Où en sont les insoumis ?


Mélenchon a à nouveau les honneurs de l’actualité. Il y a eu cette affaire, vite dégonflée, sur les frais de campagne (*). Puis, pour prolonger le show, on a eu aussi droit à l’équipe de Quotidien sur TMC s’inquiéter qu’Alexis Corbière ait été auto-entrepreneur plutôt que salarié de la campagne de Mélenchon.

Enfin, il y a eu ce documentaire de Gilles Perret sur la campagne présidentielle du candidat insoumis. On y découvre un Méluche rarement faussement policé, presque sans filtre au point que certains journalistes se soient émus de ce « naturel« , les pauvres.

 

 

J’irai le voir prochainement, par curiosité. Cette campagne fut suffisamment étonnante pour ne pas la laisser filer, comme cela, dans nos mémoires. Il faut se souvenir. Des critiques négatives se sont faites jour, sans surprise.

Depuis quelques heures, il y aussi ces tweets sur le licenciement, en fin de période d’essai, de la (talentueuse) Aude Rossigneux par le MediaTV. Les explications sur cette affaire ont effacé l’échauffement de quelques éditocrates qui souvent sont les mêmes à expliquer combien il est rétrograde et peu moderne de décrire les licenciements comme une démarche violente.

La séquence fut cocasse.

Bref.

 

(*) Lire à ce propos le détail de « l’affaire » sur Marianne.net.

Publicités

88 réflexions sur « Où en sont les insoumis ? »

  1. Sur les comptes de campagne ce n’était que des interrogations.
    Mais comme « Le Média » appartient à la directrice de campagne de JLM et néanmoins députée et que ce média était impliqué dans la campagne, à mon humble avis ce n’est pas fini.
    Mais oui Juan il y a des insoumis qui sont au chômage…. bien sûr pas les proches puisqu’ils sont tous casés

  2. Tu avoueras que pendant la campagne il s’engage à lutter contre les licenciements…. mais ça c’était avant
    Quant au film dédié à sa personnalité me rappelle certains films

  3. Hors sujet
    Certains diront que c’est exagéré mais E Philippe annonçant qu’il va recourir aux ordonnances pour  » réformer » la SNCF …ce n’est plus la république en marche mais la dictature en marche ….comment peut on encore parler de réforme quand le dialogue est à ce point nié ..

    1. Ordonnance est parfois un vilain mot…..mais depuis que je suis en âge de comprendre j’ai toujours entendu dire que essayer de toucher aux
      statuts des cheminots était la meilleure explication à l’expression « mission impossible »!

    2. Sylvie
      Meuuuuh non ! C’est la faute à la CGT qui annonce vouloir manifester le 22 mars contre cette réforme . C’est Elie qui le dit et Elie n’a pas l’habitude de dire des c…….s !
      Plus sérieusement, vouloir passer en force, c’est bien l’aveu que cette réforme sera néfaste au service public, avec, en prime, la trouille d’un blocage façon 1995 !

        1. Hélène
          Pour l’instant, il semble que ce soit en stand by . Même le tracé définitif n’est pas acquit

          1. Merci.
            Figure toi qu’un des tracé passait carrément dans l’AOC de Bandol et par notre maison de famille entre autre. Celui-là a été abandonné devant le tollé que ça a soulevé.
            Mais je ne savais plus si celui qui devait passer plus au Nord était toujours de mise.

            Pour moi cette ligne n’a aucun intérêt. Il vaut mieux améliorer notre réseau TER.

    3. Hélène,

      Le droit de recourir aux ordonnances figure dans la Constitution : il doit être accordé par le Parlement par un premier vote, puis chaque ordonnance doit être votée une 2ème fois par le Parlement, au bout d’un certain délai, pour devenir une loi.
      Rocard et De Gaulle sont ceux qui ont eu le plus recours aux ordonnances.
      Alors, parler de dictature. ..

        1. @ Sylvie, suite

          Parmi les nombreuses mesures imposées par cette méthode dictatoriale que sont les ordonnances : la création de la Sécurité Sociale, la 5 ème semaine de congés payés , les 39 heures payées 40 : tout cela est antidémocratique et doit être annulé !

            1. Il me semblait que les trente neuf heures et la cinquième semaine avaient fait l’objet, antérieurement, d’ un accord interprofessionnel .
              C’es pas le cas de ce que veut le gouvernement !

            2. Sylvie
              Pour l’instant il semblerait que le gouvernement ne s’attaque pas aux réseau des petites lignes. Ca me paraît primordial pour le maintien des petites villes de provinces.

              « Je ne suivrai pas le rapport Spinetta sur ce point. On ne décide pas la fermeture de 9.000 km de lignes depuis Paris sur des critères administratifs et comptables. Dans bien des territoires, le rail est au cœur de la stratégie des régions pour le développement des mobilités. »

              Sur la privatisation de la SNCF :

              « La SNCF est un groupe public qui porte des missions de service public. Elle est dans le patrimoine des Français et elle y restera », a promis le Premier ministre. »

              La bataille sur ces points es reportée ou peut être définitivement obsolète. Peut être que ce service restera public

  4. Curieux que certains, qui poussent des cris d’orfraies sur le débarquement d’Aude Rossigneux – qui, semble-t-il, relève davantage d’un conflit d’ego que d’une divergence sur la ligne éditoriale – n’ont pas manifesté une telle indignation au virage d’Aude Lancelin pour, dans le cas présent, une vraie divergence éditoriale ( l’Obs condamné dans cette affaire ) !

  5. Sinon tout sera fait pour abattre les insoumis ….
    en attendant , j’espère quˆls vont se démener pour soutenir le service public.
    ..parce qu aˋbattre la sncf uniquement après un rapport qui ne subit aucune critique ….

    1. Sylvie
      On réforme toujours en changeant ce qui esire. Il ne s’agit nullement d' »abattre » la SNCF, mais de la préparer à la concurrence-
      qu’elle doit voir comme une chance de développement, en allant concurrencer les autres pays chez eux. Le statut privilégié des cheminots n’a plus aucune justification.

        1. ELIE
          Je viens d entendre un contrôleur a la radio …départ a la retraite à 57 ans , moins de 890 euros , à 62 ans 1480 euros environ…
          d un …la réforme est déjà passée par là. ..de deux, si c plus avantageux que dans le privé parce qu’ il peut partir plus tôt …on ne peut absolument pas parler de privileges …

          1. Sylvie
            Elie, qui ne connaît strictement rien au monde ferroviaire, se la joue économiste . Sauf qu’un économiste, c’est un gars qui vous explique le lendemain pourquoi il s’est trompé la veille !

              1. Surtout Alain…que je suis persuadée que ce n’est pas le statut des cheminots qui ruine la SNCF…il suffirait peut etre juste de le faire évoluer !! Mais non il est plus facile de tout casser pour faire plier les suivants …

  6. Le but de la bande de corrompus au pouvoir, n’est pas de se payer les cheminots, mais de péter tous les statuts de la fonction publique, les uns derrière les autres. les cheminots sont LE passage obligé.

    A l’occasion, je rappelle d’ailleurs le titre d’un ouvrage qu’avait cité ici Robert Spire « Les intouchables d’état ». A tomber des nues ; même quand on n’a aucune illusion sur la bande d’enfoirés au pouvoir qui fabrique les lois et les ordonnances pour les groupes privés…..
    Voyez en particulier la gouvernance de l’APE (agence des participations de l’état). qui supervise les 81 entités dans lesquelles l’état a des participations…

    La meilleure formule pour présenter ces escroqueries en règle est de faire jouer les envies, les jalousies entre corporations, statuts. La division a toujours merveilleusement fonctionné..

    C’est juste chacun son tour, mais tant que ce sont les autres …RAB

    Une fois la flexiblité et les statuts liquidés, viendra le temps de la vente des biens publics contre de la monnaie de singe..

    1. Tout à fait Stan…inoculer juste ce qu’ il faut d injustice comme pour les retraités…pour mieux taper sur les suivants …avec les applaudissements de ceux qui pensent  » chacun son tour » !

    2. Stan
      Si tu veux te faire mal, je te suggère de t’intéresser à la BPI ( Banque Publique d’Investissements ) qui a un curieuse façon de soutenir les projets .
      A noter que, lors de la création de cette entité, la préoccupation du type – Nicolas Dufourcq – qui en était nommé directeur général était la recherche de locaux princiers, au point de faire tousser Ségolène Royal, elle même bombardée administratrice de cette boit .

  7. C’est cela! Allons « concurrencer les autres pays chez eux », en alignant tous les régimes sur le plus mauvais régime.
    Lorsqu’il n’y aura plus de fonctionnaires, on ne payera pas un centime de moins sur nos impôts et les prestations autrefois assurées par le service publique nous coûterons beaucoup plus cher parce qu’il nous faudra payer les actionnaires qui ont un revenu à vie, n’en branlent pas une et coûtent une fortune à la société.
    « Nos princes sont ravis, de voir ainsi les gueux se déchirer entre eux. Ceux qui n’ont rien dans la bouche exigent qu’on étripe ceux qui peuvent encore manger. Le larbin qui reçoit 10 coups de fouet de son maître ne demande pas d’en recevoir 5, il est content si son voisin en reçoit 15. Alors que s’il s’alliait à son voisin, ensemble ils parviendraient à arracher le fouet au maître ! » Yan Hamar. (Robert Gil)

    1. Robert Spire,

      LA dernière fois que EDF est allé concurrencé les autres pays chez eux, la cour des comptes a essayé de faire le point des pertes dans des transactions hasardeuses.. (au besoin j’envoie les rapports sur le sujet)

      La dernière estimation chiffrée des pertes de la conquète internationale de 15 milliards d’euros. minimum…puisque certaines affaires en cours ne sont pas soldées…

  8. Ceci étant dit, il va falloir s’attendre ces prochains temps à une véritable avalanche de leurres à fortes doses d’émotions diverses et variées..
    Prévoir un pic d’invitation d’insoumis dans des émissions politiques frelatées ?

    N’oubliez pas de garder avec vous une ou deux pilules anti vertiges.

  9. Juan,
    Le dernier divertissement à la mode : le jeu de massacre.

    Il faut reconnaître que Mélenchon est la cible préférée, mais je pense qu’à part sur les esprits faibles, cela ne changera pas le cours des choses.

    Wauquiez est bien pourvu aussi, qu’on l’aime ou pas, vous comprenez, un parti qui se reconstruit ça gêne.
    Le Pen n’en parlons pas elle s’est auto détruite, mais on fait en sorte de la maintenir à terre.
    Reste le leader du ps pas encore désigné, mais si ce dernier venait à reconstruire ne serait-ce qu’un peu ce parti, les skuds ne tarderont pas à tomber.

    On pourra remarquer que chacun de ces partis a ses propres judas, y compris chez les insoumis.

    De sorte que tous ces partis qui pourraient redresser la tête aux moments des élections pourraient se retrouver au tapis et alors
    Peut être entendrions nous cette chanson :

    1. Hélène
      Y en a une, d’Eddy qui n’est pas mal non plus :  » Société anonyme  » ( qui date de 1965, ça ne me rajeunit pas )

      1. Alain,
        Bien sûr j’adore société anonyme.
        Je viens de lire que Mélenchon prenait la défense de Vauquiez.

        Il a raison, on peut être adversaire politique, ne pas apprécier sa personnalité, mais se mobiliser en faveur de la liberté d’expression et faire front contre les méthodes douteuses qui peu à peu vont amener à la supprimer.

  10. Alain,
    Il en est qui ont leurs inclinations politiques et morales à géométrie variable selon leurs pré-supposés idéologiques en faisant fi de déontologie journalistique et en amalgamant Le Média à Mélenchon.

    Si Le Média était sans conteste une  » créature  » de Mélenchon, ils ussent tôt fait de lui crier dessus en meute et, comme ce n’est pas le cas, ils se contentent de faire des amalgames pernicieux en suggérant un rôle qu’il n’ a pas.

    En parallèle, certains ici n’ayant aucune info sourcée n’ont aucun scrupule à se faire complices de fakes news bidonnées et SURTOUT sont soucieux de ne pas émettre de doutes quant à l’honnêteté de leurs liens.
    Fake news ou réalité ? : http://www.ozap.com/actu/nicolas-domenach-quitte-marianne-j-ai-choisi-la-liberte/454322

    1. Lionel
      Le problème d’Elie, c’est que, lorsqu’ils étaient tout deux militants du P.S, Mélenchon lui a fait un croche pied – ou lui a tiré son pain au chocolat, les sources divergent – et, du coup, Elie ne pense qu’à savonner la planche au dit Mélenchon .

  11. En bref, de quoi vous plaignez vous.
    Mélenchon a les honneurs de la presse. et alors? C’ est un moyen de parler des insoumis, autrement, ils existent ou?
    Marine est inexistante, la droite pffff, la gauche coucouche panier et qui serait encore assez idiot pour les remettre au pouvoir. Pour amuser la galerie il n’ en reste qu’ un, pas dangereux pour un sou, Mélenchon!

  12. Peut être finirez vous par constater que les régimes spéciaux des fonctionnaires sont obsolètes, qu’ il n’ est plus possible de les subventionner.
    Grèves ou pas, il faut en passer par le changement. Pensez plutôt à discuter de la meilleure manière d’ en sortir au lieu de contester sans même connaître les propositions.
    Mais oui, après la sncf, ce que certains appel la casse sera simplement une mise en conformité avec le siècle et la dette.
    Sylvie 75 Beaucoup de retraités du privé aimerait avoir 1480€ net/ mois à l’ âge de 62 ans. Méme en cumulant la CNAV avec la complémentaire.
    Alors si vous ne savez pas, svp …. chut
    La moyenne des 25 meilleures années et les salaires bloqués depuis des années

    1. Croyez vous L’ancien….que c’est en tapant sur les fonctionnaires que les retraités privé vont voir leur situation s’améliorer ….vous verrez suˋu contraire elle va empirer car comme le rappel Robert spire…vos impots et autres taxes vont continuer à augmenter et tous les services deviendront très chers !

      1. Sylvie Evidemment vous trouvez normal que la CNAV soit obligée de subventionner les régimes spéciaux.
        La CNAV , c’est une caisse qui a été alimentée depuis son existence par les cotisations de millions de travailleurs du privé
        Alors, oui, si le régime général n’ était pas détourné au profit des fonctionnaires, les retraités du privé iraient un peu mieux.
        Ajoutez que le régime de retraite complémentaire, lui aussi à la charge du privé, participe aussi à subventionner les régimes spéciaux.
        A force de tondre les mêmes moutons, ils crèvent de froid.
        Alors , ne vous en déplaise, je ne suis pas contre les fonctionnaires, je suis contre leurs avantages sur le dos des travailleurs du privé..
        Ce que raconte R SPIRE n’est que son opinion arrièriste de base communiste.

        1. L’aide annuelle de l’Etat à la SNCF représente 200 euros par habitant, idem au Royaume-Uni, 175 euros en Allemagne, 400 euros en Suisse…Qu’elle que soit le modèle de réforme que choisira le gouvernement, le contribuable continuera à mettre la main à la poche au profit de rentiers qui ne travaillent pas, quel progrès !!!!

  13. Même la CFDT qui s’y met, en réclamant une journée d’action le 12 mars .
    A force de se foutre du monde…!

  14. Revenons au sujet de l’article de Juan :

    « Le Média : l’écologiste Noël Mamère sur le départ »

    Extraits:

    «  Moins de deux mois après sa création, le site d’information dirigé par des proches de La France insoumise traverse une crise interne qui s’est aggravée avec le limogeage de la journaliste Aude Rossigneux.

    Il se disait «très perturbé» par la façon dont les choses se déroulaient dans sa nouvelle rédaction. Ancien député écologiste de la Gironde, Noël Mamère aurait décidé, selon une journaliste de France Culture, de quitter Le Média, quelques jours après le limogeage de la journaliste Aude Rossigneux. Invoquant «l’atmosphère» régnant au sein du site d’information proche de La France insoumise, ainsi que son traitement du conflit syrien, l’ex-maire Europe Écologie-Les Verts de Bègles mettrait ainsi fin à son bref retour au journalisme, sa carrière d’origine.

    Lancé le 15 janvier dernier, Le Média traverse actuellement une grave crise interne, sur fond de tensions autour de son traitement de l’actualité. Le départ abrupt d’Aude Rossigneux a dessiné une ligne de fracture au sein de la rédaction. Recruté en novembre, Noël Mamère avait exprimé ses doutes au Parisien à la suite du départ d’Aude Rossigneux. «Je suis entré au Média comme un homme libre et pour le moment, j’exerce mon métier en toute liberté et sans contrainte. Mais je dois avouer que je suis très perturbé par cette affaire et je prendrai une décision lorsque je serai au fait de ce qui se déroule vraiment au sein de la rédaction», a-t-il déclaré.
    Des tensions internes rendues publiques

    Écartée à l’issue d’une période d’essai d’un mois, malgré ses 20 ans d’expérience journalistique, Anne Rossigneux s’est dite «assommée» par la décision des dirigeants du Média. Pour justifier ce limogeage, le comité de pilotage de la chaîne reprocherait, selon Le Parisien, «sa trop forte tête, son manque de docilité et les dérives d’un management trop vertical». »

    Article complet :

    http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/2018/02/26/25001-20180226ARTFIG00171–le-media-l-ecologiste-noel-mamere-sur-le-depart.php

    (j’entends déjà les répliques intelligentes des mélenchonistes: »C’est dans le Figaro,,alors ça ne compte pas « …)

    1. Au contraire, continuez, vous et le Figaro êtes des vrais baromêtres, .

      Dès que le tir de leurres s’intensifie, c’est qu’il y a des saloperies macronistes dans l’air..

      1. Voilà la réponse « intelligente » attendue…
        Donc : l’info est fausse? Ou bien Mamère est-il un macroniste qui, par inexpérience politique, s’était égaré dans un Média Insoumis?

    2. Elie Arié

      Chacun les siens :

      – ceux là chez les insoumis,
      – Bussereau, Bertrand et cie chez les républicains,
      – Les patriotes au FN
      – Y’a plus personne au ps, alors n’est ce pas, 0 moins 0, égal la tête de toto
      – Ca a rué dans les brancards chez les marcheurs …déjà !
      – le modem s’est fait la malle dans l’atmosphère …..

      Et les deux enfants de Johnny ont été déshérités.

    3. Arié,
      Mamère à résolu son conflit de loyauté à Aude Rossigneux en l’accompagnant dans son départ ( celle-ci aurait pu continuer avec Le Média sa

    4. Arié,
      Mamère a résolu son conflit de loyauté avec A. Rossigneux en l’accompagnant dans sa retraite. Elle aurait pu continuer dans Le Média en acceptant de ne plus jouer à la rédac-chef mais en partageant avec les autres journalistes, ce qu’elle a refusé.
      Sinon, votre lien est encore un tissu de mensonges qu’il est inutile de commenter.
      Par contre, qu’avez-vous à dire sur celui de Marianne que j’ai fourni plus haut et que vous vous êtes empressé de ne pas commenter et pour cause, il contredit toute votre rhétorique :
      http://www.ozap.com/actu/nicolas-domenach-quitte-marianne-j-ai-choisi-la-liberte/454322
      Là ou le bât blesse, l’âne séreinte bêtement.

  15. Mamère:  » Je suis entré au Média comme un homme et, pour le moment, j’exerce mon métier en toute liberté et sans contrainte  » .
    Aude Rossigneux est débarquée après une période d’essai d’un mois . Il est préférable, pour elle comme pour la rédaction du Média de mettre un terme à une collaboration qui ne satisferait aucune des deux parties .
    Le Média est un organe qui fonctionne avec l’argent de ses abonnés . Ceux -ci sont probablement suffisamment intelligents pour récupérer leurs billes si la gestion du Média ne correspondait pas à ce qu’on leur a vendu .
    Maintenant , j’attends du toubib qu’il nus fasse connaître sa position sur le débarquement d’Aude Lancelin de l' »Obs » .
    Ca risque d’être intéressant !

    1. Ma position est très bien exposée dans le livre qu’Aude Lancelin a sorti sur son licenciement , il n’y a rien à rajouter; mais je note la pauvreté de votre argument « On fait comme les autres »: c’est exactement ce que je dis, on est donc d’ accord.

      1. « On fait comme les autres  » ; Pas tout à fait : dans le cas d’Aude Lancelin, c’est son désaccord avec la ligne éditoriale qui lui a valut d’être virée ( et de gagner devant les prudhommes ) . Dans le cas de Rossigneux, et d’après ce qu’on peut en lire ici et là, c’est plus sur une question d’organisation et , en fait, d’égo
        Au fait, toubib, le rédac-chef du Média, c’est pas Mélenchon !

  16. On ne sait rien sur les changements que le gouvernement compte apporter au statut des cheminots, mais, tactiquement, c’est très bien joué :

    -ce changement ne concernera que les nouveaux embauchés (comme ce fut le cas pour la Poste, où il est passé comme une lettre à la poste, ha ha ha, c’est drôle); les salariés actuels n’y perdront rien, et ne seront donc pas motivés pour se battre sauvagement;

    -il survient à un moment où le gouvernement n’a vraiment aucune opposition politique sérieuse : les LR, le FN et les Insoumis sont dans la panade idéologique et stratégique; le PS, les Verts et le PC n’existent pas; il n’y a aucun parti pour relayer politiquement un mécontentement syndical;

    -il n’y aurait rien de mieux, pour le gouvernement , qu’une épreuve de force avec les syndicats, mais dont il sortirait cette fois vainqueur (on n’est pas du tout en 1996); ceux-ci au tapis pour un bon moment, il serait alors en position de force pour s’attaquer à la vraie réforme qui pourrait être mobilisatrice : celle des retraites.

    1. Quelques précisions:
      Pour bien comprendre mon point de vue dans mon commentaire précédent, il faut penser à la récente réforme du Code du Travail:

      -celle-ci a pu être menée sans trop de difficultés, bien que concernant tous les salariés français; le plan Juppé de 1995 concernait tous les régimes spéciaux, et tous ceux qui en bénéficiaient; mais la réforme du statut des cheminots ne concerne que les futurs cheminots à embaucher-même pas les cheminots actuels;

      -relayer politiquement un mouvement syndical consiste à faire des propositions politiques, et non pas à dire simplement « On les soutient, on ne change rien » : Mélenchon s’en est rendu compte lors de la réforme du Code du Travail (il faut d’ailleurs reconnaître qu’il l’avait prévu).

      1. Il n’y avait pas d’accord intersyndicale sur la réforme du CduT ;
        C’est pas le cas vis à vis de la réforme de la SNCF

    2. Arié

       » On ne sait rien sur les changements que le gouvernement compte apporter au statut des cheminots, mais, tactiquement, c’est très bien joué :………..

      Il n’y a aucune tactique, ce gouvernement applique strictement depuis le départ les rapports et directives soufflées par Bruxelles et des officines locales de technos et de cadres « détachés » et mis à disposition par les principaux groupes privés…

      Tout est écrit dans le rapport Spinetta que vous n’avez jamais lu.

      En plus vous avez l’air d’apprendre qu’il y a des contractuels un peu partout dans la fonction publique….

      Fini le temps où il suffisait de spéculer sur des intentions politiques. Vous étiez le meilleur parce que rien de ce que vous écriviez, n’était vérifiable dans le temps. J’ajouterai que cela ne nécessitait d’ailleurs aucune documentation particulière, il suffisait d’avoir grenouillé dans les couloirs d’un parti pour comprendre les méandres de la pensée du milieu…

      Faut vous adapter, la politique n’est plus que la gestion toute bête de la mise en concurrence des biens et des services publics. Fusion, acquisition, revente de titres, GPEC (gestion prévisionnelle des emplois et des compétences.)

      Le gouvernement de son côté doit se mettre en conformité de sous traitant social de la variable d’ajustement des actifs entre deux CDI à temps partiel..

    3. Mais Elie ce n’est pas un jeu….et à la poste le changement c’est fait dans la douleur …ou vous avez perdu la mémoire ! Quand on fait se côtoyer 2 statuts dans une entreprise on tue le dialogue social…
      gouverner ce n’est pas ca…pas sûre que ceux qui participent à ce gouvernement en sortent indemnes ( à part Macron qui se cherche une carrière sûrement ailleurs )

        1. HELENE

          Il serait temps que les français, dans leur ensemble, jeunes ou vieux, comprennent que cette bande de petites frappes carrièristes de gouvernement et leurs parasites de conseillers, ne travaille pas pour eux, mais pour les groupes privés et leurs actionnaires qu’ils iront rejoindre une fois la mission de démantèlement des services et des biens publics terminée…

      1. SYLVIE

        On peut toujours se consoler en disant que la mise en concurrence de la SNIF sera moins dangereuse que celle d’EDF à terme….

        Nous sommes tous devenus un peu joueurs, la compression des coûts nécessaires à une saine « compétitivité » ne doit pas trop faire état de ses inconvénients. EDF externalise la maintenance des centrales nucléaires à des sous traitants qui ont aussi pour but de faire des résultats. Donc des personnels pas trop formés (ça coûte), des salaires au plus bas, ajoutons à cela une petite dose de rotation et on peut commencer à imaginer la « roulette russe » dans certaines opérations..

        A la SNIF, non point de tout ça.. le risque est que ces incorrigibles fassent arriver leurs trains en retard… les feignants..

        les concurrents avec leur statuts modernes, eux arriveront à l’heure….

        Je précise que je mets en doute le principe de mise en concurrence à partir d’une infrastructure unique dont on connait aujourd’hui les effets sur le marché de l’électricité et les autoroutes..les prix ne baissent pas, bien au contraire.

        L’autre principe sous-jacent à terme est que l’état ne fixe plus sa tarification de base qui soulève d’ailleurs toujours des montées d’adrénalines collectives dès l’annonce des augmentations annuelles toujours médiatiques..

        Les hausses de prix tronçonnées et horo saisonnières, pourront se faire en silence ..

        1. De toute façon Stan , la ficelle est trop grosse ….on voit bien à qui profite le crime….sinon pourquoi ouvrir à la concurrence un secteur qui serait à ce point pourri ! Alors on préfère mettre en avant le statut des cheminots encore et encore pour mieux attiser les jalousies …évidemment les avantages des cheminots finissent par paraître « démesurés » quand d’autres n’ont plus rien mais ils n’ont rien d’extraordinaire ils ne justifient pas la fin définitive d’un statut…
          Qu’on parle enfin des vrais privilèges , ceux qui continuent dans l’opacité la plus complète

    4. Tu parles d’une tactique : Edouard Philippe s’est livré, hier soir, à ce qu’on nomme une opération de déminage .
      Preuve que la crispation syndicale, ne vous en déplaise, toubib, a fait son effet !

      1. @ Alain bobards

        Mais non, mais non : Edouard Philippe a changé de sujet : la fermeture des petites lignes n’a rien à voir avec le statut des cheminots, elle se fait progressivement depuis de nombreuses années, et continuera à se faire.comme par le passé- progressivement, mais pas d’un coup.

        C’est sans doute une porte de sortie honorable offerte aux syndicats, après l’échec de leurs mouvements pour défendre le statut des cheminots: « On a quand même obtenu quelque chose! « 

        1. Bon ok Elie..on élimine d’un trait de plume le statut des cheminots …et ca serait ça la grande reforme de la SNCF ? .celle qui sauverait le rail …qui règlerait tous les problèmes de la SNCF …mais de qui se moque t on ?…quel alibi pour justifier les futurs autres réformes ..! C’est qui le suivant ! Quand on entend Macron au salon de l’agriculture attiser les agriculteurs en mettant en parallèle les retraites des cheminots et celles des paysans …mais quelle ficelle grossière . Apres on nous reproche de faire du populisme !

        2. Elie
          Non mais vous rigolez, j’espère ? Edouard Philippe a appris – peut être sur ce blog – que 20% des petites lignes étaient tellement à l’abandon qu’il avait fallut y limiter la vitesse à un tel niveau que ça décourage les usagers .
          Quelle découverte ! Et il n’y a pas que la dégradation des infrastructures . Mais je ne vais pas me répéter .
          Il n’y a pas que les petites lignes, il y a aussi les TIR ( trains inter régions ) dont le matériel roulant approche la cinquantaine d’années .
          Peut être que Philippe ne sait pas que Pépy est à la tête de la SNCF depuis plus de 20 ans et qu’il porte une sacrée responsabilité dans l’obsolescence du réseau . Sans parler de FRET SNCF qui n’est même pas fichu de garder des clients sur le territoire . Ce même Pépy a créé plus de 1250 filiales à travers le monde dont les résultats parts de groupe ne sautent pas aux yeux .
          Mais, bien sûr, la réforme du statut des cheminots va tout changer . Même Marion Anne Perrine n’y croit pas .
          Philippe flinguant le tout TGV, c’est une farce : ce type est depuis suffisamment longtemps dans la politique ( proche de Juppé ), pour ne pas jouer les naifs . Ou alors, c’est un incompétent et on ne peut confier à un incompétent une réforme de cette importance !
          Alors, je maintiens que son laius d’hier soir, c’est du déminage !
          Quand a « l’échec du mouvement syndical « ,on n’est pas encore ni au 12 mars, ni au 22 mars .
          On en reparlera à ce moment là

    1. Je viens de l’écrire.
      Si vous pensez qu’entre le « pour » et le « contre » il y a le vide sidéral, alors je commence à comprendre l’esprit de vos commentaires.

  17. Les consommateurs ont leur avenir en main et ils commencent à en prendre conscience.
    Il aura fallu passer l’étape de la sidération due à la violence de l’ultra libéralisme économique, pour qu’un nouveau comportement soit adopté.
    Ne plus acheter à tort et à travers au son de la pub, comme des moutons de panurge, se réapproprier le produit made in France, bouder les produits importés etc.

    Aux États Unis, les grands centres commerciaux sont désertés et se cherchent une deuxieme vie.
    http://www.lepoint.fr/economie/desertes-les-centres-commerciaux-americains-se-cherchent-un-avenir-06-08-2017-2148417_28.php

    Les Amazon et cie n’auront pas longtemps le vent en poupe (prix du port, distribution de plus en plus rock’n roll, produit ne convenant pas, service après vente compliqué etc.)

    En France des propositions se font pour revitaliser les centres villes moribonds :
    https://www.caissedesdepotsdesterritoires.fr/cs/ContentServer?pagename=Territoires/Articles/Articles&cid=1250280656150

    Pourquoi j’écris tout cela ?
    Parce que le « nouveau monde » a trouvé ses limites et que le retour à des bases solides et ancrées dans nos sociétés depuis des lustres, est le pilier indispensable pour entretenir une vie économique durable.

    Il semblerait qu’enfin aux États Unis comme en Europe, on commence à en prendre conscience.

      1. Hélène,
        Eric Deschavanne conforte, en quelque sorte, l’antienne serinée du
         » monde-tel-qu’il-est  », thèse défendue par certains comme étant indépassable.
        Voici une analyse qui répond, selon moi, à ce faux postulat :

  18. La fonction publique a dans ses effectifs 17,2 % de contractuels (édition 2017 de la fonction publique)

    Contractuels :
    – fonction publique d’état : 15.8%
    – fonction publique territoriale : 18.8 %
    – fonction publique hospitalière : 17.6 %
    Un chiffre assez stable par rapport à l’année précédente..

  19. A lire les commentaires, il est facile de reconnaître ceux qui bénéficient des régimes spéciaux.
    On reconnait aussi les syndicats; nous ne savons pas de quoi il est question, mais grève…
    Ensuite ce sera; le gouvernement ne veut pas discuter, nous quittons la table  » des négociations », grève….. comment négocier si l’ on se débine!!!
    Et comme toujours, l’ on se dit; en emmerdant au maximum les usagers, l’ état va reculer.
    Si vous avez un peu écouter ( surtout compris) la SNCF c’est 46,6 milliards de dette en augmentation de 3,5 milliards/ an, avec des intérêts de 1,5 milliard/ an , un service qui se dégrade de plus en plus
    Et le coût pour l ‘ état de 14md/ an.
    Alors pas de soucis, personne ne se battra pour reprendre ce  » service  » en charge.
    L e principal est de savoir à partir de quand un  » service » de ce genre peut encore être considéré comme tel.
    Les 65,5 millions de français n’ utilisant jamais les  » services  » de la sncf, mais payant impôts et taxes, peuvent aussi donner leur avis

  20. Honneur

    Honneur à nos militaires du régiment de spahis, morts pour la France

    Un copier/ coller

  21. D’ailleurs si vous suivez un peu les infos, MAcron propose de reprendre la « dette de la SNCF contre de profondes réformes  »

    pile poil le rapport de Spinetta dans la règle de l’art d’une « mise en concurrence' » selon le vieux précepte de « mutualisation des pertes et privatisation des futurs bénéfices » aux entrants

    Et vous n’êtes pas au bout des arrangements préconisés dans le fameux rapport….

    Macron et Philippe jouent à ceux qui décident dans un touchant effet d’annonces successives et marquent même leur désaccord avec la fermeture des petites lignes…sans déconner quelle autorité…!!

    En fait, le rapport de Spinetta sur ce sujet est assez clair :

    -1° rassembler et maximiser les dépenses de maintenance sur les lignes principales à entretenir en priorité et à marche forcée

    2° Mise en concurrence un peu plus tardive des lignes entretenues en 1° par l’état…

    3° laisser se détériorer les petites lignes et fermer à terme….pour cause de sécurité.

    Utiliser « les forces vives » de la nation pour offrir des cadeaux aux groupes privés, c’est un vrai métier

    1. Stan
      Ce que peu de gens savent, c’est que les LGV, c’est du partenariat public/privé, ces PPP que même la Cours des Comptes trouve, pour le moins, abusifs .
      C’est aussi une des raisons de l’abandon (temporaire ? ) de nouvelles LGV : on peut être pote avec Vinci mais quand y plus de sou, y a plus de sou !

  22. Et pendant que les politiques justifient tous les changements sous le prétexte que les trains rouleront tout seul…que les usines produiront grâce aux robots ….il serait temps de réformer en profondeur et très vite ( ça urge comme dit E Philippe) le statut des députés, sénateurs etc…qui plombe notre pouvoir d’acchat car c’est bientôt l’intelligence artificielle qui va les remplacer 😄

    1. Ca… c’est une réforme bien compliquée pour celui qui la lancera.

      Les grèves ou autres grognes populaires, c’est pas grave,
      mais les élus se tiennent tous par la barbichette, et le premier qui tire risque le rappel de quelques actions peu honorables planquées sous le tapis.

      Parle tout bas car on pourrait bien nous entendre 🎵🎵 disait la chanson du film le parrain 😀

  23. Et oui, il faut réformer le statut des députés et sénateurs. Tout le monde est d’accord, sauf ceux qui profitent de ces statuts.
    Voyons, cela me rappel certains qui défendent bec et ongles leur propre statut.
    Ce qui change, c’est que personne n ‘a jamais remis en cause les statuts spéciaux, et voila qu’ un nouvel arrivant vient foutre la panique.
    Ce sera la fin des syndicats tel que nous les avons connu.
    Ils causent leur propre mort en défendant l ‘ indéfendable
    Oh oui, on va voir des drapeaux CGT défiler dans les rues, puis les usagers constateront que c’est encore eux les otages pour défendre des privilèges d’ un autre siècle. Là ils constateront l ‘ ampleur de la dette car l ‘ état ne se gênera pas pour l ‘afficher
    Puis les services de bus maintenant bien rodés tourneront et l ‘ on constatera que beaucoup de régions sont mieux desservies par les bus, qui eux vont chercher les voyageurs dans leurs villages.

  24. Il parait que le gouvernement envisage de modifier le régime de retraite des militaires .
    Le statut des cheminots en a déjà pris un sérieux coup en 2008 : Un roulant peut partir à 53 ans…après 43 ans de cotis . Il me semblait bien que le machiniste du dernier TGV que j’ai pris était bien juvénile .
    Ce matin, neige sur les routes du département : pas de cars mais un train qui fait son petit bonhomme de chemin .

  25. Tous les agents de la SNCF, statut de cheminot ou de contractuel, ainsi que les retraités, ont droit à des « facilités de circulation », c’est-à-dire des billets gratuits ou à prix très réduits. Leur famille est également concernée par ces avantages : leurs conjoint ou enfants peuvent circuler pour 10 % du prix du billet. Leurs parents et beaux-parents bénéficient de quatre billets gratuits par an.

    Autre avantage : plusieurs dizaines de milliers de logements de la SNCF sont disponibles à la location pour les cheminots, dont une partie à loyer social.

    1. Renseignez vous : peu de cheminots utilisent l’avantage des voyages gratos .
      Vous parlez des logements de la SNCF : c’est un héritage des anciennes compagnies . Lisez la vie de Raoul Dautry pour en savoir davantage .
      Et que dire des politiques logés dans les logements sociaux de la ville de Paris

Les commentaires sont fermés.