Ces prédateurs sexuels


L’affaire Harvey Weinstein qui n’intéressait pas le grand public français a fort heureusement ricoché dans notre hexagone quand une journaliste française s’est attelée à convaincre d’autres femmes victimes de harcèlement sexuel d’exposer leur propre témoignage sur le réseau social.

Connaissant personnellement certaines des victimes, j’ai été stupéfait d’apprendre ce qu’elles ont subi. Le harcèlement semble rarement public, devant témoins. Ce harcèlement est souvent solitaire et c’est pour cela pour qu’il est terrifiant.

Personne ne devrait être être surpris d’apprendre l’ampleur du phénomène (5000 tweets en un weekend). #BalanceTonPorc a généré 25 000 tweets en 5 jours.

Le sujet a embrasé la planète médiatique comme un feu de paille. Mais c’est d’un incendie dont nous avons besoin, pas d’un feu de paille éphémère.

Près d’une semaine après, on entend déjà les critiques: cette campagne serait une opération de délation. C’est faux, massivement faux, puisque les agresseurs ont été rarement dénoncés. Bruno Le Maire a eu cette formule désastreuse, qui l’a conduit à des excuses publiques et face caméra. Mais d’autres ont poursuivi. La réaction la plus (involontairement ?) cynique est venue du philosophe médiatique Raphael Enthoven sur Europe 1.

« La meilleure intention du monde culmine parfois dans la délation » explique-t-il. Vraiment ?  93% des plaintes pour harcèlement sont classées sans suite. C’est donc bien d’un choc qui, pêle-mêle, bouscule les graveleux, les assaillants, et les irrespectueux dont nous avons collectivement besoin. Un choc qui les terrifient enfin.

Les milliers d’anecdotes misogynes et d’incidents voir de délits ou de crimes méritent mieux que des commentaires de philosophe. Pour changer un pareil fait culturel, il faut  que la parole se libère totalement et sans censure.

38 réflexions sur « Ces prédateurs sexuels »

  1. Autant je trouve bien que les langues se libèrent, autant j’ai toujours peur que ça vire à la chasse aux sorcières…
    Ce serait bien que les femmes puissent porter leurs affaires en justice sans se faire débouter par la misogynie ordinaire de certains juges, policiers … (c’est valable pour les femmes qui trouvent normal de se taire quand on se fait siffler, agresser, violer).

    J’ai tendance à préférer le système judiciaire à la vindicte populaire: il faut dépassionner les affaires pour qu’elles soient traitées avec mesure et raison.

  2. Je serais assez de l’avis de Catherine Deneuve, qui, après avoir dit que « le déferlement qu’il y a en ce moment avec #balancetonporc est ignoble pour les femmes qui n’ont que ça pour témoigner« ,
    émet des doutes sur l’efficacité de la démarche pour les victimes en question et plus largement pour la lutte contre le harcèlement sexuel: « Je trouve ça terrible. Est-ce que c’est intéressant d’en parler comme ça? Est-ce que ça soulage? Est-ce que ça apporte quelque chose? Est-ce que ça va régler le problème d’une certaine façon?« 

  3. @Elie
    De toute façon, il y a bien un souci. Les violences faites aux femmes restent trop souvent impunies et le silence est imposé par des pressions sociales sur celles-ci.
    En parler sur twitter ne résout pas le souci, mais ne pas en parler, je ne peux qu’imaginer à quel point ça ronge…

  4. Il faut que ce soit un ponte du ciné pour que des dizaines de femmes espérant un rôle se trouvent dans l ‘ obligation de témoigner.
    Et voila le scoop, déterrons la hache de guerre et sus à la bête .
    Des dizaines de femmes violées et agressées depuis 2 ans dans l ‘UE, immigration oblige, donc silence. Des femmes, des filles, des sœurs frappées dans nos banlieues, silence.
    Tous les jours de nouveaux violes dans nos villes, mais là, pensez donc, un producteur, un malade abusant de sa fonction pour profiter des faveurs de femmes voulant  » y arriver »…..
    Déjà dans ma jeunesse j  » entendais dire : pour y arriver, il faut coucher, ou l ‘ homme propose, la femme dispose.
    Alors évitons de regarder vers les USA, regardons devant notre porte, dans nos rue, et, témoin de gestes déplacés, ne faites pas semblant de ne rien voir, ce qui est devenu une spécialité, réagissez, d ‘autres suivrons.

  5. bien sûr, les voies judiciaires snt la meilleure réponse ….mais force est de constater que beaucoup de femmes préfèrent se taire parce qu’elles savent qu’elles ne seront souvent pas entendues et souvent moquées …
    Alors oui cette méthode n’est pas la meilleure réponse …et doit rester dans le cadre de la loi…mais elle a le mérite de libérer le parole de certaines femmes et faire prendre conscience aux hommes de ce que vivent certaines femmes.
    et il y a le machisme ordinaire qui n’est pas  » encouragé » que par les hommes.

  6. C’est l’exemple type du faible au fort : j’ai le pouvoir, le pognon, une forme d’hypocrisie pour moi, donc, je peux impunément ( du moins le crois-je ) me livrer au harcèlement et plus sur les femmes . Cette relation du faible au fort que l’on trouve aussi en entreprise – et pas seulement sur le plan sexuel – lorsque des petits chefs poussent des collaborateurs (trices ) au suicide . Et le monde politique n’est pas exempt : se rappeler des réflexions que Duflot s’est ramassée de la part de ses collègues députés .
    Pour réformer les mentalités, y a du boulot !

  7. Et c’ est reparti!!
    Mais il y a des années que des agents sont spécialement formé pour les cas d » agression sexuelle.
    L ‘ alibi du pas écoutée et moquée ne marche plus. La femme violée a honte simplement, se sent salie, avilie, et beaucoup se taisent.
    C est pour cela que des prédateurs ( tous les hommes ne le sont- ils pas un peu ) peuvent recommencer librement . Ce qui est déplaisant est qu’ une femme parle et d ‘autres se précipitent expliquer qu’ il y a 20 ans, 30 ans, voir plus, elles ont subi…. Si  » elles », elles avaient parlé en ce temps, ce coco aurait -il continué?
    Encore de nouvelles lois alors qu ‘il y en a pas ou peu appliquées, que maintenant les violeurs ont l ‘ excuse de leur religion ou de leurs origine, que nos tribunaux jugent les violeurs au même titre qu’ un voleur à l ‘ étalage.

  8. Et, bien entendu, il est formellement interdit d’émettre l’hypothèse que, si “93% des plaintes pour harcèlement sont classées sans suite” (à l’heure où de plus en plus de juges sont des femmes), c’est peut-être parce que la majorité d’entre elles méritaient de l’être.

    Mais, bien entendu, l’important est que  » la parole se libère totalement et sans censure ». C’est-à-dire que ce qu’on réclame ici, c’est davantage de dénonciation publique. Et, surtout, qu’il devienne interdit, impossible de mettre en doute la parole de celle qui dénonce, quelle qu’elle puisse être par ailleurs.

    C’est curieux, tout de même, au sein de cette gauche dégénérée que nous appellerons le « post-modernisme », faut de mieux, c’est curieux cette passion pour toujours plus de gardes-chiourme et de cellules psychiatriques.

    1. Bonjour Didier Goux,
      Lu dans un journal que vous citez aussi  :
      « (…) En outre, homo, ce n’est pas vir. Et, pour les plus grands, qu’une péripatéticienne, si elle peut être l’amie d’un péripatéticien, n’en est pas pour autant philosophe. (…) »
      https://www.causeur.fr/ecriture-inclusive-orthographe-ecole-hatier-147170

      Si une femme péripatéticienne ne l’est pas pour autant, elle peut également l’être (péripatéticien/philosophe), et cela dit car il en est question dans le billet.
      De plus le mot prédateur ne me semble pas approprié. Il s’agit, non pas de cannibales se nourrissant de la chair d’un individu d’une même espèce, rendu proie, mais d’individus abusant de leur pouvoir, ou tentant de le faire. Gérard Depardieu aurait menacé Harvey Weinstein, il s’exprime a priori librement et sans censure, publiquement. Serait-ce perçu viril voire « civilisé » si une femme disait publiquement avoir dit ce qui suit lors d’un conflit ou en réponse à un harcèlement sexuel  :
      « … «Écoute-moi bien (…) si tu fais quelque chose, je te crève les yeux avec mes deux doigts. Tu touches une chose sur le deal que nous avons fait, je te crève les yeux et je te tue. » … »
      http://www.lepoint.fr/cinema/le-jour-ou-gerard-depardieu-a-menace-de-tuer-harvey-weinstein-18-10-2017-2165605_35.php

    2. Didier Goux …
      Un classement sans suite ne dit rien d’une affaire et n’a pas un caractère définitif …il peut être révisé à tout moment jusqu’à la prescription…il est prononcé pour différents motifs…victime indemnisée, manque de preuves. Prescription de l’affaire etc ..
      Cela ne dit pas que l’affaire n’existe pas ni que la victime n’en est pas une …et je ne vois pas en quoi cela a un rapport avec le fait que les juges soient majoritairement des femmes ….

    1. En quoi le fait que certaines actrices se sont  » accommodées » des méthodes de Weinstein…lui donnait des droits sur toutes les autres ? Ces femmes là ne l’accusent sûrement pas…
      Ce sont les propos de causeurs qui sont ambigus…

      1. Mais tout est ambigu, dans ce genre d’affaires, contrairement à ce qu’essaient de nous faire croire nos ligues de vertu modernes ! C’est d’ailleurs ce qui les rend si amusantes.

        1. DIdier goux …
          la morale, la vertu…Il ne s’agit pas de cela…ni d ambiguïté …
          Quand c non, c non…et c valable dans tous les domaines ..

          1. Le fameux « quand c’est non c’est non » est une ânerie, une simplification outrancière, et tout le monde le sait fort bien, tant les femmes que les hommes.

  9. Bien sûr qu’il faut dénoncer ces turpitudes . Mais il faudrait quand faire attention . les réseaux sociaux ont ceci de terrible c’est qu’ont peut accuser n’importe qui de harcèlement, y compris des pauvres types totalement innocents et qu’on regardera de travers parce que, dans ces cas là, le doute ne profite jamais à l’accusé .

    1. Bien sûr qu’il faut dénoncer ces turpitudes . Mais il faudrait quand faire attention . les réseaux sociaux ont ceci de terrible c’est qu’ont peut accuser n’importe qui de harcèlement, y compris des pauvres types totalement innocents et qu’on regardera de travers parce que, dans ces cas là, le doute ne profite jamais à l’accusé .

  10. Bien sûr qu’il faut dénoncer ces turpitudes . Mais il faut, quand même, faire attention : les réseaux sociaux ont ceci de terrible, c’est qu’on peut accuser tout le monde de harcèlement , et surtout, des pauvres types parfaitement innocents mais qu’on regardera de travers parce que, dans ce cas, le doute ne profitera pas à l’accusé !

    1. La, je suis entièrement d accord ALain…je ne peux pas dire que je sois à l’aise avec « balance ton porc » … Il faut surtout lutter sur les méthodes pour se sortir de tout cela …et personnellement je préfère les voies judiciaires…j’ai peur que cela desserve la cause qu elles veulent défendre …

      1. La difficulté, avec le harcèlement qu’il soit sexuel ou moral, c’est de démontrer les faits, pour la bonne et simple raison que, dans le premier cas, il n’y aura pas de témoins et, dans le second, qu’on parlera d’ « interprètation » des faits . C’est pour cela que les tribunaux hésitent à trancher dans le vif lorsqu’une plainte est déposée .

      2. « personnellement je préfère les voies judiciaires »

        C’est ce qui vous sépare du camarade Weinstein qui, apparemment, en avait choisi d’autres.

        1. D;Goux
          Dans votre cas, ce ne serait pas celles du Seigneur, qu’on dit impénétrables ?

          1. N’empêche que malgré la gravité des faits….il ne faudrait pas que ça se termine en  » tue l’humour » ….tout n’est pas sexisme ! Comme tout n’est pas racisme ….va falloir faire de la pédagogie !

            1. Je crois, tout au contraire, qu’il serait bon, voire vital, d’arrêter de « faire de la pédagogie », dans la mesure où cela revient à prendre les gens pour d’éternels mineurs incapables de rien comprendre par eux-mêmes sans l’aide de je ne sais quel maître d’école, et que cela conduit les dits mineurs (les vrais, ceux qui fréquentent la Garderie nationale) à demeurer incultes voire analphabètes jusqu’à leur baccalauréat inclus.

              1. Il n’y a rien d infantalisant a faire de la pedagogie ….c au contraire respecter les personnes et leur montrer qu’ ils sont capables de comprendre….vous seriez surpris ( peut être ) de voir la quantité de domaines où les gens ne savent pas…et pas par manque d intelligence…mais parce qu’ on ne leur a pas dit…ou pas appris…parce qu’ il y a des phénomènes culturels et d éducation

  11. la mauvaise nouvelle: 46 viols/jours (déclarés)
    la bonne: c’est personne !

    Tandis que celle qui décède tous les deux jours
    (violence domestique) a la délicatesse de se taire.

    Moralité (bip-bip) soit l’homme ne sait pas se branler, soit il est trop branleur pour le faire ?!

  12. La délation n’est pas une mode; elle connait ses pics, ses motivations, et ses cibles.
    On distingue le caftage anonyme (rien à cirer) de celui nominatif Et circonstancié (« signez ici; merci »)
    Existe aussi l’option sémantique (qui-fait-rire) façon B Le Maire, en deux fois (pédale & rétro pédale)
    avant: « la délation ne fait pas partie (?) de mon parti (!) »
    après: « je préfère signaler ! » ..n’est pas ‘dénoncer’ hahah!
    Fin de l’intermède.

    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
    Condition Humaine; truc séculaire /pourvu qu’ça dure !!
    Mieux vaut être un mec ! (blanc)
    ..vieux (ou pas) riche, notable, décoré, « aura* et familiale »
    = le gros lot ! les baloches en pompon !
    /ne rigolez* pas: je l’ai lu dans l’Obs; P Joxe (hahah!)
    Qu’une gonzesse. Point.

    Qu’importe si soubrette provinciale (certes ça n’aide pas!) Ou journaliste, actrice, directrice, ..gnâgnâ..
    L’Un a deux-mains pleines de doigts,
    et le machin pendouillant « à-occuper ».
    L’Une a l’attitude et ses formes suborneuses (salope!)

    Y a pas foto ! Même Dieu est au courant.
    Résumé, banal et archi-connu, « nous croirons », du verbe « crédit et zéro doute » = la position mâle.
    option & prestige: la sociale, la grosse-légume. Point.

    Merveilleux !
    ..pourquoi tout c’foin.. ??

    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

    Comme la plupart des commentaires lus ici et là, ..vous savez que ce sujet fleurit sur x sites et blog,
    Oui donc je dis-pareil (ma pleutritude en marche) :
    – « Ta Gueule Femelle !! »
    ….car n’as-tu déjà pas assez d’emmerdes ??!
    ‘salope’ ne te suffit donc pas ?! ..Gourmande !!
    veux-tu, toi-aussi ! devenir une ‘enculée’ ?!!

    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

    et de passer un lien, ..mon empathique contribution à l’adresse de qql coreligionnaire handicapé,
    oui: j’aime mon et ma prochaine,
    particulièrement les mal-entendants (sourdingues) aux problèmes auditifs, donc de la-peine à discerner,
    entre par ex. « je te kiffe » et « casse-toi », oui et non etc..
    Vrai qu’avec l’âge ça ne s’arrange pas ?!

    Des progrès ont été fait !
    ……parait-il :

    http://www.santemagazine.fr/baisse-d-audition-de-nouvelles-solutions-pour-mieux-entendre-29483.html

  13. l’américain Harvey W en-est à 40 actrices,
    autant de menteuses ou d’aveugles..
    Chouette! les ‘producteurs’ français ont de la place !

    °°°°°°°°°°°°°°

    Le respect ..
    ni l’éducation, l’instruction, la littérature, ni l’industrie (?) ou la conquête du ciel n’y participent (dommage. Point)

    En avoir ou pas,

  14. Je crois que c’est une très bonne chose que cette affaire ait libéré les paroles des femmes, qui n’osaient pas en parler, qui se croyaient chacune un cas isolé, etc.C’est sans doute un virage irréversible, et on peut espérer que beaucoup d’hommes feront un peu plus gaffe à l’avenir.

    Mais il y a maintenant des écueils à éviter.

    1- Lancer sur les réseaux sociaux des noms d’hommes qui ne peuvent que nier, mais dont la réputation restera définitivement entachée : il faut d’autant plus s’en méfier que c’est un moyen facile de se débarrasser d’un adversaire (surtout en politique), d’un chef d’entreprise qui vous a virée pour des raisons professionnellement légitimes, etc.; je crois qu’on ne peut citer quelqu’un que si on l’attaque en justice en même temps, ce qui n’est pas facile : prescription, preuves, risque de procès en diffamation;

    2-Weinstein a le grand mérite de ne rien nier, même des crimes (le viol est un crime) qui peuvent l’envoyer aux Assises; il faut tout de même éviter de faire payer son comportement à des gens qui n’y sont pour rien : il a été viré de sa société , et, du coup, tous les participants (acteurs et techniciens divers, non harcelés: il ne harcelait pas tout le monde !) des films qu’il avait produits et soutenait vont voir leur travail réduit à néant;

    3- Frontière tout de même difficile entre la drague (qui reste légitime…On peut bien tenter sa chance !) et la drague lourde avec des gestes et des propos déplacés, à la Jean Lassalle, qui sont ce qu’ils sont parce que le personnage lui-même est lourd- et, qu’apparemment, il ne draguait pas vraiment; siffler une femme dans la rue serait du harcèlement, mais lui dire qu’elle est belle ne le serait pas – et on ne me fera pas croire que cela ne lui fait pas plaisir, si ça s’arrête là.

    4- Françoise Giroud, qui fut ministre de la condition féminine, disait que le féminisme, aux Etats-Unis, avait pris l’aspect d’une véritable guerre des femmes contre les hommes, soutenues par des avocats toujours à l’affût ( au point que beaucoup d’entre eux n’osaient plus recevoir une femme dans leur bureau sans laisser la porte ouverte), alors qu’en France, le féminisme s’appuie davantage, pour faire avancer les choses, sur une forme de complicité entre femmes et hommes pas trop cons ni imbus de leur pouvoir; mais c’était il y a 40 ans, et je crains que nous ne soyons en train de nous américaniser…

    1. Tout est dit Elie…ne nous americanisons pas …
      Prenons le bon tournant de ce que révèle ces faits …
      je n’ai pas connu de  » porc », je mesure ma chance et ca me révolte que tant de femmes en aient souffert !

      1. Je pense que beaucoup d’entre celles-là n’en pas souffert le moins du monde et que, aujourd’hui, elles se contentent de sauter dans le train de la modernité en marche. Car, de nos jours, rien n’est plus prestigieux que d’apparaître (y compris à ses propres yeux) comme une victime. Surtout si on a la chance que le prétendu oppresseur soit un mâle blanc, occidental et si possible riche. Là, c’est presque le jackpot, le couloir numéro un de la course victimaire.

        Je prévois d’ailleurs que, dans peu de temps, les associations féministes en arriveront à traîner dans la boue leurs « consœurs » qui, en cas d’abus sexuels, choisiront sciemment de garder le silence. Ni par aliénation, ni par peur : par choix.

  15. Sylvie,

    C’est d’ailleurs exactement ce que dit Raphael Enthoven dans la vidéo du billet ci-dessus de Juan, et je me demande bien ce que celui-ci peut trouver à lui reprocher.

    1. Oui je suis d’accord avec les propos d Enthoven qui n’a pas mâché ses mots sur les  » porcs » en début de vidéo …il y a de plus en plus de risque depuis quelques années de balayer la présomption d’innocence et ca me fait peur …d’ailleurs cela risque de se retourner contre certaines femmes qui ont déjà suffisamment souffert …même si je peux comprendre leur réaction …mais certaines ont eu face à elles des pervers qui n’auront aucun scrupule à les « achever » en justice …

  16. Je crois aussi que c’est un signe d’américanisation que le stupide bannissement récent du terme  » Mademoiselle » (parce qu’il impliquerait la virginité ?); je ne vois pourtant pas quel autre terme utiliser lorsque je parle à une jeune fille entre 16 et 20 ans: « Madame » serait ridicule, et je ne vais pas la tutoyer d’office comme si elle avait 6 ans !

    Le monde a bien changé…Je me souviens de mon premier jour à l’hôpital en tant qu’étudiant en médecine, en 1956, m’adressant à une patiente d’environ 80 ans, lui donnant du « Madame », et m’étant fait rabrouer d’un sec  » Mademoiselle ! » D’un ridicule à l’autre…

    1. Elie
      Votre patiente de 80 ans ignorait le guide des bonnes manières du début du XXeme siècle qui précisait  » on dit Madame à une personne du sexe féminin dont on ignore la situation de femme ( sous entendu, mariée ou pas )  » !

      1. Elle ne l’ignorait probablement pas. Simplement, étant appelée Madame, elle a tenu à préciser son état-civil en rectifiant : rien que de très normal.

  17. L’attaque du langage (écriture inclusive) est une variante de la destruction de l’état (social comme régalien) par les libéraux de toute sorte.

    Le phénomène « #balancetonporc » est un nouvel écran de fumé, un faux débat, du sociétal, pour cacher le social. Sarkozy l’a fait (sur les chiffres de la délinquance et de l’immigration, sociétale de droite), Hollande l’a fait avec le mariage pour tous (un union civile et il n’y aurai pas eu autant de personnes dans la rue, mais avait l’ANI à faire passer derrière l’écran de fumée des veilleurs de nuit). Quand à Macron, il n’a même pas besoin de générer ces écran de fumé, le peuple de gauche s’en occupe pour lui. Ou bien, à l’instar de Sarko et Hollande qui font du sociétale pour singer le volontarisme politique à l’heure de l’impuissance de l’état, peut-être que le peuple de gauche fait du sociétale, du militantisme numérique sur twitter pour se cacher la vanité des vrais luttes, les luttes sociales.

Les commentaires sont fermés.