Chanson du dimanche: « Quand t’es dans le désert »


« Quand t’es dans le désert depuis trop longtemps
Tu t’demandes à qui ça sert toutes les règles un peu truquées
Du jeu qu’on veut te faire jouer
Les yeux bandés. « 

22 réflexions sur « Chanson du dimanche: « Quand t’es dans le désert » »

  1. Je me souviens que quand ce pompeux guignol a sorti son premier disque – au succès aussi phénoménal qu’incompréhensible à mes oreilles –, il m’arrivais de fredonner : Quand t’attends le dessert, Depuis trop longtemps…

  2. Chanson vraiment aboutie qui méritait le succès qu’elle a eue.
    On a eu vraiment des pointures en France :

  3. sans rapport avec ce qui précède, ma découverte de la semaine (une découverte tardive en ce qui me concerne, cette chanteuse œuvrant déjà depuis quelques années) : Iyeoka Okoawo, Américaine fille d’immigrés nigérians qui a abandonné sa pharmacie pour une carrière artistique. Et sa musique fait du bien.


    1. @zap pow
      Sa voix me fait parfois penser à Amy Winehouse ( l’une des plus grandes chanteuses à mon avis) , surtout dans la première chanson.

      @ Hélène
      Bashung c’est tout un monde …il avait aussi interprété de façon magique  » les mots bleus » de Christophe…

      1. Pareil que vous Sylvie, j’ai adoré son interprétation des mots bleus.

        J’en profite pour éclaircir la première phrase de mon commentaire, elle concernait la chanson de Capdevielle, et on peut aussi l’appliquer à Bashung qui sortait quelques mois après (ou avant ?) Gaby oh Gaby. 🙂

  4. Dans la traversée du désert.
    Merci pour la Sécurité sociale, les congés payés, les retraites, etc…

    Merci pour la défense des libertés…

        1. Encore plus désolé: la Sécu française de 1945 ne concernait que les salariés;elle s’est très progressivement et lentement étendue à toute la population.

          https://fr.wikipedia.org/wiki/S%C3%A9curit%C3%A9_sociale_en_France

          et elle n’a été généralisée à tous les résidents légaux en France qu’avec la CMU (2000) ; c’est d’ailleurs pour ça qu’on dit qu’en 1945, la France a choisi le système « bismarckien »..: système privé(oui, oui ! mais sous tutelle de l’ Etat) financé par les cotisations sur le travail, et géré par les syndicats de salariés et d’employeurs.

          Contrairement à la Grande-Bretagne qui, dès1945, a instauré un système « beveridgien », couvrant la totalité des résidents légaux dans le pays, quelle que soit leur profession ou non -profession, sur le seul critère de la résidence, financé par l’impôt sur le revenu et géré par le ministère de la santé.

          1. Il me semblait que le point de départ de l’assurance sociale, devenue en 1945 Sécurité Sociale, datait d’une loi de 1928 concernant les salariés de droit privé .

              1. Oui, mais ils n’avaient pas fait l’objet d’un texte de loi, sauf, toujours me semblant-il, en 1898 pour les accidents de travail .

            1. Vous ne semblez pas avoir suivi….

              D’abord, si Ambroise Croizat fut ministre du Travail du général de Gaulle du 21 novembre 1945 au 26 janvier 1946, puis ministre du Travail et de la Sécurité sociale du 26 janvier au 16 décembre 1946, et, à ce titre, a signé les ordonnances (tiens, des ordonnances: comme Macron !) instaurant la Sécurité Sociale, il est tout à fait abusif de dire que ce sont les communistes qui ont instauré la Sécu en France; c’est le gouvernement tripartite de De Gaulle, et le vrai créateur de la Sécu fut Pierre Laroque, voir :
              https://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Laroque

              A noter que, dès 1920, sous le gouvernement Millerrand, un certain Jourdan fut le premier ministre de la santé de France, chargé de réfléchir à la création d’une Sécu en France: en effet, celle-ci venait de récupérer en 1918 l’ Alsace et la Moselle, qui bénéficiaient de la Sécu bismarckienne depuis une quarantaine d’années, et il était difficile de dire à ces braves gens : «  Vous en avez, de la chance ! Vous êtes redevenus Français, alors la Sécu, c’est fini , ça n’existe pas en France!  » ( c’est d’ailleurs pourquoi l’ Alsace et la Moselle ont toujours gardé leur propre régime de Sécu, distinct de celle du reste de a France.)

              1. suite

                Je vous conseille la lecture du passionnant livre « La CGT et la Sécurité sociale (1946-1961) », de Michel Dreyfus:

                « La CGT manifeste peu d’intérêt aux débuts de la Sécurité sociale. (…) Faut-il voir dans son attitude une gêne devant ce nouveau risque de « réformisme », analogue à celle qu’elle manifeste alors devant les comités d’entreprise ?
                Toutefois, à l’exception du confédéré R. Cochinard qui intervient sur la retraite des vieux, la Sécurité sociale ne fait l’objet d’aucune discussion durant ce Congrès ; rien n’est dit non plus à son sujet lors du CCN de novembre 1947. De façon générale, la direction de la CGT reste alors muette sur ce dossier
                « 

                1. J’ai lu Dreyfus et il ne dit nulle part que les communistes n’ont rien à voir avec l’avènement de la Sécu ??? Croizat n’a pas tout fait tout tout seul, ni Laroque, quand au général De Gaulle, à ce moment-là, il ne pouvait pas s’y opposer.

    1. J’ai loué le film sur google play il y a peu de temps.
      J’adore le cinéma de ces années là

Les commentaires sont fermés.