Johnny, D’Ormesson, retour après une séquence hallucinante


Quiconque assistait aux hommages nationaux sans connaitre les deux grands disparus de la semaine dernière a du penser qu’il s’agissait de très grandes personnes que l’on célébrait-là.

D’Ormesson a eu droit aux Invalides, comme  Simone Veil, André Malraux, le Commandant Cousteau, l’Abbé Pierre, ou les victimes d’attentats islamistes. Et Johnny a rassemblée chaînes d’info, hommages télévisées et présidence de la République pour un hommage au cœur de la capitale.

Que sommes nous devenus ?

Qui était donc Jean d’Ormesson pour mériter pareil hommage ? Je ne sais plus, on ne sait plus. Il n’a pas inventé la poudre ni découvert le vaccin contre le SIDA. Il n’est pas Victor Hugo, pas même André Malraux. Il n’a pas résisté à l’oppresseur, on ne lui demandait pas cela. Il était simplement très connu et très âgé, sympathique et jamais polémique.

Il comptait quand même dans ses fidèles et amis nombre d’écrivains  cités par Macron qui sont de belles personnes mais aussi d’autres qui étaient de cette France rance si archaïque qu’on se demande pourquoi Macron s’est entiché de les célébrer dans un discours écrit comme d’habitude par ce Sylvain Fort qui aimait écrire aussi des tribunes dans Valeurs Actuelles: Jupiter a cité l’ex-Filloniste de la campagne de 2017 François Sureau; ou ces antigaullistes de droite les Hussards –  Nourissier; Berl, attentiste sous Vichy, ami de Drieu La Rochelle, rédacteur des premiers discours de Pétain; Déon, l’académicien et ancien admirateur de Pétain ; ou même Michel Mohrt, un autre ancien de l’Action Française.

Sympa, les références.

Jupiter est même allé loin dans l’hommage, presque ridicule: « nous vous demandons pardon, Monsieur, de ne pas vous avoir tout à fait écouté, pardon pour cette pompe qui n’ajoute rien à votre gloire.  » Pourquoi aurait-il fallu écouter d’Ormesson ? On pouvait apprécier l’écrivain sans oublier combien il savait être rétrograde.

Fichtre, nous pouvions être gênés, même si nous admirions l’écrivain, par cet étalage sous les ors de la République.

Mais ce n’était pas tout. D’Ormesson s’est presque fait volé la vedette par plus ridicule encore. Johnny meurt. Et quatre soirées durant, les principales chaînes de télévision nationale dédient leurs antennes à Johnny Haliday, personnage sympathique, ex-idole des jeunes et qui sera enterré dans l’un de nos paradis fiscaux, Saint Barth. Nous avons évité la cérémonie en Suisse, puisque l’artiste en avait fait sa seconde demeure en 2007 pour fuir le fisc.

« On a souvent dit que je m’étais barré pour ne pas payer d’impôts. C’est en partie vrai, mais c’est aussi parce que c’est épui­sant cette ambiance. En France, quand t’as une belle voiture, on te traite de voleur. » (Source)

Johnny a donc eu droit à toutes les attentions de la République. Brigitte Macron a même géré l’organisation protocolaire puisque la famille du défunt l’a réclamée. Les Champs Elysées ont été fermées à la circulation. Harley Davidson a pu privatiser le défilé des bikers. Et même Jupiter lui-même en est allé de son hommage au sein de l’Eglise de la Madeleine.

Johnny était-il un héros militaire, politique, scientifique, ou humaniste ? Non, rien de tout cela. Johnny était une idole yé-yé.

Il reposera d’ailleurs en paix dans une île où l’on ne paye ni ISF ni impôt sur le revenu passés 5 années de résidence. Johnny a bien mérité cela, n’est-ce-pas ?

Triste époque.

Triste monarchie jupitérienne.

Publicités

59 réflexions sur « Johnny, D’Ormesson, retour après une séquence hallucinante »

  1. Bravo, voilà bien ordonnées tout ce que je pensais un peu en vrac ! En ce qui concerne JH je me demandais jusqu’où font-ils aller ? Au delà de mes « espérances » . Une fois de plus écoeurée je dis.

  2. oui on a eu tort de reprocher à Melenchon de ne rien avoir à ajouter….on imagine d autres critiques s’il l’avait fait ….oui on en a trop fait …raison de plus pour arrêter là….ce que les médias n’ont pas l’air de vouloir faire !

  3. Et ce qui est encore plus hallucinant c’est l’attitude de Trump …….c’est l’élection de Wauqiez’….c’est le smic qu’on cherche à  » réformer » etc…

  4. Je ne regrette pas la cérémonie d’adieux à Johnny Haliday puisque plusieurs centaines de milliers de personnes étaient là, dans le froid et depuis la veille quelque fois, à l’attendre pour le voir une dernière fois.

    Combien invisibles devant leur téléviseur en ont fait autant.

    Rien que pour ces gens, le plus souvent pauvres, à qui il a donné plein de joie de vivre, c’était bien le moins que la famille et l’état puisse faire.

    Pour D’Ormesson ben … il s’aimait et s’appreciait tant quand il parlait qu’il vaut mieux ne pas le faire à sa place 😀

    1. Oui Hélène…cette cérémonie etait belle et juste ….impressionnante par le monde qui est venu, par la tristesse de ses fans qui lui vouaient une vraie affection …par la diversité de ses fans…c’était tellement un hommage populaire …
      Je n’imaginais pas une seconde qu’il y aurait une telle ferveur mêlée d’une grande dignité …
      Apres ce qui me gêne mais malheureusement peut on l’empêcher …c’est la politisation de l’événement !

  5. Je suis globalement d’accord avec ce que dit Mme Dici juste avant moi : tout ce qui est écrit ici, dans ce billet, sur Johnny Hallyday suinte de ce mépris du peuple (alias « la France moisie ») si commun au sein de la gauche bien pensante, « hidalguienne », ouverte à l’autre et toutes ces affligeantes conneries dont le peuple-qui-aimait-Johnny se bat joyeusement les roubignoles.

    Pour ce qui est de d’Ormesson, je l’ai toujours considéré comme un écrivain médiocre, dont l’œuvre était vouée à disparaître dès qu’il ne serait plus là pour en assurer la promotion (ce qu’il faisait avec grand talent). Mais je ne vois pas en quoi un Cousteau ou un abbé Pierre seraient plus dignes que lui des Invalides, le premier étant une espèce d’autocrate ridiculement imbu de sa propre personne, et le second étant aussi habile publicitaire de lui-même que feu d’Ormesson.

    Pour tout dire, je ne vois même pas en quoi Malraux serait plus digne d’honneur, lui qui fut également un écrivain médiocre.

    Au fond, ce qui vous fait grincer des dents aussi désagréablement, c’est que ceux que vous feignez de prendre avec vos petites pincettes idéologiques toutes rouillées du bout, les Berl, Nourrissier, Déon ou Drieu, ceux-là furent de véritables écrivains, tout en ayant le toupet de ne pas penser exactement comme vous.

    Mais il faut vous faire une raison : à quelques rares exceptions près, tous les grands écrivains sont plus ou moins de droite, voire franchement « réacs ». Je sais : c’est très dur…

  6. Il est arrivé à d’Ormesson la même vacherie qu’à Cocteau : il est mort (presque ) le même jour qu’une personnalité du spectacle . Pour Cocteau, c’est Piaf qui lui avait volé la vedette
    Bon, Piaf et Jojo, c’est pas tout à fait le même combat !

    1. Bonjour Alain Bobards,

      c’est pas tout à fait le même combat

      Ah, oui pourquoi ça ? sortir de la rue me semble l’ont chanté tous les deux et puis il y a l’Homme à la moto, la Goualante du pauvre Jean versus Wanted Man (traduit de Johnny Cash), Gabriel…
      Piaf-Cerdan pas trop rive gauche, et ces deux nuiteux pas mal envapés et aimant souvent les mauvaises companies.
      En fait des parcours et vie assez comparables.

      Ormesson illisiblement chiant versus Cocteau.
      Mais Cocteau a au moins écrit les Enfants Terribles et Thomas l’imposteur

      1. Charles
        Faut pas se méprendre, mon bon : lorsque j’écris que Piaf et Jojo, c’est pas le même combat, c’est à l’avantage de Piaf : elle travaillait avec de bons, voire très bons auteurs ( même si D.Goux affirmera le contraire )et a parrainé des gens comme Aznavour, Montand, les Compagnons . Son histoire avec Cerdan, c’est surtout la mort accidentelle d’icelui qui en a fait parler, Piaf ayant un faible pour les sportifs (Toto Gérardin, pour n’en citer qu’un ) .
        Jojo, lui, c’est le gars qui s’est contenté de s’adapter aux évolutions de la mode, gros sens du spectacle à l’appui . Apparition dans les « 400 coups  » de Truffaut à 14 ans et début de carrière à 17 ans, ça ne lui a guère donné le temps d’être blouson noir ( ne pas oublier son, cousin, Lee Halliday, lui-même dans le show biz, dont il a emprunté le patronyme ) .
        Bref un bon artiste, mais sa disparition ne justifiait pas, à mon humble avis, un tel barouf médiatique .
        Quand à Cocteau, vis à vis de d’Ormesson, il avait une palette de talent plus large . Maintenant, les appréciations sur leur style et leurs œuvres, c’est affaire d’opinion personnelle .

        1. « même si D.Goux affirmera le contraire »

          Caramba, encore raté ! Piaf – chanteuse absolue, à mes yeux et mes oreilles – a effectivement travaillé avec beaucoup de très bons auteurs (et malheureusement quelques mauvais, aussi).

  7. J’éluderais le modeste, ainsi son peu de cas porté, et la gloire qui fait vaciller certain, d’autre moins.
    Ah-que la France française est épatante !

    ps, « avant, j’espérais un père Noël (gourmand; qu’importe si ponctuel) aujourd’hui, je crains qu’il se goure de cheminée »

  8. Jean Philippe Smet a certainement fait des heureux avec ses chansons, et c’est tant mieux. Ce n’est pas une question de pauvreté ou pas, puisqu’un disque c’est à peu près 20 balles pièce (1balle = 1euro). Mis bout à bout, les millions de disques vendus lui ont permis de vivre plus que confortablement.

    On ne peut pas lui reprocher d’étre un parasite fiscal, puisque les gens lui ont offert cette possibilité de l’être et que la loi lui a permis. Ca prouve en même temps que les gens ne sont pas rancuniers, l’humanité a des bons côtés finalement….
    Les jaloux n’ont qu’à pondre des tubes…

    Sans vouloir foutre la merde, je remarque quand même qu’il y a eu plus de monde derrière son cercueil que celui du code du travail enterré il y a peu……

    Je me permets donc une suggestion qui pourrait changer le monde : Pondre un décrêt qui obligent les entreprises à mettre du JH lors des  » conflits du » dialogue social augmenté » ou des opérations de « sauvegarde de l’emploi », individuelles ou collectives. Si cette musique rend heureux, mais qu’est ce qu’on attend bordel…

    1. Stan

      Eh oui!!!! à quoi ça tient tout de même !!!

      Les SDF on les vire ou on les laisse crever de froid, maois on distribue des couvertures de survie et autres boissons chaudes aux fans venus se geler la veille .
      Peut-être que les SDF devraient chanter du Johnny ?

      ….. et je suis une fan

      1. AURORE

        Oui mais les transis d’amour sont déjà repartis avec les caméras…

        Ne va pas donner un conseil à un SDF de chanter du Johnny malheureuse, c’est un coup à se prendre une délib pour être virer du quartier

  9. Je ne connaissais pas d’Ormesson, je lisais San Antonio à l’époque mais faut reconnaître qu’il n’a pas eu de bol dans le choix du jour..

    La grande leçon qui doit rendre humble, même pour un immortel, c’est que finalement, qui qu’on soit dans cette chienne de vie terrestre, on ne maitrise pas grand chose.

    1. Stan
      Sais tu qu’un immortel, nommé Fontenelle, est connu, non pas pour son œuvre, si respectable soit-elle, mais parce qu’il est mort à 100 ans, à une époque où on cassait volontiers sa pipe aux environs de 55/60 ans ?
      San Antonio : j’ai lu tous ses polars, y compris les éditions lyonnaises . J’ai laissé tomber lorsque c’est le fiston qui a repris le stylo : l’original, c’est, souvent, supérieur à la copie !

      1. D’abord, contrairement à ce qu’on dit, Fontenelle n’a pas atteint les 100 ans (il les a ratés de peu, je vous l’accorde). D’autre part, je puis vous confirmer qu’il existe encore des gens qui ont ou ont eu la curiosité d’aller farfouiller dans son œuvre. Mais je suppose qu’on doit être une espèce en voie de disparition, et qu’aucun écolo à la con n’aura jamais l’idée de protéger…

        1. Vous chipoter : 99 et des poussières . Il était, quand même, dans sa centième année .
          Je n’ai pas dit que l’œuvre de Fontenelle était négligeable, mais la première réaction du quidam à qui vous posez la question :  » qui était Fontenelle ?  » , Il vous dira  » le gars qui est mort à 100 ans  » avant de parler de son œuvre . Pire, c’est sa longévité qui a incité certains à consulter son travail, plus que la réputation dudit travail !

      2. Alain,

        Je ne vais pas faire semblant, tu m’apprends qu’un Fontenelle a existé comme immortel. Grâce à toi, j’en connais un deuxième. Merci
        Remarque, je ne connais pas le nom de mon voisin au bout de la rue, alors je ne vais pas me vexer non plus.

  10. La symbolique du discours macronien est claire. (« Les maîtres ont encore une âme de valet.» chantait Ferrat). Pour « le repos des gens de biens » (Guillemin), il n’y a qu’une France, celle de la droite la plus réac et condescendante.

    1. Robert,
      Merci pour ce remarquable texte que, à bien des égards, je perçois comme exprimant une anti-éloge de Macron le jupitérien autoproclamé. Décidément, cette Vième est vérolée jusque dans ses recoins les plus improbables : encenser deux personnages opposés dans leurs gloires défuntes….mais participant de la même survie idéologique.
      Une petite histoire en apparence anodine : http://simonu.blog.lemonde.fr/2012/03/07/le-depisteur-le-clinicien-et-le-systemique/

  11. Une petite citation d’Edvy Plennel qui est vacharde certes mais je la partage – il parle de d’Ormesson : Il avait inventé la misogynie courtoise, la réaction carnassière toujours souriante, le mépris de classe complice, la méchanceté suavissime » ; tout ça avec un oeil égrillard !

  12.  » En France, quand t’as une belle voiture, on te traite de voleur….

    Ce n’est pas vrai, c’était réservé il y a encore peu, au chômeur ou à l’assisté en CDI…

    Toutefois il faut reconnaitre que l’assistanat a changé de classe. Dans une économie qu’on peut qualifier « d’anti Newton », ou politique du ruissellement du bas vers le haut.
    Et plus l’élite est inondée de fric, plus nous écopons…..Plus Les riches boivent, et plus les « qui ne sont rien  » trinquent. On peut le dire comme on veut, ça évoque bien des problèmes de liquide…

    On ne dit plus voleur, on dit bénéficiaire de niches fiscales ou « évaporateur de trop plein de ruissellement » ou encore « Je ne demande rien c’est Jupiter qui me donne » …

    Si les belles bagnoles viennent rejoindre les garages huppés c’est par pure convenance. Il n’y a aucune raison que ces superbes, qui sont d’ailleurs de plus en plus des sacs à puces, couchent dans des paillasses, elle préfèrent péter dans la soie

    1. …..Toutefois il faut reconnaitre que l’assistanat a changé de classe dans une économie qu’on peut qualifier « d’anti Newton »

      Mon clavier, il devient comme jupitre, dès que je lui lâche la bride faut qu’il fasse une connerie…

  13. Il est vrai que d’ Ormesson n’ a écrit qu’ une quarantaine de livre.
    A coté de certain qui n’ arrive pas à en vendre, ça change .
    J ‘ avoue que pour moi johnny n ‘ était pas mon brailleur favori.
    Le cirque fait autour de sa mort, c ‘est cela le culte de la personnalité.
    Des gugusses niveau zéro instruction et intelligence gagnent des fortunes en braillant ou en tapant dans un ballon et au final  » on » ( celui qui sait ) le compare à un d’ Ormesson….
    Qui est le plus affligeant ; « on », johnny ou d ‘ Ormesson ?

  14. Mais tout cela est vain et distrayant
    Pendant ce temps la troisième guerre mondiale devient inévitable et prévisible.
    En ouvrant les yeux vous devriez en découvrir la cause car elle est déjà en préparation. Certaines personnes la situent après 2025, mais avant 2035.

  15. « … Que sommes nous devenus ? … »

    Lu ce matin dans -60 millions de pleurnichards, et moi, et moi, et moi… – sur Causeur.fr, écrit par Nicolas Gardères, avocat et maître de conférences à Sciences Po :

    « (…) Il suffit de perdre un peu son temps sur internet, d’y lire les commentaires partout, pour ne voir que des pistolets braqués sur des tempes nimbant des yeux rougis. (…) »

    Après avoir passé du temps sur et hors Internet, je n’ai pas observé le même échantillon. De fait cela m’est difficile d’imaginer « 60 millions de pleurnichards ».

  16. « Français de souche » rendant hommage à quelqu’un, né Jean-François Smet, qui a fait carrière en adoptant le nom si « souchien » de Johnny Halliday, à l’image d’ Eddy Mitchell, Dick Rivers, Richard Antony, etc…Quelle meilleure illustration de l’américanisation de la France qui, comme le remarque Régis Debray, rend hommage à une star du music-hall et non à un combattant, un guerrier, un politique…Imagine-t-on des funérailles identiques pour la mort de Trenet ou de Brassens, dont les noms de scène comme la musique étaient vraiment « souchiens » ? Nous sommes devenus un appendice de l’ Amérique et nous l’ignorons.

    1. « Nous sommes devenus un appendice de l’ Amérique et nous l’ignorons. »

      Non.
      même une personne que je considérais comme superficielle, m’a dit que de la France il ne resterait bientôt plus que le nom.

      Pour le reste, c’est pas vraiment ça.
      Le nom américanisé des johnny, Eddy et encore Dick Rivers n’a rien à voir avec leur succès.
      D’ailleurs lorsque les deux derniers ont commencé à en avoir, ils faisaient partie de groupes se nommant « les chaussettes noires » et les « chats sauvages » et par la suite Eddy a été surnommé Schmol.😀

      Non, les gens qui ont aimé Johnny Haliday ont aimé un excellent artiste qui a parfaitement su descendre de son pied d’estal pour communiquer en permanence avec son public et il est à mon avis le seul à lui avoir tant donné.

      D’autre grands ont fait le job à 100 % mais n’ont pas su entrer dans l’intimité de leur public. Il y avait une barrière.

      1. @helene
        J Hallyday a dû faire face au mépris de certains pseudo intellos…qui lui opposaient Brel ou d’autres ( d’ailleurs il etait ami de Brel) …comme s’il était inconcevable d’aimer des musiques totalement différentes….comme si ses fans étaient presque des  » demeurés incultes »….alors qu’il n’en est rien et que sa popularité n’a pas faibli…à mon grand étonnement d’ailleurs de voir autant de jeunes.

        1. Ma femme est sur le cul: « pourquoi nous ont-ils fait croire que c’était un bobet ?! »
          Certes, il ne s’est pas emmerdé, ni nous, d’une grosse tête (ou séquence: la gloire ne l’a pas fait vaciller)
          Les funérailles (…) franco frouze, je n’y ai vu qu’un étranger, Robin Le Mesurier, guitariste.
          (je kiffe Yarol Poupaud; autre histoire)

          1. Et moi je kiffe M…je le trouve inventif et joyeux ! Et j’aime aussi bcp papa M ( chedid) …tout une ambiance 😀

            1. (dois-je Sylvie te présenter ma femme ? rien de canaille !) elle a dit tout pareil que toi ! en revoyant M se produire chez Babette Lemoine l’autre soir (tv) aussi de papounet.
              Par contre, je ne me rappelle pas la suite de la soirée (si, mais il me faudra réfléchir)
              Yarol ? un cousin ni très germain de ma fille, ou est-ce Melvil ? je m’y perds avec ces bretons.
              Bonne journée,

        2. SYLVIE

          Et ceux qui n’ont pas écouté ses disques à Jauni , vous en pensez quoi ma chère ? …(doucement quand même je suis très sensible)..

            1. ouf…..j’ai eu peur, j’étais prêt à acheter un disque. En fait j’en ai piqué un à ma femme avec ses premiers succès qui date de ….pfff,………….

              J’attends un peu qu’il prenne de la valeur pour le refiler à un fan…

              Mais chut, pas un mot aux insoumis, s’il savent que je fais du fric avec l’émotion, il vont croire que j’ai rejoint le bastringue du morpion..

        3. Nathalie Baye a permis à Johnny Hallyday d’entrer dans un milieu « dit » plus intellectuel.
          De ce fait tous les publics lui ont été acquis 🙂

    2. Elie Arié

      Pour parler de supposées frontières, de mondialisation, Europe et Nations, Occident, …,

      Philippe Labro aurait écrit aussi les paroles de la chanson « Ne tuez pas la liberté », et, dans son hommage à Johnny Hallyday / Jean-Philippe Smet, il a dit « (…) Un homme ne naît pas homme, il le devient. (…) »
      Érasme, pas français et plutôt européen en esprit, écrivit : « … At homines, mihi crede, non nascuntur, sed finguntur … »
      Selon une traduction : … Et les hommes, crois-moi, ne naissent pas hommes, mais ils se façonnent (ou sont façonnés)….
      Le dernier mot me paraît ambigu, et je ne le crois pas, du moins pas entièrement car les cultures ou contre-cultures ne font pas tout, il y a aussi les choix et destins individuels ou collectifs, ceux de plusieurs « nous ».

      Une philosophie de Biker, à mon avis c’est Johnny en France ou ailleurs par exemple, avec ce disque souvent entendu dans mon enfance : « Born to be wild – Né pour être sauvage », du groupe canadien Steppenwolf, et aussi dans le film US Easy Rider, etc..
      C’était davantage considéré comme une contre-culture en Occident, … à l’époque, n’est-ce pas ?

      1. Berce & Roule ! ..en français dans le texte,
        /sais-tu que cette annotation n’existe qu’en France, qu’en littérature et édition française..
        imagine t-on un « mia mamma! » édité, et son ‘in italiano nel testo’ marginé (anglais, espagnol..)

        Cool Elie (archive Charlie 2009)
        – « je suis Jean d’O » ..couve échappée, héhé,
        Pareil lancien (chanson de dimanche)
        – j’adore l’italien ! ..tu t’en doutais,

      1. Alain
        Il n’y a pas longtemps « Jean-Philippe » est passé à la TV avec Lucchini et Jean-Philippe Smet

  17. Culture Américaine par John Steppling et Noël Burch :
    « … une nation où 87 % des jeunes entre 18 et 24 ans (selon une étude menée en 2002 par la National Geographic Society et Roper Poll Survey) sont incapables de situer l’Iran ou l’Irak sur une carte du monde et où 11 % ne peuvent y localiser les États-Unis (!) est davantage qu’« intellectuellement léthargique ». Il serait plus exact de dire qu’elle est idiote, et qu’on peut lui faire croire n’importe quoi… »
    https://www.genre-ecran.net/?Une-democratie-simulacre-et-commentee

    1. Où 25% de la population (blanche?) a un passeport.
      Militaires inclus ?
      « Maître du monde » autorise la plupart de rester (cric-crac) à la casa je suppose. A chacun ses exclus.

      Doit-on considérer la ‘curiosité’ comme source d’emmerde ? perso (carte verte) j’irais bien sur la lune !
      Mais pas ce soir: j’ai tarte aux pommes.

  18. la poutre et l  » arbre. Combien de jeunes français seraient capables de situer les mêmes pays?
    Combien savent le nom de la capital de la France?

    ah ti suisse, quelle langue plus douce que celle découlant du latin.

  19. Vous êtes risibles. Je vous parle d’ une troisième guerre mondiale, de la bétise des voitures électriques, de la manière de vous entuber des médias, vous répondez johnny
    Avez vous réellement un bandeau sur les yeux ou simplement pas le courage de regarder la vérité.
    Je ne savais pas, ….apprenez cette phrase pour la dire à vos enfants et petits enfants quand ils vous accuseront

  20. En attendant la guerre (le monde est si petit, ou grand, c’est selon) je passe à Fr Inter !
    Evidemment j’exagère !
    Interview de Jack L, mon premier patron (hors bled; 17 ans) fondateur du Festival Inter. de Théâtre, Nancy.
    Si le Monde est un théâtre ? ..à vous de voir,
    /excellente ! ma tarte aux pommes,

Les commentaires sont fermés.