce qu’ il faut relier l’opération à deux autres réformes pour imaginer un éventuel tour de bonneteau du morpion fourbe.

    1° le PFU (prélèvement forfaitaire unique) va avoir beaucoup d’influence sur les gains finaux augmentés des plus aisés.

    2° L’incidence des ordonnances sur les salaires moyens, dont je parie déjà qu’ils vont baisser d’ici à 2018 …

    Sous les arguments reluisants de gains, n’oubliez jamais que nous avons à faire à une simple bande d’escrocs qui veulent faire main basse sur des possibles profits potentiels couvant dans le secteur public..

    1. @ Stanislas

      « A propos du basculement CSG/cotisation, il y a un forcément un lézard, d’abord sur la forme qui consiste à remplacer deux ou trois tuyauterie par une seule »

      C’est pourtant le seul point sur lequel je suis d’accord avec le programme de Mélenchon : faire basculer toutes les complémentaires dans la Sécu, transformant l’assurantiel en système solidaire et de redistribution des revenus, avec une source unique de financement : les revenus de chacun, quels qu »‘ils soient (du travail ou du capital).
      C’est aussi le système de la Grande-Bretagne et des pays scandinaves : une seule source de financement, l’impôt sur le revenu; et un seul régime pour tous, basé sur la résidence dans le pays, et non une multiplicité de Caisses selon la profession.

      1. Monsieur le toubib

        OK je prends note, parce que vous êtes un spécialiste si je me souviens bien, sachant quand même que :

        – je ne suis pas en accord à 100% avec tout le programme de Mélenchon

        – en apprenant le fonctionnement d’un système, je le mets plus facilement en corrélation avec les tendances des libéraux financiers sur ce sujet, avec les rapports antérieurs sur les simplifications et d’éventuelles directives de l’UE.

        Selo ce que j’ai déjà lu, il n’y a que peu de gains à attendre et surtout des pertes pour les retraités qui ne pourront compenser avec le PFU

        1. Pour être complet je devrais rajouter quand même que si je fais la synthèse de ce que j’ai pu lire autour de la démarche, la logique stratégique libérale financière impulsée par l’UE, je trouve suspecte celle liée au domaine social, et la redistribution en général, où les desseins apparaissent clairement comme ceux d’un démantèlement pur et simple.

          On sait que la tête de chapitre de cette secte c’est de libérer tous les freins qui conduisent à empêcher de faire des profits par tous les moyens.

          En conséquence de cette réflexion, je ne peux m’empêcher de penser, qu’il y a derrière cette « réforme » des pulsions malsaines de la part du gouvernement Macron.

      2. J’ai un peu de mal à suivre : vous parlez CPAM ou CNAV ? Parce qu’autant en ce qui concerne les retraites complémentaires, n’avoir qu’un régime unique par répartition au lieu d’un système par capitalisation qui ne veut pas dire son nom parait être une bonne idée, autant en ce qui concerne la maladie, ça voudrait dire un taux de remboursement à l’acte uniforme ( et donc la fin – théorique – des dépassements d’honoraires ) , mais quid du taux de remboursement des médicaments, vu leurs diversités ?

        1. Les mêmes critères de remboursement pour tous les résidents légaux en France, quelle que soit leur profession (ou leur absence de profession).

          Les questions du droit à dépassement d’honoraires, du paiement à l’acte, du montant du ticket dit modérateur, et du « panier de la Sécu » ( ce qu’elle choisit de rembourser, et ce qu’elle ne remboursera pas parce que peu utile, peu efficace, ou très bon marché) sont des questions qui se posent partout : mais la réponse doit être la même pour tous les assurés.

          1. Elie, je ne fais que passer, mais… vous le saviez ça ?

            http://www.lopinion.fr/edition/politique/manuel-valls-a-tete-mission-parlementaire-nouvelle-caledonie-135160?0=

            Nouvelle caledonie

            « Le référendum d’autodétermination doit avoir lieu en novembre 2018. En mai, un rapport d’information de l’Assemblée sur l’avenir institutionnel de l’archipel, rédigé par Dominique Bussereau (LR), président de la mission sous la précédente législature, et René Dosière (PS), rapporteur, insistait sur la « grande inquiétude » de la population. »

            Décidément on ne sait plus où aller pour se tenir au courant.

            1. Oui, et il est prévu trois référendums sur la même question; évidemment, si le OUI à l’indépendance l’emporte dès le premier, ça s’arrête là; mais si le NON l’emporte, il y aura encore dux autres référendums (je ne sais plus à quel intervalle) , posant la même question; ce n’est que si le NON l’emporte trois fois de suite que l’indépendance sera définitivement écartée.

  5. J’ai oublié de féliciter JUAN pour son texte sur les actions gratuites. Il faut dire que les niches fiscales et les possibilités d’optimiser sont nombreuses. A ce point que les éditorialistes lèche boules du macronisme devraient mettre le droit fiscal sur une balance comme celui du travail.

    C’est vrai que parler recettes publiques ce n’est pas à la mode, ça énerverait trop de monde que de faire l’historique de leur chute vertigineuse depuis 20 ans..

  6. (point de vue iconoclaste, répit ? détente ni latence !)
    Cool ! ..n’est-ce pas,
    ainsi de vendre, si possédé, qql bien immobilier,
    (et) d’acheter un bateau, ou youyou (en fonction du moyen) ensuite le baptiser, -je le suis donc ni ma conscience ni autrui d’en être contrarié, juste de préférer, appliquer le nom approprié: « Yacht »,
    alors de l’habiter, ..idéal pour une romance ! plus important que d’éventuels inconvénients,
    un tour est joué (!) les biquet’s cause et effet partent en croisière.. puisque la lutte, inégale, est inutile avec certains, la plupart ? dont c’est le métier.
    Impitoyable ! Ni répit,

  7. Nous sommes face à un gigantesque tour de passe passe, qui est pourtant un classique du « ruissellement  » qui date des années 80 et qui n’a jamais eu comme résultat que de transférer les richesses du bas vers le haut..

    Quelqu’un a dû apprendre au merdeux un principe simple de la résolution de conflit de rue…(eh oui dans la rue, on apprend beaucoup quand on veut)
    1° soit Vous discutez, négociez , mesurez l’adversaire

    2° soit vous tapez le 1er, très fort, pour estourbir l’adversaire de suite. Le temps qu’il reprenne ses esprits, l’affaire est faite et vous vous êtes imposé.

    Dans ces moments, Il faut rester très attentif .Ne pas baisser la garde, surtout si on a à faire à un pervers.

    C’est ce que fait le morpion et sa bande d’escroc. Il tape fort.

    Il a été élu en juin, nous sommes début octobre et il a passé l’essentiel des mesures libérales financières, les plans d’austérité que la troïka, le FMI ont imposé dans nombre de pays depuis 2008 en Europe, mais aussi au délà dans les années 90…
    D’ailleurs le FMI a avoué assez récemment que ses applications ne fonctionnent pas. Mais nous ne sommes plus de la raisonné depuis un moment, nous sommes dans la mise en oeuvre d’une gigantesque cavalerie financière…
    Ca n’a jamais rien donné que d’enfoncer les pays encore plus. La très légère croissance observée, n’est que la résultante des tripotages de calcul des PIB, du chômage……)…

  8. (suite )

    Comme le coup est rapide, il assomme les analystes hétérodoxes alors que les lèches boules du libéralisme financier en état de jouissance relatent les mesures sous le seul angle des « gains de pouvoir d’achat ».

    Le manant peu informé enregistre le gain moyen annoncé, alors qu’il n’aura quasiment rien ; les gains les plus importants se dessinent à partir du 5e décile de niveau de vie et bien sûr sur le 10e décile qui ramasse le jack pot. (1er décile les niveaux de vie les plus faibles)

    Un état obligé de se conformer aux 3% de déficit de l’UE, qui se prive de 20 milliards de recettes, doit forcément :
    – soit amplifier ses mesures de restrictions budgétaires ( social, dotations aux collectivités, délaissement de pans d’économie inutile ( maintenance des infrastructures….)

    – soit trouver de nouvelles taxes futures pour combler le manque de recette

    -soit ne pas compenser, ou en partie, ce qui était prévu au départ (comme la taxe d’habitation)

    Ce qui est annoncé comme gagné aujourd’hui sera donc repris demain.

    Le 2eme effet, sera donc de trouver le moyen de délester l’état des coûts impossibles à tenir, ou de trouver des recettes momentanées

    -braderie de biens publics rentables « effet autoroutes »
    – transferts de charges collectives transférées au secteur privé (social, sanitaire, médical)..

    oui mais Mélenchon….

    1. L’annonce des baisses de cotisation sur les salaires était déjà un écran de fumée…il n’y aura in fine aucune augmentation de pouvoir d’achat ( la csg,les mutuelles, l’énergie, le diesel, les taxes foncières etc …vont augmenter ) sauf pour ceux dont le pouvoir d’achat n’est même pas un problème …
      Et on nous expliquera ,comme à chaque fois, que sans les  » réformes » de ce gouvernement…ça aurait été pire …

  9. SYLVIE

    Sous un aspect technique des plus communs, cette fois la nature des mesures vont bien plus loin que ce qu’on a pu connaitre dans le passé.

    Nous évoquons l’économie réelle, celle qui nous concerne dans les prochains temps, mais il faut lui adjoindre le secteur financier dans son ensemble, Nous sommes devant des pratiques de cavalerie financière, dans la recherche de couverture des monceaux de créances douteuses qui parsèment les bilans des groupes financiers et non financiers,

    Comme pour la dette de la Grèce, il faut à la tête des états, des négociateurs qui puissent organiser la législation pour transférer des dettes privées au public.

    Quoi de plus sûr qu’un état qui lève l’impôt, pour échanger de la fausse monnaie contre du tangible

  10. A propos de gratuité, les Insoumis nous préparent une nouvelle façon de faire la politique :

    « L’avocate Raquel Garrido, porte-parole de La France insoumise, n’aurait pas payé ses cotisations sociales à la caisse de retraite des avocats depuis six ans, ni ses cotisations à l’Ordre des avocats depuis un an, révèle « le Canard Enchaîné » à paraître mercredi.

    Selon l’hebdomadaire satirique, qui ne cite aucune source, « depuis six ans qu’elle a enfilé la robe noire, elle a oublié de régler ses cotisations sociales à la caisse de retraite des avocats, à laquelle elle doit 32.215 euros ».

    Il assure par ailleurs que la nouvelle chroniqueuse sur C8 « ne paie pas non plus, depuis un an, ses cotisations à l’Ordre des avocats de Paris ».

    Contactée par l’AFP, Raquel Garrido n’a pas donné suite. Interrogé par l’AFP, l’Ordre des avocats a répondu qu’il ne souhaitait « pas communiquer sur les cotisations de ses membres ».

    Selon « le Canard Enchaîné », ni l’Ordre ni la caisse de retraite « n’ont engagé de poursuites ».

    Et l’hebdomadaire d’ironiser: «C’est par distraction, on imagine, que Maître Garrido a accumulé cette dette. Comment pourrait-elle sinon, continuer de défendre le modèle social français, qui repose sur la solidarité entre cotisants?»

    1. Monsieur le toubib

      Je suis lecteur assidü du canard parce qu’il fouille ses sujets et qu’on découvre souvent des faits qui resteraient dans l’ombre sans lui. Il lui arrive quand même parfois de divaguer, mais là encore il s’agit de faire preuve d’esprit critique pour vérifier ce qui peut l’être.

      Passons la dame Garrido qui fait ce qu’elle veut à titre individuel, ce n’est pas le 1er parti à abriter des bizarres,

      Bref.
      Il y a quelques semaines, le canard s’est amusé à tenter de démontrer qu’il y avait porosité des votants entre le parti FI et FN,. Et de citer 5 ou 6 circonscriptions grand maximum où il y a pu avoir effectivement quelques vases communicants….De là à suggérer une généralité

      Les sondages de la sociologie des votes de la présidentielle et des législatives 2017 (SOPRA STORIA) sont sans appel.
      Au 2eme tour, les votants « insoumis » de 1er tour se sont très peu reportés sur le FN, Très peu.
      Il n’en n’est pas de même pour les votants FN, qui se reportent plus facilement sur LR aux législatives 2017. Mais là, motus et bouche cousue.

      Que ce soit dit.pour cerner les menteurs de tous poils..

      1. Stanislas,
        Je suis quand même admiratif de votre talent pour pondre des tartines interminables parfaitement hors sujet juste pour avoir le dernier mot.

        1. Je rebondis sur votre info pour placer une information utile concernant Mélenchon ou les insoumis.

          La statistique, c’est quand même autre chose que de l’arrosage du baratin macroniste dont vous êtes le principal vecteur ici.

          On pourrait appeler ça la lutte des crasses.

            1. Toubib
               » C’est mignon, à cet âge…. »

              Vous marquez un point, quand vous étiez ado, je faisais encore pipi dans mes couches..

              1. Tiens, pour en revenir à notre sujet- Garrido :

                « Les révélations sur la société de conseil de son compagnon, le député Alexis Corbière, avaient déjà fait des vagues. Une société qui contrevenait au principe d’exclusivité des agents publics, Corbière étant professeur d’histoire en lycée professionnel« .

                https://www.marianne.net/politique/l-insoumise-raquel-garrido-epinglee-pour-non-paiement-de-ses-cotisations-retraite-depuis

                Vivement, « la politique autrement « , avec des « purs » !!!
                Quelle naïveté…

    2. Bof ! Garrido – qui, soit dit en passant, ne représente pas, à elle seule, la FI et, surtout, son programme – s’est recasée comme chroniqueuse chez Ardisson . Tiens, au fait : qui fut longtemps l’avocat du « Canard « ? Un certain Roland Dumas, un modèle de probité, amateur de pompes Berlutti . Mais Dumas, ce n’était pas le « Canard  » .
      Les moutons noirs, il y en a dans de nombreux troupeaux .

        1. Stan
          M’en fous ! Mais reprocher à quelqu’un de soit-disant tartiner pour ne rien dire, alors que, sur le coup, le toubib nous fait du -mauvais- Carmen Tessier, ça crispe !

          1. Et je suis, comme toi, un lecteur assidu du « Canard » ( depuis 1967, pour être précis ) et je suis, parfois, contre les positions qu’il défend . Ainsi, l’édito de son rédac-chef E. Emptaz fut, clairement, pro -Macron durant les présidentielles . Ca n’empêche pas d’apprécier les infos de ce brave palmipède .
            Une petite dernière, pour la route : je suis en désaccord avec les positions de Chassaigne et, souvent, de celles de Pierre Laurent . Ca ne veut pas dire que tout le PCF est bon à jeter !

            1. Alain bobards

              Si vous jetez dehors deux membres du PC (qui n’est plus communiste depuis longtemps: la nationalisation de tous les moyens de production et d’échange, et toussa…), je me demande combien il en restera…Les 1 % de Buffet à la présidentielle ?

              1. Dites donc, toubib, que je sache, personne n’a viré votre pote Chevènement de son HLM parisien qu’il refusait de quitter ?
                Ou ai-je écrit qu’il fallait virer Chassaigne et Laurent ? Ce sont leurs positions que je critique .. Je vais vous la faire à la Karl Marx : ce ne sont pas les hommes qui font les idées, mais les idées qui font les hommes !

                1. « personne n’a viré votre pote Chevènement de son HLM parisien qu’il refusait de quitter ? »

                  Non, parce qu’il paye un surloyer en rapport avec ses revenus, et que la loi (qui est d’ailleurs la loi Boutin) ne s’applique pas aux plus de 65 ans et que Chevènement en a 79.

                  1. Sauf que lorsque le « Che » s’est fait épinglé, la loi Boutin n’existait pas et il avait moins de 65 ans .

                    1. Pendant qu’on y est : qu’est ce que Chevènement, en tant que président de la Fondation des œuvres de l’Islam de France, a mis en place pour surveiller les écoles coraniques, fortement salafistes et financées par nos bons clients Saoudiens ? Parce que c’est ça, la vocation de cette Fondation !

  11. Je ne suis pas au courant de cette activité-là, mais, non : le but de sa mission n’est pas cultuel (ce qui serait contraire au principe de laïcité) , ni d’intervenir entre les différentes écoles de pensée de l’islam (soufisme, salafisme – dont il existe un courant quiétiste, interdisant de se mêler de politique- et tant d’autres); il est d’organiser une formation des imams en France qui soit respectueuse des lois de la République.

    Ce qu’il disait à sa nomination à ce poste :

    «Le futur président de la Fondation ne sera pas chargé de promouvoir l’islam. Je n’y ai aucun titre, je ne suis pas musulman, je suis un républicain laïc. La laïcité n’est pas tournée contre la religion, elle libère la spiritualité de toute emprise de l’Etat. Je n’entends nullement m’immiscer dans la sphère du religieux», insiste celui qui veut déjà «réfléchir à la création d’un institut de recherche – profane – en islamologie».

    Sans se prononcer sur la faisabilité d’une interdiction de tout financement étranger, Chevènement estime que l’islam de France «doit pouvoir se développer avec des fonds français ou, en tout cas, qu’un mécanisme de transparence soit institué en l’absence de tout fléchage de la part des donateurs».

    1. Je vous suggère de vous intéresser aux statuts de la dite Fondation .( créer par un certain Dominique de Villepin en 2005 )

      1. Le « Che » avait une petite idée du problème lorsque Hollande l’a bombardé président de cette fondation : voir sa question n° 1055s, et la réponse de Nora Berra, publiée au J.O du Sénat, le 14 octobre 2010 !

  12. Je suis (verbe suivre) un-peu tout le monde ! ça dépend de mon pied matinal (« quel sera le premier à fouler la terre »; nananère?) enfin du mien on s’en fout (idem!) alors de celui qui fait et ainsi font-font l’information; la tendance de la journée, parfois de la semaine ! (etc.)
    Et, bien évidemment, les collègues de blog.

    Toujours rien à dire, ..ah si: le Canard est pour moi alsacien, celui de beau papa, frais de la semaine, traîne tjs à la cuisine, endroit idéal pour s’en régaler !
    Pour m’endormir -dans le ‘poulailler’, juste son pseudo ! alors un supplément palmé (et ailé ! ..quelle Excellente disposition !) 3 ou 4/an je crois, centré sur Un sujet.
    Et comme tout, ..vous, les autres ou moi: pas tjs d’accord. Un peu le principe n’est-ce pas, syndrome de communauté.

    Rien à dire, -bis, ..ou un p’tit néologisme:
    le verbe ‘vecter’ (vecte-je ? vectes-tu ? ..) ainsi ‘participer’,
    ..passé, présent, futur
    Et un dernier-mot, qui: « est au rongeur ce que la barbaque est autour de l’os: tant qu’il y en a pourquoi se priver ! »
    Je n’ai & navet produit.. ai-je bien fait ?

  13. Mélenchonistes, mélenchonistes,

    Pour vous rendre compte à quel point vous êtes ridicules, vous qui volez au secours de Garrido-Thévenoud, imaginez ce qu’auraient été vos commentaires si cet « oubli » de verser ses cotisations de retraite pendant 6 ans concernait Macron.

    1. « ur vous rendre compte à quel point vous êtes ridicules, vous qui volez au secours de Garrido-Thévenoud,…. »

      C’est bien dans l’air du temps ça, pendant que Macron fait les poches de la classe moyenne la plus désargentée, sous tous les angles; pour la redistribuer aux plus riches, il y a des grands cerveaux qui se concentrent sur les détails, si possible mélenchonistes, pour étourdir les plumés ou les exciter sur la cible ennemie désignée..

      Tout y passe, l’essentiel c’est de faire oublier les turpitudes du gouvernement…

      1. Stanislas,

        Cela me semble assez juste: les revenus faibles ou moyens étant bien plus nombreux que les revenus très élevés, il est logique que la grande majorité vienne en aide à une petite minorité, non ?

        1. Monsieur le toubib

          Vous faites meilleure impression en faisant votre déconneur à froid qu’à faire votre colleur d’affiche du macronisme de caniveau…

    2. Thévenoud était député, puis ministre . Garrido n’est ni l’un, ni l’autre . Quand à Macron, puisque vous y tenez, il a eu un trou de mémoire sur son ISF . Dans le cas de Thévenoud et de Macron, ç’est un manque à gagner pour la collectivité toute entière . Dans le cas de Garrido, elle se pénalise toute seule : pas de cotis, pas de points, pas de retraite .

      1. Alain bobards

        Non: il s’agit d’un système par répartition entre avocats: en ne cotisant pas, elle pénalise aussi les autres. Si tous faisaient comme elle…Manifestement, elle fait plus confiance à la retraite par capitalisation individuelle ! Insoumise, ma non troppo…

        1. Je maintiens que Garrido se pénalise toute seule : les cotisations sont déductibles du chiffre d’affaire . Elle fait donc gagner du fric à la collectivité

          1. Qui plus est, on se demande pourquoi la caisse en question n’a pas signifié une mise en demeure ; Essayez donc d’oublier l’URSSAF, par exemple, vous m’en direz des nouvelles .
            Il y a , quand même, un truc biscornu : les cotisations doivent être spontanées . Ce qui laisse à penser que les chers maitres peuvent jouer la montre et rectifier le tir ultérieurement ( en cas de mise en demeure, justement )

            1. Donc, ce qu’on peut reprocher à Garrido, c’est un manque de spontanéité !

  14. Ce qu’ il faut comprendre est que la distribution d ‘action dans une entreprise du privé est peut être choquante mais est soumise au gré des actionnaires
    En échange, les actions distribuées dans des entreprises publiques quand on connaît leur bilan n ‘ est pas que choquante, elle est scandaleuse
    Pourquoi aussi ne pas parler des retraites chapeau des fonctionnaires
    Comment expliquer que certains ont plus de retraite mensuelle qu’ ils n ‘ avaient de salaire ( des milliers)
    N ‘ oublions pas la course à la carte de journaliste, possession amenant une belle exonération d’ impôt
    Et cela: dans son rapport du 20 septembre dernier, la Cour des comptes révèle que plus de 53 000 bénéficiaires inconnus touchent une retraite française dans un pays à l’étranger alors qu’ils n’y ont pas droit… ou qu’ils sont morts !

    La Cour des comptes parle même d’un faux bénéficiaire de 117 ans en Algérie. S’il existait, il serait dans le Guinness Book catégorie doyen de l’humanité…
    Des morts ou de faux bénéficiaires touchent des pensions de retraites financées par nos cotisations.

    Selon le rapport, c’est près de 200 millions d’euros qui seraient fraudés chaque année, sur les 6,5 milliards d’euros de retraites principalement versés en Algérie, au Portugal, en Espagne, au Maroc et en Italie.
    La CNAV ne fait aucun contrôle ne demande aucune preuve de vie

  15. Il est formidable, not’ bon président : il suggère aux « fouteurs de bordel » d’allez voir plus loin pour trouver un poste . Son  » plus loin » , c’est à 150km de La Souterraine, dans une région où le réseau routier est quelconque ( en étant gentil ), où les transports en commun sont devenus dérisoires, et sans certitudes d’être recruté . Le petit marquis à des problèmes avec la géographie, mais également avec le professionnalisme : c’est bien joli de baratiner sur la formation professionnelle mais, dans le cas des salariés de GM&S, c’est la goinfrerie des donneurs d’ordres qui est la cause de la déconfiture de l’entreprise et pas la qualification des salariés . La preuve en est que Renault et Peugeot vont chercher les mêmes pièces chez les mieux disant à l’étranger ( soit dit en passant, la qualité est -elle la même ?) .
    On peut servir toute la formation qu’on voudra, sans commande, pas de boulot et, partant, pas de créations d’emploi . Et pour avoir des commandes, faudrait arrêter de ponctionner les classes moyennes, les retraités et même les fonctionnaires, dont le point d’indice est bloqué depuis un bout de temps maintenant .

    1. « Il est formidable, not’ bon président : il suggère aux « fouteurs de bordel » d’allez voir plus loin pour trouver un poste .

      Voilà, c’est ça, l’avenir: il faut qu’ils attendent qu’une entreprise rentable vienne s’installer à La Souterraine, plutôt que de déménager de 150 km.

      1. @Elie
        Prenez votre canne et votre chapeau et appuyez-vous les 150 bornes entre La Souterraine et Ussel . Ca vous fera de l’exercice .
        Quand à déménager, je vais vous conter l’histoire d’une boite de l’Oise qui, pour des raisons financières ( c’est plus joli que de dire  » faire du fric à toute force  » ) s’est transportée dans l’Ain . Le marché, pour les salariés était  » soit vous suivez, soit vous êtes virés » ; La moitié du personnel a suivi, les autres furent débarqués sans états d’âme . Que croyez-vous qu’il advint ? Trois ans plus tard, la boite fermait et les salariés qui avaient suivi ( avec toutes les contraintes que ça impliquait ) se sont retrouvés sur le carreau . Mais fallait qu’ils s’estiment heureux : ils avaient pu se faire exploiter trois ans de mieux .
        Voyez vous, toubib, le genre d’humour ( si il s’agit bien d’humour ) que vous pratiquez dans ce cas est déplorable !

        1. Non, ce n’est pas de l’humour: ce sont toujours les gens qui sont allés là où il y avait du boulot (parfois à des milliers de kilomètres), pas le boulot qui est venu là où les gens attendaient patiemment qu’il arrive.
          Déménager de 150 km. n’est pas le drame que vous décrivez.

          1. Visiblement, vous n’avez pas lu la totalité de mon post . Pour ce qui me concerne, j’ai déménagé quelques fois dans ma carrière et ça n’a jamais été facile, même si j’ai eu le bol de toujours retomber sur mes pieds .
            Au fait, et vous même, ça fait combien de temps que vous crèchez dans le onzième ? Et avez vous , ne serait-ce que traversé la France, pour exercer votre activité ?

            1. Ou alors, à l’instar du petit marquis, vous êtes fâché avec la géographie .

            2. Dis donc Alain tu es en forme cet après midi….

              On pourrait rajouter pour Monsieur le toubib qui méconnaitrait les choses de la vie à propos des changements de lieux pour aller travailler, C’est assez prenant, et moins tu gagnes et plus c’est compliqué;

              1° formalités de déménagement (locataire) du départ : état des lieux de sortie, attente de la caution, déménagement

              2° Chercher une solution de logement en location à l’arrivée (et quand tu démarres une activité à l’essai bonjour.)..

              3° déménagement vers le lieu d’arrivée : état des lieux, paiement d’une caution selon le proprio et le prix du logement, + caution à avancer

              4° Papiers divers de changement d’adresse, inscriptions, transfert des prestations si c’est le cas…

              Si tu es proprio, c’est encore autre chose.
              .

              A moins que la dite boutique te propose de s’occuper de tout….

          2. Ce qui est tolérable pour certaines professions rémunérées en fonction de leur flexibilité et indemnisées pour leur changement d’adresse…ce n’est sûrement pas un drame et c’est souvent un choix ….mais pour les autres c’est souvent très compliqué et rarement compatible avec une vie de famille !

            1. Sylvie
              Vous avez mis le doigt dessus : il faut que ce soit un choix et pas une contrainte, avec les incertitudes afférentes !

              1. Autrement dit : il faut que ces gens dont l’usine a fermé et qui peuvent trouver du travail à 150 km. de chez eux restent chômeurs à La Souterraine en attendant qu’une usine s’y implante et les embauche ( 2 conditions, pas nécessairement liées, tout dépend de ce que fabrique l’entreprise et de leurs qualifications) – c’est-à-dire à vie ?
                Je ne sais pas lequel de nous deux fait de l’humour (noir).

                1. Je préfère croire Elie….que vous ne connaissez pas les contraintes que représentent des mutations professionnelles…et je peux vous assurer que dans certains cas c’est un drame …
                  Il faudrait donc dans ce nouveau monde s’adapter constamment au travail….quand le monde du travail et de la finance ne s’adapte jamais à la nature humaine …
                  Mais quel monde de m…de !

                  1. Mais enfin, qu’est-ce que ça veut dire  » ce nouveau monde » ??? Ça a toujours été comme ça, et bien plus qu’aujourd’hui ! Les grandes migrations internationales, les grandescolonisations, les paysans devenus ouvriers en masse à la fin du XIX è siècle, tous les immigrés italiens, polonais, espagnols, portugais venus en France !

                    Vous voulez quoi ? Que l’entreprise de La Souterraine n’ait pas fermé ? Je suis sûr que leurs patrons l’auraient préféré aussi ! Que les ouvriers restent toute leur vie chômeurs à La Souterraine ?

                    Vous voulez d’un monde immobile, où aucune entreprise ne fermera jamais , où tout le monde travaillera toujours au même endroit ? Mais ça n’a jamais existé, enfin !!!

                    1. Primo, l’usine ne ferme pas,, elle est reprise, mais en laissant une centaine de salariés sur le carreau . Secundo: la déconfiture de cette boite n’est pas technique, elle est purement financière . Si cela était technique, on pourrait, à la limite, comprendre ( encore que la responsabilité des dirigeants dans un échec technique est primordial ) .; Mais que les donneurs d’ordres – dont Renault où l’Etat a, encore, son mot à dire – cherchent le mieux disant et pas nécessairement le mieux faisant c’est déjà discutable . Qu’en plus, on dise aux salariés, qui sont les victimes de ce tour de passe-passe, qu’ils n’ont qu’à chercher ailleurs, c’est n’en déplaise à certains, un mépris de classe .

                  2. Sylvie,
                    Elie Arié est un vieux chameau pour s’adresser à vous de la sorte.

                    1. Je crois Hélène…qu’il aime bien fairz l’avocat du diable…👹
                      Mais comme je connais depuis que je suis née ( et dans de bonnes conditions ) le sujet sur les mutations professionnelles , je ne suis plus à convaincre …

    2. En plus Alain….une belle mise en scène pour une pseudo maladresse…je ne sais pas s’ils ont refait la prise plusieurs fois mais le cameraman fut parfait ….lumière, profil, ton, réplique …tout y est ….et le  » j’assume » du lendemain est grandiose …un vrai feu d’artifices face à un public libéral conquis ….on entend les applaudissements au fond des chaumières ….ah ces gueux de travailleurs qui veulent sauver leur emploi ..en macronfrance cela s’appelle  » foutre le bordel » !!!!
      Que cache ce nouvel écran de fumee ?

      1. J’avais oublier le sous titrage ….pour donner l’impression d’un off !!!! A moins qu’on ai pensé aux malentendants 😀

      2. Et que dire du porte -parole du gouvernement, ce cher Christophe Castaner et son  » on peut être cultivé et s’exprimer comme les Français  » . Etre c.. à ce point, ça dépasse l’entendement ! A moins qu’il s’agisse de cynisme et d’une bonne dose de mépris et là, on touche le fond !

        1. « on peut être cultivé et s’exprimer comme les Français  »

          Je ne vois pas ce qu’il y a d’idiot là-dedans;

          «  Etre c.. à ce point »

          Et bien voilà un bon exemple ! Vous vous exprimez comme tout le monde, ça ne vous empêche pas d’être cultivé !

          1. La nuance, c’est que dans l’esprit de Castaner, le français moyen – et donc inculte – ne peut que s’exprimer grossièrement . C’est du mépris de classe .
            Lorsque que je traite Castaner de c…, c’est un constat !

  16. mon « dit il assis dans son fauteuil » plus haut c’était pour le toubib ….
    qui amalgame à souhait les grandes migrations et les délocalisations ricardiennes poussées à leur extrème, pour la seule amélioration de l’EBITBA, une demande de rentabilité du capital à des niveaux dénoncés comme hallucinants par tous les hétérodoxes, dans un contexte d’arrosage massif de fausse monnaie des banques centrales….

    Bref les groupes privés boivent des tonneaux de fric et se sont les actifs qui trinquent. Et il y en a qui trouvent ça normal…..

    tant qu’ils ne sont pas concernés, devrait on rajouter…

  17. Avant que le toubib me rentre dedans, j’aurais peut être dû préciser que j’ai déménagé 14 fois dans ma vie à travers toute la France.(PACA – Ile de France – Pays de Loire – Bourgogne – Lorraine – Poitou Charentes – Rhône Alpes – Franche Comté) .

    Ca fait moins amateur
    Comme cadre et 2 mutations seulement…. Autant dire que c’était plus facile dans l’ensemble pour moi que quand on est smicard ou un peu au dessus où ça doit se compliquer sérieusement.

    1. Du temps de Giscard, en cas de déménagement d’une entreprise, le salarié pouvait démissionner et le chômage lui donnait droit à 90 % de son salaire pendant deux ans et apres ça descendait un peu.

      Largement le temps de déménager dans de bonnnes conditions.

      …mais il paraît que c’était pas mieux avant !!!

      1. Oui, mais c’était à l’époque où la France n’avait pas une dette de 2 000 milliards d’ €, et au tout début de la crise (1974).

    2. @Stanislas
      Ca rue dans les brancards ici xD

      Je pense que monsieur le docte Elie Arié a une vision poussée de la chose, sinon il ne se risquerait pas à nous expliquer, nous vulgaires gauchos, ce qu’est la réalité économique. Ou pourquoi les employés ont tort de vouloir sauvegarder leurs emplois.
      Nous « foutons le bordel » alors que nous pourrions trouver à nous occuper en enrichissant davantage les grands possédants !
      Sinon, je lis un ouvrage fort intéressant de monsieur Bruno Amable: « L’Illusion du bloc bourgeois ». Il s’y intéresse à la crise politique dont Macron est l’aboutissement.

      1. « Ou pourquoi les employés ont tort de vouloir sauvegarder leurs emplois. »

        Je n’ai évidemment jamais dit une idiotie pareille. Mais vous savez bien que tous les emplois ne peuvent pas toujours être sauvegardés: certaines entreprises disparaissent, d’autres se créent…et pas forcément au même endroit.

        1. @Elie
          Bien entendu. Mais un président ne devrait jamais se permettre tant de légèreté quant à l’infortune de ces salariés.
          De plus, si offre de reclassement il y a, le gouvernement ainsi que la région devraient donner les moyens aux salariés de se déplacer. La dette a bon dos. Il est possible de sabrer l’ISF et les comptes publics de 3 milliards par an mais pas fournir quelques milliers d’euros pour aider des salariés ?!
          A d’autres.

    3. Vous devriez un peu vivre aux USA, et voir comment un type viré de sa boîte (en 1 heure…) à Boston vend sa maison dans la journée et prend un emploi la semaine d’après à San Francisco, à plus de 4 000 km. de là, sans avoir l’impression de réaliser un exploit.
      Mais pour les salariés de La Souterraine, aller vivre à 150 km. de là, c’est trop.

      1. 1 heure c’est long, on peut virer en moins de temps, à condition de prendre soin d’ouvrir la fenêtre avant.pour éviter les coupures, sinon c’est un prudhomme garanti.

      2. Essayez donc de vendre votre baraque dans la journée, dans la veille Europe . Essayez donc de trouver un logement en location avec moins de six mois d’emploi dans notre belle France .Expliquez donc aux chômeurs de Detroit et d’ailleurs aux US qu’ils n’ont qu’à prendre leur cliques et leurs claques et atterrir ailleurs, vous serez bien reçus .
        Mon pauvre Monsieur !

        1. @Alain Boyards

          C’est bien ce que je vous dis: les USA ne sont pas la vieille Europe. Sauf celles des gens relativement fortunés, les maisons sont conçues pour durer une trentaine d’années; elles ne constituent pas un patrimoine, mais un outil pour se loger, facilement cessible; l’ Américain moyen n’investit pas dans l’ immobilier, mais à la Bourse; et sa retraite par capitalisation est gérée par les fonds de pension, qui possèdent 50% du CAC 40.

          1. Mon pov’ monsieur

            « Les fonds de pension publics auraient besoin de 3.850 milliards de dollars supplémentaires pour honorer leurs engagements, à l’égard des retraités actuels mais aussi futurs, indique l’institut Hoover -un cercle de réflexion rattaché à l’Université de Stanford.

            Le « trou  » se serait encore creusé de 434 milliards de dollars l’an dernier. « C’est une bombe à retardement», résume l’auteur du rapport, Joshua Rauh. « Pourquoi cela ne fait-il pas la « Une » des journaux ? Comme pour la crise des subprimes, tout semble écrit d’avance.

            Et pourtant, on attend que la situation explose « , abonde Danielle DiMartino Booth, ancienne conseillère à la Réserve fédérale de Dallas. »

            https://www.lesechos.fr/18/05/2017/lesechos.fr/0212105818247_fonds-de-pension—la-nouvelle-crise-qui-menace-les-etats-unis.htm

            1. «  Les fonds de pension publics auraient besoin de 3.850 milliards de dollars supplémentaires pour honorer leurs engagements, à l’égard des retraités actuels mais aussi futurs, »

              Et notre retraite par répartition,elle aurait besoin de combien ?
              Il n’existe aucun système der retraite garanti.

              Et, pour tout arranger: si la plupart des indicateurs sont au vert, il en est un qui reste désespérément dans le rouge : le commerce extérieur. Il devrait amputer de 0,3 point la croissance 2017. C’est certes moins qu’en 2016 (– 0,8 point), mais nos exportateurs peinent toujours à s’adapter au surcroît de la demande internationale..

          2. Vous savez, toubib, je suis allé un peu aux US . Je connais le système des maisons légères ; à ceci près qu’une grosse partie est détenue par des propriétaires qui les louent , ce qui, effectivement, facilite les changements . Mais ça ne marche que lorsque l’on est sûr d’avoir un poste ailleurs, sinon, les habitants de ces maisons restent longtemps dedans ; Je vous parlais de Detroit ( cette ville qui s’est déclaré en faillite après avoir été la capitale de l’automobile ) . J’aurais pu citer Miami où le taux de chômage n’est pas négligeable . Ce n’est pas limitatif et, soit dit en passant, c’est une des causes de la défaite d’Hilary Clinton . Je connais , un peu, le fonctionnement des fonds de pensions . Je connais, surtout, des boites qui, alors qu’elles étaient bien portantes, ont coulé par la grâce des LBO et des 15% mini de retour sur investissement . Et les vautours ont récupéré les actifs et laissé le . personnel avec ses yeux pour pleurer
            Et nos gouvernants de dire à des gens qui se retrouvent sur le carreau, non pas parce que leur boite produisait mal mais parce que la rapacité des fonds de pensions l’ étouffait :  » allez donc voir ailleurs pour trouver un poste  » dans une boite que guigne un autre fond de pensions ( ou le même ) .
            Ce système ne peut perdurer puisqu’il ne produit rien d’autre que de la fausse monnaie et un chômage endémique !

            1. Et que dire des étudiants US qui rentrent dans la vie active avec une dette, vis à vis de leur banquier, qu’ils vont trainer durant des années .

  18. SIMON

    Monsieur le toubib est notre macroniste de choc. même désinvolture sur les problèmes de la vie du pékin, même éléments de langage. Je suis content que ce blog est un échantillon du macronisme de supermarché.

    Je lisais que le ptiot essayait de se décoller de l’appellation contrôlée « président des riches, » en demandant à ses députés redevables de présenter des amendements pour taxer les yachts pour faire celui qui taxe le nabab…

    Le bouquin a l’air sympa, mais il est vrai que je ne suis pas trop mordu par les « techniques » de politique, parce que je ne vois pas de différence entre LR, PS et leurs annexes au centre.

    En revanche j’en vois une énorme avec le ptiot qui n’est pas un politique mais un outil du secteur privé financier et non financier..

    1. Voila une des positions ou « non position » que je ne partage pas
      avec les insoumis et c’est normal vu mes opinions politiques.
      Je pense ne pas être la seule car ça a causé la chute de Melenchon en 2012.
      Il a au moins le mérite d’avoir de la suite dans les idées.
      Rien de plus, pour l’instant ça n’a aucune importance.

          1. SIMON
            Ca ne sert à rien de courir derrière ça
            Balancer des leurres sur Mélenchon et son entourage même pas élu pour faire oublier qu’une bande d’escrocs organise la distribution au 10eme décile de niveau de vie, c’est à dire le sommet des revenus, est une mission des services comm du pouvoir.

            Macron et toute la clique va tenter de faire oublier qu’en moins de 3 mois, il vient de distribuer 15 milliards de dons à ce décile cité supra, sans oublier la hausse du don du CICE aux groupes privés, qui passe de 6 à 7 % des masses salariale (soit 22 milliards/an) pour RIEN.

            Le pire est que dans le même temps il tente de choper quelques miettes ici et là, sur le dos des plus fragiles (mais les plus nombreux) ; , parce que diminuer les dépenses en les augmentant, tout en diminuant les recettes, ça fait désordre pour arriver au 3% de l’UE..

            Le ptiot veut faire oublier qu’il est le « président des riches » et du transfert d’argent public vers le privé.et le toubib est le modeste contributeur de cette noble mission sur ce blog.

            Je conseille au toubib de ratisser les chiottes profond, parce que le merdeux continue de chercher des économies, dans le logement social, va grappiller sur les prestations chômage, piquer tout ce qu’il peut sur les lignes les plus importantes du social et le plus vite possible.
            Il faut craindre que dénoncer les quelques soutiens visibles de Mélenchon ne suffise pas à combler l’ignominie des hommes de mains au pouvoir du 10e décile de niveau de vie…

            Ou alors, si tu veux faire oublier Mélenchon, et revenir à Macron, la meilleure solution est d’évoquer la dernière turpitude, le dernier manquement civique d’un de tes voisins macroniste, qu’on puisse tous, déplorer, ou s’indigner du comportement dévoyé d’un individu lambda..

            Sur 66 millions de personnes en France, c’est bien le diable si on ne trouve pas des tordus qui soutiennent Macron

            1. @Stanislas
              J’ai bien peur de ne pas être rôdé à ce genre d’exercice. Ce que je vois c’est que 5 ans de macronisme auront raison des miettes de l’Etat de droit, d’un Etat qui protégeait encore un peu ses citoyens et c’est ça que je veux contrer par un retournement de logiciel culturel (à mon humble niveau). Sortir à coups de forceps de la tête des gens ce mensonge de la « réalité » économique, du déclassement français dans la course à l’échalote, annuler l’effet du discours de la dette. C’est plus important que de parler de la dernière rumeur sur X ou Y qui auraient traversé au rouge sans regarder à droite ou à gauche.
              Et peut-être que dans 5 ans, à force de persévérance, Macron choira de son trône pour laisser la place à d’autres, de mouvance non PS/LR/LREM (losing my religion) ou bien FN (notre épouvantail préféré).

              1. SIMON

                 » d’un Etat qui protégeait encore un peu ses citoyens et c’est ça que je veux contrer par un retournement de logiciel culturel (à mon humble niveau). « ….

                Si c’est ce que tu veux, alors reste bien concentré sur les vrais sujets et ne te laisse pas trop emporté par les leurres lâchés par des lèches boules du macronisme fourbe…
                Il y a toujours eu manipulation des foules, et chacun réagit plus ou moins fortement selon des critères difficiles à comprendre.

                Par exemple, si tu veux suivre le toubib sur les démonstrations « c’est pire ailleurs » à propos d’un déménagement pro forcé……. pour les autres, il suffit gentiment de lui demander s’il accepte de troquer sa belle pension retraite contre un smic parce que Macron a décidé que c’était trop…. ou nécessaire à la compétitivité de la France et à l’augmentation du bénéfice exorbitant des groupes privés… Il y a de jolis concepts qui cache mal des escroqueries…

                L’individualisme à été poussé à son extrème, il est probable que celui qui est encore au dessus du niveau d’eau regarde ceux qui passent en dessous en se disant que tant que ce n’est pas lui………

                Le programme de Mélenchon ne représente pas le passé pas plus que Macron représente un soi disant avenir. Le temps, passé – présent- avenir n’est pas un rail de chemin de fer. nous sommes dans une de ces furoncles purulent de l’histoire de l’humanité qui finira malheureusement par percer. Quand l’humain déconne en masse, il n’a jamais fait semblant.

  19. Personne non plus pour évoquer les insultes délibérées et répétitives du merdeux à propos des français dont il est le chef.

    Il faudrait que le ptiot réussisse à faire monter à son petit cerveau complexe qu’il est le premier, le chef des feignasses, les cyniques, les qui ne sont rien…..

    Ca ne me serait pas senti grandi d’avoir été le chef d’une structure collective que j’aurais désigné comme un regroupement de dégénérés.

    A mon avis, il devrait consulter

  20. Que de discussions inutiles Discuter pour ne rien dire tout en prétendant avoir raison
    Oui élie a raison en disant que le travail ne viendra pas à l ‘ ouvrier, c ‘es à l ‘ ouvrier de se bouger
    Oui vous avez raison en parlant des problèmes que cause un déménagement, le bouleversement de vie est énorme, pensez à celui qui, confiant achetait une maison, et doit déménager, à qui vendre, qui va venir habiter un village ou seul une ancienne mine existe
    Il faut comprendre aussi que la machine remplace l ‘ homme, ne se fatigue pas, n ‘est pas malade, ne fait pas gréve, que le personnel est toujours trop nombreux malheureusement
    Bon ou mauvais, 2017 est là. La concurrence est là et est sévère car d ‘autres pays veulent aussi leur place et survivre.
    Des millions de travailleurs ( appelons les exploités, esclaves ou autre n ‘ y changera rien) doivent s ‘ adapter, faire croire possible un retour au  » bon vieux temps » est débile. L ‘ état ne peut sauver des usines sans commande.
    Macron avec ses provocations sait ce qu’ il fait : diviser pour mieux régner, ouvriers contre ouvriers et syndicats, retraités contre jeunes, aisés contre chomeurs, le donner d’ une main à l ‘ un, en prenant à l ‘autre, politique, olitique de crapule, mais politique qui permet d ‘ être élu .

Les commentaires sont fermés.