200 000 représentants du personnel en moins


Vous souvenez-vous des belles déclarations rassurantes à l’occasion de la présentation de la loi Travail ? A l’été 2017, le gouvernement nous promettait que le remplacement de toutes les instances de représentation de salariés ( comité d’entreprise, CHSCT, etc) par un « comité social et économique » n’allait rien changer, bien au contraire. Pénicaud assurait en juillet dernier qu' »il n’est pas question de baisser la garde sur les questions de sécurité et de santé » mais que la fusion du CHSCT au sein du comité social et économique est un moyen de « faire monter ses sujets dans la stratégie d’entreprise« .

Sans rire.

Avant la loi Macron, les entreprises comptaient quelques 700 000 représentants du personnel dans ces différentes instances. Le 31 janvier dernier, le ministère du travail prévenait les organisations syndicales: quelque 200 000 postes de représentation syndicale allaient disparaître à cause de la loi Travail.

200 000 représentants du personnel en moins… au service du dialogue social…

 

De qui se moque-t-on ?

65 réflexions sur « 200 000 représentants du personnel en moins »

  1. Ce n’est pas parce qu’on est moins nombreux dans une pièce que les discussions sont moins fructueuses. En général, ce serait même plutôt le contraire.

    Le tout, dans ce « dégraissage » (s’il a effectivement lieu, ce dont je doute fortement), va être d’éliminer les nuisibles, et Dieu sait s’ils prolifèrent en ces instances. Mais ce que je sais de l’homme (et de l’entreprise) me font penser que, au contraire, les parasites vont s’accrocher et que ce sont les autres qui seront éventuellement emportés. Éventualité peu probable, je le répète.

    1. C’est comme pour les sondages, plus l’échantillon est rabougri, plus ils sont représentatifs ….

  2. Lorsque que ces instances étaient séparées, elles permettaient d’y élire des personnes ayant leur propres compétences. Je regrette énormément la « disparition » du CHSCT qui permettait de désigner des personnes en lien direct avec les métiers, ou lieux à problèmes, où l’intervention pouvait être immédiate. Nous irions là vers une professionnalisation de ces divers mandats, si l’on y ajoutait une prolongation des mandats : va-t-on aller de 2 ans maximum aujourd’hui à 3, 4, voire 5 années d’exercice ? Quelle sera donc le nombre d’heures qui sera alloué à chaque élus, et la durée du mandat ?
    Je crains, hélas, qu’une telle concentration de ces diverses fonctions, sans vouloir fâcher personne, ne donne, soit : la grosse tête à certains élus – ce qui ravi les directions – au grand dam des personnels qu’ils seront sensés représenter, soit : l’espoir ce cette même direction, et des politiques, de faire jeter l’opprobre sur des syndicalistes parce que de moins ne moins présents sur le lieu de travail pour cause de participation en réunions, ou en commissions bidule, etc… Ce qui pourrait entraîner un taux abstention plus élevé, de la part des électeurs, par la suite.
    Bien triste de voir ainsi disparaître un système qui permettait à des salariés d’oser affronter un ou des supérieurs en cas d’injustice. On s’éloigne de plus en plus de l’égalité et de la fraternité, pour aller vers un chacun pour soi et dieu pour tous ! Une aggravation, aussi, de ce qui avait déjà vu le jour, dans les entreprises, avec la mise en place de divers statuts tels que les CDI, CDD, intérims…😠 La non représentation syndicale du personnel, est un grand espoir des dirigeants, Macron va-t-il réussir à les exaucer ?

  3. La CFD, en la personne de Berger porte une large part de responsabilité en signant cette loi fallacieuse et les Ordonnances qui se suivent à la vitesse grand « V ».
    Mais cet article aurait du être écrit bien longtemps avant en appui à la CGT qui dénonçait déjà ce qui allait se passer0
    Mais bon ….

    1. La CGT est la seule à monter au front….elle est dénigrée car soit disant anti progressiste ….parce que pour les traîtres qui nous gouvernent le progrès c’est détruire …il n’y a qu’à voir de quelle façon est exploité le dossier de la SNCF uniquement à charge …noircissant sciemment le tableau pour mieux convaincre qu’il serait urgent d’agir….tapant sur le régime des cheminots pour mieux attiser et diviser les francais …et ceux qui ont fait partie de la direction , ils nous ont coute combien …
      J’écoutais ce matin Damarnin face à Bourdin justifiant la baisse des revenus des retraites …ses arguments sont lamentables …

  4. Tout cela me rappelle une anecdote vécue en 2003, lors d’une réunion de chefs d’entreprises sur un sujet de l’époque  » mise en place du document unique de la prévention des risques »..

    Ce soir là, il y avait une centaine de chefs d’entreprises de PME du secteur. L’un d’entre eux, propriétaire d’une belle PME du secteur de l’agroalimentaire, était remonté contre cette loi un peu contraignante au départ. Il s’est mis à faire monter la température dans la salle, au point où la réunion s’est terminée avant l’heure….

    La particularité de ce chef d’entreprise était qu’il était chef de centre de secours de la caserne du secteur, au grade de capitaine…

    Comme quoi le conflit d’intérêt, c’est un risque en entreprise aussi…

    Pour que le bizenesse tourne bien rond et bien gras, il est tout à fait logique de diluer la présence d’emmerdeurs….. surtout dans les groupes. (dans les PME, les relations sont différentes)..

    C’est vrai, faut payer des mecs pour se barrer on ne sait où, quelques heures par mois, et au fond, les risques d’accidents ou de maladies professionnelles, ne concernent que ceux qui bossent vraiment.

    On le sait maintenant depuis que Macron est arrivé à la tête de l’entreprise France, nous sommes dans un pays de feignants, donc plus aucun risque d’accidents, donc pas besoin de syndicalistes pour en discuter…CQFD

    Accessoirement, moins il y a d’emmerdeurs locaux , et moins ça coûte cher à corrompre…..

    Dans la jungle y a t’il des médiateurs pour savoir si un lion va bouffer la gazelle ? non…..bon alors..

  5. « 200 000 représentants du personnel en moins » : mais combien il y en a-t-il en tout, alors ? Les salariés seraient-ils une armée mexicaine, avec plus de représentants du personnel que de personnel ? Alors qu’il n’y a que 7 % qui sont syndiqués…

    1. @Elie
      Comme quoi, on fait dire ce qu’on veut aux chiffres . Plus sérieusement, les élections professionnelles sont ouvertes à tous les salariés, syndiqués ou pas . Et comme il s’agit de scrutin de listes …! D’autre part, lors d’une grève dans une boite que les dirigeants font crever, y a pas de syndiqués qui tiennent : tous ceux qui se sentent concernés ( y en a toujours qui compte sur les autres pour les sortir de la m….. ) participent au mouvement !

      1. Pour enfoncer un peu le clou : même si le taux d’abstentions frise les 40%, le nombre de votants est largement supérieur au nombre de syndiqués .

        1. Exact ! Mais une chose est sûr, en subventionnant les syndicats au sein des grandes entreprises – c’est le patron qui paye – je peux vous dire que les grèves sont tombées dans les oubliettes.

          1. En ce qui concerne le financement, c’est un peu plus compliqué que cela .
            En ce qui concerne les prises de positions syndicales au sein des entreprises, ça va du syndicat catégoriel, tel la CFE.CGC ( nota : c’est pas un reproche ) aux syndicats à la philosophie co-gestionnaire, tels la CFDT et l’UNSA , la CGT et SUD étant d’avantage pour la stratégie du choc .
            Tout le problème du syndicalisme d’entreprise provient de cet état de fait . Il est compliqué d’avoir des positions communes lorsqu’on est, philosophiquement, dans une forme d’antagonisme . C’est lorsque la situation d’une boite est désespérée que l’unité syndicale se fait ( et encore, pas toujours ), mais c’est le plus souvent trop tard !

  6. Elie Arié
    Le nombre est fonction du nombre d’ employés dans l ‘ entreprise
    Pour mémoire, un délégué au CHSCT ne dispose d’ aucune heure de délégation mais peut se déplacer dans son lieu de travail pour un appel concernant son mandat.
    Il y a les délégués du personnel puis les délégués au CE souvent ils font les 2, ce qui amène certains délégués à ne pas être beaucoup présent sur le  » tas ».
    Puis les délégués au CCE….. les mêmes!!!
    Ah, j’ oubliais ces délégués doivent se former, donc des formations de 2 ou 3 jours ( tous frais payés)…..
    Alors pas de soucis 200.000 en moins…..
    Pour mémoire, pas besoin de syndiqué, plus besoin de vendre des timbres, plus besoin de défendre les travailleurs, la seule obligation, pousser les gens à voter aux élections, les subventions de l ‘ état étant basées sur le nombre d’ électeurs de chaque syndicat.
    Ce qui serait intéressant ( mais impossible) serait de savoir combien d’ heures ( milliers) de délégation servent de jour de CP, combien de délégués poussant à la grève se place en délégation….

  7. Le gouvernement réfléchit sur le salaire au mérite pour les fonctionnaires . Si on devait faire de même pour les gouvernants, c’est pour le coup que le pays ferait de sacrées économies !

  8. Intéressant : Bill Gates et Warren Buffett estiment qu’ils devraient payer plus d’impôts :

    https://www.nouvelobs.com/societe/20180219.OBS2414/bill-gates-il-faut-que-je-paie-plus-d-impots.html

    A noter qu’en France, aussi, un groupe de super-riches a signé un manifeste pour dire la même chose (curieusement, on en a très peu parlé) :

    https://www.nouvelobs.com/rue89/rue89-politique/20110823.RUE3927/taxez-nous-l-obs-publie-un-appel-de-seize-super-riches.html

    1. C’est du réchauffé . D’autant que, si je me rappelle bien, d’autres supers riches se sont écriés  » ça va pas, la tête ? Vous voulez faire de la peine aux paradis fiscaux ? »

  9. Si on se fie au rapport de l’institut Montaigne « ETI taille intermédiaire, gros potentiel », la manip de refonte des IRP crée par les ordonnances, n’est qu’une 1ere phase d’un objectif global visiblement respecté à la lettre par le robot programmé Macron…

    Nous sommes en train d’assister à une crise de masturbation collective de QI face à une photo de l’Allemagne…
    Le désir est de pouvoir mettre en place « le conseil d’entreprise » à l’allemande, sous injonction paradoxale je cite :  » un salarié élu a l’obligation légale d’agir dans l’intérêt de l’entreprise et non pas dans l’intérêt de son organisation syndicale » ….

    La description des opérations apparait clairement, elle est à rapprocher de « PACTE », futur imminent projet de loi en écriture par des technos dans les salons du CAC et du MEDEF, qui réinvente le contenu du monde d’hier remixé…

    A noter que le rapport défend l’ETI (entreprise de taille intermédiaire) comme le modèle vertueux à développer à à choyer, modèle paternel, familial…etc… (ça fait pleurer)…

    Ce qui n’apparaît pas, c’est qu’en filigrane, il s’agit peut être d’exonérer de leur responsabilité, (ou de faire oublier) les structures les plus importantes en France qui sont les GE (grandes entreprises)..Ce n’est certainement pas anodin au moment où la flexibilisation de l’emploi est au goût du jour….

    Les 287 GE possèdent 28 000 unités légales pour 4,4 millions de salariés (effectifs en baisses depuis 2010)

    Les 5700 ETI ont 54 000 unités légales, pour 3.6 millions de salariés (effectif en hausse)

    Il ne reste plus qu’à porter des fleurs sur la tombe des syndicats, ils sont cuits. les arguments apportés vont séduire les salariés/consommateurs/actionnaires jusqu’au moment où ils vont se rendre compte qu’ils se sont fait avoir et qu’il n’y a plus personne pour défendre leur défendre leur cause de variable d’ajustement du capital financier..

  10. Toujours les mêmes aneries!
    Nos syndicats n ‘ont aucune comparaison avec les allemands.
    Les syndicats allemands ne sont pas subventionnés par l ‘ état.
    L’ attachement des syndicats français aux parties politiques est une source de conflit permanent. Un délégué du personnel devrait en priorité défendre les employés de sa boite, plutôt que les avis d’ un partie.
    Un  » secrétaire  » de syndicat est devenu un patron d’ entreprise, voiture de fonction, logement de fonction, chauffeur , secrétaire, réception avec le président de la république ….. quel rapport avec le milieu ouvrier. Les différentes sections ne l’ aperçoivent que lors des élections…. On ne fait plus des grèves pour avancer , on fait grève pour défendre des avantages de certains.
    Le plus flagrant est l ‘ augmentation de la CSG des retraités, où sont les grévistes? Pourtant la retraite est le but de tous les travailleurs, quel syndicat a lancé une grève nationale sur ce thème…… aucun.
    Oser dire que les retraités sont des privilégiés par la cours des comptes, cours des comptes largement subventionnée par les impôts aux personnel largement payé, bénéficiant de régime de retraite très avantageux, quel syndicat a protesté, aucun….
    Alors, la disparition des syndicats ne gènera pas grand monde, sauf, là aussi que les profiteurs.

    1. Si c’est la tsarine Nicole Nota dont tu parles en temps que chef d’entreprise, elle l’est devenue après son passage a la tête de la CFDT .
      Edmond Maire est devenu directeur des VVF – toujours après son passage à la tête de la CFDT – VVF qu’il a coulé . Comme quoi, la co-gestion, ça ne fait pas forcément un bon dirigeant .
      Bernard Thibaut est, aujourd’hui, au Bureau International du Travail, prolongation de l’action syndicale . D’autres sont restés dans le milieu associatif et certains sont morts très peu de temps après la fin de leur mandat ( cas de François Chérèque ) .

      1. Je vise l ‘ ensemble des dirigeants syndicaux.
        Je vise en même temps les cumulards de mandats, des gens qui ne mettent presque pas les pieds sur leur lieux de travail.
        Les syndicats ont été gangrèné et ont oublié leur fonction première
        Car leur fonction est de défendre le personnel qui les a élu en sachant que les grèves sont la méthode ultime de la réclamation, pas le contraire. Une manif est un moyen de faire connaitre ses réclamations pas une fête foraine ni la pub d’ un syndicat.
        Dire que les gens n’ ont plus confiance dans les politiques, il faut ajouter dans les syndicats non plus.
        J ‘ ajouterais , heureusement que les ouvriers ne portent pas plainte contre la majorité des CE pour mauvaise gestion. Pour ne pas appeler cela d’ une autre manière, mais tout cela le patronat le sait mais ferme les yeux. Pourquoi, devinez….

        1. Les syndicats(listes ) défendent les salariés individuellement, dans les commissions paritaires ( dans les grosses boites ), dans les conseils de discipline, dans les CHSCT et globalement en délégation de personnel et en C.E . . C’est pas toujours facile et, surtout, le plus grand nombre l’ignore .
          Un élu se rend aux réunions des sections d’arrondissements, voire des fédérations . Il peut être délégué au congrès confédéral . J’en connais pas mal qui y ont laissé leur vie de famille .
          La gestion des C.E en terme social, c’est un autre débat, mais j’admets qu’il y ai une forme avérée de clientèlisme chez certains .

  11. Macronie = Médiocratie. « Quand l’insignifiance prend le pouvoir ». « Etre médiocre, c’est abdiquer son pouvoir de penser et c’est mettre de côté ses principes pour satisfaire des puissances auxquelles on loue ses dispositions intellectuelles et morales. »

    1. Robert Spire

      Effectivement toujours intéressant Denault
      Je conseille la lecture de Vincent de Gaulejac qui a aussi une approche particulière et critique du monde du travail « la société malade de la gestion et le « capitalisme paradoxant »

      Et Alain Supiot « La gouvernance par les nombres »

      je finis Généreux et et j’attaque les Intouchables d’état..

      1. Rassurez-moi tout de même : il vous arrive de lire de vrais livres, entre deux pensums ? Je veux dire : de la littérature ? Vous savez : les écrivains…

  12. @Alain Bobards
    :
    Autre piste sensible, évoquée dans le rapport: le changement de la SNCF en «sociétés nationales à capitaux publics». Là encore, Guillaume Pepy démine. «La privatisation? même pas en rêve», lance-t-il. Et d’ajouter: «une société nationale c’est une société qui ne peut pas être privatisée». «La SNCF est publique et elle le restera», a-t-il ajouté. Sur ce point, le rapport suggère de changer le statut de l’entreprise ferroviaire, en modifiant ses deux principales composantes, SNCF Mobilités et SNCF Réseau, en sociétés anonymes à capitaux publics.

    À l’heure actuelle, le groupe SNCF est constitué de trois établissements publics industriels et commerciaux. «Personne ne songe à la privatisation à la SNCF, a également assuré Jean-Cyril Spinetta. » Pour qu’il n’y ait pas d’ambiguïté, il faudrait que l’article premier de la loi pose le principe que les capitaux sont 100% à l’État et sont incessibles, pour ce que fantasme disparaisse.», a-t-il expliqué

    1. Le seul intérêt – pour les pouvoirs publics – de la S.A. par rapport à l’EPIC, c’est la liquidation du statut des cheminots et l’enterrement de leur régime de retraite . Ajoutons y ce monument d’hypocrisie que constitue la fermeture des petites lignes ( alors que les régions contribuent, et pas qu’un peu, à leur renouvellement ) et l’emploi de  » vieux diésels », alors qu’il suffit de consulter l’état mensuel du parc pour savoir que c’est plus que de la mauvaise foi, parce qu’en pointillés, c’est la privatisation des TER qui est le but . Rien ne dit que cette réforme remettrait les comptes de la SNCF dans le vert et qu’il y aurait une amélioration du service . La fameuse « lutte contre l’absenteisme « , c’est 1) la mise en cause de la conscience professionnelle des personnels et 2) la poudre aux yeux des erreurs de management . 3) c’est passer à l’as la filialisation à outrance de la structure SNCF .
      Qui plus est, une S.A, ça se vend, le mot clé du rapport Spinetta étant le  » Il FAUDRAIT que l’article premier de la loi prononce l’incessibilité des capitaux « …!
      Pour l’anecdote : il y avait, en France, à l’aube des années 1920, 40 000 km de lignes d’intérêt général et 20 000 km de lignes d’intérêt local . En 1939, la coordination rail/route étant passée par là,15 000 km étaient fermés . Durant la guerre, certaines ont été rouverte ( dame, y avait plus d’essence et donc, pas de cars ni de bagnoles ) et c’est reparti dès l’après guerre .

  13. Tiens,encore un échec probable des Insoumis,,comme pour leur soutien aux manifs des syndicats contre le Code du Travail (échec reconnu ,et même prévu à l’avance par Mélenchon ,avant les manifs).

    Les Insoumis ont annoncé leur soutien à la grève des cheminots; mais « SNCF: Pepy ne croit pas à une grève des cheminots »

    http://www.lefigaro.fr/societes/2018/02/20/20005-20180220ARTFIG00058-sncf-pepy-ne-croit-pas-a-une-greve-des-cheminots.php

    1. @Elie
      Vous savez, ce ne serait pas la première fois que la base ferait un bras d’honneur aux syndicats et à une direction…!

      1. C’est vrai: ce ne serait pas la première fois que la base ferait un bras d’honneur aux syndicats appelant à la grève: c’est même devenu le cas le plus fréquent.

    1. Stan…
      Ce rapport sur la SNCF est honteux…dénigrer à ce point ce service public montre leur volonté de détruire pour l’offrir sur un plateau au privé ….qu’importe les usagers qui vont trinquer comme en Angleterre …

      1. @ Sylvie

        « Ce rapport sur la SNCF est honteux…dénigrer à ce point ce service public montre leur volonté de détruire pour l’offrir sur un plateau au privé

        Mais où diable avez-vous lu ça, dans ce rapport ??? La privatisation y est formellement écartée!
        Etes-vous comme Stan, ne comprenez-vous rien à ce que vous lisez?

  14. Il n’ est pas question de privatisation, il est question d’ ouverture à la concurrence . Ce qui signifie que dans un temps, le réseau ferré ouvert aux concurrents, plus de grève pénalisante pour une partie de travailleurs.
    En résumé, le réseau ferré est super endetté, hyper subventionné par l ‘ état et n’ est utile qu’ à environ 500.000 personnes.

    1. Parce que tu crois qu’en Angleterre, en Allemagne – où de nombreuses lignes sont exploitées par des opérateurs privés, directives européennes obligent – et dans les autres pays d’Europe où cette fameuse ouverture est pratiquée, ça se passe dans la joie et la bonne humeur ?

      1. à Alain bobards

        Mais non,aucune directive européenne n’impose la privatisation ! Ce qui est imposé, c’est l’ouverture à la concurrence.
        Et au lieu de s’effarer à l’idée que des méchants étrangers vont venir concurrence notre bonne SNCF chez nous,il faut comprendre que la SNCF va aussi aller concurrencer d’autres lignes à l’étranger.

        1. Elie
          Ne me faites pas rire et renseignez – vous : le trafic marchandises est, de plus en plus , entre les mains d’opérateurs privés , c’est, du reste, un vrai Monopoly . Et FRET SNCF, malgré ses filiales comme Kéolis, ne parvient pas à prendre des parts de marché significatives . Le trafic voyageurs intérieur est déjà entre les mains d’opérateurs privés, en Allemagne entre autre . Il y a déjà une inter-connection France / Allemagne dans le domaine des trains à grande vitesse ( le Paris Francfort, c’est une rame Allemande siglée D.B. qui l’assure )
          L’ouverture à la concurrence, c’est une clause de style . Du reste, faudrait pas oublier  » libre et non faussée  » .
          Je n’ai pas la patience de Stan pour développer le sujet, mais croyez-moi, ce qui se mijote, ça va bien plus loin que  » le méchant étranger venant concurrencer la SNCF » et ça va faire mal !
          Que n’a t-on pas pris exemple sur la Suisse, dans le domaine du transport ferroviaire ? Spinetta n’aurait jamais eut à écrire son rapport !

          1. Ben oui, ce sont même des cheminots retraités qui conduisent ces trains.
            Comme le travail est pénible, ils ont droit à la retraite pleine à 50 an, usé par leurs années de service, ils continuent de se torturer en s’ engageant dans le privé.

    2. En 2016, 5 millions de voyageurs prenaient le train par jour ….unemiette pour vous sûrement…
      Mais lancien …vous finirez par ne plus avoir à vous plaindre du service public qui disparaîtra ..et vous continuerez à payer plus d’impôts …et parallèlement à payer très cher le moindre service devenu privé !!!

      1. @ Sylvie

        « En 2016, 5 millions de voyageurs prenaient le train par jour »

        et, en 1812, beaucoup de gens prenaient la diligence.
        Mais les choses changent…

          1. Sylvie 75
            Où avez vous lu cela ?
            La SNCF déclare transporter 2 milliards de gens / an, ce qui est loin des 5 millions/ jour
            Vous rendez- vous compte de ce que représente 5 millions???
            Pour le transport du fret, comme pour le ferroutage trop de grèves ont détruit la confiance.
            Pourquoi dans certains pays les trains partent et arrivent à l ‘ heure même sur des centaines de km ( voir des milliers)
            Quand à payer plus cher des services du privé si le service public disparait, c’est une blague, je paye déjà très cher des services que je n’ utilise pas et qui sont en déficit chroniques.
            Faire croire aux gens qu’ un service renfloué à coups de milliards chaque année , service ( sic) continuant à cumuler une dette abyssale, cumulant retards, pannes, grèves etc et n ‘ étant utile qu’ à 500.000 personnes est indispensable……

            1. « TGV, TER, Intercités, RER… Chaque jour 5 millions de personnes se pressent dans les transports ferroviaires. Selon un sondage de septembre 2015, pour effectuer un trajet supérieur à 200 km, le train reste le mode de transport préféré des Français devant le covoiturage, le bus et l’avion. La voiture reste cela dit la plus utilisée pour les trajets quotidiens. »
              20 minutes de 2016

  15. C’est pour Elie
    Ce n’est qu’un sondage et donc , faut pas en tirer des conclusions, Mais l’extrême droite Allemande devance le SPD d’un point .
    Voilà ce qu’il en coûte de fréquenter de trop près Merkel et la CDU/CSU .
    A par ça, les Allemands sont tous contents de leur sort !

  16. Ne mélangeons pas les problèmes.
    Le nombre de problèmes posé par les migrants en Allemagne ne peut que nuire à Merkel.
    De nombreux pays refusent les directives de Bruxelles qui n ‘ ont qu’ un but, amener des esclaves pour diminuer les coûts de production.
    Des pays réputés calmes ( Suède, Norvège, Finlande, Pays bas) ont vu leur taux de criminalité plus que quadruplé.
    En France les médias évitent de parler des attaques et viols.
    On nous distrait avec des touche pas mon porc , alors que des françaises n’ osent plus sortir même le jour.
    Quand nous arrêterons les passeurs au lieu de les subventionner ( et oui, nos impôts subventionnent les passeurs) l ‘ arrivée massive de sans papier diminuera.
    Quand on arrêtera de croire que des pays refusent de reprendre des expulsés nous aurons fait un pas en avant
    Une immigration doit être acceptée et contrôlée. Pas commandée par des irresponsables n ‘ y trouvant que leurs intérêts

    1. Lancien
      Les pb que vous évoquez de manière récurrente sont trop graves …avez vous des preuves, des chiffres etc…

      1. Sylvie75 un PC sert aussi à autre chose qu’ à bloguer
        Consultez différents sites, lisez autre chose que la voix du peuple.

          1. Sylvie
            Si vous voulez en prendre un coup au moral, allez sur You Tube et demandez  » vérités et mensonges à la SNCF  » . C’est édifiant !

  17. Y a pas à dire : plus je vous lis, les uns les autres, à vous étriper sur des questions ferroviaires, et plus je trouve la vie duraille…

  18. Une louche de « La vie du rail »:
    L’exemple de la privatisation des chemins de fer allemands n’est pas à copier. A lire les enquêtes des journalistes sur la la Deutsche Bahn (DB), ce n’est pas glorieux. Hartmut Mehdorn, directeur de la DB, a employé des méthodes criminelles pour mener cette privatisation (1999 à 2009). « Un système d’espionnage par ordinateur était installé dans plusieurs services, des agences étaient chargées de filer certains employés, quant aux salariés haut placés et peu enclins à la privatisation, la direction les mettait au placard sans parfois hésiter à les compromettre en copiant des contenus nazis, voire pornos, sur leurs ordinateurs. L’enquête dérange car elle repose sur les dires d’informateurs internes mais surtout car la politique de Mehdorn a nui au plus grand nombre, contribuables, usagers comme employés de la DB. » « Des transports moins sûrs, l’annulation de rames à la suite d’un manque d’entretien du système, etc. Le tout rien que pour soigner le bilan  ! Pour les employés de la DB, la privatisation rime avec une dégradation des conditions de travail et pour les usagers avec une dégradation du service. » « La corruption par la DB du syndicat des chemins de fer Transnet et de son organisme de formation…Le but poursuivi- et atteint – était la mise en place au sein du syndicat d’une direction qui, non seulement soutenait la privatisation, mais acceptait aussi la réduction de personnel…De nombreux membres furent récompensé et le patron du syndicat, Norbert Hansen, par une promotion au poste de directeur du Travail assortie d’un salaire sans rapport avec le précédent. » A la fin de son mandat « en septembre 2009 Mehdorn ( ami intime avec G. Schroder) a accepté de devenir conseiller de la banque d’affaires américaine Morgan Stanley, la même banque qui avait conseillé Mehdorn pendant des années pour sa politique de privatisation de la DB. »

    1. (ping & pong) dirait-on que la démocratie, post antique, se pointa au même moment que le cheval de fer ?!

      Ainsi parfois on nous propose d’en choisir un. Un système, un chef, un responsable, ..tu vois.
      Pourquoi est-ce tjs un-dimanche ? aucune idée,
      .. »A voté ! »

  19. Une belle citation, qui s’applique aussi bieen aux forums qu’aux billets de blogs politiques :

    « Tout ce qu’on gagne en connivence avec l’actualité, on le perd en clarté pour la postérité »

    Diderot (« Le neveu de Rameau).

  20. Encore une fois, il n’ est pas question de privatisation de la sncf.
    Qui d’ailleurs serai assez fou pour vouloir prendre 45 milliards de dette en charge et des employés en grève au moindre soucis.
    Il est question de l’ ouverture du réseau ferroviaire à la concurrence.
    L’ état subventionne la sncf, mais ce que l ‘ on sait moins, c’est que les régions subventionnent aussi la sncf, et que la désertion des usagers sur des lignes amènent des pénalités à certaines régions.
    Vous avez dit service public?

    1. L’ouverture à la concurrence LIBRE et NON FAUSSEE, ça te parles ?
      Les Régions ne subventionnent pas la SNCF : elles sont propriétaires du matériel roulant régional, matos entretenu et piloté par des agents de la SNCF . Elles participent également à l’entretien et à la rénovation des lignes régionales ( et ça coûte bonbon, vu que le tout TGV a bouffé les budgets de ces 40 dernières années . . En 2023, les TER seront ouverts aux privatisations, mais Bruxelles ne s’oppose pas à une privatisation anticipée à l’horizon 2020
      Tu devrais te documenter sérieusement !

  21. Pour mémoire . Le tout TGV est demandé par les régions
    Tous les présidents de quelque bidule veulent le TGV.
    Tous voudraient une gare en pleine ville, ce qui transforme les TGV en omnibus. Payer une ligne de TGV pour avoir un omnibus….. sans commentaire.
    La SNCF se disant service public, pourquoi les régions doivent payer pour des wagons ou l ‘ entretien des rails?
    C’est public ou privé, c’est donc un service public qui fait payer ses services à ses propriétaires!!!

    1. Le tout TGV réclamé dans chaque commune, c’est une ânerie qui fut lancée en 1981, lors de l’ouverture de Paris/Lyon sur la LGV . Aneries vite étouffée parce que les édiles un peu paumés ont réalisé qu’un TGV s’arrêtant à toutes les pissotières, ça s’appelait un omnibus et que ça existait depuis les début du chemin de fer .
      La prise en charges des transports par les régions, c’est comme ça depuis la régionalisation de 1983 .
      Faut, vraiment, que tu te documentes sérieusement .

  22. Un exemple de nos infos

    Campagnol 313 Museler les médias oblige l’adversaire à hausser le ton:

    Un copier/ coller

Les commentaires sont fermés.